Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

75 choses immanquables à faire avant de mourir à Paris

Restos, expos, festivals... Découvrez notre sélection des plans incontournables à faire sur la capitale.

Rémi Morvan
Écrit par
La Rédaction
et
Rémi Morvan
Publicité

Scoop : vous n’aurez pas assez d’une vie pour profiter de toutes les choses à faire à Paris. Alors, plutôt que de courir après une chimérique exhaustivité, on vous a sélectionné les 75 meilleurs plans à Paris. Au total, ça donne une liste dense comme un haltérophile ouzbek de 75 plans qui slaloment entre toutes les envies et tous les budgets, entre les institutions iconiques et les adresses plus confidentielles. Ce que vous allez y trouver ? Le nectar des restos et bars, des musées et expos à gogo, des pistes de danse au kilomètre ou des toiles à la belle étoile. A vos calepins mes lapins !

75 choses immanquables à faire avant de mourir à Paris

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Roquette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Le cadre classieux qui évoque un gastropub londonien, avec table en bois buriné, acier noirci et lumière ouatée, n’a pas pris une ride depuis l’ouverture en 2011. La cuisine étoilée de Bertrand Grébaut non plus. Toujours alerte et défricheuse. Dans un menu en sept temps qui sait manier la montée chromatique, on croise une sucrine braisée dans une tranche micrométrique de lard, des Saint-Jacques nacrées convolant avec de la moelle, un dément ris de veau grillé et harissa accompagné d’un bouillon de couscous… Quasiment indispensable pour que ces plats révèlent tout leur potentiel : l’accord mets et vins érudit, voyageur et parfaitement calibré.

Où ? 80 rue de Charonne, Paris 11e.

  • Musées
  • Art et design
  • Chaillot
  • prix 1 sur 4

En plein 16e arrondissement, ce sont deux des plus belles programmations muséales à Paris qui se toisent, à deux pas de la tour Eiffel. Deux musées, deux énergies totalement différentes. D'un côté, hommage aux monstres des avant-gardes historiques au rénové musée d’Art moderne. De l'autre, un festival d’installations, de vidéos et d’iconoclasmes New Age au Palais de Tokyo, temple de l'art contemporain. Un doublé (presque) aussi mythique que celui de Zizou.

Où ? 13 avenue du président Wilson, Paris 16e

Publicité
  • Salles de cinéma
  • Indépendants

Coup de projo sur l’un des indispensables de la capitale ! Centre historique de la cinéphilie parisienne, les 5e et 6e arrondissements regorgent encore de salles indépendantes, notamment celles de la rue Champollion – dont le fameux Champo, ouvert en 1938 – qui furent jadis les repaires des cinéastes de la Nouvelle Vague. Et la légende raconte que Quentin Tarantino aurait conservé l'habitude, lors de ses escapades parisiennes, de se rendre en pèlerinage à la Filmothèque du Quartier latin.

Où ? Paris 5e et 6e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Musique électronique
  • 18e arrondissement
  • Recommandé

Depuis 2016, la Station (qui devait ouvrir pour six mois à l’origine) nous secoue avec sa prog aventureuse furetant aussi bien du côté du rock que de l’électronique, surtout depuis qu’elle a migré dans cet espace de 5 000 mètres juste dément. Si l’on aime profiter des extérieurs à la douce saison, les concerts, soirées et installations ébranlent l’estomaquant espace intérieur et ses 8 mètres sous plafond, qui fut à une époque le réceptacle parisien du charbon venu du Nord – levez la tête, les rails ont été conservés. Côté ambiance, elle se veut aussi détendue et inclusive que la prog est pointue. La Station, l’un des plus beaux terminus de vos soirées.

Où ? 29 avenue de la Porte-d’Aubervilliers, Paris 19e

Publicité
  • Musées
  • Art et design
  • Louvre
  • prix 3 sur 4

Ce qu’on vous propose, c’est de voir le plus célèbre et vaste musée du monde vu sous un autre angle. Si des nocturnes sont prévues pour se la jouer Une Nuit au musée, on conseillera aussi de tenter le parcours bling bling “Beyonce et Jay-Z”, qui revient sur les créations phares du clip de “Apeshit” tourné au Louvre en 2018. A voir ? Le Radeau de la Méduse de Géricault, le Sacre de l’empereur Napoléon Ier et le couronnement de l’impératrice Joséphine de David ou la Vénus de Milo.

Où ? Paris 1er

  • Théâtre
  • Paris et sa banlieue

Il est vrai que le trajet pourra en rebuter certains, mais quelle claque une fois arrivé là-bas ! Placé sur l'échiquier des grands théâtres français dans les années 1980 par Patrice Chéreau, sublimé par Philippe Quesne et aujourd’hui téléguidé par Christophe Rauck, le théâtre de Nanterre accueille la crème de la crème des acteurs, chorégraphes et metteurs en scène du moment. Petit tip : l’espace bar/restaurant propose des plats de saison pour vous remettre d’aplomb avant le retour. 

Où ? 7 avenue Pablo-Picasso, 92000 Nanterre

Publicité
Faire son marché avant de manger aux Enfants du Marché
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Si vous cherchez un repas nappe amidonnée, ami des végés et service chuchoté, passez votre chemin ! Ce comptoir de marché s’avale sur un mange-debout sans plafond au-dessus de la tête (glagla en hiver) avec le gouailleur Michael Grosman en maître de cérémonie attachant et sommelier, récompensé du prix du meilleur taulier de Paris aux Time Out Food and Drink Awards. Les assiettes canailles et carnées du chef japonais Shunta Suzuki régalent autant qu’elles tarifent : iconiques moules de Groix dans une marinière au gorgonzola, tempura de cervelle…

Où ? 39 rue de Bretagne, Paris 3e.

  • Musées
  • Art et design
  • 4e arrondissement
  • prix 3 sur 4

Difficile d’imaginer Paris, et plus particulièrement le Marais, sans le Centre Pompidou. « Beaubourg » héberge la collection d’art moderne la plus vaste d’Europe, pour ne pas dire du monde – seul le MoMA de New York peut rivaliser –, si bien que les salles ne peuvent accueillir dans un même temps qu’un échantillon infime (environ 1 300 pièces) sur les 50 000 chefs-d’œuvre que possède le lieu. Un accrochage renouvelé chaque année, des expositions temporaires pantagruéliques (Bacon, O'Keeffe, Kandinsky…), une bibliothèque, d’un espace de performances et un cinéma d’art et d’essai. Incontournable.

Où ? Rue Saint-Martin, Paris 4e

Publicité
Siroter des potions magiques sur de la soul chez Fréquence
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Roquette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Ça tient à peu de chose, un chouette endroit. Si Matthieu Biron et Guillaume Quenza avaient été fanas de badminton, leur lieu aurait été très différent. Mais coup de bol, ils aiment les bons produits et les vinyles de la Motown. Du coup, ils ont monté Fréquence, joli bar où les platines et les disques mixent la vedette avec les bouteilles et les shakers. Les créations sont aussi futées qu’affûtées comme ce Doud (pignons de pin salés, Cap Corse blanc, shochu, calvados ; 12 €), à la poigne sèche et rassurante du kiné qui va vous décoincer. 

Où ? 20 rue Keller, Paris 11e

  • Sites et monuments
  • Cimetières
  • Père-Lachaise

A celles et ceux qui aiment les coins dépaysants, le Père-Lachaise est fait pour vous. Cimetière le plus célèbre de la capitale (et sans doute du monde), il a en plus l’avantage de ressembler à un jardin anglais, pittoresque, ombragé, aux allées serpentant sur la colline et entrecoupées d'escaliers. Un labyrinthe dans lequel il est bon de se perdre… Car on ne sait jamais sur qui on va tomber au détour d’une allée. Ici, ça envoie de la star emmarbrée au kilomètre : Edith Piaf, Jim Morrison, Pierre Bourdieu…

Où ? Boulevard de Ménilmontant, Paris 20e

Publicité
  • Musées
  • 16e arrondissement

Situé dans les beaux quartiers excentrés de l'Ouest parisien, cet écrin dessiné par l'architecte star Frank Gehry pour accueillir les œuvres collectées par le PDG du groupe LVMH Bernard Arnault s'avère grandiose, impressionnant et excelle dans la fonction qu'il a choisie : accueillir les stars de l'art. Depuis son ouverture, le lieu enchaîne les expos blockbusters comme Bernard Arnault collectionne les mentions au classement Forbes. Des noms ? Basquiat, Warhol, Sherman, les collections Chtchoukine, Courtauld et Morozov, Charlotte Perriand ou Giacometti. A qui le tour ? 

Où ? 8 avenue du Mahatma Gandhi, Paris 16e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Gastronomique
  • Champs-Elysées
  • prix 4 sur 4
  • Recommandé

Plus qu’un repas, un voyage extraordinaire dans un monde parallèle où Didier Wampas cuisinerait pour Napoléon III. Dans ce luxueux hôtel particulier débordant de boiseries, de moulures et de velours, Christophe Pelé signe une incroyable variation terre-mer qui se joue des marqueurs des palaces pour mieux les transcender. On croise des crevettes en tempura, des pibales qui se lovent avec de la cervelle, des rougets grillés qui s’amourachent de moelle… Une expérience sensorielle unique en une vingtaine d’assiettes, plusieurs quilles de vin nature et trois-quatre heures de bonheur à conclure dans le salon au coin du feu.

Où ? 31 avenue Franklin-Delano-Roosevelt, Paris 8e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Que faire
  • Paris et sa banlieue
  • Recommandé

La Cité Fertile continue de pousser ! Annoncée pour fin 2022, la clôture de la friche pantinoise a été décalée à une date inconnue. Ce qui signifie que vous allez pouvoir continuer à flâner gratuitement dans les 10 000 mètres carrés de la friche et profiter des différents espaces et événements. Vous pourrez jouer au volley, à la pétanque, prendre part à des ateliers et festivals en tous genres ou juste slalomer entre les parterres.

Où ? 14 avenue Edouard-Vaillant, 93500 Pantin

Grimper tout en haut du game mixologique (et de Belleville) chez Combat
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • 19e arrondissement
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Six ans après son ouverture (en juin 2017), Combat continue à dominer sans forcer le ring mixologiste bellevillois. Même si la cheffe pugiliste, Margot Lecarpentier se fait plus rare derrière le comptoir en inox, l’équipe en charge du petit bar brut à plafond végétalisé continue d’envoyer des verres qui calment des gosiers plus en pente que la rue. A la carte, des créations vraiment futées à l’image de ce Sept Epices (cherry, Cynar, whisky, sirop de miso et blanc d’œuf) moelleux comme un édredon, ou l’étonnant Elote qui mélange rhum, amer de chicorée, maïs et citron vert (12 €) et oscille entre rondeur et amertume selon l’avancée du verre. KO cocktail !

Où ? 63 rue de Belleville, Paris 19e

Publicité

15. Se faire une toile à la belle étoile au Cinéma en plein air à la Villette

C’est l’un des vieux de la vieille des cinés en plein air ! Depuis 1990, la prairie de la Villette active chaque été son mode cinoche à l’air libre en dépliant un écran gonflable de 600 mètres carrés. Les spectateurs profitent, gratuitement, d’une programmation thématique (danse, destin…), avec une vingtaine de films flirtant entre le pointu et le grand public. Au fil des éditions, le programme s’est gonflé d’activités annexes, comme des croisières gourmandes organisées en parallèle des films. Celles-ci sont payantes, certes, comme les transats et les couvertures.

Où ? Prairie du Triangle, parc de la Villette, 211 avenue Jean-Jaurès, 19e

16. Faire ses emplettes dans le temple de la branchitude Merci

C’est un peu le Ikea des branchés (et blindés) parisiens. Planqué depuis 2009 dans un bâtiment inondé de lumière au fond d'une cour, le concept store Merci réunit sur trois étages une panoplie de grands stylistes et designers. Sur les étals ? Aussi bien des fringues, des bijoux, des parfums, de la papeterie, du mobilier que des objets déco. Deux choses à savoir : 1) En fouinant bien, on peut trouver des articles sans forcément vendre un rein. 2) Une partie des bénéfices est reversée au fonds de dotation Merci, à l’origine de projets sociaux, éducatifs et environnementaux à Madagascar et en France. Merci.

Où ? 111 boulevard Beaumarchais, Paris 11e

Publicité
  • Musées
  • Histoire
  • Bourse

Tricentenaire, le site historique de la Bibli nationale a entièrement rouvert ses rayonnages en septembre 2022. Outre un nouveau musée, sa stupéfiante salle Ovale, avec ses 18 mètres de hauteur coiffés d’une verrière, est désormais accessible à tous et gratuitement ! Les lecteurs peuvent fouiner parmi 20 000 volumes en libre-service (dont 9 000 BD) et s’installer dans l’une des 160 chaises désignées par Patrick Jouin.

Où ? 58 rue de Richelieu, Paris 2e

Cingler vers la haute mer culinaire avec l’inouï Clamato
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Poisson et fruits de mer
  • Charonne
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

A la barre de ce navire indus' mêlant bois, verre, béton et acier ? Cap’tain Grébaut – Septime c'est lui – qui nous emmène en croisière vivifiante et épicée vers des recettes iodées pleines d’allant. Dans cette annexe marine du Septime, la carte change en fonction de la pêche (artisanale et durable). On y picore de la seiche d’Oléron réveillée au piment, du ceviche de mulet à la courge musquée… Gare à vous : comme la marée dans la baie du Mont-Saint-Michel, l’addition monte vite.

Où ? 80 rue de Charonne, Paris 11e

Publicité

19. Brûler les planches pendant le Festival d’Automne

Depuis cinquante ans, le Festival d’Automne prend le pouls de la création scénique contemporaine et fait battre le cœur de milliers de spectateurs dans divers lieux culturels parisiens. Rendez-vous incontournable dédié aux arts vivants dans leur pluralité – et leur radicalité –, le festival a vu éclore certains des plus grands noms de la scène contemporaine internationale, du chorégraphe américain Merce Cunningham au metteur en scène Robert – dit Bob – Wilson. Immanquable : les magnifiques portraits consacrés chaque année à des noms cultes.

Où ? Dans Paris et en banlieue.

Flirter avec la cuisine italienne de Passerini, avant d’aller écluser en face chez Passerina
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Italien
  • 12e arrondissement
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Indéniable meilleur chef italien de Paris, Giovanni Passerini s’impose pour nous comme l’un des meilleurs chefs de Paris tout court. Dans sa trattoria moderniste (sol en terrazzo, murs blancs, suspensions design), il fait le grand écart entre la rassurante cuisine tradi de la Botte (tagliatelles au ragoût de canard, iconiques raviolis ricotta-épinards au beurre de sauge) et les envolées gastronomiques époustouflantes comme ce pigeon en deux services dont on se souvient avec émotion longtemps après avoir remboursé le prêt souscrit pour payer l’addition.  

Où ? 65 rue Traversière, Paris 12e

Publicité

21. Prendre le Macki (Festival) et la température des courants alternatifs

Comme on l’aime ce Macki, cette association festivalière réunissant le collectif la Mamie’s et le label Cracki Records dans le parc de Carrières-sur-Seine. Depuis 2013, les tenanciers construisent des programmations en surfant toutes les vagues stylistiques, fuyant les (très) gros noms au profit d’artistes aventureux. Pensez à être vifs pour les billets, ils s’arrachent toujours rapidement. C’est à ce prix que vous prendrez le Macki.

Où ? Parc de la mairie de Carrières-sur-Seine, 46-54 quai Charles-de-Gaulle, 78420

  • Art
  • Art contemporain
  • Les Halles

Attendue depuis des années, la Bourse de Commerce sauce Pinault a enfin ouvert ses portes au printemps 2021. Côté architecture, les Parisiens sont servis, avec un musée aussi grandiose que central restauré du sol à la coupole par Tadao Andō, avec notamment un cylindre en béton de 9 mètres de haut installé en plein milieu de la coupole. Il fallait au moins cela pour accueillir la collec privée de 10 000 œuvres de François Pinault. Dans les 7 000 mètres carrés de la Bourse, on a aperçu 24 créations de Bertrand Lavier, des photographies féministes de Cindy Sherman ou encore ce merveilleux ensemble de peinture figurative africaine et afro-américaine.

Où ? 2 rue de Viarmes, Paris 1er

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Comédie
  • One-man show & Stand-up
  • Les Halles
  • Recommandé

Ici, les humoristes performent au cœur d’une œuvre réalisée par JR. Orchestrée par Fary, la direction artistique est aussi l’une des plus exigeantes de la scène stand-up, avec des plateaux tenus secrets ne comptant que des humoristes déjà bien identifiés. Le jour de notre venue, deux têtes d’affiche, Panayotis Pascot et Fary lui-même. Au rez-de-chaussée (la salle de spectacle est à l’étage), un chouette bar à la déco bien tournée, élégant mais pas clinquant, et une petite salle de restaurant d’inspiration maghrébine. Le gros plus : la large terrasse, très animée l’été, pour profiter du soleil et grignoter.

Où ? 49 Rue Berger, Paris 1er

  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Buttes-Chaumont
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Tout en haut du plus grand parc parisien trône l’un des plus clinquants repères arc-en-ciel de la capitale. Tenue par Mimi et Zouzou, anciennes patronnes du Pulp, iconique club lesbien des années 2000, cette guinguette accueille certaines des soirées queers les plus débridées de la ville. Venez le dimanche où les tea dance gays font dancefloor comble à grands coups de titres parfois… déroutants. Mythique.

Où ? 2 avenue de la Cascade, Paris 19e

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • 18e arrondissement
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Si les lieux culturels n’ont cessé d’essaimer dans les gares de la Petite Ceinture, la REcylerie fait figure de pionnière. Sous le patronage de l’agence Sinny&Ooko (la Machine, Cité Fertile, Pavillon des Canaux), le lieu a redonné vie à l’ancienne gare du boulevard Ornano en prônant l’écoresponsabilité. Concrètement, on y vient autant pour boire le café le matin, descendre des mousses à l’apéro que pour prendre part à des ateliers en tout genre. Le petit truc en plus, ce sont les quais aménagés et les rails qui accueillent aussi bien un ciné en plein air l’été que des marchés de Noël l’hiver. Le fameux recyclage des saisons.

Où ? 83 boulevard Ornano, Paris 18e

26. Aller à fond de troisième à la friche électronique Virage

Après une première année de rodage, la friche du 17e garée sous le périph a fait le plein en 2023. Conduite par Rag, Benjamin Charvet et Samy Znimi, respectivement DA de Barbi(e)turix, du Badaboum et du Panic Room, l’affiche – paritaire et inclusive – fait le pari de flirter du côté de l’électronique pointue, entre têtes d’affiche, pépites émergentes, labels et collectifs incontournables du moment. De la techno, de la house, du disco : vous l’avez compris, cet été à Paris, tout le monde trouvera virage à son pied. 

Où ? 26 rue Hélène-et-François-Missoffe, Paris 17e

Publicité
  • Musées
  • Art et design
  • 7e arrondissement
  • prix 2 sur 4

Le musée d'Orsay est un classique des musées parisiens. Sous ses 35 000 mètres carrés de verrières, ses collections concernent environ soixante ans d’histoire de l’art – disons de 1848 à 1914 –, allant du réalisme à l’Ecole de Pont-Aven en passant par l’impressionnisme et le pointillisme. Une courte mais si intense période ! Courbet, Corot, Millet, Monet, Degas, Renoir, Caillebotte, Van Gogh, Gauguin, Cézanne, Seurat, le Douanier Rousseau… La liste des classiques est interminable, on vous conseille d'y faire plusieurs passages.

Où ? 1 rue de la Légion-d'Honneur, Paris 7e

Digger comme jamais à Dizonord, temple nord-parisien du vinyle
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Musique
  • Mairie du 18e
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Entre Jules Joffrin et porte de Clignancourt, un temple du vinyle a ouvert ses portes en février 2019, cornaqué par deux Power Rangers de la galette, bien décidés à vous faire écouter des bruits d’animaux entre deux nouveautés électro. Dans le registre « bon plan en diamant », Dizonord repère et revend des collecs de diggers aguerris. Les fondateurs du lieu proposent aussi des ateliers pour enfants, des rencontres, du café, des bières pour les adhérents, des fanzines ou des braderies. Propre.

Où ? 9 rue André-Messager, Paris 18e

Publicité
Se mettre à la page dans la librairie serpentine du Regard Moderne
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Librairies
  • Saint-Michel
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Vous vous rappelez des géniales idées de rangement de livres de Gaston Lagaffe ? Eh bien le Regard Moderne, c'est pareil... en mieux. Des piles de bouquins hautes de plusieurs mètres, des étagères inaccessibles cachées derrière des colonnes et des couloirs où l'on ne peut passer qu'en rentrant le ventre. C'est Jacques Noël qui a imaginé cet endroit, avant de laisser à sa mort son successeur prendre l'échelle pour ranger immuablement ces précieux volumes, qu'il s'agisse de beaux ouvrages sur Duchamp, des fascicules immenses de Blanquet et de United Dead Artists, des recueils de poésie surréaliste, des romans beat en VO et autres trucs SM bizarres.

Où ? 10 rue Gît-le-Cœur, Paris 6e

  • Théâtre
  • Roquette
  • prix 2 sur 4

Les plus médisants diront que, passé une certaine heure, le quartier de la Bastille devient une scène remplie d’artistes. Par contre, si vous êtes vraiment attiré par le spectacle vivant, de préférence le nectar, on vous conseille de vous enfoncer rue de la Roquette pour découvrir le théâtre de la Bastille. Sauvé in extremis de la faillite dans les années 1970, plusieurs fois renommé ensuite, le théâtre est aujourd’hui une figure emblématique de l’indépendance parisienne. Deux salles où la danse comme le théâtre aventureux sont à l’honneur et où l’on aime particulièrement inviter des troupes étrangères. Bonus : vous aurez de quoi faire pour écluser un canon à la fin du spectacle.

Où ? 76 rue de la Roquette, Paris 11e

Publicité

31. Découvrir Paris transformée en musée à ciel ouvert lors de la Nuit Blanche

C’est l’un des événements culturels favoris des Parisiens. Tous les ans depuis 2002, la Nuit Blanche darde de ses rayons artistiques l’actu parisienne. Et nouveauté, depuis 2023, l’événement a fui la grisaille automnale pour passer à l’heure d’été. Ce qui ne change pas, c’est que, le temps d’une nuit, une foule d’artistes – toutes chapelles stylistiques confondues – investit la capitale et la transforme en immense musée à ciel ouvert à grands coups de créations et d’ouvertures inédites.

Où ? Dans tout Paris.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Boulangeries
  • Abbesses
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Au pays de la boulange, l’un des plus fiers hérauts du pain est nippon. Formé au Grenier à Pain, Shinya Inagaki s’est sédentarisé en 2020 dans sa minuscule boutique des Abbesses, une échoppe/labo/fournil bordélique aux horaires d’ouverture contrariants et aux pains éparpillés un peu partout. Mais quand on goûte ses créations, on oublie ses bizarreries. Ses pains sont racés mais jamais clivants, avec des croûtes délicates, des acidités de levain discrètes qui font ressortir le parfum des céréales torréfiées. La classique miche au khorasan, la Rolls des blés anciens, est un régal qui se boulotte comme un gâteau. Le voici votre sésame pour l’Empire du Soleil-Levain. 

Où ? 41 rue des Trois-Frères, Paris 18e

Publicité

33. Ecouter les groupes phares du moment à We Love Green

Il y a dix ans, les grands festivals de la région parisienne se nommaient Rock en Seine et Solidays. Et puis, un petit nouveau teinté de vert répondant au doux nom de We Love Green s’est fait progressivement sa place. D’abord au parc de Bagatelle puis au bois de Vincennes. Côté programmation, on oscille entre le rap, l’indie rock et les boucles électroniques, avec autant des stars que des noms plus condidentiels. Le gros plus ? Une programmation gastronomique de très haut vol réunissant certains des plus gros blazes de l'époque.

Où ? Bois de Vincennes, Paris 12e

Boire des cocktails chez Cravan, un bar classé monument historique
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Alors que son nouveau petit grand frère germanopratin règne depuis l’été 2023 sur la rive gauche, l’adresse originale de Franck Audoux reste une valeur sûre (voire la seule) pour les amateurs de cocktails du Far-Ouest parisien. Dans un écrin Art nouveau classé du sol au plafond, on y déguste des verres tout en épure. Peu d’ingrédients, pas de garnish, mais toujours un équilibre de funambule et une élégance folle.

 Où ? 17 rue Jean-de-la-Fontaine, Paris 16e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • La Villette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Conçu comme un nuage en termes d'esthétique, de confort et de qualité d'écoute, la Philharmonie en met plein les yeux et les oreilles avec sa démesurée salle de 2 400 places. Ouvert en 2015 du côté de la porte de Pantin, ce nouvel écrin de la musique classique pratique également une politique tarifaire louable, certes encore loin des salles de concert les plus populaires, mais aux prix en baisse comparés à la salle Pleyel, ancien temple de la musique symphonique parisienne. 

Où ? 211 avenue de la Porte de Pantin, Paris 19e

Expérimenter la zénitude nippone au bar Ogata
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 4 sur 4
  • Recommandé

Un filet de musique à peine audible, pas de lave-vaisselle pour ne pas écorner le calme du lieu, voisins qui chuchotent… Ici, le silence est roi. On essaye donc de cligner des yeux pas trop bruyamment en lisant la carte minimaliste imaginée par Frédéric Paolini et validée par M. Ogata lui-même. Cinq mystérieuses “saveurs” et un cocktail de saison. Bon à savoir : le droit d'entrée dans ce morceau de Japon perché coûte 8 €, mais englobe trois délices (lors de notre passage : poutargue et daikon, beignet de chou-fleur et wasabi, kaki et crème de tofu) exfiltrées du restaurant.

Où ? 16, rue Debelleyme, Paris 11e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • Recommandé

Un bar ouvert il y a quelques mois déjà dans un top de l’année ? Mais oui ! L’offre signée Rémy Savage s’avère déjà très aboutie avec une carte maîtrisée de bout en bout et des recettes tout en subtilité. Le décor néo-Art nouveau en haut et plus industriel en bas - encadrements de miroirs façon pampre, élégantes suspensions en forme d’arum (ou de chanterelle), murs azuréens - est une réussite, et l’onctueux accueil du duo Moudoulaud finit de nous convaincre que voilà un grand petit bar.

Où ? 5 rue des Haudriettes, Paris 3e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Et soudain, en 2022, naissait une brasserie (élue meilleur rétro aux Time Out Paris Food and Drink Awards) qui semble avoir toujours été là, remise en selle par Adrien Spanu, en mission pour redonner du lustre à ce patrimoine parigot. Mosaïques années 20, fresque d'après-guerre et nappes amidonnées façonnent un cosy cocon pour une cuisine immémoriale, fouettée par un sourcing au cordeau. Aux fourneaux, Grégoire Simon délivre une popote sans nostalgie, juste du kif, avec des œufs mayo champions du monde (à prix d’or) et des classiques rassurants comme le claquement de portière d’une berline bavaroise.

Où ? 6 rue de la Bastille, Paris 4e

Publicité
  • Que faire
  • Quartier latin

Le Panthéon des bibliothèques parisiennes. En face du vrai (Panthéon) et à deux pas de la Sorbonne, la bibliothèque Sainte-Geneviève accueille les étudiants de tous horizons depuis 1851. Un cadre presque hors du temps et du commun où vous pourrez choisir et consulter – eh oui, pas de prêt à la BSG – vos documents parmi les 1,5 million d’imprimés, 85 000 microformes et 15 000 titres de périodiques du fonds général. Et pas de jaloux, toutes les disciplines sont dignement représentées. Ne reste plus qu’à vous armer de patience et à arriver tôt !

Où ? 10 place du Panthéon, Paris 5e

S’enjailler au bar audiophile Bambino
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Saint-Ambroise
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Après avoir colonisé la rue de Rochechouart, Fabien Lombardi, parrain de la triplette Faggio, multiplie les ouvertures comme Jésus le pain et le vin. Voici Bambino, son bar à vins naturels ascendant platines, avec cocktails à la tireuse. La déco en jette un max : mur de vinyles et des enceintes plus grosses qu’une voiture sans permis, maillot de Cantona sous verre et batte de baseball en haut de l’étagère. Au fil de la soirée, les tables laissent progressivement la place aux DJ sets et aux pros du one-two steps. La fête peut commencer.

Où ? 25 rue Saint-Sébastien, Paris 11e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • SoPi (South Pigalle)
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Officiellement, ce bistrot, pas nomique pour un franc, a ouvert en 2016, mais Lino Ventura aurait pu y avoir son rond de serviette tant il a l’air d’avoir toujours été là. La cuisine ménagère et généreuse de Thomas Brachet redonnerait le moral à une maire de Paris après un résultat à la présidentielle. Évidemment, il y a la mythique saucisse purée, indétrônable au sommet de l’Olympe bistrotier… Mais tout le reste de la carte possède finesse et justesse. Le meilleur bistrot de Paris.

Où ? 136 rue du Faubourg-Poissonnière, Paris 10e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Hôtels
  • Hôtels et spas
  • 16e arrondissement
  • Recommandé

Passé de piscine municipale à temple de l’underground et du street art, Molitor joue depuis quelques années la carte du resort derrière son impressionnant monolithe couleur jaune moutarde. Au menu de cet hôtel taillé pour le staycation sportif ? Un spa Clarins, une salle de sport, un club de yoga, un rooftop avec, bien sûr, une impressionnante piscine extérieure de 48 mètres de long.  Si cette dernière est chauffée (28 degrés), vous pouvez aussi opter pour la piscine intérieure. Côté accessibilité, fini les free parties, seuls les clients de l'hôtel, les membres du Club Molitor et les personnes ayant réservé au spa pourront y tremper les orteils. Attention au coup de chaud sur la CB.

Où ? 2 avenue la Porte-Molitor, Paris 16e

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Musique
  • Salle de concert
  • Arts et Métiers
  • prix 1 sur 4
  • Recommandé

Dans un décor ultra-moderne signé Manuelle Gautrand bousculant audacieusement le style Belle Epoque ornemental d'origine, la Gaîté lyrique est depuis 2011 l'épicentre de la vie culturelle parisienne 2.0. Animés depuis 2023 par une nouvelle équipe artistique formée d’Arty Farty (Nuits sonores, European Lab), Arte France, makesense et l’ONG Singa, les sept étages pluridisciplinaires propulsent les visiteurs au plus profond de l’ère numérique, entre arts plastiques, musique, graphisme, cinéma, mode, design et jeux vidéo. L'entrée est libre et certaines de ses propositions gratuites, notamment des expositions immersives ainsi que des ateliers et rencontres.

Où ? 3 bis rue Papin, Paris 3e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Roquette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Cette ancienne boucherie chevaline dans son jus (de viande) – carrelage poussin, crocs en inox et tête de canasson dorée – cache la meilleure sandwicherie de Paris. A avaler goulûment sur le mini-comptoir marbré, une vingtaine de propositions alléchantes dans de petits paniers en plastique (5-8,50 €) : classique et mythique jambon Prince de Paris, original poulet pot-au-feu avec aneth et mayo, et dingo tortilla de patatas-chorizo. Si Delphine Zampetti a rallié le Pays basque avec son Iñaki Aizpitarte, la relève est assurée par Tiphaine Moindrot (et c’est toujours aussi bon).

Où ? 85 rue de la Roquette, Paris 11e

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • La Villette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

C’est en 2017, dans une ancienne station de la Petite Ceinture, qu’a ouvert le club de jazz la Gare. Orchestrée par d'anciens de la Fontaine, lieu phare du genre, la Gare propose tous les jours des concerts à prix libre. Sous les 4 mètres de plafond se relaient autant des élèves du conservatoire que des artistes émergents ou confirmés en résidence. En ce moment, pas de doute, la Gare est l'endroit où il faut se rendre pour être à la pointe du genre. Encore mieux : depuis 2021, dans les tréfonds du spot se cache le Gore, un club électronique (payant) ouvert 365 jours par an.

Où ? 1 avenue Corentin-Cariou, Paris 19e

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • La Villette
  • Recommandé

Posé dans le parc de la Villette, A la Folie est un des repères des cultures arc-en-ciel parisiennes. Suivant les saisons, le lieu accueille un chapelet d’événements allant de la soirée gay au barbecue géant sur sa terrasse en passant par le pionnier bingo drag dominical. Depuis 2016, A la Folie est chaque dimanche le théâtre de folles parties de bingo (sur entrée libre), animées par les drag-queens de la Fédération française du bing apéro. Membre la plus éminente : Minima Gesté, intestable pour chauffer les foules avec des boules. Voilà un événement gratuit qui fait à chaque fois un carton.

Où ? 26 avenue Corentin-Cariou, Paris 19e

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • 7e arrondissement
  • prix 4 sur 4
  • Recommandé

C’est rien de dire que la rencontre au sommet entre Margot Lecarpentier (Combat) et Alain Ducasse faisait battre le shaker des amateurs éclairés. Première impression : le lieu en impose. Une immense terrasse posée sur le toit du musée du Quai Branly avec une tour Eiffel à portée de main. On entame avec un réussi Sayuri (aquavit, cordial rhubarbe et mélilot, saké pétillant, verjus, teinture de graines de coriandre et tagète) d’abord floral puis umamiesque. Ou cette déclinaison de Negroni, dont ce blanc aussi magistral qu’inattendu – cette bonne idée de l’olive verte. Plein soleil sur les Ombres.

Où ? 27, quai Jacques-Chirac, Paris 7e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Fromagers
  • Goutte d'Or
  • prix 1 sur 4
  • Recommandé

Depuis 2017, Pierre Coulon, ancien de chez Androuet et globe-trotter des terroirs, transforme au cœur de la Goutte d’Or des laits bio en velours des papilles. Ce fromagicien urbain produit des pâtes molles d’anthologie, comme un saint-félicien à la crème crue, un brillat-savarin réalisé avec de la triple crème ou un labat fait ici avec du lait de chèvre bretonne… On y trouve aussi des fromages de petits producteurs amis, affinés sur place, et un camembert de la ferme normande que possède Pierre dans la ville du même nom.

Où ? 74 rue des Poissonniers, Paris 18e

Publicité
S’envoyer en l’air à la Maison Souquet, l’un des hôtels les plus chauds de Paris
  • 5 sur 5 étoiles
  • Hôtels
  • Saint-Georges
  • Recommandé

Ex-lupanar ressuscité en hôtel très secret, cette planque sulfureuse prolonge parfaitement l’idée qu’on se fait du Pigalle d’antan. Pimpée par l’indéboulonnable Jacques Garcia, la déco marie Belle Epoque et orientalisme avec cet empilage de salons au rez-de-chaussée dans lequel tout est d’origine. Et l’ambiance, alors ? Ultra-coquine des narines (parfums sensuels dans tout l’espace) au palais, avec les cocktails très floraux du bar dont les noms renvoient à d’anciennes courtisanes. Sans oublier ce hot spa avec piscine et table de massage privatisable pour deux. En un mot : ma-gni-fique !

Où ? 10 rue de Bruxelles, Paris 9e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Japonais
  • Grenelle
  • prix 4 sur 4
  • Recommandé

Le chef Akiyoshi Yuichiro, débarqué de Fukuoka, vous fait découvrir le chakaiseki. Il s’agit d’une succession extrêmement codifiée d’assiettes qui aboutissent à la dégustation du thé au matcha préparé selon la méthode traditionnelle. Comme dans le kaiseki, le repas gastronomique, le chef, qui travaille devant son public avec des gestes d’horloger, doit varier les cuissons, les ingrédients et la vaisselle à chaque étape. Un moment de grâce, un incroyable voyage immobile (et silencieux) inédit en France mais facturé au prix fort.

Où ? 59 rue Letellier, Paris 15e

Publicité
Humer le pouvoir des fleurs chez Debeaulieu
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Boutiques
  • Saint-Georges
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Boutique élégante et épurée, Debeaulieu jongle entre le pastel des fleurs des champs et les couleurs vives de plantes plus classiques. C’est en novembre 2013 que Pierre Banchereau, trentenaire fraîchement sorti de l’Ecole des fleuristes de Paris, lance son affaire. Cet ancien chasseur de têtes issu de l’industrie pharmaceutique a choisi les plantes pour exprimer son goût pour la décoration d’intérieur, le design, la mode et plus généralement le monde de l’art. Probablement notre boutique préférée à Paris.

Où ? 30 rue Henry Monnier, 9e

  • Salles de cinéma
  • Indépendants
  • Bercy
  • prix 1 sur 4

Dans ce magnifique bâtiment dessiné par Frank Gehry fusionnent en 2002 la BIFI (la Bibliothèque du film) et la Cinémathèque. C’est alors un véritable musée du septième art qui naît sous la direction du réalisateur franco-grec Costa-Gavras : quatre salles, une librairie, une vidéothèque et de nombreux espaces d’exposition. Et attention, le générique n'est pas là pour rigoler, avec des rétrospectives de folie, des masterclass au top et des expos à l’avenant. Un véritable lieu de perdition pour les cinéphiles qui s'est enrichi pendant le premier confinement avec Henri, sa plateforme en ligne, où sont diffusées d'innombrables raretés.

Où ? 51 rue de Bercy, Paris 12e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à bières
  • Folie-Méricourt
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Ce cool bar de coin à l’épure industrielle (béton ciré, néons blancs et mobilier métal) dispense la bonne parole du vin nature et de la bière craft à Belleville tant à la tireuse – via vingt becs chromés - qu’en bouteilles. Attention, la collec de références réunie dans vingt-quatre pages (écrites en tout petit) donne le tournis (et sans avoir encore rien bu).

Où ? 7 rue de la Présentation, Paris 11e

Voyager avec les assiettes de bistrot asie-mutées du Servan
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Roquette
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Depuis 2014, les frangines Katia et Tatiana Levha font cracher leur flamme faiministe dans ce corner de la rue Saint-Maur, dans un repère plus-beau-tu-meurs (zinc en laiton doré, moulures au plafond, fresque d’époque et bouquet de fleurs sur le bar mastoc). La cuisine ? Libre, jouant à saute-mouton entre la France et l’Asie, pleine d'une belle audace et tellement ancrée dans son époque, à l’image du ris de veau grillé boosté au phrik phao (sauce thaïe pimentée). Et puis ces purs jus triés sur le volet – bourgogne rouges et blancs en force – sublissimes : Laurence et Rémi Dufaitre, Fanny Sabre, Philippe Pacalet, Jean Foillard, Sylvain Pataille…

Où ? 32 rue Saint-Maur, Paris 11e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Pâtisserie
  • Necker
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

A quelques lettres près, Claire Damon aurait pu devenir diamant, et ce n’est pas un hasard. Pourquoi ? Tout simplement parce que les pâtisseries de la cheffe exposées (et vendues) dans ses boutiques à l’allure de joailleries sont de vraies pièces de haute goûture. Ici, on découvre des desserts fruités, subtils et peu sucrés. Le tout avec une offre qui varie en fonction des saisons. Des pierres précieuses qui ont un coût mais bon, on ne s'achète pas tous les jours des bijoux.

Où ? 63 boulevard Pasteur, Paris 15e ; 89 rue du Bac, Paris 7e

  • Que faire
  • 16e arrondissement
  • prix 2 sur 4

Collé-serré avec le bois de Boulogne, à touche-touche entre Paris et Boulbi, le stade Roland-Garros est une destination à part entière. Chaque année, entre mai et juin, plus de 600 000 passionnés venus du monde entier se retrouvent sur ses courts pour tenter d’attraper la baballe jaune perdue dans les tribunes – et (accessoirement) voir les meilleurs joueurs de tennis du monde s’affronter lors du tournoi du Grand Chelem français. Attention à votre complet Blanc du Nil avec la terre battue.

Où ? 2, Avenue Gordon Bennett, Paris 16e

Publicité
  • Shopping
  • Saint-Germain-des-Prés
  • prix 3 sur 4

Avec son comptoir d’apothicaire en marbre et bois de noyer et les symphonies romantiques qui émanent de ses enceintes, l’Officine Universelle Buly semble tout droit sortie du XIXe siècle – d’ailleurs, le nom vient d’un roman de Balzac. Ici, Victoire de Taillac et Ramdane Touhami – dont l’enseigne a été rachetée par LVMH en 2021 – rejouent la trinité parfumer/hydrater/protéger dans une ambiance de carte postale. Ça fleure bon la lavande, la rose et la qualité au naturel, sans conservateur. Cocorico : tout est made in France, sauf les huiles sur les étagères, qui proviennent de tous les recoins de la Terre. Pour les collectionneurs, sachez que l’échoppe détient la plus grande sélection de peignes au monde. Déso les chauves.

Où ? 6 rue Bonaparte, Paris 6e

Devenir un Oompa Loompa avec les chocolats exquis de Jacques Genin
  • 5 sur 5 étoiles
  • Shopping
  • Chocolateries et confiseries
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Autodidacte aux mille vies, Jacques Genin a longtemps fourni de grands hôtels et restaurants en chocolats et confiseries avant d’ouvrir cette première boutique/salon de thé en 2008 avec labo à l’étage. Rangés dans leurs boîtes argentées, ses assortiments se révèlent d'une finesse rare : carré noir praliné au sarrasin ; alliance divine de câpres de Pantelleria, praliné aux noisettes du Piémont et chocolat Madagascar à 71 % ; chocolat noir fourré d'une ganache à la menthe… Une expérience !

Où ? 133 rue de Turenne, Paris 3e

Publicité
  • Musique
  • Salle de concert
  • Chaussée-d'Antin
  • prix 3 sur 4

L’Opéra de Paris, c’est deux salles deux ambiances pour deux odes à l’opéra et au ballet. D’un côté, on découvre l’Opéra Garnier, monument phare de la capitale croqué par Charles Garnier au 19e siècle. Et de l’autre, on repère la pharaonique salle de l’Opéra Bastille - 2 700 spectateurs - sortie de terre en 1989. A elles deux, elles accueillent la quintessence des scènes lyriques et du ballet, d’hier et d’aujourd’hui. Bon plan pour les jeunots : chaque année, 12 spectacles joués en avant-première aux Opéras Garnier et Bastille sont entièrement réservés aux moins de 28 ans, avec des billets au tarif unique de 10 €.

Où ? Place de l’Opéra, Paris 9e ; Place de la Bastille, Paris 4e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Santé et beauté
  • Salon de massage
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Derrière sa façade en bois brûlé, Sandra Jollet et sa team vous embarquent à 9 000 bornes de Paname. Le lieu ? Une version ultra-réaliste d’un ryokan, soit une auberge traditionnelle japonaise avec murs bardés de papier washi, portes fusuma (sorte de paravents), cloison sculptée en bois de cèdre et plafond de paille… Beau et complètement dépaysant !

Où ? 7 rue de Thorigny, Paris 3e

Publicité

61. Baguenauder au milieu des fresques street art du 13e arrondissement

Ah le Boulevard 13, ce parcours de street art à l'allure de musée à ciel ouvert. A l'origine du projet ? L'alliance entre la mairie du 13e et la galerie Itinerrance, déjà derrière feu la Tour Paris 13. Autant dire des connaisseurs. En une décennie, une grosse vingtaine d'artistes sont venus jouer de la bombe sur les façades de l'arrondissement, avec à la clé une trentaine de fresques monumentales. Et ce n'est pas fini. Des noms ? Shepard Fairey, C215, Invader, Stew ou Pantonio.

Où ? Paris 13e

Se perdre dans les étals et stands dans la friche de Ground Control
  • Que faire
  • Centres culturels
  • Bercy
  • prix 2 sur 4

Embarquement immédiat pour Ground Control, cette immense halle de 6 500 mètres carrés située à deux pas de la gare de Lyon. Dans cette ancienne halle de tri de la SCNF, on boit des coups, on graille, on danse, on fait du shopping et on profite d’une maousse programmation centrée autour des problématiques environnementales, solidaires et culturelles. Ground Control, on vous reçoit.

Où ? 81 Rue du Charolais, Paris 12e

Publicité
Casser la graine avec le couscous du Tagine
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Marocain
  • Folie-Méricourt
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Dans ce remake des khaïmas sahariennes – lanternes ajourées, tissus plissés au plafond, zelliges… –, rien n’a vraiment changé depuis l’invention du soleil (environ). La lumineuse taulière Marie-Josée Mimoun, énergique comme un José Garcia sous MDMA, continue de sourcer la crème de la crème des produits pour mitonner le meilleur couscous du monde (on exagère à peine) : épices de la maison Thiercelin, agneau de lait des Pyrénées, huile d’olive Profil Grec… Elle fut même une des premières à basculer sa carte des vins en tout nature !

Où ? 13 rue de Crussol, Paris 11e

  • Musées
  • Art et design
  • 1er arrondissement
  • prix 2 sur 4

A l’Orangerie, il faut se balader dans les deux ovales accueillant les Nymphéas, il s’y dégage une énergie très spéciale, entre fascination et plénitude. Monet espérait sans doute cette réaction, lui qui avait pensé Les Nymphéas comme un ensemble suspendu en cercle, de manière que l'œil ne marque jamais de pause dans la contemplation. Comme si les quatre saisons s’écoulaient devant nous. Au total, l’Orangerie possède huit panneaux mis bout à bout – chacun mesure 2 mètres de haut sur 6 à 17 mètres de long – avec une surface de plusieurs centaines de mètres carrés. Impressionnant génie.

Où ? Jardin des Tuileries, Paris 1er

Publicité
  • Que faire
  • 16e arrondissement

Édifié en 1972, le Parc des Princes a longtemps été le plus grand stade de l’Hexagone – avant l’inauguration du Stade du France en 1998. Dans le plutôt calme 16e arrondissement, derrière le bois de Boulogne et à deux pas de Roland-Garros – où le silence est roi durant les échanges –, le parc ovale et son énergie électrique fait figure d’ovni. Maison mère du PSG, le stade peut accueillir près de 50 000 spectateurs en ébullition. Ici, c’est… Vous connaissez la suite.

Où ? 24 rue du Commandant Guilbaud, Paris ,16e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Partis se mettre au vert dans les communs entièrement rénovés d’un château d’Essonne, James Edward Henry et Shaun Kelly ont fait sortir de terre un miracle de restaurant bucolique, locavore et exquis, récompensé par un prix aux Time Out Paris Food and Drink Awards. Le potager de la maison fournit la majorité des légumes et herbes, les petites exploitations des environs, les viandes et le paysage verdoyant l’apaisement aux rétines des convives. Dans la chaleur d’un déjeuner de famille, on se régale d’assiettes délicates comme cette darne de veau parfaitement saisie au feu de bois accompagnée d’un duo de garnitures à partager autour de la table : pourpiers et haricots verts à la braise et salade de chou.

Où ? 5 rue Saint-Antoine, Saint-Vrain 91770

Publicité
Voyager avec les cocktails inventifs du bar caché Danico
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • 2e arrondissement
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Discrètement lové au fond de la nef du resto italien Daroco, ce bar velours et marbre à l’ambiance plus ricaine que ritale continue de s’imposer, année après année, comme étape sûre dans une déambulation cocktailatoire parisienne digne de ce nom. La carte érudite, inventée par Nico de Soto et son équipe, collectionne les techniques (clarification, infusion, distillation…) toujours au service de verres plein d’équilibre et de saveurs. Et chaque carte nous fait voyager dans un pays en particulier.

Où ? 6 rue Vivienne, Paris 2e

  • Musées
  • Art et design
  • France

3 300 mètres carrés d’espace en plein 11e arrondissement, avec un mot d’ordre : l’art numérique. Voilà le projet frappadingue de l’Atelier des Lumières ! C’est dans une ancienne fonderie, inoccupée depuis près de vingt ans, que Culturespaces a ouvert en 2018 le tout premier centre d’art visuel de Paname. L’objectif est d’utiliser au mieux les 10 mètres de hauteur sous plafond et toute la technologie mise à son service avec notamment les 140 vidéoprojecteurs laser et 50 enceintes dernier cri. Chaque année, le lieu propose deux expos : un programme long de 40 minutes et un court d'une dizaine de minutes. On y a déjà croisé Klimt, des impressionnistes, Klein, Dalí ou encore Kandinsky.

Où ? 38 rue Saint-Maur, Paris 11e

Publicité

69. Prendre le pouls du spectacle vivant pendant Paris l’été

C’est tous les étés le même cirque. Alors que les Méridionaux la ramènent avec leur Festival d’Avignon, au-dessus de la Loire, à Paris, on répond avec un autre monument du spectacle vivant : Paris l’été. A chaque millésime, l’événement squatte dans des dizaines de salles et lieux dans Paris et sa banlieue, entre théâtre, performance ou cirque. Immanquable : les installations annuelles qui en mettent plein les mirettes. 

Où ? Dans plusieurs lieux à Paris et en banlieue

  • Art

Souvent truffées d'œuvres aussi cotées que déroutantes, les galeries d'art de Paris ont le don d'attirer un public éclectique, composé de néophytes égarés, d'amateurs d'art sans le sou et de collectionneurs richissimes. Essentiellement regroupés dans le Marais, à Saint-Germain-des-Prés et du côté de Belleville, ces lieux font le bonheur de tous les flâneurs, avides de surprises visuelles 100 % gratuites. Si la qualité des propositions et expositions change au gré des artistes et des œuvres, les endroits gardent toujours un peu de leur âme et de leur ligne.

Où ? A Paris et dans le Grand Paris

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Glacier
  • Roquette
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Avec ses 21 étoiles, Alain Ducasse n’est pas un cuisinier mais une galaxie à lui tout seul. Alors quand le grand manitou de la gastronomie fait chauffer les turbines et s’attaque à la glace, ça donne des boules d’auteur qui volent haut ! Texturées, cuisinées, ces glaces de dégustation sont aussi du kif en bac. On a perdu la nôtre, de boule, pour le sorbet pistache-fleur de sel-citron confit, sphère verte à la pistachicité maximale, toute en légèreté, enjaillée par des pépites de citron confit et une trame saline qui remet le sucre à sa place. Ce sorbet, on l’épouse. On lui roule de longues galoches. On se fait tatouer son nom sous la langue. 

Où ? 40 Rue de la Roquette, Paris 11e

  • Sites et monuments
  • Parcs et jardins
  • 5e arrondissement

Si, en nombre de cerisiers, le domaine de Sceaux éclate la concurrence, c’est sans doute le Jardin des plantes qui détient les plus beaux spécimens. Quadricentenaire, le jardin plastronne chaque printemps avec plusieurs sakura à fleurs roses et blanches. Mais celui qui aimante tous les flashs, c’est le cerisier du Japon Shirotae. Immense, il impressionne avec ses 8 mètres de haut, 12 d’étalements et une forme aplanie pas commune. Après les selfies, filez regarder votre généalogie à la toujours impressionnante Grande Galerie de l’Évolution avoisinante.

Où ? 57 rue Cuvier, Paris 5e

Publicité
  • Musées
  • Spécialisés
  • Le Marais
  • prix 1 sur 4

Voici probablement l’un des meilleurs espaces parisiens dédiés à la photographie. Le site de la MEP présente en effet des photographes émergents aux côtés de rétrospectives de grands noms de la discipline comme Larry Clark, Joel Meyerowitz ou Martin Parr. Chaque année, la MEP accroche également sur ses murs des œuvres issues de son propre fonds, très riche. Ainsi, ce sont une dizaine d'expositions monographiques qui viennent, annuellement, ravir le coeur et les prunelles des amateurs de photo. Et pour les vrais passionnés pour qui un accrochage, même magnifique, ne suffirait pas, la bibliothèque de la MEP vaut elle aussi le détour, avec son lot d'ouvrages rares, de premières éditions et de monographies éditées par des galeries.

Où ? 5/7 rue de Fourcy, Paris 4e

  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Folie-Méricourt
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Rangez les godasses, sortez les godets ! La cave Delicatessen qui nous en tire-bouch’ un coin depuis 2016 enfonce le glou ! Mireille (la patronne), Gabriel, Emma et les autres ont retapé l’étroite cordonnerie attenante en infinitésimal. Résultat ? On a la réjouissante impression de boire des coups dans une boîte à chaussures. Depuis la kitchenette, c’est le chef irlandais Hugh Corcoran qui pose des rustines simples et jolies sur les appétits troués. Et à boire, toute la mer de vin vendue à côté ! On va chercher soi-même sa boutanche que l’on revient vider sur mange-debout contre un droit de bouchon de 10 €.

Où ? 5 Rue Jean Pierre Timbaud, Paris 11e

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Café-restaurant
  • Charonne
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Il y a des lieux qui détonnent mais sonnent comme une évidence. Mokonuts est de ceux-là. D’apparence, un modeste coffee shop où s’envoyer sans crier gare un top cookie pâtissé par la géniale luciole japonaise, Moko Hirayama. En réalité, un vrai restaurant d’auteur. Le chef franco-libanais Omar Koreitem y peint une cuisine sensible, unique, voyageuse… Le genre qui vous colle les poils sans qu’on s’y attende. Notre restaurant doudou année après année !

Où ? 5 rue Saint-Bernard, Paris 11e

Et après les choses à faire à Paris...

  • Restaurants

Et voilà ce moment rituel de l’année où, tandis que l’eau tiède inonde les réseaux, on ose prendre parti pour défendre nos adresses préférées. Et comme on sait que certains reprochent aux classements de restaurants de privilégier les tables multi-étoilées, carénées pour les imposables du dernier décile, par rapport aux restos de quartier, on précise que dans notre top 50, le premier prix s'affiche à 12 € le midi ! Vous y croiserez plus de bistrots que de palaces, plus de zinc que de velours et des menus voyageurs qui vous évitent de vous ruiner en avion. Ce top est-il un florilège hautement subjectif ? Affirmatif, mais qui tente de traduire au mieux cette rencontre miraculeuse du kif gustatif, de la douceur de l’ambiance et de la joie d’être là. Au plaisir de vous croiser à l’une de ces tables !

  • Art

Envie d’un grand bol d’art frais ? Peu importe le mois ou la saison, Paris abrite un nombre pantagruélique d’expos à même de combler votre appétit en culture, si bien qu’il est parfois difficile de faire le tri entre le bon et le moins bon. C’est pourquoi, équipé de notre calepin et de notre flair légendaire, on a bourlingué dans toute la ville pour ne sélectionner que la crème de la crème des expositions à Paris, qu’elles soient consacrées à la peinture, la photo, l’art contemporain, la sculpture ou encore le design. Résultat ? Un dossier expo aussi costaud qu’une cuisse de Roberto Carlos, qui vous fera vous sentir aussi heureux qu’un écureuil devant la version longue de Casse-Noisette !

Publicité
  • Que faire

Quelle délicate mission que d’entreprendre une sélection des bibliothèques à Paris ! Que vous soyez étudiant en pleines révisions, timbré d’imprimés ou simple curieux, tout le monde a son avis sur ce que doit être la bibli idéale. Alors, dans notre catalogue, on a cherché à combler tous les types de lecteurs en plébiscitant des bibliothèques qui possèdent un petit truc en plus. Si certaines ont été choisies pour leur importance historique, l’exhaustivité de leur fonds ou leur beauté architecturale, d’autres l’ont été pour leur accessibilité ou leur focus littéraire. Le tout donne un dossier digne d’être inséré dans tous les rayons dignes de ce nom.

 

WTTDParis

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité