Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Le top 10 de la semaine

Le top 10 de la semaine

Films, concerts, spectacles, expos, restos : le meilleur de la semaine par Time Out

La Douve Blanche © MS

Cette semaine, le beau temps est de retour, voici donc une dizaine de sorties qui ne requièrent aucun parapluie. 

L'Embuscade
Bars

L'Embuscade

Par un heureux hasard, nos pas nous ont menés jusqu'à l'Embuscade, un véritable petit troquet de quartier comme on n'en fait plus, de ceux qui respirent la bonhommie et la convivialité. Un sol en petites mozaïques, des murs rouges et noirs, un zinc où sont accoudés des clients de tous âges confondus... Dès les premières secondes, on s'y sent bien.  Au comptoir, les barmens souriants vous laissent le temps de découvrir la carte tranquillement, car ici, loin de l'agitation du boulevard Richard Lenoir, rien ne presse. Côté pression justement, on découvre avec stupeur une bière rousse artisanale que l'on apprécie particulièrement, produite dans la micro-brasserie parisienne La Baleine, à un prix imbattable (5 € la pinte toute la soirée).  Derrière nous, accrochés au mur, un entremêlât de portraits du King, de Brel et de nombreuses stars que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. On parle Sud-Ouest avec notre serveur qui nous sert du TU en même temps qu'un chichon de canard, une terrine au piment d'Espelette et une petite planche de fromages (5 €, 5 € et 7 €). La corbeille de pain déborde, les cornichons se ramassent à la pelle, et devant la générosité des quantités servies, on propose à nos voisins de partager notre pique-nique. On rencontre alors l'un des piliers du quartier, Daniel, presque 70 ans, un gentil bonhomme qui vit rue de Crussol depuis une quarantaine d'années. Pendant que l'on fait refait le monde (et l'histoire du 11e), on salue une voisine à son balcon qu

Time Out dit
5 sur 5 étoiles
Le Marché Noir
Shopping

Le Marché Noir

Jusqu’en avril dernier, le Marché Noir faisait vibrer la mode vintage depuis la mezzanine du Comptoir Général. Dorénavant, on retrouve la boutique du génial Amah Ayivi à quelques pas du Carreau du Temple, dans la fameuse rue Perrée. Une ancienne fabrique de boutons qui accueille désormais un bar à mocktails et une sélection pointue de fringues vintage : 150 m2 de fripes chinées partout dans le monde, de jupes à fleurs (25 €), de bodys couleur citron et d’étoles précieuses. Le tout organisé sur deux étages : pièces phares au rez-de-chaussée et basiques au sous-sol (à partir de l'été 2016). Pour Amah à l’origine du projet, il est question de redonner ses lettres de noblesse au style, de proposer avec son Marché Noir « un royaume du style ». Une véritable profession de foi qu’il expose dans son Manifesto (à découvrir dans le numéro 0 de la gazette du lieu). « Ressusciter l’alchimie qui opère entre un vêtement et une attitude, entre une matière et une posture, entre un imprimé et un langage. Telle est l’ambition du Marché Noir. » Vintage africain  Accessoires divers, bleus de travail Ford (avec le nom de l’ouvrier cousu !), foulards à 5 €, vêtements militaires des années vingt, manteaux Ralf Lauren impeccables (400 €), sweats aux motifs jungle venus des Etats-Unis via Lomé : il y a de tout au Marché Noir, mais pas n’importe quoi ! Quatre-vingts pour cent des pièces vendues dans la boutique proviennent d’Afrique, mais ont souvent connu de longues traversées en mer. Ici, chaque

Macki Music Festival
Musique

Macki Music Festival

La troisième édition du Macki Music Festival revient à Paris le 1er juillet pour la soirée d'ouverture dans un lieu inédit et encore tenu secret, puis dans le magnifique parc de Carrières-sur-Seine les 2 et 3 juillet ! Grâce à nos agitateurs parisiens préférés, La Mamie’s et Cracki Records, on pourra écouter une ribambelle d'artistes dans un cadre unique, allongé sur l’herbe en début d’après-midi, et déchaîné sur les épaules de nos copains une fois la nuit tombée. Mais avant ça, petit récapitulatif en trois points.

La Tortue rouge
Cinéma

La Tortue rouge

Sans doute tient-on ici l'un des plus beaux longs métrages de l'année. Film d'animation aux airs de conte philosophique, 'La Tortue rouge' aurait en effet à peu près tout pour constituer un authentique chef-d'œuvre. Mais en plus humble, discret, sans grandiloquence. Une superbe romance sans parole. Un naufragé, une île déserte, quelques animaux, une tortue géante... et des métamorphoses. Les éléments qui forment le premier long métrage du Néerlandais Michael Dudok de Wit, co-produit en France par le Studio Ghibli (aux côtés de Wild Bunch et Why Not), paraissent d'une limpidité désarmante. Bientôt l'apparition d'une femme. Un enfant. Les animaux, toujours. Et la vie qui passe. Sans dialogue mais superbement sonorisé (alternant bruitages naturels et musique médiative signée Laurent Perez del Mar), 'La Tortue rouge' réussit à dire beaucoup avec très peu. Un geste, un regard, un silence suffisent pour ouvrir le film, en relancer le sens : fable sur l'existence et la transmission, sur l'amour et sur la mort. A la fois dense et concis comme un haïku, le film de Dudok de Wit (lauréat en 2001 d'un Oscar du meilleur film d'animation pour son déjà sublime 'Père et fille' – qu'on vous invite à visionner ici) saura vous mettre les larmes aux yeux avec une délicatesse  et une subtilité incroyables. Une leçon de vie d'une beauté bouleversante.

Time Out dit
5 sur 5 étoiles
Festival All Stars au New Morning
Actualités

Festival All Stars au New Morning

Le temple parisien du jazz perpétue la tradition estivale et lance sa série de concerts du 27 juin au 3 août, toujours sous la forme d'un festival nommé All Stars. Le mot est lancé, le ton est donné : ça va groover au New Morning ! Au programme, vingt-sept rendez-vous exceptionnels autour des plus grands noms du jazz, du funk et de la soul. Une affiche qui offrira également un tour d’horizon spectaculaire en présentant des artistes phares de la scène blues, afrobeat, hip-hop ou reggae. Trente-cinq ans après son inauguration, le New Morning reste toujours aussi attractif et le public ​fidèle à un​ rendez-vous devenu incontournable. En 1981, Art Blakey et ses Jazz Messengers inauguraient le club de la rue des Petites Ecuries, et ouvraient la voie aux ténors de la scène mondiale. Parmi les artistes de passage, on peut notamment citer Stan Getz, Chet Baker, BB King, ou encore Terry Evans et Archie Shepp. ​ Aujourd’hui, le club joue plus que jamais les entremetteurs en invitant un public toujours plus large. C’est le jazzman Branford Marsalis, l'aîné de la célèbre famille qui ouvrira le festival All Stars, accompagné de Kurt Elling, l'une des plus belles voix du jazz actuel. Les inconditionnels de ce genre musical pourront également retrouver le saxophoniste Pharoah Sanders, Randy Weston et son quintet, Mike Stern & Bill Evans Band ou encore le guitariste d'avant-garde John Abercrombie. Côté funk et ​soul, on ne présente plus les très fameux ​Roy Ayers au vibraphone, le saxophon

Beat Generation au Centre Pompidou
Actualités

Beat Generation au Centre Pompidou

Passionnante et pluridisciplinaire, l'exposition que consacre le Centre Pompidou au mouvement d'avant-garde américain brille de ses multiples facettes. Un parcours emballant. Littérature, cinéma, création sonore, photographie, peinture, collage, spiritualité ou art de vivre… Le premier vertige, tenace, qu’on ressent en pénétrant dans la galerie 1 du Centre Pompidou où vient d’être inaugurée cette exposition 'Beat Generation', tient d'abord à la multiplicité des supports présentés, rendant un hommage éclatant au caractère polymorphe, touche-à-tout, d’un des mouvements les plus emblématiques de la contre-culture américaine du milieu du XXe siècle. Dont – et c’est là la grande force de l’expo – les propositions artistiques restent étonnamment valides. On va essayer de dire pourquoi.   Beat Generation au Centre Pompidou, vue de l'exposition / © Time Out Paris   Authentique colonne vertébrale de l’exposition, le célèbre rouleau tapuscrit de ‘Sur la route’, le roman-culte de Jack Kerouac, en traverse toute la longueur, la scindant en deux parties égales, elles mêmes divisées en diverses salles à entrées multiples, micro-lieux dont la disposition plus ou moins labyrinthique semble avoir pour but (presque) avoué de perdre le spectateur, d’organiser sa dérive – absolument pas par perversité ou paresse, mais au contraire pour traduire la singulière poétique de l’errance qui marque l’état d’esprit de l’ensemble des artistes présentés ici. Autrement dit, ça a l’air complètement

The Beef Club
Restaurants

The Beef Club

Si la tendance est plutôt au vert avec des restaurants vegan qui germent un peu partout dans la capitale, parfois on a juste envie de dévorer de la bonne viande, bien saignante. Pour satisfaire nos relents carnassiers, l’un de nos spots préférés reste le Beef Club et son casting 5 étoiles. Aux manettes : Yves-Marie le Bourdonnec, le boucher star de Paris adepte de la bonne chère bovine d’outre-Manche, est bien épaulé par la bande de l’Experimental Cocktail Club, qui nous abreuve de cocktails so british depuis des années. Un concept UK pour une déco dans la même veine : le lieu d’inspiration steakhouse nous accueille dans une ambiance chic et cosy, lumières tamisées à l’appui. On s’installe, les canines à l’affût, et on est prêt à vampiriser cette fameuse viande. Pas le temps pour les terrines du chef ou le carpaccio de bœuf (keen’s cheddar, huile de noisette et raifort), on veut directement le plat de résistance, et vite ! Pour nous ça sera filet de rumsteck accompagné de pommes de terre Charlotte cuites à la graisse de canard, et de (gros) champignons de Paris grillés. Si ces deux derniers sont délicieux, que dire de l’animal ? Les vaches, originaires du Yorkshire, sont nourries à l’herbe alors que les pièces sont maturées et découpées sur place. Elles sont ensuite grillées au charbon de bois et le résultat est exquis, tout simplement. Si votre truc, c’est plutôt la mer, sachez qu’ici on sert aussi du poisson et du homard, même si on vous conseille plutôt de faire un tour

Time Out dit
4 sur 5 étoiles
La Douve Blanche : un festival de musique dans un château
Actualités

La Douve Blanche : un festival de musique dans un château

Deuxième édition pour le festival La Douve Blanche, qui se tiendra cette année les 2 et 3 juillet dans le département de Seine-et-Marne. Et c'est l'équipe d'Animal Records qui se trouve derrière cette initiative, le même collectif qui tient depuis quelques mois les rênes de la cuisine du Point Ephémère. Une double casquette donc, qui leur servira largement le jour J puisqu'Animal proposera de la musique, mais également des stands gastronomiques. A une heure et demie de Paris, dans le château d’Egreville vieux de 1 000 ans, profitez des concerts d'artistes émergents comme Jacques, Nzca Lines, Molecule, Bagarre, Moi Je ou Bloum sur la première scène, et des sets électro de petits DJ sur la deuxième scène plus « club ». Une scénographie futuriste pour contraster avec l'ancienneté du lieu vous fera tourner la tête, et en cas de mal de mer, vous pourrez vous reposer au camping qui est gratuit pour tous ceux qui prennent leur pass.  Quoi ? • La Douve Blanche.Quand ? • Du 2 au 3 juillet 2016 au château d'Egreville (77).Combien ? • 35 € le pass. Event Facebook [Concours] Gagnez vos pass pour le festival La Douve Blanche.  

Le Hamac Festival
Théâtre

Le Hamac Festival

Voilà un événement qui porte bien son nom. « Festival culturellement détendu », le Hamac Festival célèbre cette année sa deuxième édition. Sortez vos lunettes de soleil et vos espadrilles, pendant quatre jours le 9e arrondissement prendra des airs de station balnéaire. Une programmation à la croisée de la musique et de l'humour et qui s’invite dans sept lieux insolites : un lycée, une friche, un toit, un parking et même un musée... Imaginez donc applaudir Fary, Kheiron et le Comte de Bouderbala dans la cour du lycée Jacques Decour, écouter William Sheller au musée de la Vie romantique ou encore danser avec vue sur tout Paris. Pas question de se contenter des salles de concert habituelles, le Hamac propose surtout des expériences qui changent de l’ordinaire. Un vrai festival estival qui mise sur le beau temps, les shorts trop courts, les goûters géants et les tongs aux pieds.  Du 30 juin au 3 juillet dans le 9e arrondissement.La Billeterie  [CONCOURS] Gagnez des invitations pour le Hamac Festival

Lire aussi

9 nouveaux lieux à découvrir cet été à Paris
Restaurants

9 nouveaux lieux à découvrir cet été à Paris

Vous le sentez, l’air du retour à la « normale » qui commence (de plus en plus) à souffler sur fond de canicule ? Et si en ce moment, on entend beaucoup parler de réouvertures et d'extensions de terrasse, ici, on va uniquement vous parler d’ouvertures tout court. Nouveaux restos, bars, food courts, rooftops… Des lieux qui ont choisi, malgré un contexte pas idéal, de se lancer. Focus sur ces entrepreneurs courageux. Et n’oubliez pas : le meilleur moyen de les soutenir, c’est d’aller manger et boire chez eux ! Attention, ces adresses n'ont pas encore été testées par la rédaction de Time Out Paris.

La possibilité d’une île : 7 îlots de charme à quelques minutes de Paris
Que faire

La possibilité d’une île : 7 îlots de charme à quelques minutes de Paris

Le sachiez-tu ? Il y a 90 îles disséminées en Ile-de-France. Même si on n'en voit souvent que le béton, notre région porte bien son nom ! Loin des fumées de pots d'échappement, des bruits de klaxon et de la canicule urbaine, découvrez une kyrielle d'îles et d'îlots à la végétation luxuriante. De petits édens entourés d'eau où, OUI, vous pourrez, pour certains d'entre eux, vous baigner. Et pique-niquer ou bouquiner pépouze ! Fêtes légendaires et amours secrètesBien souvent, ces îles ont connu leur heure de gloire au XIXe siècle, abritant les soirées les plus folles. Comme celle de Fanac, à Joinville-le-Pont, où s'installa la première guinguette, le Restaurant Jullien décrit par Emile Zola dans son roman Au Bonheur des Dames (1883). Zola vécut lui-même sur une île des Yvelines – l'île de Platais, à 30 km de Paris. Son chalet, surnommé "le Paradou", était un kiosque norvégien kitschissime, qu'il avait acheté lors de la démolition de l'exposition universelle de 1878, et fait transporter sur l'île. Dans ce refuge d'intellectuels, on croisait les écrivains Joris-Karl Huysmans et Guy de Maupassant, ou encore le peintre Cézanne. Autre curiosité, l'île des Vignerons, sur la Marne, où on produisait jadis le guinguet, un petit vin aigre bon marché qui alimentait les guinguettes avoisinantes. Et non loin de là, la mystérieuse île des Corbeaux, où Belmondo vécut isolé avec l'actrice américaine Ursula Andress.  Bien sûr, on laissera de côté les îles aujourd'hui reconverties en réserves na

Les meilleures expos à faire en ce moment à Paris
Art

Les meilleures expos à faire en ce moment à Paris

Le grand bol d'art frais ? Ça fait déjà plusieurs mois qu'on en est privé à Paris. Mais alors que le déconfinement avance à pas feutrés, on voit ici et là rouvrir les musées et galeries parisiennes, avec dans leur sillage la reprise des expos. Tandis que les lieux adaptent leurs parcours aux exigences sanitaires et que tout est conditionné à une évolution positive de l'épidémie, les rétrospectives pépites sont déjà au rendez-vous, même si l'on est encore loin de l’habituelle offre pléthorique parisienne. Peinture ou photo, art contemporain ou classique, sculpture ou design… Voici le retour tant attendu de notre sélection des expos immanquables dans la capitale. De quoi se sentir comme un gosse en manque de sucre devant un rouleau de chewing-gum Hubba Bubba : complètement ravi !

Nos 50 terrasses préférées pour bien boire et bien manger à Paris
Bars

Nos 50 terrasses préférées pour bien boire et bien manger à Paris

Vous le sentez, l’air du retour à la « normale » qui commence (de plus en plus) à souffler et à ébouriffer les tignasses hirsutes ? Si les restos et les bars ont – ô joie – le droit de rouvrir partout en France, à Paris, seules les terrasses sont autorisées à vous accueillir. Ça tombe bien : chez Time Out, on adore ça, lever du galopin et de la fourchette en plein air ! Ce ne sont pas forcément les plus belles – certaines ont été calées à l’arrache par les tauliers, parfois avec du bric-à-brac sur quelques bouts d’asphalte – mais définitivement celles où l’on mange et picole le mieux. Rooftops, terrasses cachées, cafés... Voici nos terrasses préférées, tous genres confondus !

Afficher plus