Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les 100 meilleurs bars de Paris

Les 100 meilleurs bars de Paris

On a rassemblé la crème des établissements parisiens dans un classement. Le marathon de l’ivresse peut commencer...

Par Tina Meyer, Houssine Bouchama et La Rédaction |
Advertising

Juin 2019 : Font leur entrée au classement : Bilili, le bar à vins gouailleur des Arlots, Cambridge Public House, cosy planque à cocktails british en diable (révélation de janvier 2019); Cravan, ouvert fin 2018 au fin fond du 16e, et spécialisé dans les cocktails de l'entre-deux guerre... Mais aussi Deviant, comptoir à jaja naturiste où vient défiler tout le Paris fashionweekable. Plus récemment encore (juin 2019), clap clap pour Les Cuves de Fauve : un lieu hybride et audacieux, à la fois micro-brasserie, bar et bistrot. 

Ils avaient échappé à nos radars et rejoignent enfin la Drink List : le
Fifty Fifty, génial OVNI avec sa carte chiadée mi-cocktails mi-bières artisanales; La Curieuse Compagnie, fabuleuse cave où manger et glouglouter nature peinture, et Sister Midnight, cool cocon pour dandys rock, qui renoue avec le Pigalle canaille.

Vous cherchez les meilleurs bars à Paris ? Arrêtez tout. Vous êtes au bon endroit. Ce n'est pas un secret, la scène bar parisienne est l'une des meilleures du monde. Des bars à cocktails qui repoussent les limites de la créativité, de chaleureux troquets où les pintes s’entrechoquent à tire-larigot ou des caves à vin faisant la part belle aux grands vignobles, des rades d'amour, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. 

Avant de vous plonger dans l’ivresse, sachez, chers lecteurs, que numéroter ces adresses ne fut pas simple. Car un bar, ce n’est pas qu'un simple numéro. C’est un lieu de vie, une fabrique de souvenirs. Mais après de longs débats haletants (parfois sanglants), voici nos 100 coups de cœur. A votre santé !

Vous êtes allé.e dans un des bars de cette liste ? Partagez vos meilleures photos sur Instagram via le hashtag #TimeOutDrinkList. Et pour en savoir plus sur la façon dont Time Out chronique les bars, attribue les notes et établit ses classements, c’est par ici 

1
Photograph: Le Syndicat
Bars, Bars à cocktails

Le Syndicat

icon-location-pin Strasbourg-Saint-Denis

Pour qui ? Les amateurs de cocktails de haute voltige, élaborés avec des alcools 100 % bleu-blanc-rouge
Boire quoi ? Un Nevez Old Fashioned

Aussi cosy à l'intérieur que trash à l'extérieur, Le Syndicat ne peut laisser indifférent. On y déguste de fabuleux cocktails façonnés avec des alcools de grand-père, et shakés par une équipe particulièrement attentionnée. Le tout dans une envoûtante atmosphère de speakeasy décontracté, bande-son hip-hop dans les oreilles.

2
Billili
Bars, Bars à vins

Billili

icon-location-pin SoPi (South Pigalle)

Pour qui ? Ceux qui attendent qu'une table se libère aux Arlots... Ou qui ont été refoulés ! 
Boire quoi ? Un ballon de blanc Les Aurièges 2016 (Domaine du Clovallon). Tuerie !

Un nom improbable pour un spot qui se prend pas le chou, un comptoir central, de grandes baies vitrées pour mater la rue : tout simple, tout bon. +1 pour le no résa (premier arrivé, premier servi). On kiffe l'ardoise, canaille en diable -la terrine Billili, fondante et puissante, et la mousse au chocolat, dense, texturée... Et surtout, cette sélection de pifs, si personnelle et éclectique de Tristan, sommelier hors pair qui n'hésite pas à faire goûter.

Advertising
3
© Combat
Bars, Bars à cocktails

Combat

icon-location-pin 19e arrondissement

Pour qui ? Ceux qui veulent des cocktails sans embrouilles
On boit quoi ? Un Bérégovoy

Parce qu'on aime le cadre super accueillant et l'accueil pacifique. Mais on y vient surtout pour s'enfiler de sacrés cocktails. Et pour éviter d’être battu par K.O, on n'hésite pas à tâter de l’ingrédient solide... Histoire de sortir gagnant du combat. 

4
Bars, Bars à tapas

L’Avant-Comptoir du Marché

icon-location-pin Odéon

Pour qui ? Les amateurs de pâté, de boudin noir, de boudin blanc, d’oreilles de porc, bref tout ce qui constitue un joli petit porcelet
Boire quoi ? Un minimus rouge du nord-aveyron

Parce qu’Yves Camdeborde. Toujours aussi sympathique, notre chef du Sud-Ouest préféré remet le couvert avec l’Avant-Comptoir du Marché. Paradis des gros cochons amateurs de bon vin et véritable enfer pour un végétarien.

Advertising
5
Cravan
Bars, Bars à cocktails

Cravan

icon-location-pin 16e arrondissement

Pour qui ? Un ami en visite à Paris, un amateur de cocktail, un amateur de café
Boire quoi ? Le Tunnel, un negroni revisité, pour bien commencer la soirée

Quand on passe la porte de cette pépite Art nouveau classée monument historique, on découvre, non sans une once de satisfaction, un lieu préservé. Loin de ces bars cachés façon Prohibition... Qui, comme le rappelle le taulier Franck Audoux (ancien du Chateaubriand) n’ont jamais existé à Paris.

6
Lulu White
Bars, Bars à cocktails

Lulu White

icon-location-pin Saint-Georges

Pour qui ?  Ceux qui veulent plonger dans le Paris de la Belle Epoque
Boire quoi ? Un cocktail à base d'absinthe, pardi !

Niché entre deux mondes – celui des sex shops du boulevard de Clichy et celui des épiceries fines de SoPi –, Lulu White constitue à lui seul un troisième univers. Anglo-saxon avant tout. Révisez bien vos verbes irréguliers : dans cet établissement ouvert par l'équipe du Little Red Door (rue Charlot), tout est en anglais, du site Web au menu en passant par les échanges entre barmen. L'intérieur fait quant à lui complètement anachronique. Ici, pas de caisses à vin recyclées, mais une déco Art nouveau : sols carrelés, comptoir en bois et marbre, motifs muraux et fauteuils matelassés... 

Advertising
7
Bars, Bars à vins

Septime La Cave

icon-location-pin Roquette

Pour qui ? Les œnophiles distingués
Boire quoi ? Un verre de Fleur Sauvage Jouret

Nous avons mis un peu de temps à nous y rendre, par crainte du “trop branché”. Car nous sommes ici dans l’annexe du Septime, restaurant de l’illustre Bertrand Grébaut. A la Cave, c’est simple, les vins sont synonymes de bonheur. Et comme dans toutes les caves où l’on boit bien, le manger est évidemment lui aussi à la hauteur.

8
Bars, Bars à bières

Les Trois 8

icon-location-pin 20e arrondissement

Pour qui ? Les amateurs de bières artisanales
Boire quoi ? L'une des huit binouzes en rotation, pardi ! 

Pour les bonnes bières artisanales et le vin bio, sur fond de rock qui défouraille et de restauration à la bonne franquette. 

Advertising
9
Bars, Bars à cocktails

Bisou

icon-location-pin 3e arrondissement

Pour qui ? Les amateurs de cocktails qui aiment se faire surprendre
Boire quoi ? C’est à votre humeur de décider

Parce qu’au Bisou, on vous shake un élixir sur mesure en fonction de vos envies du jour et des inspirations du barman. Le tout à consommer sous un auvent rose pastel, au milieu d’une déco végétale, à l’abri des regards pour un petit bisou discret.

10
Bars, Bars à cocktails

La Mezcaleria

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Les aficionados de mezcal et de tapas
Boire quoi ? Le Hot Mexican

Parce que le mezcal s’est imposé comme un incontournable des bars à cocktails parisiens et que la Mezcaleria en est son plus digne représentant. Le cadre à la déco festive et folklo est idéal pour lancer une soirée. Et puis l'entrée des lieux...

Advertising
11
© Joris Allardon
Bars, Bars à cocktails

Cambridge Public House

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? La diaspora londonienne en quête d'un nouveau Q.G.
Boire quoi ? Ce Funk Attack qui met une claque : lait fermenté, citron, algue kombu infusée au gin Citadelle (13 €) Karma.

Ici, on se sent bien direct. Tableaux d'antiquaire, cuir, rideaux, lampes de banquier en laiton et abat-jour vert... Un piano dans un coin... L’endroit se veut chaleureux, et le staff -en bleu de travail- tout sauf snob. Aux manettes, un trio qui ne travaille qu’avec des artisans ou des marques de spiritueux responsables et rêvait d'un gastropub "comme à Londres".

12
© Jean Picon
Bars, Bars à tapas

Déviant

icon-location-pin Poissonnière

Pour qui ? Ceux qui veulent bien manger, bien boire (et se faire voir)
Boire quoi ? Des vins natures : consensuel mais très glouglou rouge Hanami de Bobinet (26 € la bouteille), ou plus rare Steinert 2016, pif orange de Pierre Frick.

Et de deux ! Après avoir régalé son p’tit monde à deux numéros de là (Vivant), Pierre Touitou et Arnaud Lacombe, 25 et 30 piges chacun, remettent le couvert et nous rejouent pépouze le refrain de Kool Shen : L'avenir est à nous. Dans ce bar minimaliste poussé à l’extrême, on gomme tous les superflus et on va droit au but façon Olympique de Marseille : pas de chaises, pas de tables, pas de porte d’entrée et encore moins de devanture. On ne garde que l’essentiel : le comptoir et la cuisine. 

Advertising
13
Fréquence
Bars, Bars à cocktails

Fréquence

icon-location-pin 11e arrondissement

Pour qui ? Les adeptes des beats chaloupés, de la Motown et du reggae
Boire quoi ? Lors de notre premier passage, un Fernando Sancho, fumé et acidulé (12 €)

Tandis que l’on sirote ça du bout des lèvres, installée sur l’une des petites tables basses, le flow qui s’échappe des 33 tours gagne les extrémités de notre corps. Derrière le long comptoir, s’exposent des dizaines de vinyles avec un fort penchant soul et reggae. La musique veloutée s’empare de tout l’établissement, même le frigo derrière le bar ressemble au tableau de bord d’un tuner radio (peut-être est-ce déjà l’effet des premières vapeurs fumées du mezcal…) 

14
© Martin
Bars, Bars à vins

Martin

icon-location-pin Folie-Méricourt

Pour qui ? Absolument tout le monde
Boire quoi ? Un Plymouth (14 €) : gin à base de câpres, zestes de citron et Mediterranean Fever Tree

Si la proximité avec Merci, Ami et consorts attire quelques modeux, Martin a su rester simple. Et c'est pour ça que cette planque brut de coffre ancrée boulevard Beaumarchais est devenue notre QG. Un rade ni beauf ni branché, avec poutres et pierres apparentes, en mode "comme à la maison". C’est ce que voulait Loïc Martin, ex-barman du resto Au Passage, bon vivant passionné, qui a récupéré et retapé fin 2014 cet ancien PMU. 

Advertising
15
© Rosa Bonheur

Rosa Bonheur

Pour qui ? Les parisiens en manque de verdure
Boire quoi ? Un verre de vin issu de l’agriculture raisonnée

Parce que du haut des Buttes-Chaumont, le Rosa Bonheur offre une superbe vue dans un cadre campagnard et une géniale terrasse panoramique. On prend l’apéro sous les grands arbres en profitant des derniers rayons de soleil. Tout simplement parfait.

16

La Cave à Michel

Pour qui ? Ceux qui aiment le vin et qui n’y connaissent rien !
Boire quoi ? Un cheverny (Clé de sol, 2014)

Parce qu’on vient ici pour s'arroser le pif de bons vins sous les conseils éclairés de Fabrice, le maître des lieux. On en profite aussi pour s’enfiler des petites assiettes bien balancées. Le tout dans une ambiance joyeusement bordélique.

Advertising
17
Castor Club
Bars, Bars à cocktails

Castor Club

icon-location-pin Saint-Michel

Pour qui ? Les nostalgiques de l'ambiance rock/country des années 1950-60 et amateurs de cocktails ultra-créatifs
Boire quoi ? Le Turkish Delight ou le Chirac 95 

Parce qu'un excellent bar Rive gauche, ça ne court pas les rues. Et parce qu'en plus d'y siroter d’incroyables cocktails à la créativité totalement débridée, on y bouge son derrière le week-end sur une bande-son rock/country.

18
Bars, Bars à bières

Les Cuves de Fauve

icon-location-pin Charonne

Pour qui ? La petite bande de copains en quête d’un spot où bien picoler et bien manger
Boire quoi ? Les bières de la maison, pardi !

Rue de Charonne, ce lieu hybride à la fois microbrasserie, bar et bistrot séduit. Plafond en béton, briques, pierres grattées aux murs, menu de bières tout en transparence, néons et végétation… Derrière le bar, on retrouve les stars, les gros fûts en inox. Car oui, la binouze est brassée ici ! Les serveurs, iPad greffé à la main, sont efficaces et jamais avares en conseils houblonnés. À la carte, 16 bières pression. Et une quinzaine d'assiettes gourmandes, tortorées par le  jeune chef Oscar Verlant (ex-Frenchie, ex-Apicius).

Advertising
19
© La Curieuse Compagnie / Arthuro
Bars, Bars à vins

La Curieuse Compagnie

icon-location-pin Poissonnière

Quelle vibe ? Cave à manger naturiste avec plus de 200 références à glouglouter !
Boire quoi ? Une quille de Raphaël Baissas, jeune vigneron perché sur les hauteurs de Calce (Roussillon). Sa cuvée Nada par exemple ! 

Time Out dit
20
© Danico

Danico

Pour qui ? Les amateurs de cocktails aux recettes folles
Boire quoi ? Kota Ternate

Parce qu’ici, on pousse le curseur de l'originalité à fond la caisse. Des cocktails plus délirants les uns que les autres pour une expérience unique. Et en bonus, un shot de sympathie est offert avant le départ, sans avoir à lever le doigt. Chez Danico, on sait recevoir.

Advertising
21
Outland
Bars, Bars à bières

Outland

icon-location-pin Roquette

Pour qui ? Tous ceux qui aiment la bonne bière ou veulent apprendre à l’aimer
Boire quoi ? Une Murica Ipa de la brasserie Outland 

Parce que c'est l'enfant des Trois 8, ce bar à bières rock qu'on adore (en tête de ce classement !), et de la micro-brasserie francilienne Outland. +1 pour ce grand et très bel espace, avec un immense comptoir, à l’image des taprooms américaines où l’on vient boire son coup accoudé. 

 

22
Restaurants, Café

La Fontaine de Belleville

icon-location-pin 10e arrondissement

Pour qui ? Tous ceux qui n’en peuvent plus des bistrots à mauvais cafés Richard, des pintes Heineken et des plats de chez Métro
Boire quoi ? Une bière artisanale Deck & Donohue

Parce qu’avec La Fontaine de Belleville, la mauvaise bière, le café robusta et le sandwich bas de gamme, c’est terminé.  Voici le temps des produits artisanaux et éthiques. Mais le grand atout de la Fontaine de Belleville, c'est sa terrasse en plein soleil, qui domine le carrefour des rues de la Grange aux Belles et Juliette Dodu.

Advertising
23
Aux Deux Amis / Emmanuel Chirache
Restaurants, Français

Aux Deux Amis

icon-location-pin Folie-Méricourt

Pour qui ? Ceux qui aiment le coude-à-coude jovial, avec le sourire, un verre de blanc par-ci, une pression par-là...
Boire quoi ? Du vin évidemment, 100 % nature, servi par David Vincent-Loyola, un ancien du Chateaubriand ayant transformé ce vieux rade de quartier en étape incontournable de la rue Oberkampf (ceci explique cela). 

Pour : la tortilla de Janine, fondante, le bellota et ses amandes grillées, la mozza cecina, éclatante, et selon l'humeur, les sardines fraîches, la morcilla purée... Sans oublier l'indémodable burrata et le classique manchego. Et aussi : les murs, carrelage et néons seventies, la terrasse sur le trottoir bien chouette pour agrandir la fête quand l'air commence à manquer. Les beaux mecs, les belles filles !

24
© Le Mary Céleste
Bars, Bars à cocktails

Le Mary Céleste

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Les amateurs de cocktails et d’huîtres
Boire quoi ? Un Rain Dog à siroter avec une huître

Avec sa porte en PVC et son néon tout simple, vous risquez de passer devant le Mary Celeste sans le remarquer et ça serait une belle erreur. Parce qu’au Mary Celeste, on mise sur de délicieux cocktails maison mais aussi sur un concept génial : le bar à huîtres.

Advertising
25

L'Avant-Comptoir de la Mer

Pour qui ? Les becs de zinc fans de Camdeborde ayant le tutoiement facile
Boire quoi ? 
Un vin blanc avec un ceviche de lieu jaune

Parce qu'ici, on mange debout et tout se passe au comptoir : la commande comme la dégustation. Vins de qualité, hors-d'œuvre revisités façon tapas et assiettes créatives, le tout dans une ambiance folklo et décontractée. Y’a pas à dire, il est très fort ce Yves Camdeborde.

 

26
© Candelaria
Bars, Bars à cocktails

Candelaria

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Les cocktails lovers et tapas addicts
Boire quoi ? Une Guêpe Verte, piquante à souhait

Parce que la Candelaria nous prend par les sentiments : mezcal, tequila, tacos, tostadas ou encore quesadillas. Bref, tout ce qu’on aime. Une mini-taqueria, un bar à tacos façon Mexique et un bar à cocktails planqué derrière une porte.

Advertising
27
© Karim Merikhi
Bars, Bars à cocktails

Little Red Door

icon-location-pin 3e arrondissement

Pour qui ? Ceux qui veulent tester ce qui se fait de mieux en mixologie à Paris
Boire quoi ? Un Modernismo

Parce que derrière cette petite porte rouge se cache une merveille de bar à cocktails. Des créations plus étonnantes les unes que les autres. Le tout dans une ambiance ultra-tamisée à l’accent anglo-saxon. Cheers!

28
© Le Perchoir

Le Perchoir

Pour qui ? Ceux qui veulent prendre de la hauteur
Boire quoi ? Le cocktail du jour

Parce qu’un bar perché sur les hauteurs de Ménilmontant avec une vue panoramique à 360 sur la capitale, ça n’a pas de prix. Enfin si, 12 € pour un cocktail de qualité. Cerise sur le gâteau : le couché de soleil sur le Sacré-Coeur.

Advertising
29
© En Vrac
© En Vrac
Bars, Bars à vins

En Vrac

icon-location-pin La Chapelle

Pour qui ? Les épicuriens sans limites
Boire quoi ? Des litres et des litres de vin

Parce que c'est le premier bar à vins à prôner la régalade à prix doux, sans lésiner sur la qualité ! Belles assiettes fermières de charcutaille et/ou fromage à 10,50 €, jaja bien sourcée qu'on vient piocher à même la cuve inox... A 3-4 € le verre, 10,50 € le demi, et 14 € le litre, qui dit mieux ? On aime aussi la déco néo-nature du plus bel effet, avec ces grandes tablées à partager en terrasse, son comptoir massif... Le tout dans un quartier popu et plein de vie. A l'image de ces vins, tendance nature/biodynamie !

30
© Ivan Mathie
Bars, Bars à cocktails

CopperBay

icon-location-pin Strasbourg-Saint-Denis

Pour qui ? Les Parisiens en manque de vacances
Boire quoi ? Un Kuzco Sour

Parce qu’on aime autant la carte de cocktails voyageuse et ultra-créative que le décor d'inspiration marine qui fleure bon l’océan : nuances de bleu, cordes drapées au plafond et minerais de bois accrochés au mur. Bref, le lieu de vacances idéal.

Advertising
31
© Chez Ammad

Chez Ammad

Pour qui ? Absolument tout le monde 
Boire quoi ? Une pinte

Parce que des rades comme celui-là, on n'en fait plus. Fidèle à lui-même depuis au moins cinquante ans, Ammad sert toujours avec succès sa bonne vieille recette : des consos données et de la musique brésilienne/funk/jazz qui invite à danser après quelques verres.

32
© Mabel

Mabel

Pour qui ? Les amateurs de rhum
Boire quoi ? Un Togarashi avec un grilled cheese

Si l’on se fie à sa devanture façon “fast-food”, le Mabel n’est clairement pas le bar à cocktails le plus attirant de la capitale. Mais une fois à l’intérieur, vous atterrissez dans une salle à l’ambiance doucement feutrée. Les délicieux cocktails finiront, eux,  de vous convaincre.

Advertising
33

Yard la Cave

Quelle vibe ? La cave à jaja naturiste du resto éponyme, cornaquée par Clovis Ochin (LE trublion du vin naturel à Paris), séduit une faune jeune et branchée. 
Boire quoi ? Une quille de Jean-Louis Pinto (Es d'Aqui) ou d'Anthony Tortul (La Sorga)

34
Bars, Bars à cocktails

Le Sherry Butt

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Les amateurs de bon whisky 
Boire quoi ? Un Shimbashi

Derrière une façade discrète d'une petite rue du Marais, on découvre deux belles salles en longueur, avec canapés en cuir capitonné, lustres design, grands miroirs et lumière tamisée qui rappellent les bars new-yorkais, à la fois classes et décontractés. A la carte, des mixtures de haute volée shakées par des mains expertes et une sélection de whiskies racés, collectés dans le monde entier. Il faut dire que le maitre des lieux Amaury Guyot (aussi à la tête de Dersou) est un expert du cocktail. 

Advertising
35
© alexandremartin.fr

La Fine Mousse

Pour qui ? Les amateurs de vraies binouzes
Boire quoi ? Une bière Saison Dupont

La Fine Mousse s’impose comme l’un des piliers de la bière à Paris. Tenu par quelques "bièrologues" aux manettes d’une vingtaine de tireuses, le lieu propose un choix pléthorique de mousses toutes artisanales. Le bar possède aussi son restaurant juste en face, qui propose de parfaits accords mets-bières élaborés.

36
© La Commune
Bars, Bars à cocktails

La Commune

icon-location-pin Belleville

Pour qui ? Les Parisiens livides & dépressifs qui ont besoin d'un shoot de soleil (et d'un bol de punch)
Boire quoi ? Un saladier punché

Une devanture qui ne paye pas de mine et de l'alcool 100 % français sur fond de hip-hop, voilà la recette de la Commune. Pour environ 11 € par tête, on vous apporte des saladiers argentés emplis d'excellentes mixtures punchées et il n’y a rien à redire : c'est savoureux, équilibré, on s'en ressert plusieurs louchées.

Advertising
37
© Philippe Levy
Bars, Bars à cocktails

Serpent à plume

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Ceux qui rêvent d'une ambiance Grand Budapest Hotel
Boire quoi ? Le Separate but Together, un cocktail ultra gourmand à siroter dans le jacuzzi

Si l’envie prenait à Wes Anderson de passer par Paris, on lui recommanderait illico de faire escale au Serpent à plume. Discrètement planqué sous les arcades de la place des Vosges, le spot, volontiers hybride, offre un accueil digne du génial Grand Budapest Hotel. Accoutré d’un kitsch mais très réussi costume de Lobby Boy, la bande d’Alexander - proprio et marchand d’art de 25 piges - sert un concept qui flirt avec l’irrationnel. Boutique de pyjamas - galerie d’art – librairie - café - bar à cocktails, rien que ça ! Et pour ce dernier, c’est au sous-sol que ça se trame. 

38
© Le Mansart
Bars, Bars

Le Mansart

icon-location-pin Saint-Georges

Pour qui ? Les trentenaires branchés, ceux qui veulent draguer, 
Boire quoi ? Une pinte (à 8 € tout de même !) 

Une terrasse qui s’étire sur le trottoir, des beaux mecs à moustache-bonnet, de jolies filles, un baby-foot : bienvenue au Mansart. Etant donné son emplacement, en plein cœur de SoPi, à deux pas du bon vieux Bus Palladium, pas étonnant que ce rade tout de miroirs vêtu soit devenu le nouveau repère branché du coin. Alors oui le service est délétère, et oui on paye ici sa pinte 8 balles, ce qui fait grimper vite le prix de la cuite. Mais si on va au Mansart, soyons clairs, c’est d’abord pour draguer ! 

Advertising
39
<p>&copy; Moonshiner</p>
Bars, Bars à cocktails

Moonshiner

icon-location-pin Roquette

Pour qui ? Les nostalgiques du vieux New-York
Boire quoi ? Un Smokey Island

Parce qu'ici on parle cocktail et whisky avec des experts passionnés et toujours disponibles. Total plaisir de se délecter d'un délicieux punch de saison ou d'une création aussi complexe que subtile. 

40
Cave de Belleville
© Owen Franken

Cave de Belleville

Pour qui ? Les amateurs de bon vins
Boire quoi ? Un verre de vin blanc pour accompagner une planche généreuse

C’est la cave à boire/manger parfaite. Vous vous délecterez sur place ou, comme dans une épicerie fine, vous vous contenterez d'emporter vos petits caprices à la maison. Avec une constante : le bonheur de vos papilles.

Time Out dit
Advertising
41
© L'Entrée des Artistes

L'Entrée des Artistes

Pour qui ? Les esthètes 
Boire quoi ? Un Psilo à base de tequila, mezcal, sel et citron vert, pimpé champi-coriandre 

Parce qu'on régale nos tympans sur des sonorités jazz, soul et groove. Pour parfaire l'instant, direction le bar où des cocktails avec sirops et infusions faits maison vous attendent jusqu'à 2h en semaine et 5h le week-end.

42
© Bonne Aventure
Bars, Bars à vins

Bonne Aventure

icon-location-pin Paris et sa banlieue

Pour qui ? Chineurs, marchands, flâneurs, de préférence leveurs de coude
Boire quoi ? Un bojo-villages du domaine Cheveau, charnu, rond, plein, pétant de fruit, réhabilitant la gouleyance attachée à cette appellation longtemps malmenée (6 €).

Niet, la banlieue n'est pas morose : à 300 mètres du Périph', ce nouveau spot pour potes fédère au déjeuner autour de sa bistrote food puis, dès 17 heures, à grand renfort de canons de sang pur, tendance biodynamie/vins naturels. Avec, en prime, un bout de terrasse pour lézarder plein sud. Bim, le cadre est posé. C'est tapas du jeudi au samedi soir (6-12€), pis les autres jours, à la sortie du taf' (dès 17h) : assiettes de charcutaille (saucisson Chavassieux, chorizo Bellota, jambon Prince de Paris...) et fromages fermiers (10-16 €). Et côté tire-bouchon et décapsuleur, le caviste Mathias Tenret, se fait pas prier pour dégoupiller ses trouvailles. 

Advertising
43
© Dirty Dick

Dirty Dick

Pour qui ? Ceux qui rêvent de vacances au soleil
Boire quoi ? Un cocktail avec l’un des 55 rhums à la carte

En entrant au Dirty Dick, on découvre émerveillé un délire psychédélico-tropical coloré. Manque plus que le sable et on y est ! Après quelques cocktails bien dosés, on a envie de porter une couronne de fleur et crier « Aloha ! » à tous ses voisins. Ça doit être à ça qu’on reconnait une déco réussie.

44
© Lavomatic
Bars, Bars à cocktails

Lavomatic

icon-location-pin République

Pour qui ? Ceux qui veulent siroter un cocktail sur une balançoire
Boire quoi ? Un Drunk in Love

Caché au-dessus d’une (vraie) laverie, le Lavomatic est un concept apparu pendant la prohibition en Amérique. Dans les années 1920 et 1930, certains commerces cachaient un bar au fond de leur salle, où l'on se réfugiait pour faire la fête, en parfaite illégalité. Ici, c’est légal, mais ça reste très cool.  

Advertising
45
© Le Très Particulier
Bars, Bars à cocktails

Le Très Particulier

icon-location-pin Montmartre

Pour qui ? Les fans de Twin Peaks... et de cocktails dînatoires
Boire quoi ? L'Égoïste

Pour les cocktails originaux à siroter avec de succulents tapas dans un speakeasy avec carreaux à damiers et fauteuils de velours rouge façon Twin Peaks. Et accessoirement, sans doute l’un des meilleurs spots pour un date.

46
© Sunset

Sunset

Pour qui ? Les buveurs en tout genre
Boire quoi ? Un Red Sunset

Parce qu'ici tout est bon, des bières, toutes issues de micro-brasseries italiennes, allemandes et françaises aux vins bio, en passant par les délicieux cocktails. Côté food on se met bien aussi. A l’image de ces rillettes de cochon en ëpastilla-ketchup maison : Régalade assurée.

Advertising
47
© Bar de Biondi

Le Bar de Biondi

Pour qui ? Ceux qui veulent manger et boire bon
Boire quoi ? Un pisco Biondi

Parce que comme pour le génial resto Biondi jouxtant le bar, le chef argentin Fernando de Tomaso joue la carte de la régalade. Au menu : de délicieux tapas à partager en sirotant des cocktails rafraîchissants à l’accent latin. Le tout à des taros abordables.

48
© Edouard Nguyen

Les Rouquins

Pour qui ? Les amateurs de vins novices
Boire quoi ? Un verre de Mon P'tit Pithon

Ici, ne cherchez pas la carte des vins dans les mains du serveur, c'est en fonction de votre envie du jour que l'on vous apportera la bouteille. On vient ici pour se laisser guider. Un vin exquis en main, ne reste plus qu'à le déguster avec un ceviche de dorade ou une burrata truffée crémeuse à souhait.

Advertising
49
© L'Atalante
Bars, Bars à bières

L'Atalante

icon-location-pin Jaurès

Pour qui ? Ceux qui en ont marre de La Rotonde. Et les mordus de bière en général
Boire quoi ? Cette fraîche Hoppy Pale Ale de la micro-brasserie française Coconino

Une FAT terrasse à transats les pieds dans l'eau, une vingtaine de tireuses, un bar de 8 mètres de long : rien à dire, en matière de bar à binouzes cool, L'Atalante se pose bien comme il faut. Ancré depuis l'été 2017 en face des Bancs publics, non loin du parc de La Villette, ce paquebot baigné de lumière (merci les grandes baies vitrées) attire une faune de chilleurs de première. Ici on prend le temps de vivre, en regardant le ballet des mouettes, en écoutant le concert du soir (beaucoup de jazz).

50
© Le 1905
Bars, Bars à cocktails

Le 1905

icon-location-pin Le Marais

Pour qui ? Les amis qui partent en goguette. Ceux qui veulent en mettre plein les mirettes à leur premier date.
Boire quoi ? Un délicat Vol de Nuit (rhum, cassis, coriandre, citron, vanille). Team Saint Ex' !

Ça swingue au premier étage ! On connaissait déjà Les Vins des Pyrénées, un vieux bistrot qui servait de repères aux canailles illustres : Charles Baudelaire, Jeanne Duval, Paul Cézanne, Jim Morrison… Sis pile en face de Homies et leur bar à vins Magnum. Mais depuis plusieurs mois c’est à l’étage qu’on vient s’enivrer avec un nouveau bar caché : le 1905. 1905, c’est bien l’année où le temps semble ici s’être arrêté. Moelleux canapés en cuir, petits fauteuils en velours, buffets en bois et abat-jours en tous genres. Une déco feutrée et chicos pour ce bar aux allures d’appartement de dandy.  Les cocktails ? Tous à 13 € ! 

Advertising
51
© Les Bancs Publics
Bars, Bars à vins

Les Bancs Publics

icon-location-pin La Villette

Pour qui ? Ceux qui rêvent d'un amour de bistrot pieds dans l'eau, avec terrasse où pister le soleil !
Boire quoi ? Un mojito à 5 balles ou un bon vin (esthète) comme ce blanc jurassien qui déboîte -Initial Arbois 2016 de Jérôme Arnoux (5,80 € le verre, 31 € la quille). 

Conseil d’ami : à l’heure de l’apéro, fuyez le canal Saint-Martin et La Rotonde Stalingrad (vus et revus) et faites quelques pas en direction de La Villette. En bordure du canal de l’Ourcq, s’est amarré en septembre 2014 un bien chouette bistrot. Chaises Baumann années 1960, murs grattés-mais-pas-trop, terrasse, baies vitrées grandes ouvertes aux beaux jours : le soleil y coule à flots, comme le (très) bon vin. +1 pour les pâtés basques, droits dans leurs espadrilles, en direct producteurs (6,50 €), les mojitos, Ti-punch ou caïpi à 5 balles (si si !).

52

Bar Hemingway

Pour qui ? Ceux qui veulent tutoyer la perfection 
Boire quoi ? Le fameux Martiny de l'éminent chef barman Colin Field dont la composition reste inconnue encore aujourdhui  

Parce que L’un des plus majestueux hôtels du monde abrite aussi l’un des plus beaux bars et accessoirement le meilleur barman du monde. Beaucoup de superlatifs pour un lieu définitivement hors du commun (et hors de prix).

Advertising
53
Paname brewing company
Bars, Bars à bières

Paname Brewing Company

icon-location-pin Jaurès

Aux beaux jours en longeant le quai de la Loire depuis le métro Jaurès, on entend le clapotis de l'eau, les boules de pétanque s'écraser au sol et les canettes de bière se faire décapsuler. Gentrification oblige, l'arrivée de la Paname Brewing Company (après celle du très coquet Pavillon des Canaux) semble avoir sonné définitivement le glas de l'époque Stalin-crade. 

54

Aux Folies

Pour qui ? Les fans de terrasses bordéliques
Boire quoi ? Une bière à 2,50 €

Parce que c’est une véritable institution à Belleville. Toute la jeunesse de ce quartier animé s'y retrouve à toute heure autour d’une bière à 2,50 € ou d’un cocktail à 4,50 €. De quoi rincer les potes, voir même les anonymes. Et sans regrets.

Advertising
55
© Karim Merikhi

Hôtel Grand Amour

Pour qui ? Les parisiens branchés
Boire quoi ? Un verre de vin La Sorga

Parce que c’est le genre d’endroit qu’on aime détester : trop branché, trop parisien, trop snob. Mais on doit vous l’avouer, comme son grand frère de l’Hôtel Amour, on l’adore. On aime surtout venir dîner le soir dans le patio, boire du vin en fumant des clopes et écouter les conversations, toujours croustillantes, de nos voisins.

56
© Kiez Biergarten
Bars

Kiez Biergarten

icon-location-pin 18e arrondissement

Pour qui ? Les nostalgiques de Berlin  
Boire quoi ? Une Erdinger Kristallweizen

Voilà un bar qui fait du bien au quartier ! Un staff sympa et en V.O, des bretzels, fricadelles, at autres curry wurst... Et surtout ces excellentes binouzes à la pression : Erdinger Kristallweizen, Bitburger, Kölsch, Sankt Thomas (de 5,50 € à 6,90 €)
+1 pour : son garten (petite terrasse toute mignonne planquée au fond du bar), et l'écran géant les soirs de match !

Advertising
57
© Karel Balas
Bars, Bars à cocktails

The Shell

icon-location-pin Sentier

Pour qui ? Ceux qui commencent à avoir le foie fragile.
Boire quoi ? Cette Next Intention, la vôtre sera d’en reprendre un.

Finies les gueules de bois ! Chez The Shell c’est enfin vous qui dosez votre cocktail. Un peu ? Beaucoup ? Ou sans ? C’est à vous de voir avec Maxime Potfer, aux manettes du nouveau bar de l’Experimental Group (Balagan, Beef Club,Grand Pigalle hôtel) planqué à l’Hôtel des Grands Boulevards.
+1 pour la déco : un cosy boudoir rouge carmin du sol au plafond, avec petits fauteuils en velours, sublime bar en acier brossé et nuage d’appliques boule.

58
© Pavillon des Canaux

Pavillon des Canaux

Pour qui ? Les nostalgiques de la maison familiale
Boire quoi ? Un Jelly Bean

Accueillant et chaleureux, le Pavillon des Canaux vous ouvre toutes ses portes : grand salon, chambre rose avec un lit ou encore salle de bains, autant de pièces atypiques que vous pourrez occuper en toute quiétude. C'est bien simple, on s’y sent comme à la maison, à tel point qu’on en retirerait presque nos souliers.

Advertising
59
© L'Express Bar

L’Express Bar

Pour qui ? Les amateurs de rugby qui aiment la viande
Boire quoi ? Un combo bière-œufs mayo

Pas le plus cool des quartiers, les Halles peuvent encore surprendre (dans le bon sens). L’Express Bar est de cette trempe. Bistrot à l’ambiance Sud-Ouest, on vous y propose - midi et soir - un immuable menu à 15 € entrée-plat-dessert. Evidemment, le tout est à arroser de rouge ou d’une bière, si possible en commentant à voix haute le derby Castres-Narbonne.

60
© Bluebird
Bars, Bars à cocktails

Bluebird

icon-location-pin Charonne

Pour qui ? Les esthètes, les fans de Mad Men
Boire quoi ? Un cocktail à base de gin, la spécialité de la maison.

Comment ne pas adorer cette géniale planque à cocktail ultra-stylée, d'une poésie folle, inspirée par un poème de Bukowski ? Déco 50's, éthio-jazz, aquarium géant avec poissons exotiques... Et breuvages de pointe ! Derrière, la bande du Dirty Dick, du Moonshinerla bande de l'UFO et de L'Orange MécaniqueN’hésitez pas à aller faire un petit tour aux toilettes (on vous laisse la surprise), mais ne soyez pas trop ivre, vous risqueriez de carrément voir triple.

Time Out dit
Advertising
61
© Le Sans Souci

Le Sans Souci

Pour qui ? La jeunesse parisienne en quête de simplicité
On boit quoi ? Une pinte en poussant la chansonnette  

Toujours bondé, on aime bien le Sans Souci pour son look de PMU intact, le contraste entre son zinc vieillot et ses serveurs jeunes et branchés, ses DJ aux platines qui mixent un fond musical entre rock et électro, et sa faune toujours grouillante jusqu'à ce que le videur pousse tout le monde dans la rue à 2h.

62
La Cave Paul Bert
Bars, Bars à vins

La Cave Paul Bert

icon-location-pin Charonne

Pour qui ? Ceux qui sont tricards à la Cave à Michel 
Boire quoi ? Un ballon de blanc chenin, Magic of Ju-Ju, 2012 fruité, minéral et gras, un petit bonheur.

L'annexe avinée de la trilogie Paul Bert, planque donc dans la même rue que ses trois grandes sœurs (Le Bistrot Paul Bert Le 6 Paul Bert et L'Ecailler du Bistrot). Un tout petit espace dans la veine nature, avec comptoir en bois, étagères de boutanches nature et plats notés à la craie. Mieux vaut arriver tôt si l’on veut avoir la chance de s’asseoir à l’une des dix places, mais on peut tout aussi bien rester debout, après tout c’est l’esprit du repaire.

Advertising
63
© Brussels Beer Project

Brussels Beer Project Pigalle

Pour qui ? Les beer geeks et les belgologues
Boire quoi ? Une Leviathan Bareleywine élevée en fûts de cognac

Parce qu’avec cette géniale brasserie artisanale estampillée Belgique, on n’a plus besoin de revenir cartons chargés de bières du plat pays. Clin d’œil du destin, le Brussels Beer Project Pigalle vous donne rendez-vous au 1 rue de Bruxelles... Non, ce n’est pas une blague belge.

64
© Yann Deret

Golden Promise

Pour qui ? Don Draper
Boire quoi ? Un Classique Old Fashioned

Parce que c’est sans doute le meilleur spot à whisky de Paname. Pour s’en convaincre, suffit de pénétrer dans la salle de dégustation qui vous fait atterrir directement dans le monde des merveilles : une sélection délirante de whiskys (300 références) venus des quatre coins du monde (Ecosse, Japon, Inde, Etats-Unis, Irlande...). Tout est dit.

Advertising
65
© Café A

Café A

Pour qui ? Les bobos parisiens arty
Boire quoi ? Un vin bio

Parce qu’on aime squatter sa grande salle parsemée d’œuvres de jeunes artistes mais surtout son jardin qui jouit d’une vaste cour poétique aux accents accents bucoliques quand vient l’été. Confortablement installé sur une chaise longue, on bouquine tranquillement au soleil la journée avant de prendre un ou plusieurs verres la nuit tombée.

66
© Sister Midnight
Bars, Bars à cocktails

Sister Midnight

icon-location-pin Pigalle

Pour qui ? Vos copains roadies qui ont fini de démonter la scène de la Cigale
Boire quoi ? un frais Gimlet (gin, sirop de bergamote, citron)

Large comme deux bikers et pas plus profond qu’une chanson des Ramones, le Sister Midnight prouve – une fois encore – que la taille ne fait pas tout. En tout cas pour mesurer le degré de coolitude d’un bar. Car cette mini-bonbonnière bleu canard et noir laqué est bien partie pour devenir un des meilleurs QG nocturnes de Pigalle. Aux commandes des shakers, on retrouve le duo aussi infernal qu’anglophone, Joseph Boley (quasi-sosie de Jemaine Clement de Flight of the Conchord) et Jen Riley (passée par la Candelaria et Glass) déjà tauliers du Red House à Bastille. 

Advertising
67
Fulgurances
Bars, Bars à vins

Fulgurances En face

icon-location-pin 11e arrondissement

Pour qui ? Un.e esthète
Boire quoi ? Un bourgogne aligoté d’une jeune vigneronne (Fanny Sabre), gras et minéral mais tout en délicatesse, est à faire péter les mélioratifs. 

La cave du resto Fulgurances, pile en face de ce dernier ! +1 pour les quilles bien sûr, mais aussi la déco épurée, cool sans le vouloir (du bois, de très jolies fleurs), et les petites assiettes à picorer, dignes de la réputation du resto. Pour planer façon Thomas Pesquet : stratosphériques œufs mayo de Becky (avec leur parure de poireaux frits et graines de courge), encornets de l'espace avec tomates en salsa (ultra savoureux); ou divin saucisson brioché qu'on s'enfile comme une fusée. Savoureux et ultra-réconfortant. 

68
© Monsieur Antoine

Monsieur Antoine

Pour qui ? Ceux qui sirotent leurs cocktails en se balançant des répliques à la Audiard
Boire quoi ? Un Hermano

Parce qu'ici on prône la simplicité contrairement à l'atmosphère souvent guindée des bars à cocktails, sauf dans les verres où la créativité des barmans débordent d'imagination. A noter aussi que chez Monsieur Antoine, tous les sirops sont faits maison et les jus de fruits pressés tous les matins. 

Advertising
69
© Divinemenciel
Bars, Bars à vins

Coup d'Œil

icon-location-pin Roquette

Pour qui ? Les amateurs de jaja nature, option Nouvelle Vague 
Plat culte ? Raaah cette terrine-signature de canard Colvert par Romain Thibault (9 €)... On en salive encore. 

Un design — et des vins !— peu vus partout… Rien à dire, le Coup d'œil, dernier joujou de David Rougier (ex-taulier d'Etna) mérite bien son nom. Qui aurait dit que de cet ancien magasin chinois sans âme sortirait un tel bijou ? Signé Bertrand Cohen, tout en courbes sinusoïdales, avec suspensions béton/silicone et carreaux Fiorenzi 1903. Aux beaux jours, la baie vitrée s'ouvre en plein sur le trottoir, et, perchée sur de hauts tabourets, on se prend à défier l'homme-bouteille ("Trouve-moi quelque chose que je connais pas !"). Lequel se prête au jeu et dégaine l’artillerie lourde : terrien Bourgueil 2016 du sieur Armand de Montilly (31 € la quille); blanc et frais saumur Poil de Lièvre 2017 de Sébastien Bobinet (35 € la boutanche)... 

70
© Tom Sanslaville
Bars, Bars à cocktails

L'Ours Bar

icon-location-pin Poissonnière

Pour qui ? Les cocktails lovers en manque de cash
Boire quoi ? La Petite Ourse

Parce que L'Ours est le QG parfait pour les amateurs de bons cocktails qui ne veulent pas exploser leur P.E.L (8 € et 6 € pendant l’happy hour). Le tout servi par une équipe de barmans ultra-sympas et passionnés. Que demande le peuple ?

Advertising
71
© Lone Palm

Lone Palm

Pour qui ? California Love(rs) 
Boire quoi ? Un Salton Sea

Parce qu’un excellent bar à Bastille, ça se compte sur les doigts d’une main et parce qu’on aime y siroter des cocktails signature qui fleurent bon la Californie. Le tout autour du sublime comptoir en mosaïque vert-bleu émeraude avec une bande-son vintage qui crache du Elvis ou Sinatra et autres légendes du siècle dernier.  

72
© Fifty-Fifty
Bars, Bars à cocktails

Fifty Fifty

icon-location-pin Folie-Méricourt

Pour qui ? Les inconditionnels d’Ober, qui veulent siroter des cocktails pointus dans une ambiance cosy.
Boire quoi ? Le Hiro à base de saké, fino sherry, citron vert et sirop de physalis (12 €)

A l’intersection de Jean-Pierre Timbaud et de la rue St Maur, ce rade de poche inespéré sort du lot. Le blaze dit tout ! Ici, ça se la joue fifty-fifty : moitié bar à cocktails, moitié bar à binouzes. Pourtant Hugo Gent, le boss, ne fait pas les choses à moitié. Passionné et passionnant, ce Corse bon teint met un point d’honneur à vous servir l’excellence sur plateau d’argent. A l’ardoise, que du micro-brassé  (fût et bouteilles), chiné aux quatre coins du monde. Le gusse est le seul à Paris à avoir la stout à la châtaigne bio de la brasserie corse Ribella ! Mais nous, c’est pour les cocktails qu’on vient : tous à douze balles, et bien shakés. 

Advertising
73
Bars

Coinstot Vino

icon-location-pin Faubourg Montmartre

Pour qui ? Les amateurs de vins authentiques
Boire quoi ? Un verre de pif (Octobre Rouge)

Planquée au fond du passage des Panoramas, cette terrasse tout en longueur, protégée des intempéries, apparaîtra certainement aux fumeurs comme l’un des derniers paradis sur Terre. Mais pas qu’à eux. Car les buveurs apprécieront l'impeccable sélection de vins nature, castés de main de maître par le très sympathique Guillaume Dupré, qui dirige le lieu et saura vous aiguiller avec goût, précision, passion et humour. +1 pour les plats canaille et cette pizza calzone qui pourrait bien vous rendre accro. 

74
© REcylcerie

REcyclerie

Pour qui ? Les parisiens (un peu bobos) en quête d’évasion
Boire quoi ? Une bière artisanale

Parce que la Recyclerie fait partie de ces lieux de vie complètement hybride où tout est possible. Jugez vous-même : un restaurant, un bar, un café, une ferme, des potagers, des ateliers DIY, etc… Le tout dans une atmosphère détendue et conviviale.

Advertising
75
Harry's New York Bar / Time Out
Bars, Bars à bières

Harry's New York Bar

icon-location-pin Opéra

Pour qui ? Une date en amoureux (iano-bar en sous-sol, où Gershwin composa l’air d'Un Américain à Paris). Avec concerts de jazz ont lieu le jeudi et vendredi soir.
Boire quoi ? Un exotique Blue Lagoon (vodka, curaçao bleu, jus de pamplemousse).   

En 1911, sentant poindre la Prohibition, un New-Yorkais futé démonte son bar de Manhattan pour le remonter intégralement rue Daunou à Paris. Bois acajou, sol en parquet ciré, banquettes et chaises molletonnées... Déco d'origine, chic et cosy, chargée d'Histoire ! Hemingway, Sartre, Coco Chanel ou Rita Hayworth y ont traîné leurs guêtres et goûté à quelques-uns des cocktails inventés paraît-il ici comme le Bloody Mary ou le White Lady. 

76
© Cannibale

Cannibale

Pour qui ? Les épicuriens
Boire quoi ? Une pinte de Kanter à 4 € ou pastis à 2 € en happy hour

Parce que tout est bon dans le cannibale : serveurs cools, délicieux plats du jours maison, happy hour, planches pantagruéliques et DJ sets aux petits oignons. Du bon donc, mais aussi du beau, car le Cannibale est ce genre de lieu plein de charme et un brun déjanté qui donne envie de s'acoquiner.

Advertising
77
© L'Etabli
Bars, Bars à vins

L'Etabli

icon-location-pin Batignolles

Pour qui ? Un.e sans chichis, VRAI amateur de jaja, tendance naturiste/biodynamie... Et de planches fermières !
Boire quoi ? L'excellent brouilly vieilles vignes de Lapalu (30 € la quille)

C'est bien simple : avant Poussin, l'annexe des Poulettes des Batignolles, il n'y avait rien dans ce bout de 17e. Rien, nada, le néant ! Aucun bar où aller lever le coude, si l'on était du genre nature-peinture option zéro sulfites et tout le tintouin. C'est pour ça qu'on l'aime et qu'on le soutient, cet Etabli. +1 pour : les anciens établis en bois massif, joliment upcyclés en tables hautes, les vinyles sur le comptoir, la trancheuse Wismer vintage de compète... Et les planches sur-sourcées : superbe andouille (15 €), mangalitza à la truffe (21 €), saucisse sèche de Chavassieux (9-17 €), filet mignon fumé au hêtre (19 €), mozza et burrata à la truffe de Vincenzo Candido (21 €)...

78
© Gravity

Gravity

Pour qui ? Les amateurs de cocktails très originaux  
Boire quoi ? Un Fruits du Passé

Parce qu’on adore les lattes de bois en forme de vague qui surplombent la petite salle et se jettent en cascade derrière un comptoir en béton massif. Mais c’est surtout dans le verre que ça match. Au Gravity, on s’égosille avec des cocktails ultra originaux et un service de snacking de haute qualité.

Advertising
79
© Flavie Costa/ LBF
Bars, Bars à bières

Le Bar Fondamental (LBF)

icon-location-pin Abbesses

Pour qui ? Fondamentalement tous ceux qui s’intéressent à la bière artisanale.
Boire quoi ? La bière brassée et fermentée sur place... A condition de pointer le bout de son nez au bon moment en raison des quantités limitées.

Le cadre : une ruelle de Pigalle peuplée de clubs et sex shops. Le rade : LBF aka Le Bar Fondamental, dernier-né de la Brasserie Fondamentale. Derrière le comptoir circulaire, quinze choix de pressions (maison ou non), régulièrement renouvelés. Mieux, cette micro-brasserie propose une bière réalisée sur place, à siroter dans une ambiance tamisée, à la lumière de petites bougies et au rythme de classiques remixés, le sous un toit feuillu. Idéal beer Tinder date ! 

80
© Motel

Motel

Pour qui ? Les amateurs de rock
Boire quoi ? Un Joe (vodka-pastèque)

Parce que s’envoyer des bières ou un cocktail bon marché devant un concert rock ou un Dj set c’est la garantie de passer un bon moment. Plus tard dans la soirée, on vient profiter d'un "pop quiz", un jeu qui attire des habitués calés en raretés musicales.

Advertising
81
© Chez Jeannette

Chez Jeannette

Pour qui ? Les hipsters
Boire quoi ? Une pinte ou un verre de vin

Jeannette, c’est le nom de l’ancienne patronne de ce bar à qui les actuels propriétaires ont promis de ne pas toucher le décor d’un poil. Parole tenue, le bistrot semble avoir traversé le temps sans prendre une ride. Seul bémol : un staff pas toujours très chaleureux même si l’ambiance reste festive.

82
© Jérôme Galland
Bars, Bars à cocktails

No Entry

icon-location-pin Saint-Georges

Pour qui ? Les palais coquins en quête d’intimité
Pour boire ? Un Incantro Picante, Moscow Mule version Transformer

Dans le sous-sol du Pink Mamma de l’ogre Big Mamma, le No Entry est un speakeasy bien caché. Il faut d'abord montrer patte blanche et passer par un sas aux murs métalliques, où sont exposés des jambons, comme pour barrer passage aux végétariens. Plongeons du côté obscur ! A peine entrés dans la cave, on nous glisse à une table, dans une salle où les plantes vertes sont enfermées dans des dame jeannes et éclairées par des ampoules. Aussi sadique que beau pour l’amie des plantes qui sommeille en nous.

Advertising
83
© I.B.U
Bars, Bars à bières

I.B.U

icon-location-pin Poissonnière

Pour qui ? Les apprentis biérologues qui en ont marre de boire de la mousse sans saveur, mais ne veulent pas y laisser un rein.
Boire quoi ? Une stupéfiante Saison Galaxy de la brasserie Kernel, entre la bière et le verre de vin (6,50 € la pinte).

I.B.U pour "Independent Brews United". Dans cette tap house, on goûte la bière les coudes sur le comptoir, puis, sur les conseils avisés des patrons, on embarque sa pression en demi, en pinte ou, plus étonnant, en galopin (12,50 cl), dans une salle à la déco minimaliste — tables, tabourets et c’est pis c'est tout comme dirait Philippe Lucas. L’endroit fait aussi caviste : pratique pour choper de bonnes bières avant de se pointer à l'anniv' de votre pote. 

84