Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les temples de l'art contemporain

Les temples de l'art contemporain

Ces lieux qui disent « amen » à la création actuelle

Par Tania Brimson |
Advertising
La Gaîté Lyrique
DR

La Fondation Cartier a posé la première pierre en 1994, en inaugurant son palais de verre et de fer voué à l'art contemporain. Dix-huit ans plus tard, Paris et sa proche banlieue grouillent de nouvelles institutions publiques et privées dédiées à la création actuelle. Après le Palais de Tokyo (2002), la Maison Rouge (2004) ; après le MAC/VAL (2005), le BAL (2006), suivi du 104 (2008). Et enfin est arrivée la Gaîté Lyrique (2011), venue consacrer l'ère numérique. En quelques années seulement, ces sites, ni galeries, ni musées, ont transfiguré le paysage culturel francilien, poussant l'art d'aujourd'hui sur le devant de la scène. Peintures, photographies, sculptures, installations et vidéos brillent derrière ces emballages monumentaux, qui rivalisent d'audace et de prestige. Vouées à ériger des ponts entre la création contemporaine et son public, les nouvelles cathédrales de la culture sont venues rattraper le retard de Paris (par rapport à New York, Londres ou Berlin) en matière de diffusion des arts. Etat des lieux.

11
Fondation Cartier, 75014 Paris
Musées, Art et design

Pape du mécénat : Fondation Cartier

icon-location-pin Montparnasse

Après avoir résidé près de Versailles pendant dix ans, la Fondation Cartier déménage à Paris en 1994. Le grand mécène d’art contemporain élit domicile boulevard Raspail, dans un bâtiment signé Jean Nouvel : un mastodonte de verre et de fer, érigé sur commande du bijoutier. Bien avant la création du Palais de Tokyo ou de la Maison Rouge, le palais des glaces du joaillier, unique en son genre avec ses 1 200 m2 d’espace d’exposition, devient la Mecque de l’art contemporain à Paris.

12
La Maison Rouge - Fondation Antoine de Galbert
Musées, Art et design

Sanctuaire privé : Maison Rouge

icon-location-pin 12e arrondissement

Fondée en 2004 par le collectionneur Antoine de Galbert, La Maison Rouge, installée dans une ancienne imprimerie, s'impose peu à peu comme le rendez-vous culturel incontournable du quartier de Bastille. Sa programmation, très riche, alterne entre expositions collectives (on se souvient notamment de l’excellent hommage rendu au SOTS Art en 2007) et monographiques, présentant souvent de grandes collections privées d'art contemporain, comme celle de Thomas Olbricht en 2011.

Advertising
13
MAC/VAL
Musées, Art et design

Bénie sois-tu banlieue : MAC/VAL

icon-location-pin Paris et sa banlieue

Le musée d’art contemporain du Val-de-Marne ouvre ses portes à Vitry-sur-Seine quelques jours seulement après les émeutes de 2005, à l’heure où la stigmatisation des banlieues est à son comble. Quelques années plus tard, sa réputation n’est plus à faire. Le MAC/VAL, symbole du dynamisme culturel d’une périphérie de plus en plus émancipée de l’emprise parisienne, s’impose comme l'un des meilleurs rendez-vous de la création actuelle.

14
Centquatre
© TB / Time Out
Musées, Art et design

A l'origine de l'art : le Centquatre

icon-location-pin 19e arrondissement

Espace de création et de diffusion artistique, le 104 (Centquatre) occupe les anciennes pompes funèbres de Paris, vaste bâtiment industriel du XIXe siècle niché dans le 19e arrondissement. Inauguré en 2008, le site, entièrement rénové, s’inscrit dans un grand projet de réaménagement urbain, visant à dynamiser le quartier. Art contemporain et spectacles vivants s'y croisent au gré d'une programmation de plus en plus riche de festivals, d'expositions et de résidences d'artistes.

Advertising
15
Ulla von Brandenburg au Palais de Tokyo
© TB / Time Out
Musées, Art et design

Mecque en (re)devenir : Palais de Tokyo

icon-location-pin Chaillot

Le Palais de Tokyo, site de création contemporaine, vient de s'offrir un lifting pour ses dix ans. En avril 2012, le fief de l'art contemporain rouvre ses portes en grande pompe. Première étape : 'La Triennale', vaste festival dédié au paysage artistique francophone. L'institution prend donc un bon bol d'ampleur avec les beaux jours, se déployant désormais sur quelque 22 000 m2 de surface d'exposition, qui dégringolent de l'avenue du Président Wilson jusqu'à la Seine.

16
La Gaîté Lyrique
Musique, Salle de concert

Au nom du numérique : Gaîté Lyrique

icon-location-pin Arts et Métiers

Ce n’est pas dans les habitudes d'Offenbach d’être associé aux arts numériques. Exception faite du théâtre de la Gaîté dont il fut le directeur à la fin du XIXe siècle. Après dix ans de travaux, le fief du compositeur allemand vient de se transformer en épicentre de la vie culturelle 2.0. A la frontière de la galerie et de la salle de concerts, ses sept étages propulsent les visiteurs au plus profond de l’empire technologique : arts plastiques, musique, cinéma et design « digitalisés » règnent sur les lieux.

Advertising
17
Exposition Olafur Eliasson
Photo : © TB / Time Out
Musées

Vaisseau spécial : Fondation Louis Vuitton

icon-location-pin 16e arrondissement

La Fondation Louis Vuitton a jeté l'ancre dans le Bois de Boulogne en octobre 2014, sur le site d'un ancien terrain de bowling. Le spectaculaire vaisseau dessiné par l'architecte star Frank Gehry est destiné à accueillir les œuvres collectées par le PDG du groupe LVMH Bernard Arnault. Encore un beau bijou pour l'art contemporain, financé par un des grands groupes financiers liés à l'industrie du luxe.

18
Exposition Michel Blazy au Plateau : Le Grand Restaurant
© TB / Time Out
Art, Galeries d'art contemporain

Sacré FRAC : Le Plateau

icon-location-pin 19e arrondissement

Richard Fauguet, Loris Gréaud ou Charles Avery sont passés par là. Situé à proximité du parc des Buttes Chaumont, Le Plateau expose, depuis son inauguration en 2002, les collections du Fonds régional d'art contemporain (FRAC) d'Ile-de-France. Le centre névralgique de la scène culturelle bourgeonnante du quartier de Belleville accueille des expositions collectives et personnelles à la hauteur des acquisitions de la région : surprenantes.

Advertising
19
Crédac
Art

Résurrection : Crédac

icon-location-pin Paris et sa banlieue

Après avoir résidé au centre Jeanne Hachette pendant près de vingt-cinq ans, le centre d'art contemporain d'Ivry a déménagé en septembre 2011 : direction la manufacture des Oeillets pour une nouvelle vie, ourlée de briques rouges et de baies vitrées. L'excellente exposition de Mircea Cantor a fait office de pendaison de crémaillère, suivie de celle de Mathieu Mercier : signe, sans aucun doute, que le Crédac a de biens beaux jours devant lui.

20
Le BAL
© Pascal Martinez
Musées, Art et design

Ô image documentaire : BAL

icon-location-pin Place de Clichy

Espace de réflexion, d’exposition, de production et de dialogue consacré à l’image documentaire, le BAL, fondé en 2006 à quelques encablures de la place de Clichy, dans un ancien cabaret de quartier, défriche l'histoire et l'actualité à coups d'expositions de photo et de vidéo. Une « zone franche » d'échanges artistiques, vouée à cultiver le terrain de la documentation du réel. Le tout sous la direction de Raymond Depardon.

Plus d'art contemporain

Art

Guide des musées

On nous répète toujours que Paris est une ville d'art et de culture, une ville musée, LA ville musée, mais on oublie parfois à quel point c'est vrai. Si la capitale n'est plus toujours en tête de gondole en matière de jeune création et de marché artistique (enfin, il paraît), côté conservation, patrimoine, organisation muséale, anciennes demeures d'artistes, Paris reste la reine des grandes métropoles historiques qui ont su conserver une trace de leur histoire. Et aussi un peu de celle des autres (merci au recel, hum pardon, « emprunt » de momies). Aujourd'hui, plus de cent musées (soutenus de près ou de loin par l'Etat pour la plupart) témoignent de cette obstination pour le catalogage, la vulgarisation et le partage de l'héritage collectif - pour la muséification accélérée de la chose fraîche et la congélation à long terme de la chose passée. Et pourtant nous sommes toujours plus nombreux à nous précipiter aux portes du Louvre, du Grand Palais, du Centre Pompidou ou du musée d'Orsay ; beaucoup moins à nous aventurer vers des institutions plus intimistes, plus obscures - plus audacieuses aussi parfois. En occultant toute considération de notoriété, de popularité ou de taille, nous avons voulu nous pencher sur cette offre culturelle colossale. En mettant les petits plats dans les grands, et vice-versa.

Art

50 oeuvres d'art incontournables à Paris

Lichtenstein à Beaubourg, Braque au Grand Palais, 'Masculin/Masculin' au musée d'Orsay... On ne compte plus les expositions que tout Paris a vues, que tout le monde a vues, qu'il faut avoir vues. Au risque, parfois, d'occulter les autres trésors que renferment les musées parisiens, notamment au sein de leurs collections permanentes. La rédaction a voulu se pencher sur ces œuvres, toujours fidèles au poste, qui s'exposent du matin au soir au Louvre, à Orsay, au Centre Pompidou ou au Quai Branly, mais aussi dans des lieux moins connus. En choisissant 50 pièces (avec parfois l'aide précieuse de conservateurs), le but n'était pas d'être exhaustif, ni de cataloguer les chefs-d'œuvre les plus célèbres de la capitale. D'ailleurs, au fil de cette expédition artistique, nous n'avons croisé ni 'La Joconde', ni 'La Victoire de Samothrace', ni 'La Dame à la Licorne', dont il nous paraissait presque superflu de souligner l'écrasante célébrité. Et puis l'exercice l'ordonnait : il a fallu faire des choix, guidés par la curiosité qui nous a parfois poussés à aller chercher l'inattendu, l'improbable, l'oublié.Si nous avons essayé de nous limiter à des œuvres qui restent constamment présentes dans les collections parisiennes, difficile de le garantir : l'une aura pu être prêtée à un musée à l'autre bout du monde, tandis qu'une autre sera peut-être partie se refaire une beauté dans le labo d'un restaurateur.Bref, tout cela est parti d'une envie très simple : faire découvrir ou redécouvrir des œ

Afficher plus
Advertising