Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Nos idées et adresses pour vivre 24h à l'américaine à Paris
Nos idées et adresses pour vivre 24h à l'américaine à Paris

Nos idées et adresses pour vivre 24h à l'américaine à Paris

Advertising

Le dénouement approche. Que vous soyez terrifié à l'idée de voir Donald à la tête du plus puissant pays du monde, ou exaspéré par l'omniprésence de la campagne américaine dans les médias, vous n'échapperez pas à la Nuit américaine : entre le 8 et le 9 novembre, les Américains voteront pour leur 45e Président. Pour vivre cet événement comme un Américain expatrié à Paris, c'est-à-dire en mangeant des cupcakes ultra sucrés et en prenant un accent nasillard, nous vous proposons un petit tour d'horizon de nos adresses étasuniennes et quelques idées pour célébrer la culture du pays.  


9h du matin : Breakfast and furious

On ne rigole pas avec le petit déjeuner aux Etats-Unis, alors faites honneur à la tradition et rendez-vous chez Soul Kitchen si vous aimez Montmartre, Bob's Juice Bar si vous préférez le canal Saint-Martin, ou The Hood si votre dada, c'est Belleville. Bon café, petit déj' et gâteaux garantis américains, avec un petit air de Brooklyn sur les bords. Flânez, traînez sur votre laptop et demandez un latte pour faire durer le plaisir.

11h : L’art à l’américaine

Hasard du calendrier ou non, cet automne, la culture parisienne se met à l’heure yankee. Tout d’abord, avec la Maison Européenne de la Photographie (ou MEP pour les intimes), qui débute mercredi 9 novembre sa saison américaine et verra défiler les clichés de Dinan Michener, d’Andres Serrano et les « French Archives » d’Harry Callahan. Ensuite, avec l’exposition actuellement consacrée aux peintres américains des années 1930 par le musée de l’Orangerie, où l’on peut croiser Marsden Hartley, Georgia O’Keeffe, Edward Hopper et le célèbre tableau ‘American Gothic’.

Enfin, on ne saurait aborder l’art à la sauce outre-Atlantique sans citer le Mona Bismark American Center, qui accueillera le photographe Andres Serrano (lui aussi !) le 9 novembre. Ou encore la Dorothy’s Gallery de la rue Keller, lieu de pèlerinage contemporain pour nos amis ricains. Ça fait beaucoup, direz-vous ? En même temps, quand on voit le legs exceptionnel du couple américain Marlene et Spencer Hays à notre musée d’Orsay, on se dit qu’on leur doit bien cela.

 

'American Gothic' de Grant Wood. L'Amérique funky.

 

13h : Ça va luncher !

Qui dit culture gastronomique aux Etats-Unis dit forcément manger vite, dans la rue, entre deux donuts et un grand café Starbucks. Impossible de ne pas évoquer la street food et les chaînes de burgers, à commencer par Five Guys, la petite dernière arrivée à Paris, soi-disant adorée par Barack Obama. En version plus qualitative, ça donne le Camion Qui Fume, ou encore Big Fernand dans une veine plus franchouillarde, pour ceux qui n'arriveraient pas à abandonner le fromage qui pue de chez nous. 

Parlons peu, parlons viande, les amoureux du barbecue devraient quant à eux s'installer chez Joe Allen vers Etienne Marcel ou encore le tout récent Paris Texas, nouvelle adresse des propriétaires de Paris-New York, où l'on mange de la viande maturée de chez Le Ponclet, l'une des vedettes de la boucherie actuelle. 

15h : « Tu vuo fa' l'Americano »

Le café américain, « americano » ou « allongé » sous nos latitudes, n'est généralement pas très bon dans nos brasseries. Alors il faut faire confiance aux Américains exilés à Paris pour trouver du café de qualité, qu'il soit filtre, expresso ou crème. Foncez à Belleville chez Cream, par exemple, ou à Téléscope vers Pyramides, avalez, dégustez, oubliez Donald Trump, tout ira bien. 

 

16h : L'âge d'or d'Hollywood

Paris a cet avantage : on peut y voir ou revoir n'importe quel film. Et notamment des classiques américains repris actuellement au Quartier latin, dont le magnifique Laura d'Otto Preminger avec l'envoûtante Gene Tierney, 'Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, 'Taxi Driver' de Scorsese ou encore avec la 'Rivière sans retour' avec Marilyn Monroe, toujours d'Otto Preminger. Pour en savoir plus, lisez notre article.

 

'Laura', d'Otto Preminger

 

18h30 : Epicerie en série

Envie de dégoter des céréales originaires du Wisconsin ? Du beurre de cacahuètes ? Du bubble gum Pop Rocks ? Des épices cajun et du sirop d'érable ? Alors, faites une entaille dans votre portemonnaie et courez dans une épicerie américaine, comme Thanksgiving dans le Marais (attention, propriétaire méchante), ou Deli Drop à la Halle Pajol. 

20h : Où boire une IPA à Paris ?


India Pale Ale : cette bière d'origine anglaise, fortement houblonnée pour être conservée assez longtemps pour arriver en Inde, a été oubliée pendant longtemps avant de revenir en force grâce aux brasseurs et amateurs de bière américains. A Brooklyn, c'est un peu leur biberon. Avec 10 ans de retard, les IPA ont débarqué en France en masse et il est désormais très facile d'en trouver : Les Trois 8 et la Fine Mousse à Ménilmontant, le Supercoin à la mairie du 18e, le Hoppy Corner dans le Sentier, nombreux sont les bars à bière où vous dénicherez de délicieuses IPA artisanales. 


22h : Le plus vieux bar américain de Paris

Il est un peu guindé, il est cher, il est beau, il est indémodable, sa carte contient 300 whiskies, c'est le Harry's Bar. Incroyable mais vrai, ce bar près d'Opéra a été démonté à Manhattan pour être remonté à Paris en 1911, c'est dire s'il a su attirer des clients renommés depuis. Ernest Hemingway et Jean-Paul Sartre y ont bu des coups, pourquoi pas vous ?

Share the story
À la une
    Advertising