Guide de Paris

Bons plans, vie de quartier, activités en famille, sorties gay-friendly... Et un peu de tout ce qu'il y a de mieux à faire à Paris.

101 choses à faire à Paris
Que faire

101 choses à faire à Paris

Bienvenue dans le guide d’à peu près tout ce qu’il y a de mieux à faire à Paris. 

Paris gratuit
Que faire

Paris gratuit

Un Paris gratuit existe... eh oui, on a bien dit un Paris GRATUIT ! 

Paris dans la rue
Que faire

Paris dans la rue

Voilà un moment que nous arpentons les chaussées de Paris pour vous trouver des bonnes adresses de restaurants et de bars, que nous traversons la ville pour voir des expos, des concerts, des films, des spectacles… 

Rooftop : Paris vue du ciel
Bars

Rooftop : Paris vue du ciel

En matière de rooftops, Paris n'est pas la plus perchée des capitales. Certes. 

Explorer coins et recoins

Le Fort d'Aubervilliers sous les bombes
Art

Le Fort d'Aubervilliers sous les bombes

Une toile à ciel ouvert, faite de bric et de broc, de ruines industrielles, de voitures rouillées, de façades abandonnées. 

Street Art à Paris
Art

Street Art à Paris

Véritables oasis chromatiques, les murs de tags font peut-être rager les petites mamies réacs, ils égayent pourtant un peu le paysage. 

Promenades dans le Paris bucolique
Que faire

Promenades dans le Paris bucolique

Chez Time Out Paris, on aime les petites ruelles boisées, les squares cachés, les églises surprenantes et les coins mystérieux. 

Les Berges de Seine se la coulent douce
Que faire

Les Berges de Seine se la coulent douce

Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1991, les Berges de Seine méritaient mieux que de renifler les pots d'échappement des Parisiens paresseux.

La rue comme terrain de jeux
Que faire

La rue comme terrain de jeux

Existe-t-il plus grand terrain de jeux que la rue ? A cette question toute rhétorique, la réponse est, évidemment, non - hormis peut-être la forêt, mais enfin ce n'est pas le sujet. Car dans la rue, il y a des joueurs. Une multitude de joueurs. Ainsi, lors de l'arrivée du Tour de France, sur les quais de Seine devant la place de la Concorde, des ados fumeurs de joints jouaient au chat et à la souris avec la brigade fluviale - et comme souvent, les félins ont gagné la partie. Autre exemple, à l'époque où ils n'avaient pas un rond, les surréalistes imaginaient mille-et-un moyens de passer leurs après-midis de désœuvrement en improvisant des jeux plus ou moins poétiques, imaginant par exemple des formes de balades aléatoires à travers Paris, dont le principe était on ne peut plus simple : suivre les plus jolies filles qu'ils voyaient à l'horizon, en passant de l'une à l'autre sans se faire repérer (ce qui peut demander une certaine réactivité). Pour à la fin, leur offrir une fleur. Mignon, n'est-ce pas ? Aujourd'hui, des lascars à Châtelet font d'ailleurs a peu près la même chose. En zappant juste l'étape fleuriste - ce qui rend le truc souvent moins charmant, certes.Clandestinité Bref, la rue ne demande qu'à être occupée, mise en scène... Ce qui nous renvoie à la fois aux situationnistes, à l'organisation britannique « Reclaim the Streets », aux Anonymous de Wall Street et aux fameuses zones autonomes temporaires (ou T.A.Z pour « Temporary Autonomous Zone ») de l'anar 2.0 Haki

Des squares sympas auxquels on ne pense pas !
Sites et monuments

Des squares sympas auxquels on ne pense pas !

Zoom sur des coins de Paris dans lesquels se poser et se reposer, loin du bruit des voitures. 

Visiter des monuments

10 monuments à voir à Paris
Musées

10 monuments à voir à Paris

La Tour Eiffel, l'Arc de Triomphe, Notre-Dame, les Invalides, le Louvre... D'accord. Mais les incontournables de Paris ne s'arrêtent pas là. Derrière les grands classiques se cachent d'autres moins grands classiques, pas toujours inscrits sur les agendas des touristes. De quoi jouer les visiteurs à Paris, pas trop loin des sentiers battus.

Molitor : les bassins de la colère
Sport

Molitor : les bassins de la colère

Parce qu'il voulait être le premier à se baigner dans l'eau turquoise, Sébastien Bazin (directeur du groupe hôtelier Accor) s'est jeté à l'eau. Une longueur de piscine en costard devant un parterre de photographes et journalistes médusés. C'était lundi 19 mai et la piscine Molitor venait de rouvrir après 25 ans de fermeture et des millions d'euros de travaux. Depuis sa création en 1929, jusqu'à sa renaissance en 2014, Molitor aura fait couler beaucoup d'encre. Celle des bombes de peinture, lorsqu'abandonnée à la rouille, elle est réinvestie par les grapheurs ; puis celle des journalistes qui, depuis le début du chantier, se sont questionnés sur son avenir. Face à ce géant bleu et jaune, la réponse nous brise le cœur. Molitor n'est plus. Le souvenir des raves sauvages a été enseveli sous de la mosaïque dorée et les tags ont été recouverts : il ne reste plus de ce lieu mythique qu'une débauche de mobilier hors de prix et des chaises longues à l'accès réservé à ceux capables d'en payer le prix. Vous pensiez pouvoir piquer une tête ? Pas de problème, mais pour cela, il faudra débourser la bagatelle de 180 euros (pour une journée) ou s'abonner pour l'année (comptez plus de 3 000 euros hors frais d'inscription). Les deux bassins, ses superbes cabines, ses coursives et son toit seront donc accessibles, mais aux riches et aux établissements scolaires (mais privés) à certaines heures. Hors de question que la plèbe vienne y tremper les orteils ou chahuter dans le petit

Art contemporain en banlieue
Art

Art contemporain en banlieue

Ceux qui estiment qu'art contemporain (« = fumiste, intello, bobo, parigot ») et banlieue (« = caille-ra, émeutes, incultes, insultes ») sont condamnés à faire mauvais ménage feraient bien de traverser le périph' de temps en temps. En une vingtaine d'années, de la petite ceinture accessible en métro jusqu'aux terminus ô si lointains des lignes de RER, les centres et galeries d'art contemporain ont poussé comme des champignons magnétiques, rivalisant d'audace et de qualité. Résidences d'artistes, espaces d'exposition flambants neufs, monuments historiques réhabilités : c'est ici, entre béton et campagne, que bourgeonnent et s'épanouissent certaines des meilleures adresses d'art contemporain d'Ile-de-France. De quoi bousculer quelques bons vieux a priori...

Escapade à Fontainebleau

Escapade à Fontainebleau

Capétiens, Valois, Bourbons, Bonaparte ou Orléans, les dynasties ayant régné sur la France se sont succédées entre les murs de ce palais tentaculaire, édifié du XII au XIXe siècle. Surnommé la « maison des siècles » par Napoléon, qui évoque ainsi les souvenirs dont il est le témoignage, ce château mêle en effet plusieurs styles architecturaux propres à l'histoire de France. Si cette dernière est d'ailleurs un peu floue pour vous, un conseil, relisez bien ce petit mémo chronologique, car les explications de l'audioguide compris avec la visite du château ne recontextualisent pas ces éléments. Visite des cours & jardins | Visite du château | Balade dans la forêt | Mémo historique •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••• Pratique • Ligne transilien N : départ Gare de Lyon, arrivée gare d'Avron, temps de trajet 40 minutes, départ toutes les demi-heures. Tarif A/R depuis Paris : 34 €, gratuit le week-end pour les détenteurs de Pass Navigo mensuel, carte Imagine R et Solidarité transport mensuel • Visite du parc et des jardins. Traversée de la gare RER au château via le parc : 45 minutes, visites des jardins : 30 minutes • Visite du château : 2 à 3h pour la visite générale libre, comprenant l'appartement du Pape, les salles Renaissance, la chapelle Saint-Saturnin, les Grands Appartements des souverains, la galerie de Diane, l'appartement intérieur de l'Empereur et le Musée Napoléon. Tarif :

Huit pique-niques culturels en région parisienne
Art

Huit pique-niques culturels en région parisienne

Le monde se divise en deux catégories : ceux qui pensent que le pique-nique est une affaire de knackis, de beuverie ou de survie, et ceux qui ont l'intime conviction qu'on peut manger et boire en plein air tout en se nourrissant l'esprit. En ouvrant cette page, vous êtes tombés dans la deuxième catégorie. Bienvenue. Et félicitations. Vous allez bientôt pouvoir vous libérer des pelouses estivales des Buttes-Chaumont, où vous sirotiez pas plus tard que l'année dernière du rosé tiède, en regardant le gros orteil de votre voisin faire des allers-retours dans votre assiette de saucisson. Vous allez bientôt pouvoir briller en société le lundi matin en expliquant que lors de votre pique-nique dominical, vous, vous êtes tombé sur une installation d'art moderne en pleine forêt, une péniche qui héberge des artistes ou des fresques de street art plantées au milieu d'un paysage de ruines industrielles. Bref, vous aurez traversé le périph' pour prendre un bon bol d'art frais en Essonne, en Seine-Saint-Denis, dans les Yvelines ou dans le Val-de-Marne en explorant un de ces lieux improbables où l'art contemporain, la musique et l'architecture cohabitent avec la nature. Et vous aurez le ventre plein et l'esprit vif. Bref, vous aurez la classe.