5 J'aime
Epingler

Les afters à Paris

Après la nuit, la folie

© Electro News

« PARIS IS BACK », c'est le nom donné à un groupe Facebook spécialiste des afters qui compte plus de 10 000 inscrits. Si la fête bat son plein, les organisateurs de sauteries matinales se frottent les mains. La nuit ne suffit plus, les clubbeurs veulent trouver refuge quelque part une fois le jour levé pour terminer en beauté. Ca tombe bien, puisque quelques très bonnes initiatives comme celles prises par les collectifs DRØM, DiscomatinSyndrøm ou Pipi Caca Poney Club - qui viennent d'ailleurs de créer un nouveau lieu à afters, le Péripate, bientôt sur notre site - nous proposent de prolonger la fête dans des endroits parfois au-delà de nos espérances. Et puis il y a les grosses machines bien installées comme Concrete, et les vieux rades tout pourris qu'on affectionne aussi, comme ce bon vieux Zorba. Tour d'horizon de ces lieux que vous devriez fréquenter un peu moins souvent, bande de teuffeurs. 

Le 45 Tours
Bars

Le 45 Tours

Before, after, before d'after et after de before, à vous de choisir ! Le 45 Tours est un bar parfait pour tout noctambule cherchant son bonheur dans le quartier de Faidherbe. Situé au 45 rue de Montreuil, ce troquet, qui sert aussi des en-cas, ouvre ses portes de 6h du matin à 2h du matin pour vos beaux yeux, qu'ils soient gonflés de sommeil ou injectés de sang. Malgré un happy hour aux prix extrêmement attractifs (pinte à 3,50 €, cocktails à 5 €, verre de vin, shooter et ricard à 2,50 €), l'atmosphère du lieu est résolument portée sur la nuit avec des programmations soignées, tournées essentiellement vers la musique électro & co. Les cocktails y sont alors affichés au prix de 8 €, les pintes à 6 € et il est même possible de commander des pichets (de bière 20 € ou de cocktail 40 €) pour les plus assoiffés. Dans cet espace sombre éclairé çà et là par des néons, tout vous enjoint à rejoindre les armées de zombies qui se trémoussent aux premières heures du jour ou de la nuit. Sans vouloir spoiler la prochaine saison de 'Walking Dead', notre petit doigt nous a dit qu'on y recrutait des figurants !

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Moka Goncourt
Bars

Moka Goncourt

Allez, on ne va pas vous mentir, si un jour vous passez la porte du Moka, c'est que a) il est 6h du mat, vous n'êtes toujours pas couché et donc bien entamé b) il est toujours 6h du mat et vous avez eu la flemme de remonter la rue du Faubourg du Temple pour vous rendre au Zorba c) peu importe l'heure, crédule (et saoul ?) comme vous êtes, vous avez vraiment cru que la spécialité du lieu, c'était le moka (ce délicieux café cultivé au Yémen). Au croisement de l'avenue Parmentier et de la rue du Faubourg du Temple, ce bar de matinée légèrement creepy occupe un emplacement de choix si vous venez de prendre un apéro bien arrosé sur le canal Saint Martin ou si vous sortez de la Java. Et puisque vous avez accidentellement dansé sur les tables du Zorba le week-end dernier, le videur, ainsi que votre dignité, vous en interdisent désormais l'entrée. Qu'à cela ne tienne, le Moka vous tend les bras, à moins que ce ne soit sa drôle de faune bigarrée... Vous parler de ses barmen (souriants), de sa déco ou de ses breuvages (5,50 € la pinte de bière, 6,50 € le cocktail) n'a finalement pas grand intérêt puisqu'à l'heure où vous vous y rendrez, les serveurs seront tous vos copains, vous ne garderez probablement aucun souvenir de la déco (à part peut-être celle des toilettes) et votre gosier sera sans doute déjà bien altéré par tous les mélanges qu'il aura vu passer.  Néanmoins, et puisque votre motivation pour prolonger votre soirée semble inaltérable, nous ne pouvons que vous conseiller de

Time Out dit
  • 3 sur 5 étoiles
La Péniche Cinéma
Cinéma

La Péniche Cinéma

Première péniche du genre, la Péniche Cinéma a largué ses amarres sur le canal au niveau de la Cité des Sciences et de l’Industrie en 2008. La salle conçue comme un décor de cinéma au toit ouvrant est en accès libre, et propose aux visiteurs/spectateurs de venir buller sur l’eau en assistant à des projections de films et de courts métrages pour la plupart méconnus du grand public, mais aussi à des débats, des ateliers et des événements autour de cinéastes. La programmation se révèle à la fois éclectique et ambitieuse. Le restaurant La Terrasse De Frankie, situé sur le pont, vient de rouvrir ses portes. Au menu, une cuisine maison élaborée et concoctée avec des produits frais et de saison, de quoi ravir les cinéphiles qui désirent casser la croute après une toile. Le bateau propose également des soirées électro et autres festivités qui durent tout au long de la nuit.

Les Crayères des Montquartiers
Clubbing

Les Crayères des Montquartiers

Si la stratosphère du clubbing parisien s’étend depuis quelques années jusqu’en banlieue, ce n’est pas pour rien. Plus d’espace, moins de problèmes de voisinage, et surtout, des lieux atypiques qui offrent une nouvelle dimension aux événements. Depuis début 2014, d’anciennes carrières de craie situées à Issy-les-Moulineaux sont rythmées certains week-ends par des soirées house & techno. D’abord investies par l’équipe de Lakomune avec leurs Tunnel, les immenses galeries des Crayères des Montquartiers fournissent un lieu de fête original et underground, et intéressent aujourd'hui différents organisateurs comme District Factory ou La Dynamicale. Cet espace de friche est désormais un repère à jeunes fêtards, qui n’hésitent plus à dépasser le périph pour danser jusqu’au bout de la nuit. 

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Le Zorba
Bars

Le Zorba

Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.Le Zorba est un bistroquet parisien en plein Belleville qui ouvre tôt, très tôt : à 5h du mat’, attirant les fêtards qui veulent s'envoyer un dernier verre et les commerçants du coin qui vont ouvrir leurs stores. Plus tard, les vieux du quartier se racontent les derniers potins, coude à coude avec les jeunes qui apprécient cette petite terrasse pour sa couleur locale. Le Zorba a gardé sa gouaille populaire à la babelvilloise, grâce à des prix crevant le plancher, et des alcools de qualité. Ici, l'odeur est un peu douteuse, vaguement alcoolisée, le formica des tables usées, mais l'ambiance est toujours festive, grâce à une équipe de barmans toujours de bonne humeur et à des habitués un peu excentriques qui font la causette aux petits nouveaux. Ici on peut toujours s’envoyer un petit calva des familles sans craquer son portefeuille déjà dépouillé par une soirée arrosée. Certains soirs, des DJs posent leurs platines en haut ou dans le cave voûtée au sous-sol.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 4 sur 5 étoiles
Concrete
Clubbing

Concrete

Concrete, l'after diurne le plus qualitatif de Paris est désormais également oiseau de nuit : un week-end sur deux, la fête se déroule les vendredis et samedis soirs, et l'autre week-end, vous pouvez vous y rendre le dimanche à partir de 7h du matin jusqu'à 2h du lendemain matin. Ce monstre de la fête est installé sur une péniche située quai de la Rapée (le Monte Cosy), non loin de celle qui héberge les soirées Sundae en été. Physios intransigeants sur les entrées, pré-trentenaires en quête de sensations fortes lookés de la tête aux pieds et musique house et techno d'artistes de renommée mondiale ou de la scène émergente parisienne : voici les caractéristiques de ce lieu très Berlin Calling. Petit détail qui rappelle qu'on est à Paris : les tarifs des consommations et de l'entrée (certaines soirées s'élèvent à 20 euros). Mais on se console grâce à la qualité du système son (un Funktion One dernier cri), de la programmation, et du cadre : la barge de Concrete est dotée d'une immense qui terrasse surplombe la Seine et la Cité de la Mode et du Design.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 3 sur 5 étoiles
Café AER Chiquito
Bars

Café AER Chiquito

Vous voilà planté sur le boulevard de Belleville devant le KFC. Vous avez soif. Deux solutions s'offrent à vous : passer dans le quartier des Trois 8, de la Féline et du Lou Pascalou, ou remonter la rue pentue de Ménilmontant. Courageux et sportif comme vous l'êtes, vous optez pour le second choix. Mais après quinze minutes de grimpette, des courbatures vous obligent à vous arrêter pour souffler. Et c'est là que le café AER Chiquito attire votre attention. Son joli comptoir cuivré, ses banquettes bordeaux et son espace ouvert au charme suranné vous invitent à une pause bien méritée. Le lieu, repris par une équipe sympa et dynamique, propose des expositions, des DJ sets, et sous peu des concerts qui, à n'en pas douter, feront de ce lieu une adresse incontournable. Si en plus on vous dit que les prix sont aussi gentils à l'happy que pendant le reste de la journée ou de la nuit (Ricard à 2,50 €, vins de 3 à 4,50 €, pintes de Stella, Chouffe et Demory de 4,50 à 7 €, cocktails entre 6 et 10 €), et qu'en plus le bar ouvre en continu de 2h à 5h les week-ends pour accueillir toutes vos folies, on est sûr que vous n'allez pas tarder à en faire votre nouveau Q.G.

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Pigallion
Clubbing

Pigallion

Pigalle est l'endroit le plus emblématique de Paris. On y voit des touristes passer des heures sur une bouche d'aération sans que les parisiens qui passent devant eux ne comprenne pourquoi. On y voit aussi des sex shops avec des objets d'une taille, mes alleux, mais d'une taille... Pour les plus coquins, il y a les bars de strip tease. Pour les fêtards qui ne dormiront que lorsque ils seront morts, il y a le Pigallion. Ce lieu, c'est un peu l'antre du diable. Le Sheitan vous y prend sous son aile comme apprenti. La lumière est rouge, il fait chaud, et les visages : pas des plus sains. Il faut savoir que le club est ouvert de minuit à midi. Le DJ un peu surélevé joue tous les hits pop en vogue. Just kiddin, c'est souvent une autoroute techno froide, mentale et linéaire. Il arrive cependant (et de plus en plus) que la musique soit de la bonne house musclée et dansante. Pour ce qui est de la carte au bar, la bière est à 8 euros et le hard à 10 euros, de quoi vider les porte-feuilles rapidement. Comme tout bon fumoir qui se respecte, un court passage là-bas vous pique plus les yeux qu'une session de coupage d’oignons en cuisine. Concernant la fréquentation du lieu, de la fosse au balcon, la population c'est « The Walking Dead ». Il est assez difficile de rester éveillé plus de 24 heures sans ressembler à un zombie. Certains s'effondrent même sur les canapés. Malgré tout, on y passe de bonnes soirées mais à petites doses.

Time Out dit
  • 2 sur 5 étoiles
Votre avis
  • 2 sur 5 étoiles
Au Paris 80
Clubbing

Au Paris 80

Otto10, Alter Paname, [BP], Cracki… Tous les collectifs se l’arrachent. Et pour cause : Au Paris 80 offre un espace de 2 000 m2 dont la majeure partie est extérieure. Parfait pour les journées d’été. Cet ancien cirque a conservé son chapiteau, mais aussi son grain de folie enfantine : bacs à sable géants, mobilier délirant et grand mur peinturluré donnent aux fêtards une bonne raison de se déplacer à Bobigny. Ici, on fait la fête de façon décomplexée, on oublie la grisaille en venant garni de paillettes, déguisé et bien décidé à passer un moment jovial. Attention cependant à n’y aller que lorsque l’un des collectifs s’y installe car le reste du temps c’est spectacles de cabaret bien kitsch et Gilbert Montagné. Après, c’est un délire…

Time Out dit
  • 4 sur 5 étoiles
Terrasses Kréyol
Clubbing

Terrasses Kréyol

[Cette critique fait uniquement mention de la partie clubbing du lieu] C'est en se rendant à une soirée techno que nous avons découvert les Terrasses Kréyol, connues par les fêtards sous le nom de « La Terrasse Expérimentale ». Ce restaurant caribéen situé aux portes de Paris – au sein des puces de Clignancourt – se métamorphose en effet en véritable club sous l’impulsion des collectifs, de façon éphémère. À l'arrivée, on paye au dé ou à tarif doux, on grimpe les escaliers et on arrive dans ce lieu « kitschissime », à la déco faite d’étoiles, de poufs noirs et rouges, et de lumières dignes des discothèques de zones commerciales. Mais on oublie vite cet aspect à la vue des deux grandes terrasses chauffées et bordées de canapés, atouts plutôt rares à Paris. Au niveau du système sonore, on n’a jamais été déçu : la plupart des organisateurs (Syndrøm, Roofnacht, P2Z…) ramènent de quoi faire frémir nos oreilles (du bon gros Funktion-One). À l’intérieur, c’est le feu, aussi bien en horaires de soirée qu’à l’heure des afters. Oui, parce qu’ici, la nuit se termine parfois à midi. 

Time Out dit
  • 3 sur 5 étoiles
Le Folie's Pigalle
Clubbing

Le Folie's Pigalle

Fini les afters électro mémorables qui drainaient les plus fêtards des Parisiens depuis les quatre coins de la capitale. Terminée aussi cette boîte mythique où se retrouvaient tous les excentriques travailleurs de Pigalle après le boulot : streapeuses, prostitué(e)s, drag queen, gay… Il reste bien quelques travestis le dimanche, mais les autres soirs la clientèle est majoritairement constituée de jeunes « mâles » en bandes draguant lourdement les filles. Cet ancien théâtre à l’italienne reconverti en cinéma puis cabaret et enfin boîte était au cœur des nuits les plus chaudes de la capitale. Aujourd’hui il ressemble à une discothèque ordinaire, avec ses videurs désagréables, son entrée hors de prix (20 euros), ses consos tout aussi chères, et sa musique « généraliste » (comprendre : commerciale). L’ambiance est assez glauque en fin de soirée quand l’endroit est vide et qu’il ne reste que quelques soûlards pour se battre entre eux.

Time Out dit
  • 2 sur 5 étoiles
+ de lieux de fête

Commentaires

0 comments