1 J'aime
Epingler

Home Staging au Loft du 34

Du 1er au 16 octobre 2016

© C.Gaillard

1 appartement + 8 artistes + 8 univers = un gros coup de cœur !

Vous n’avez JAMAIS vu ça à Paris. Huit artistes de la scène street-art, aux univers et aux médiums différents, réunis dans un appartement à l’abandon et chargés de le redécorer à leur façon. Un peu comme des Valérie Damidot de la bombe et du pinceau, mais plus créatifs. Car, dans ce petit deux-pièces du 6e arrondissement, trois étages au-dessus de la galerie le Loft du 34, le collectif s’en est donné à cœur joie pendant plus de deux mois. Investissant le moindre recoin, faisant sortir leurs installations de la cheminée et dessinant des fresques du sol au plafond comme des enfants à l’imagination débordant tellement qu’elle éclabousse les murs, les graffeurs Astro, dAcRuZ, Maite Sant, Marko 93, Xare, Shaka, Katre et le photographe Nicolas Giquel transforment les lieux en tableau vivant.

« Quel bordel », plaisante d’ailleurs Marko 93 à l’adresse de KATRE, devant sa création, amas de barres de fer et de gravas. Oui, mais quel beau bordel ! Mieux : une abstraction en forme d’habitation à visiter d’urgence, en plus de l’exposition parallèle en bas, au Loft du 34, qui présente deux toiles supplémentaires réalisées par les artistes participant à ce ‘Home Staging’. Bref, un beau projet qu’on est ravi de voir enfin sortir des cartons. Lui qui dépoussière le genre en trouvant un amusant compromis entre la rue et la galerie : l’appartement !

Quoi ? Home Staging au Loft du 34
Où ? Au 34 rue du Dragon, Paris 6e
Quand ? Du 1er au 16 octobre 2016
Samedi 1er, dimanche 2, lundi 3 octobre, de 14h à 19h.

Vendredi 7, samedi 8, dimanche 9, lundi 10 octobre, de 14h à 19h.
Samedi 15, dimanche 16 octobre, de 14h à 19h.
Combien ? Accès libre

Mais en attendant de découvrir cette innovante exposition, voici le portrait chinois de quelques-uns des artistes prenant part à 'Home Staging', afin de mieux appréhender leur délire immobilier.

MARKO 93 (aka DarkVapor, le french lighter)
© T.Sevin
1/7

MARKO 93 (aka DarkVapor, le french lighter)

• Ma couleur ?

Bleu indigo 

• Ma matière ?

Toutes les matières réfléchissantes. J’aime aussi beaucoup le contact avec la peinture, d’ailleurs je m’en mets toujours plein les doigts quand je peins.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

N’importe quelle toile de George Mathieu. Il se dégage de ses œuvres une puissance abstraite et lyrique incroyable. Encore plus quand il peignait ses grandes toiles en direct. C’était un artiste futuriste pour les années 1950-1970 !

• Mon sujet/thème de prédilection ?

Cela dépend des périodes. En ce moment, ce sont les animaux, avec une préférence pour le jaguar. Avant, c’était les paysages et les visages figuratifs.

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Spontanéité, espace, lumière, qui tape la rétine. Mince, j’en ai donné quatre !

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

J’ai commencé à peindre à la fin des années 1980 et j’ai beaucoup voyagé jusqu’à aujourd’hui, où je commence à exposer. Mon avenir… ne jamais être satisfait, toujours se remettre en question pour faire plus grand et partout, essayer un maximum de techniques et utiliser encore plus la lumière dans mes œuvres, avec des LED par exemple.

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

De mes voyages, d’une image ou d’une photo découvertes par hasard, de l’instant. L’idée des bandes réfléchissantes m’est ainsi venue en observant les yeux d’un chat qui brillaient dans le noir.

MAITE SANT (benjamine du groupe, graphiste à double facettes)
© C.Gaillard
2/7

MAITE SANT (benjamine du groupe, graphiste à double facettes)

• Ma couleur ?

Le gris.

• Ma matière ?

L’acrylique, parce que la peinture est une matière vivante. Mais comme je fais du dessin à la base, j’ai aussi une certaine affection pour le crayon de papier.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Les nus d’Ernest Pignon-Ernest qui m’ont redonné l’envie de dessiner quand j’en avais perdu le goût. Mon plus grand regret est d’ailleurs d’avoir raté son exposition il y a quelques années, mais je passais alors mon bac…

• Mon sujet/thème de prédilection ?

Je n’ai pas de thème de prédilection particulier, tout ce que je recherche c’est le contraste et la marge d’interprétation que mes travaux peuvent engendrer. Ainsi, je peux dessiner une mouche à merde comme un cœur de bœuf ensanglanté.

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Question difficile… Je dirais : contraste, abstrait, imagination.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

Avant, je me voyais comme quelqu’un de néophyte en art, n’ayant pas fait d’études spécifiques. Bref, je ne me sentais pas légitime. Mais maintenant que je me suis trouvée, dans mon style, mes envies artistiques, ça va mieux ! Le futur, je l’envisage comme mes œuvres : sans dessins préparatoires. Adviendra ce qu’il adviendra… Néanmoins, je sais que je persisterai dans la voie de l’art, que j’en ferai mon métier.

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Ca peut paraître paradoxal mais dans ce qui n’inspire pas les gens, ce qui ne semble pas esthétique. Comme la viande – alors que je suis végétarienne. Quand on s’y intéresse de près ça devient beau avec toutes ces nuances de couleurs. En observant un détail de haut, ma mère a même cru y voir un paysage ! En somme, je veux donner à voir d’une autre manière.

ASTRO (l'homme qui déconstruit les perspectives)
© C.Gaillard
3/7

ASTRO (l'homme qui déconstruit les perspectives)

• Ma couleur ?

Le turquoise tirant sur le violet. Sûrement parce que je suis un signe d’eau et que c’est la couleur du bracelet de ma maman.

• Ma matière ?

La peinture bien sûr ! Sous toutes ses formes : spray, rouleau…

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Les œuvres de Victor Vasarely, leur jeu des perspectives et leur aspect visionnaire. Je les ai découvertes récemment, après avoir commencé à travailler les trompe-l’œil et cela m’a donné envie d’accentuer les volumes dans mes créations.

• Mon sujet/thème de prédilection ?

La forme, je suis obsédé par la 3 dimensions. Et le calli-graffiti aussi…

• Mon style en 1, 2 ou  3 mots

Illusion, graff et calligraphie.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

A l’origine je graffais dans la rue. Aujourd’hui j’ai fait évoluer mon travail et je fais du « muralisme » dans la rue. Des fresques plus élaborées en gros. Dans un futur proche j’aimerais aller encore plus loin en m’attaquant à l’architecture, à la structure extérieure des bâtiments. C’est la suite logique de mon art je pense.

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Dans la géométrie du quotidien : un coin de table, le plissement d’une feuille… 

DACRUZ (le « Pachapapa »)
© C.Gaillard
4/7

DACRUZ (le « Pachapapa »)

• Ma couleur ?

Le rouge. C’est une couleur de vie, de chaleur, pleine de symbolique. De plus, elle a une dimension culturelle incroyable, signifiant la prospérité en Chine et le sang, la violence, dans d’autres pays.

• Ma matière ?

Les murs en parpaings. J’aime leur aspect brut et in situ, poreux et organique.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Je suis un peu partagé : j’adore Dondi, précurseur du graff à New York, pour son ADN urbain, son côté abstrait. Mais j’adore aussi Kandinsky pour son approche de la couleur, ses tendances théoriciennes, ses mouvements, ses effets. Bref, l’ensemble de son œuvre, pas un tableau précisément. 

• Mon sujet/thème de prédilection ?

Les masques qui font l’intermédiaire entre l’humain et le « Pachamama », la déesse Terre-mère, la source de toute vie. Dans une époque où les repères se perdent, la nature et l’animisme nous raccrochent aux réalités je trouve.

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Primitif, urbain, coloré.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

Mon passé est un mille-feuilles d’aventures, de victoires et de défaites, de voyages et d’apprentissages… En somme, mon passé c’est la matière qui constitue ce que je suis aujourd’hui, qui définit mon présent et forgera mon futur. Advienne donc que pourra.

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Dans la vie et les gens, tout ce qui nous environne, notre quotidien : regarder un film, écouter de la musique, faire des rencontres, marcher dans la ville… Des voyages à part entière car pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour observer le monde et sa beauté. C’est d’ailleurs dans les détails les plus futiles que résident les plus grandes inspirations comme un insecte qui se pose sur une feuille par exemple. Les enfants ont ce regard curieux et imaginatif que l’on désapprend malheureusement en grandissant.

XARE (aux origines du graff)
5/7

XARE (aux origines du graff)

• Ma couleur ?

Le vert, vif et clair, porteur d’espoir.

• Ma matière ?

Le bois, autant pour son toucher que son rendu après travail de la matière.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Une œuvre de Sam Francis, n’importe laquelle. Son énergie, sa maîtrise de l’espace et ses drippings sont pour moi extrêmement apaisants.

• Mon sujet/thème de prédilection ?

La vie, le quotidien et les liens qui nous unissent. 

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Eclectique, natif de la rue, coloré.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

Mon passé est fait de beaucoup d’illégalité car je faisais du graffiti sauvage à mes débuts. Aujourd’hui, je me suis assagi, je fais du vandalisme sur toile et maintenant j’aspire à la reconnaissance de mes pairs, à l’appréciation des gens lorsqu’ils posent les yeux sur mon œuvre.

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Dans la vie, le quotidien et les liens qui nous unissent…

KATRE (un chiffre pour déchiffrer les friches industrielles)
© C.Gaillard
6/7

KATRE (un chiffre pour déchiffrer les friches industrielles)

• Ma couleur ?

Le rouge.

• Ma matière ?

En ce moment, le verre.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Je n’ai pas de tableau fétiche...

• Mon sujet/thème de prédilection ?

Les friches industrielles.

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Photographie et graffiti.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

Mon passé oscille entre graffiti et fac d'arts plastiques, qui m'a permis de découvrir de nombreux médiums et de nombreuses techniques d'expressions artistiques.

Mon présent consiste à créer des œuvres et des installations qui mélangent les supports et les techniques, en utilisant aussi bien le verre que l'aluminium, le bois, les néons… 
Mon futur, quant à lui, est de continuer dans cette direction tout en espérant découvrir des nouveaux moyens de réaliser mes œuvres et de pouvoir faire découvrir mon travail au plus grand nombre, et à l'étranger !

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Je la trouve un peu partout (la ville, les expositions, l'art..) mais le graffiti et l'énergie qu'on retrouve dans ce mouvement me motive beaucoup. De même que les autres artistes/amis que je connais ou ceux dont j'apprécie le travail.

SHAKA (maître des ombres projetées)
© C.Gaillard
7/7

SHAKA (maître des ombres projetées)

• Ma couleur ?

Je n’en ai pas. Ce qui m’intéresse c'est leur association.

• Ma matière ?

Tout ce qui peut contribuer à l’élaboration de chacune de mes œuvres.

• Mon tableau/œuvre fétiche ?

Ce serait trop réducteur de n’en citer qu’un.

• Mon sujet/thème de prédilection ?

L’instabilité, le mouvement.

• Mon style en 1, 2 ou 3 mots

Décharné, réticulaire, architecture corporelle dynamique.

• Comment je vois mon passé/mon présent/mon futur ?

Mon passé je le vois très bien tant qu’il me reste assez de mémoire pour. Mon présent œuvre pour le futur et donc je ne l’imagine pas, je le construis avec son lot de réussites et d’erreurs.

Je laisserai le soin à ma descendance de faire le bilan pour moi…

• Quelle est mon inspiration au quotidien, où est-ce que je la puise ?

Dans les rencontres, l’actualité, les lectures…

+ d'expos à Paris

20 musées insolites

Quel est le point commun entre le vin, le phonographe et la Préfecture de Police ?

En savoir plus
Par Clotilde Gaillard
Afficher plus

Commentaires

0 comments