0 J'aime
Epingler

Quatre expos à poil(s)

Erotisme et nudité : les deux mamelles de l'automne ?

A force d'aller sur YouPorn, on en oublierait presque que l'un des meilleurs endroits pour voir des gens à poil, c'est encore le musée – ou, encore mieux car gratuit, la galerie d'art. Et en ce mois de novembre, quatre expositions valent particulièrement le détour. Chez les Victoriens de 'Désirs & volupté', on tourne et retourne la femme dans tous les sens : déesse, princesse, héroïne, elle porte les oripeaux de la beauté. Heureusement, le musée d'Orsay rééquilibre la donne. 'Masculin / Masculin' épluche le corps viril et, de Gustave Moreau à Pierre et Gilles, ajoute (un peu) de poils à cette sélection. Le fétichisme amoureux d'Eugene Von Bruenchenhein, qui photographia sa femme sous toutes les coutures pendant des décennies, et les toiles troubles de John Currin, qui peint comme Fragonard des scènes qu'on dirait tirées d'un boulard, ajoutent un peu d'étrangeté à cette sélection. Et nous rappellent que la nudité, ce n'est pas toujours propre comme une vierge rousse victorienne.

Désirs & volupté à l'époque victorienne

L'ère victorienne : ses usines en brique, sa capitale rongée par le smog, sa reine qui ne sourit jamais, son puritanisme éreintant. Première puissance mondiale, le Royaume-Uni de l'intransigeante reine Victoria est indissociable de son image austère. Alors, comme pour s’extirper de cette époque à la morale corsetée, certains peintres firent preuve au contraire d'une débauche d'effets sucrés, aussi grandiloquents que les usines de la révolution industrielle étaient lugubres, au service d'un personnage central – la femme. Chaste ou aimante, venimeuse ou hiératique, objet de désir ou muse mélancolique, elle incarne la recherche d’un idéal de beauté absolu... La suite

En savoir plus
Jusqu'au lundi 20 janvier

Masculin / Masculin : l'homme nu dans l'art de 1800 à nos jours

Vous n’avez sûrement pas loupé les affiches de l’expo ‘Masculin / Masculin’. Depuis quelques semaines, elles vous font de l’œil dans le métro, elles vous accrochent le regard au coin d’une rue. Une paire de fesses et un torse. Deux tableaux, deux corps masculins, deux périodes. Pierre & Gilles d’un côté, Jean-Baptiste Frédéric Desmarais de l’autre. Et une accroche : « L’homme nu dans l’art, de 1800 à nos jours ». La messe est dite. Et il y a de quoi éveiller pas mal de fantasmes. Autant sur le plan visuel qu’au niveau des lectures politique, morale, sociale, historique ou érotique qu’offre le sujet... La suite

En savoir plus
Jusqu'au jeudi 2 janvier 2014

Eugene Von Bruenchenhein, 'American Beauty'

Recommandé

Eugene Von Bruenchenhein fut boulanger, fleuriste, épicier. Mais ce commerçant du Wisconsin était surtout persuadé d’avoir été béni des dieux : né en 1910, année du passage de la rarissime comète de Halley, il croyait dur comme fer que cette coïncidence faisait de lui un génie venu d’un autre monde. Alors, dans le secret de sa cuisine, il s’attela à bâtir une œuvre qui ne fut découverte qu’après sa mort en 1983, touchant autant à la sculpture (à partir d’os de poulets), à la peinture (hantée par les essais nucléaires de la bombe H) qu’à la photographie. La galerie Christian Berst présente aujourd’hui une quarantaine de ses clichés... La suite

En savoir plus
Jusqu'au samedi 23 novembre
Advertising

John Currin

Recommandé

John Currin peint avec un raffinement extrême. Du sfumato au kitsch fleuri des préraphaélites en passant par un style qui rappelle les maîtres du XVIe ou du XVIIe siècle, l’Américain étale sur la toile son savoir-faire remarquable. Seulement, plutôt que d’user de sa perfection technique pour flatter notre œil, Currin a décidé de la mettre au service d’une œuvre grotesque embaumant le sexe, le désir, la frustration et le malaise. Bizarrement proportionnées, ses femmes semblent déformées, comme si leur dernière chirurgie esthétique avait un peu raté... La suite

En savoir plus
Jusqu'au samedi 21 décembre

Plus d'expos

Advertising
Advertising
Advertising
Afficher plus

Commentaires

0 comments