Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les meilleurs disquaires indépendants de Paris
© Dizonord
© Dizonord

Les meilleurs disquaires indépendants de Paris

Le 33 tours n'est pas mort, merci pour lui. Tour d'horizon des disquaires qui dépoussièrent la galette.

Par Nicolas Hecht, Charline Lecarpentier, Rémi Morvan et Houssine Bouchama
Advertising

La grande majorité des disquaires présents dans cette liste ont rouvert leurs portes depuis le lundi 11 mai. Le tout bien entendu dans le respect des mesures sanitaires en vigueur. Cependant, rapprochez-vous des différentes boutiques avant d’y aller, les jours et horaires d'ouverture sont susceptibles de changer dans les jours qui viennent.

Non et non, il n'y a pas que la Fnac ou l'iTunes Store pour acheter de la musique ! On peut aussi visiter l'un des nombreux disquaires parisiens, tenus par des êtres tout ce qu'il y a de plus réels, équipés le plus souvent de deux bras, deux jambes et d'une tête, et tout à fait disposés à vous conseiller ; ce qui tombe plutôt bien puisqu'en général ils aiment ça, la musique.

Oui Paris ne manque pas de boutiques de disques, malgré les fermetures en série ces dernières années, dans le 9e (Planet Rock), le 18e (Planet Music) ou le très sinistré 5e arrondissement (les cinq Jussieu Music, Dysphorie).

Et si dans les années 1990, la grande distribution avait déjà englouti une bonne partie du secteur, les grandes enseignes sont aujourd'hui elles-mêmes menacées par la vente en ligne. Quid de la situation des indépendants ? Disons qu'elle est comparable à celle des libraires, qui affrontent depuis 20 ans la chute des ventes... A ceci près que les disquaires, eux, n'ont jamais profité d'une TVA réduite ou d'un prix unique.

Pas de quoi décourager les toqués du microsillon ! Souffle Continu, Music Fear Satan, Bigwax Records, Walrus et bien d'autres... On ne compte plus les ouvertures de très bonnes crèmeries ces dernières années. De quoi troquer cuivre et papier-monnaie contre plastique et vinyle. A vos marques, prêts, diggez ! 

En quête de bons plans ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir une fois par semaine le meilleur de Paris.

Dizonord

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Mairie du 18e

Les bacs, de l’ethnomusicologie aux délicatesses ambient japonaises, sont déjà bien pleins, à des prix très respectables (on sent les esthètes derrière les mails de commande). Si l’on pouvait déjà se fournir en musique expérimentale et concrète chez Souffle Continu ou Bigwax, Dizonord couvre la zone nord pour les amoureux du genre.

Born Bad

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

Le disquaire le plus rock de la capitale ! Voilà une boutique de disques au caractère bien trempé, où la clientèle sent le cuir, la chaîne de moto et l’aiguille de tatouage. Ici la musique est encore bien vivace et prend aux tripes dans un vrombissement de disto, du rock’n’roll des aïeux jusqu’à la oï, du blues au hardcore.

Advertising

Bigwax Records

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Folie-Méricourt

Ouvert en 2018, Bigwax a déjà tout d’un (très) grand. Ici, ce ne sont pas moins de 20 000 vinyles qui s’offrent à nous, entre disques neufs et d’occasion et ce à tous les prix (à partir de 50 centimes !) Et niveau catalogue, nous voilà devant un  éclectisme spécialisé assez bluffant.

 

Betino's record shop
© CL

Betino's Record Shop

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Louvre

Depuis 1999, Betino Errera archive et défriche classiques et nouveautés de tous les spectres des musiques noires (soul, funk, jazz) sans en oublier aucun descendant, du hip-hop à la house, en passant par Madonna.

Advertising
techno import
© HB

Techno Import

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

LE shop techno de la capitale. Ceux qui ont déjà foulé son sol à damier savent de quoi on parle : les rangées de skeuds qui se succèdent, les clients qui s’improvisent DJ au comptoir, les platines alignées comme des quilles et les stickers ACID qui nous sourient sur les murs… En bref, c’est LE shop techno où on se sent (depuis vingt ans !) comme à la maison. 

 

Patate Records
© Charline Lecarpentier

Patate Records

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

Depuis 1992, Patate Records célèbre la culture reggae et toutes ses musiques dérivées. Le tout dans des boîtes en carton où fourmillent des trésors troqués avec des collègues du réseau des rares disquaires reggae au monde, qui résistent aux modes et préservent la culture roots.

Advertising

Superfly Records

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Arts et Métiers

Depuis 2009, les commandants des lieux Manu et Paulo affinent une sélection démente de vinyles rares chinés à l’étranger. Ils donnent à entendre un panorama très global de la musique soul, bossa, jazz, brésilienne afro (etc.) d’hier et d’aujourd’hui. 

Paris Jazz Corner

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Jussieu

A quelques enjambées des Arènes de Lutèce, Paris Jazz Corner et sa devanture bleue inratable mène un valeureux combat, le poing levé façon Amel Bent : résister en tant que disquaire 100 % jazz, avec une sélection précise et un sens du rangement à faire pâlir tous les collectionneurs.

Advertising
Listen!
© Charline Lecarpentier

Listen!

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Saint-Ambroise

Depuis octobre 2018, Thomas Pasquet (pas l’astronaute, mais presque) de Listen! Records a débarqué dans le 11e, après des années de ventes en convention et sur le Web avec son site French Attack. A chiner ici, le premier album de Ryūichi Sakamoto en solo (Thousand Knives, 45 € en top état) ou l’une des fiertés du tenancier : Armitage Road de The Heshoo Beshoo Group, jazz sud-africain dont il a découvert les invendus lors d’une vente d’une usine de recyclage de disques d’Aubervilliers (200 €).

© Record Station

Record Station

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Canal Saint-Martin

Chez Record Station, l’horloge s’est arrêtée en l’an 2000. Tenu par Quentin Devillers, cette adresse située entre le canal St Martin et Gare de l’Est régale les audiophiles adeptes des premiers pressages importés. La boutique fête sa dixième année en 2019. Une vraie de vraie, qui a ouvert bien avant la vinylmania et ces vagues de rééditions express, bien peu exigeantes en termes de rendu sonore. 

Advertising

Maquis Megastore

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Réaumur

Philippe Pierre-Adolphe, patron du label Le Maquis (Dee Nasty, Telex, Trisomie 21, A Certain Ratio, Alan Vega etc.), applique à sa boutique la même ouverture que pour les disques qu’il a produit. Spécialiste du rap (auquel il consacre plusieurs livres dont Rapologie ou Rap ta France), il soigne ici sa sélection.

Lucky Records
© Charline Lecarpentier

Lucky Records

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique 4e arrondissement

Avec sa vitrine à la gloire de Madonna et son gros faible pour Michael Jackson, Mylène Farmer ou Kylie Minogue, Lucky Records est l'un de ces disquaires mythiques du centre de Paris. Ouvert en 1991 par George Vidal, toujours aux manettes, il se dédiait aux grandes icônes pop de la décennie à venir mais aussi au rock des années 70. Aujourd’hui, outre les discographies complètes et les goodies des stars des 90’s, on peut aussi y trouver quelques nouveautés en vinyle, de Chris (ex Christine & The Queens) à Eddy de Pretto mais aussi des auto-prod, comme Ysa Ferrer.

Advertising
syncrophone
© HB

Syncrophone

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

Sans entrer dans la sempiternelle comparaison avec Techno Import, autre poids lourd de la rue des Taillandiers, concentrons-nous sur ce petit dernier qui a bien grandi depuis sa naissance : une seconde salle est venue s'ajouter à la première, augmentant considérablement le stock pour atteindre plusieurs dizaines de milliers de vinyles. Sans renier la qualité. Car si la sélection est pantagruélique, le choix est toujours pointu.

Souffle Continu

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

L'un des poumons musicaux du quartier ! Du jazz improvisé au harsh noise, du rock indé au black metal, les bacs regorgent de pépites souvent méconnues dont la pochette n’attend que d’être déflorée. Et quel plaisir pour un mélomane d’entrer dans un magasin où il a du mal à trouver ses repères, pris sous l’avalanche d’une sélection pointue et éclectique à la fois. 

Advertising

Music Fear Satan

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

Spécialisé en metal, hardcore et consorts. Environ 25 m2 consacrés au metal et à ses dérivés (le label Relapse y est logiquement bien représenté), mais aussi des sorties récentes en rock indé. Les vinyles côtoient pacifiquement les compacts, et les moins fortunés trouveront sans doute leur bonheur dans les quelques occasions et autres 45 tours.

Plus de bruit

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Saint-Georges

Pressage rare d’une compilation des Standells, vinyles de rock indé des nineties, groupes de punk français… on peut passer des heures à fouiller les bacs de Plus de bruit, à la recherche d’une pépite que souvent on finit par dégotter à un prix plus que raisonnable.

Advertising

Music Please

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique 10e arrondissement

Aussi accueillante que bien achalandée, la boutique a tout pour plaire : du rock psyché au hip-hop old school, il y en a pour tous les palais dans des saveurs de qualité, en occase comme en neuf.

Soul Ableta
© Charline Lecarpentier

Soul Ableta

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Barbès

Avec ses bacs débordant sur le trottoir et le fourmillement du quartier, Soul Ableta a un charme particulier mais surtout une sélection de vinyles à la hauteur. Du test pressing de Bowie à 30 € à l’illustration sonore en passant par le classique, Soul Ableta n’oublie aucun genre.

Advertising

Ground Zero

5 sur 5 étoiles
Shopping Musique Poissonnière

Ground Zero ou l'un des pionniers de la nouvelle génération de disquaires parisiens. Après plusieurs évolutions, l'enseigne s'est installée dans le 10e arrondissement dans un shop sur deux étages et deux ambiances. Au rez-de-chaussée, le choix de vinyles est imposant (en 33 et 45-tours), tant en neuf et occasion, raretés et nouveautés, goodies… Avec son auditorium, le sous-sol est quant à lui centré autour des différents supports d'écoute. Platines haut-de-gamme, enceintes ou amplis, tout est mis en œuvre pour soigner vos tympans. 

Exodisc
Nicolas Hecht

Exodisc

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Mairie du 18e

Ici tout est affaire de passion, celle qui a poussé Dominique, l’épouse de Larry, à monter son affaire il y a plus de trente ans. Ils continuent aujourd’hui, avec l’enthousiasme et la curiosité de leurs 15 ans, à proposer des disques qu’ils jugent bons d’écouter avant de les vendre, histoire de savoir de quoi ils parlent. La sélection s’en ressent : d’un album de krautrock incontournable (cherchez Can, Ash Ra Tempel ou Cluster) aux récents chefs-d’œuvre de Wooden Shjips ou Death In Vegas, en passant par le meilleur de la black music, ces deux mélomanes défendent la musique à travers toutes ses déclinaisons.

Advertising
© Nicolas Hecht

La Fabrique Balades Sonores

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Pigalle

L’amateur curieux fouille avec plaisir dans une jardinière recyclée, un meuble d’imprimerie accueillant désormais des CD ou une valise regorgeant de sons ; c’est fou tout ce qu’on peut mettre dans 20 m2. Et puis il y a la sélection, résolument tournée vers les petites productions et autres groupes qui mériteraient une plus large reconnaissance, les micro-labels et les plus gros déjà références (Sacred Bones, Born Bad, Bleeding Gold), mais aussi les éditions limitées et soignées d’albums cultes ou récents. 

Beers & Records

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Paris et sa banlieue

Comment ça, pas de disquaire à Montreuil ? Ben ouais, aussi bizarre que ça puisse paraître, jusqu’à décembre 2015, vous pouviez vous gratter pour y acheter un LP. Il y avait donc de la place pour Amadeo, montreuillois depuis 8 ans, et son idée pas si farfelue : réunir dans une boutique des disques (du vinyle of course) et une sélection de bières artisanales. Parce que les deux vont si bien ensemble, et « parce que les zicos ont un penchant pour la bière », dixit le patron. On confirme.

Advertising

La Cuve à son

4 sur 5 étoiles
Shopping Vins et spiritueux 12e arrondissement

Vous pensiez tout savoir sur les disquaires ? Christophe Lepreux vous prouve le contraire. En pénétrant dans sa Cuve à son, vous pouvez vous procurer un vinyle tout en repartant avec une bouteille de vin sous le coude. Original, non ?

Walrus

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique SoPi (South Pigalle)

Comme son congénère mammifère, cette adresse fait figure d’exception à Paris : un disquaire certes, mais aussi un bar où il fait bon venir boire un café et discuter, échanger sur la musique bien sûr - et en acheter ! -, et pourquoi pas sur d’autres sujets. 

Advertising

Crocodisc

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Quartier latin

Dans la jungle des disquaires parisiens, Crocodisc a un avantage de poids : 3 boutiques (rock, black music et jazz) et un stock d'environ 500 000 documents. Donc du choix, beaucoup de choix même. C'est simple, pour une vente, les boutiques rentrent huit nouveaux disques. Dans le stock, des disques pour tous les goûts et toutes les bourses (à partir de 1 €), principalement de l'occasion, en vinyle, CD et DVD. 

Te Iubesc Records & Sapology

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique La Chapelle

Tout amoureux de musiques électroniques bien rencardé connaît Te Iubesc, micro-disquaire parisien installé depuis 2014 au fond de la rue Pajol, à quelques centaines de mètres de la halle. C'est le passionné Dawidu qui a monté cette échoppe après un coup de foudre pour la Roumanie et sa façon de faire la fête, « bien plus libre qu'à Paris ». Et cet amour, il l'exprime tous les jours à travers le nom de son lieu (qui veut dire « je t'aime » en roumain), mais surtout dans ses bacs, qu'il remplit grâce à ses voyages entre Brighton, Berlin ou plus récemment la Géorgie, ville de la nouvelle scène undergound.

Advertising
Monster Melodies
Nicolas Hecht

Monster Melodies

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Les Halles

Monster Melodies est une caverne d’Ali Baba (en plus petit bien sûr), avec ses milliers de disques répandus du sol au plafond, autant de trésors dont certains deviendront sans doute bientôt des pièces de musée. Du jazz, du rock, du metal, de la soul, de la chanson française, un peu d’électro : l’éventail de styles est large, que ce soit en neuf ou (le plus souvent) en occasion, et toujours au format vinyle.

Comets Café & disques

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique 11e arrondissement

Chez Comets Café & disques situé dans le 11e, on se régale autant avec des disques pointus qu'avec des petites assiettes goûtues. Côté food, tout est abordable et savoureux : café Lomi (expresso 2,50 €), soupe 5,50 €, granola 5 €; part de cake banane/chocolat 3,50 €. Pour ce qui est des disques, les mélomanes risquent de se ruiner. Pas qu’ils soient hors de prix, mais dans ce quartier assez bien pourvu en disquaires, Jérôme a fait le choix d’importer des vinyles dont il ne commande qu’un unique exemplaire.

Advertising

Heartbeat

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Roquette

Ouvert en 2013, Heartbeat est un peu le petit frère de ses aînés Betino's et Superfly, situés dans ce quartier décidément riche en disquaires. Ici il est surtout question de black music et de collectors, ce qui n’empêche pas d’y trouver aussi du rock, du hip-hop et de l’électro. Et qui dit « collectors » dit état parfait, du disque comme de la pochette ; certaines pièces se négocient d’ailleurs plusieurs milliers d’euros. Pour 30 ou 40 euros, on peut déjà ressortir avec un vinyle relativement rare, le sourire aux lèvres.

Illogicall Music

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Saint-Georges

La boutique de Renan, ouverte en 2009 après plusieurs années de vente sur le Net, a en effet tout de l’antre du fan complétiste passionné, dévoué à ses idoles et à ceux qui les aiment. Autant dire qu’il fait un peu figure d’ovni dans le quartier, voire à Paris, puisque la plupart de ses confrères disquaires tendent à diversifier au maximum leur catalogue. Spécialiste donc, mais pas sur n’importe quel artiste : chez Illogicall, les stars s’appellent Madonna, Britney, Gainsbourg, Indochine, Michael Jackson, Johnny (on vous laisse deviner lequel) et Mylène.

Advertising
Librairie Parallèles
Nicolas Hecht

Librairie Parallèles

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Les Halles

Tandis que la plupart d’entre nous vont à la Fnac pour trouver les dernières nouveautés à des prix exorbitants, certains préfèrent passer chez Parallèles. Et pour cause : on y trouve souvent des albums neufs et emballés à moins de la moitié du prix. A dominante rock, le stock bouge régulièrement en raison des nombreux habitués repartant avec une pile de CDs, ou de types passés revendre ou échanger une partie de leur collection. 

Le Rideau de Fer
Nicolas Hecht

Le Rideau de Fer

4 sur 5 étoiles
Shopping Musique Montmartre

Idéalement situé au pied du Sacré-Cœur, le Rideau de Fer est un peu le petit frère de Plus de bruit (dans le 9e), avec une politique de prix aussi basse que celle de son aîné et son large choix de bandes dessinées. Pourtant, vous pourrez très bien visiter les deux dans la même après-midi, tant les bacs du Rideau proposent une sélection de vinyles large et pointue : jazz, blues, rock, électro, musiques de films et leurs dérivés.

Advertising
Le Silence de la Rue
Nicolas Hecht

Le Silence de la Rue

3 sur 5 étoiles
Shopping Musique Charonne

Si vous passez la porte du 39 rue Faidherbe, ce sera probablement plus pour la large sélection de vinyles et CDs (notamment en musiques du monde et rock indé) que pour l’accueil, un brin froid et impersonnel. De la black music aux classiques du rock et du hip-hop à petits prix, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, avec la possibilité de découvrir les nouveautés et occasions sur les tables d’écoute.

Plus de musique

Les meilleures salles de concerts à Paris

Musique Salle de concert

Dans ce dossier, on retrouvera des salles de toutes les tailles et toutes les chapelles musicales, avec notamment des lieux mythiques aux programmations multigenres. Enfin, on a souhaité mettre un coup de projecteur sur des lieux à la capacité certes plus restreinte – et où la sueur coule souvent à flots – mais dont les programmations réunissent les groupes émergents les plus excitants du moment.

© DR / Le Viet / Badaboum

Les meilleurs clubs où sortir à Paris

Clubbing

Que de chemin parcouru par la nuit parisienne au cours de cette dernière décennie, passée du semi-coma à une hyperactivité réjouissante. On la doit – notamment – à l'ouverture fondatrice de Concrete fin 2011. Dans le sillage du club du port de la Rapée, qui a fermé ses portes au mois de juillet, les contours des clubs parisiens, les formats proposés et la manière de faire la fête ont profondément changé. Si l'on est encore loin de la gargantuesque proposition berlinoise, il y a tout de même de quoi faire toutes les semaines à Paris. Alors bien sûr, dans cette sélection des meilleurs clubs parisiens, la scène électronique trouve une large place, bien aidée par une tripotée de collectifs passionnés. Mais la nuit parisienne s'est aussi découvert une passion pour le défonçage des barrières stylistiques, avec des lieux comme la Station, où l'on aime autant prendre sa taule dans une fosse de punk que claquer du tendon rotulien sur de la techno. Également au menu, ces clubs qui, à la manière de la Bellevilloise, programment à la fois des soirées funk que des musiques venant du monde entier. Sans oublier, parce que Paris est Paris, toutes ces adresses pour voir et se faire voir au milieu d’une faune de fashion victims. Ou ces clubs branchés au décorum baroque comme le Carmen, où l'on sirote des cocktails au gin tout en dansant sur du hip-hop. Bref, voici notre sélection des meilleurs clubs à Paris, garantie sans entrée gratuite pour les filles avant minuit, carrés VIP ou photographes

Advertising
La Station
© Come Cerezales

Les meilleures salles de concerts où écouter du rock à Paris

Musique Rock et rock indé

Il serait mort et enterré au fond d'un placard, entre un Perfecto élimé, la collection de vinyles parentale et les souvenirs acidifiés d'un oncle soixante-huitard. Et pourtant, si le rock à Paris pourrait objectivement avoir meilleure mine – on vous voit les fermetures administratives –, il est encore très loin d'avoir acheté sa concession au Père-Lachaise. Prendre le pouls de la scène rock à Paris aujourd'hui, c'est avant tout se glisser dans les caves moites et les petites salles (parfois moites aussi). C'est là, dans ces réduits accueillant au maximum 500 bipèdes, qu'on découvre les plus curieuses et ambitieuses programmations de la ville. Parmi ces boîtes à pogos, on retrouve la Boule Noire, l'Espace B, l'International, la Maroquinerie, Petit Bain ou encore la Pointe Lafayette, des noms à retenir pour pouvoir dire plus tard « j'y étais ». Egalement au programme, des institutions telles que la Cigale, l'Olympia ou le Bataclan, des salles généralistes qui proposent de très belles dates de groupes plus mainstream. Un dossier bien complet, à consulter à la maison ou en sortie de pogo.

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising