5 J'aime
Epingler

Les meilleurs speakeasys de Paris

Pour boire heureux, buvons caché

© Le Ballroom du Beefclub

Premier rencard, vous venez de dîner dans un magnifique resto, vous avez tout donné : le sourire intense et franc (surmonté d'un voile un peu pudique), les références subtiles à Roland Barthes et Eric Rohmer, les confidences poignantes sur la perte de votre chat Pompon en CM2. Vous avez tout donné ? Pas sûr. La soirée touche à sa fin et vous sentez que vous risquez de rentrer seul(e). 
Tout n'est pas perdu, il vous reste la solution radicale : proposer un dernier verre. Au PMU du coin ? Rock'n'roll mais toujours un peu risqué. Chez vous ? Un peu trop trivial. Faites donc appelle au Dieu Cocktail et priez pour être à côté d'un speakeasy. Soit ces bars cachés auxquels on accède par des pizzérias, des lavomatiques, des taquerias...
Impressionnants, mystérieux et toujours un peu sexy, ils sont nés pendant la prohibition américaine, dans les années trente. On venait alors y siroter des cocktails, caché dans les arrière-boutiques. A Paris, en même temps que les bars à cocktails se multiplient, les speakeasys, eux, rivalisent de concepts originaux. Voici notre sélection de nos bars cachés préférés où, si vous n'arrivez pas à conclure, vous boirez au moins un bon cocktail.

Les meilleurs speakeasys de Paris

Candelaria

Recommandé

Une excellente taqueria ou l'on vient siroter un bon cocktail en picorant des tacos et tostadas.Les tacos, toujours à la mode à Paris ? La toute petite salle blanche avec sa cuisine ouverte, quelques tabourets et tables d’hôte ne laissent pas deviner que derrière la porte du fond se cache un bar branché où on peut siroter une margarita...

En savoir plus
3e arrondissement

La Mezcaleria

Depuis quelque temps, le mezcal, alcool cousin de la tequila, coule à flots dans les bars parisiens. Ok, peut-être qu’on exagère un peu, mais ce qui est certain c’est que les barmen sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à ce spiritueux fumé et complexe qu’Eric Asimov, le responsable de la rubrique vin du New York Times, décrit comme l’une des eaux de vie les plus intéressantes, complexes et intrigantes au monde.

En savoir plus
3e arrondissement

Hammam Bar

Souvenez-vous de 'Boulbi', ce tube du rappeur Booba dont le clip met en scène le bonhomme dans un kebab qui dissimule... une boîte de nuit. Eh bien ici, c'est pareil ou presque : le salade-tomate-oignons et la sauce blanche industrielle ont laissé place aux produits gourmets de Our, alors qu'au sous-sol, le night club taille XXL se voit remplacer par un bar intimiste à la déco bois-cuivre-carrelage sur les murs.

En savoir plus
11e arrondissement

Mabel

Interloqué, vous pensez avoir fait fausse route. Non, ce n’est pas ça le Mabel, ce bar à cocktails réputé dont on vous a tant parlé ne peut pas être ce boui-boui avec « Grilled Cheese Shop » sur la devanture et ce logo de fast-food. Et pourtant, en glissant un œil plus avant à l’intérieur, vous devinez une arrière-salle tamisée, à l’ambiance doucement feutrée...

En savoir plus
2e arrondissement

Moonshiner

Recommandé

Pour entrer au Moonshiner il faut d’abord pénétrer à l’intérieur de la Pizzéria Da Vito, un véritable restaurant, puis pousser la lourde porte métallique de la chambre froide.Une fois à l’intérieur, vous perdrez instantanément dix degrés (la clim’ aussi est d’inspiration new-yorkaise), mais vous en gagnerez d’autres, plus alcoolisés.

En savoir plus
11e arrondissement

Blaine

« Mot de passe s'il vous plaît. » « Edgar Hoover », chuchotons-nous. « Très bien, bienvenue. C'est en bas de l'escalier à droite. » Ambiance bar clandestin très réussie. Depuis la rue, rien n'indique que derrière cette grande porte noire se cache Blaine, nouvel établissement du 8e arrondissement. On entre et découvre un escalier qui semble désaffecté. On s'enfonce donc dans cette cave, se demandant bien sur quoi on va tomber.

En savoir plus
8e arrondissement

Le Lavomatic

Caché au-dessus d’une (vraie) laverie de la rue Boulanger, près de République, le Lavomatic se présente comme un speakeasy, concept apparu pendant la prohibition en Amérique. En effet, dans les années 1920 et 1930, certains commerces cachaient un bar au fond de leur salle, où l'on se réfugiait pour faire la fête, en parfaite illégalité. Largement disparue, l'idée recommence à séduire, même si les papiers de ces nouveaux comptoirs sont bien en règle.

En savoir plus
République

Gentlemen 1919

C'est un souci d'élégance masculine à la française et à l'anglo-saxonne qui a guidé de A à Z la création de Gentlemen 1919, un barbier speakeasy dans l'esprit de la prohibition qui a ouvert en juin 2016 rue Jean Mermoz dans le 8e arrondissement de Paris. 

En savoir plus
8e arrondissement

Le Syndicat

Recommandé

« Rendez-vous au 51 rue du Faubourg Saint-Denis. Demandez le Syndicat. » Dans un souffle, nous avions l’adresse. Nous savions qu’il y avait là un bastion de la résistance. Une organisation très secrète qui luttait contre l’oubli. Des éléments ? Nous n’en avions pas plus. C’est donc le pas pressé et le col de notre imper remonté jusqu’au menton que nous nous sommes hâtés dans ce quartier désormais très prisé du 10e arrondissement.

En savoir plus
Château d'Eau

Le Baranaan

Pas de nom sur la devanture. L'espace d'un instant, on se demande si on se trouve bien au bon endroit. La page Facebook du Baranaan faisait apparaître une ambiance club lounge. Et vu de l'extérieur, on dirait plutôt un gentil salon de thé aux accents indiens. Une femme entre alors et demande : « Où est le train ? » Question énigmatique au premier abord (on comprendra plus tard) mais qui ne surprend pas le serveur indiquant le fond de la pièce.

En savoir plus
Château d'Eau

Le Ballroom du Beefclub

Ça y est, vous atteignez enfin le Ballroom, le dernier établissement du trio qui se cache derrière l’Experimental Cocktail Club. Pour entrer, vous devrez emprunter une porte noire banalisée puis descendre l’escalier en colimaçon situé sous le restaurant du Beefclub.

En savoir plus
Les Halles

Little Red Door

La folie rétro des speakeasies qui touche New York depuis quelques années semble débarquer lentement mais sûrement sur le Vieux Continent. Mais là où les américains rappellent les folles heures de la prohibition en rendant la chose attractive avec des noms de codes (comme à l’Apothéke de Chinatown) ou avec des portes dissimulées dans des boutiques de hot-dog (le très joli Please Don’t Tell, dans l’East Village), les Français préfèrent ne pas compliquer la chose...

En savoir plus
Le Marais

Plus de cocktails

Commentaires

0 comments