Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Kodawari
© Guillaume Blot pour Time Out Paris

Les meilleurs restos ouverts en août à Paris

Grande table ou boui-boui de charme : voici nos restaurants préférés pour sauver son mois d'août à Paris.

https://d32dbz94xv1iru.cloudfront.net/customer_photos/4f9aa895-b787-449f-b3b9-f8e299bed18e.jpg
https://d32dbz94xv1iru.cloudfront.net/customer_photos/ea5762c6-38ff-41c2-84d1-503ca689eb37.jpg
Écrit par
Houssine Bouchama
Écrit par
Tina Meyer
Publicité

Rester à Paris l'été n'est pas la pire des punitions. Ce qui l'est, c'est d'errer comme une âme en peine à la recherche d'un vrai bon resto où déjeuner, bruncher, dîner en amoureux... Heureusement, Time Août a enquêté pour vous dégoter cette substantifique liste : les meilleurs restaurants parigots ouverts en août, que des établissements notés minimum 4/5 par votre guide préféré. Histoire d'éviter de vous casser le nez sur une porte close, ou d'atterrir dans un rade médiocre, lisez la suite !

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !

Les restos ouverts à Paris

Maafim
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Israélien
  • Sentier
  • prix 1 sur 4

Mazaaal toooov ! Après nous avoir régalés en salades et cultissimes sandwichs fourrés au schnitzel chez Salatim, Yariv Berreby voit double et remet le couvert de son orgasmique popote israélienne. A deux encablures de là, dans sa mignonnette cantine à façade rose pastel designée par le studio Goldy (poutres apparentes, lattes en bois clair et carrelage moucheté), le bonhomme au sourire Colgate nous balance le dimanche un brunch d’anthologie aux allures de démon de midi. Avec, par exemple, cette chakchouka (13 €) dans les règles de l’art, à saucer avec un bout de hallah, sorte de brioche feuj (sans beurre) qui sort en flux tendu du four. Mais aussi un pornoraphique babka façon pain perdu, nageant dans une maousse mousse au chocolat et noisettes torréfiées, à faire passer avec un traditionnel thé à la menthe ou un jus d’orange pressé minute. 

  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Folie-Méricourt
  • prix 2 sur 4

Adossé à la ménagerie du Cirque d'Hiver, ce génial troquet exhibe une maxi terrasse-trottoir aux beaux jours. A l’intérieur ? Le lieu coche toutes les cases de la vraie bonne bistronomie parigote : un accueil barbu mais avenant, une carte ramassée mais facile d’accès, des tarifs réglo et une liste XXL de pifs natures. Et à manger ? Des plats imaginés par le Maestro Gianmarco Gorni : terrine de cochon, pickles de légumes et graines de moutarde marinées au whisky (hips !) ; triptyque coques, merguez et bouillon thaï pour le côté terre/mer ; tonkatsu, coleslaw et pancetta flanqués sur brioche bien joufflue… On adore !

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Poisson et fruits de mer
  • Canal Saint-Martin
  • prix 2 sur 4

A la barre, on retrouve la Belgo-Ougandaise Olive Davoux, ex du Verre Volé sur Mer et de L’Ecailler du Bistrot, qui régale midi et soir avec des huîtres belle came (Utah Beach de Monsieur Jean-Paul, Spéciales de la famille Cadoret). A gober fissa au comptoir, avec vue imprenable sur la cuisine, ou sur l’une des deux tablées (six couverts chaque). Le reste du temps ? Une carte inspirée par la marée du jour, dans laquelle plonger tête la première : ceviche de mulet noir, carpaccio de maigre du Pays basque... Trop bon !

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Bastille
  • prix 2 sur 4

L'Amarante, c'est notre petit rituel, notre chasse grisaille. Christophe Philippe, le chef, n'a pas son pareil pour vous mijoter pendant trente (!) heures une tendrissime joue de veau, moelleuse à souhait (même pas besoin de couteau : elle se découpe à la fourchette). Bravo pour : la superbe carte de quilles natures, ce bien nommé "menu du travailleur" à 22 boules (12h30-14h30) et l'imbattable formule à 19 €. Desserrage de ceinture obligatoire en sortant… Mais vingt dieux, qu'est-ce que c'est bon !  

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Vietnamien
  • Folie-Méricourt
  • prix 1 sur 4

Alerte kif : bánh mì et donuts s’installent en coloc’ rue Jean-Pierre Timbaud ! Dans ce comptoir sur rue, Khanh-Ly Huynh et son associée Pearlyn Lee garnissent la demi-baguette de la Boulangerie Timbaud de préparations cuisinées avec soin et assemblées minute : le casse-dalle total ! Au menuméroté ce midi-là, on se décanta pour le n°21, le Đặc biệt⁣ (« spécial » en vietnamien)⁣, bien en chair avec ses cinq viandes bichonnées maison, associé aux réglementaires crudités qui colorent le bánh mì : carotte et radis en bâtonnets vinaigrés et branches de coriandre… La vie, la viêt ! Également au programme donc, des donuts (sans trou) de la maison : des bombinettes fourrées de kaya — kifante confiture de lait de coco verdie au pandan originaire de Singapour —, de vanille et ail noir ou de caramel au gula melaka, le sucre de palme sud-est asiatique. On se lève tou(te)s pour Nonette !

  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Crêperie
  • Odéon

La Bretagne en plein carrefour de l'Odéon : tables espacées, croquignolette terrasse, déco cosy et épurée (banquettes orange Hermès, suspensions minimalistes…) C'est beau, et pas que dans l'assiette ! D'accord, mais on mange quoi ? Des galettes 100 % sarrasin bio, toujours au firmament (6 €-18,50 €) et des crêpes sucrées (5,80 €-14,50 €). Avec encore et toujours les mêmes produits triés sur le volet (épices Roellinger, beurre baratté par Maître Bordier, algues wakamé de Saint-Malo...) Le Graal !

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Cuisine contemporaine
  • Saint-Georges

Planqué au cœur du Grand Pigalle Hôtel, le dernier-né de la famille Frenchie régale tout l’été avec une foultitude de plats à dévorer en bande (entre 7 et 27 €) dans des assiettes signées Marion Graux. Nos coups de food ? Ces crunchy nuggets de ris de veau et sa revisite iodée au caviar, des redoutables taglionis à l’encre de seiche, moules, chorizo et paprika fumé, qu’on finit de saucer avec l’excellent pain de Thierry Breton. Et cette explosive queue de lotte grillée au binchotan (charbon japonais) à la cuisson parfaitement maîtrisée, épaulée de tempura de fleur de courgette, poivre vert frais et combawa… Boum ! 

Gramme
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4

Ce p’tit coffee shop stylé régale avec des plats mitonnés sur place à partir d’ingrédients de qualité, et en circuit court autant que possible. A la carte : batterie de carrot cakes, cookies, gâteaux au chocolat, scones… Mais aussi un super « banh mi dog » (10 €), revisite premium du casse-dalle vietnamien – lors de notre passage, on a goûté celui aux Viandes du Châteauneuf, légumes des Halles Trottemant en pickles, mayo verte à la coriandre, le tout dans un moelleux pain à hot-dog du Petit Grain… Pour faire glisser ? Jus maison ou artisanaux, bon café filtre Lomi et thés de chez Kodama.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Japonais
  • Louvre
  • prix 2 sur 4

Fake poissons et coquillages, sacs en plastoc suspendus, gants de poissonnier, bande-son made in Japan… Ancrée rue de Richelieu, la 2e adresse de Kodawari Ramen déboîte. En cause, ce décor immersif et délirant, recréant rien de moins que feu le plus grand marché aux poissons du monde : Tsukiji, vénérable institution tokyoïte, fermée en octobre 2018 après 83 ans d’existence. A slurper ? Du ramen comme ce « paitan de daurade royale et lotte » et son succulent bouillon de 5h.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à tapas
  • Odéon
  • prix 2 sur 4

Au royaume des chefs, le cochon est roi, tel pourrait être le slogan de notre chef du Sud-Ouest préféré, Yves Camdeborde. Sa quatrième adresse, entièrement dédiée à cet animal (et au pinard bien sûr) arbore peintures de cochons sur les murs, cochon rouge volant suspendu au plafond, et jambon à l’os posé sur le comptoir ! Côté glou, des petits producteurs respectueux de Dame Nature (à l'image de Raphael Baissas, Roussillon "nature peinture", extra).

Publicité
Dumbo Park
Dumbo

Dumbo Park

  • 4 sur 5 étoiles

Après une première adresse dans le sud Pigalle, Dumbo a posé ses cliques et ses buns sur le giga parvis (300 mètres carrés) du Musée d’Art Moderne de Paris et du Palais de Tokyo... De quoi s’enfiler le le Graal avec une vue imprenable sur la Tour Eiffel !  Au programme, les mêmes burgers qu’à SoPi : les fameux smash burger, soit de juteux steaks de montbéliarde aplatis à la pelle, pour faire ressortir tout leur goût. Notre préf’ ? Le classic Cheese, avec double ration de fromage ricain et salsa ketchup-moutarde. Auquel il faut ajouter pour la glotte des vins nat’, des bières et même des cocktails granités…  Bref, le voilà LE spot de l’été !

  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Café
  • 10e arrondissement

Si vous souhaitez bruncher à toute heure, voici le temple des pancakophiles avertis : un spot spacieux (100 couverts mais la queue est parfois longue), baigné de lumière (merci la verrière) et comfy à mort tant dans la déco que dans l’assiette, mitonnée par la cheffe Sarah Mouchot. Mention spéciale pour les pancakes, moelleux mais ligériens, comme ces Eggs & Sides (13,50 €) : deux œufs (cuisson au choix : brouillés, au plat, pochés…), flanqués de bacon infusé au sirop d’érable de chez The Beast et de deux tranches d’halloumi, ce fromage turc de lait de vache et brebis bien doré à la plancha. Autre bonne pioche ? Le Savoury Stack (13,50 €) : des pancakes topés d’œufs au plat, bacon et beurre Bourbon, noyés sous un déluge de sirop d’érable – dose potentiellement mortelle pour un diabétique ! Mais c’est si bon...

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Italien
  • 2e arrondissement
  • prix 3 sur 4

Il n’y a pas à dire : avec ses tables en marbre vert, ses chaises en osier et son miroir hallucinant au plafond, Daroco sait conjuguer chébran et italianité. Pendant tout le mois d’août (sauf les 8, 9, 15 et 16 août), les pizzas exécutées dans le plus pur style napolitain continuent de sortir à flux tendu de la cuisine centrale : pâte épaisse et moelleuse, produits bien sourcés (anchois de Cetara, olives taggiasche…) et carte des vins bien troussée. Bonus et non des moindres : Danico, le bar planqué au fond de la salle, continue de proposer certains des coquetels les plus originaux de Paname.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Abbesses
  • prix 1 sur 4

Le temps d’un déjeuner, on se rêve dans le Paris de Zola. Bye bye l’avocado toast, ici, on fait du bon pour pas cher avec des bas morceaux et du bon sens. On retrouve les saveurs réconfortantes et la simplicité d’un œuf servi avec une montagne de mayonnaise que l’on prend plaisir à saucer avec la belle miche de Jean-Luc Poujauran (1,90 €), le charme crémeux du céleri rémoulade accompagné des sprats fumés de la maison Petrossian (3,40 €) et la simplicité d’une brandade de morue surmontée de quelques amandes effilées, d’un filet d’huile d’olive bien fruitée et de ciboulette fraîche (9,20 €). Les coquillettes sont trop cuites et le service est un poil lent au moment du coup de feu mais franchement, à ce prix-là et pour cette qualité, il faudrait vraiment être un râleur de Parisien pour trouver quelque chose à redire !

Ps : Ramenez-vous tôt, sinon, vous risquez de devoir faire la queue.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Libanais
  • Réaumur
  • prix 2 sur 4

Cuisine d’auteur, fortement influencée par le Liban. Alan Geaam aura attendu 21 piges après son gastronomique éponyme (une étoile au Michelin 2020). Résultat ? Ce spot lumineux longuement pensé, tout en longueur et grandes baies vitrées, fresque graphique bleu Matisse et comptoir en Cèdre du Liban…Le plat culte ? Le mougrabieh, sorte de ragoût de teta (grand-mère libanaise), régressif à mort. Bon à savoir : le dimanche, c’est brunch avec buffet à volonté (39 €). 

Caillebotte
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • SoPi (South Pigalle)
  • prix 2 sur 4

De toutes les adresses de Franck Baranger et Edouard Bobin (Pantruche, Belle Maison, Coucou Café...), c’est celle-ci qu’on préfère. Pour cause : dans le coin de la Nouvelle-Athènes, ce néobistrot en bois blond joue à fond la carte de l’épure. Chaises scandinaves d’inspiration 50’s, petites tables en marbre blanc et suspensions graphiques… Gustave Caillebotte, peintre impressionniste du XIXe siècle, approuverait ! Mais surtout, l'assiette est encore un cran au-dessus, à l’image de notre terre/mer italianisant : suprême de volaille, crème d’artichaut, sauce anchois et puntarelle… Qu’on fait péter avec un élégantissime alsace blanc, Le Miroir 2015 du domaine Schlumberger (8 € le verre). Caillebotte, ça nous botte ! 

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Français
  • Les Halles
  • prix 1 sur 4

Sublimes boiseries, miroirs peints et pâtes de verre… Dans ce Bouillon restauré, replongez dans le Paris Belle Epoque à prix mini :  bête de terrine de volaille et ses cornichons (4,50 €), œufs mimosa mayo à l'ancienne (1,90 €), camembert rôti au miel (6,90 €) qu’on arrose de cidre. Nos plats préfs ? Les fameuses tripes à la mode de Caen ou l’incontournable bœuf bourguignon légumes et coquillettes (10,20 €). A ce prix-là, faut pas se priver !

  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Chinois
  • Canal Saint-Martin
  • prix 2 sur 4

Après avoir enflammé la rue Saint-Denis, Céline Chung et Billy Pham passent la seconde et accouchent d’une version XXL de son anti-boui boui ! Le mantra ? Toujours le même : "No dogs, no rats, no cats, just chinese food !" Soit une manière un peu provoc’ de déconstruire les clichés sur la popote chinoise. Pour ce faire, les deux assoces ont posé leur immense paquebot (350 m2 !) sur les quais du Canal Saint-Martin, dans un magnifique décorum d’inspiration hongkongaise. A grailler ? Les baos, forcément. Mais aussi la star de la maison : le canard pékinois servi entier.

Publicité
L'Entente Le British Brasserie
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Britannique
  • Opéra
  • prix 3 sur 4

Dans cet écrin bleu aux allures de club anglais, oubliez les petits pots de marmite et la jelly fluo tremblotante ! Si vous pensez encore que la gastronomie de la reine mère se résume à ces mauvais clichés, vous vous trompez… A la carte : granola maison avec morceaux de gâteaux chocolat et toffee, sauce caramel tiède et yaourt (12 €). FAT assiette The Full L’Entente : œufs au plat, saucisse, bacon, champignons et tomate (22 €). Mais aussi deux ravigotants welsh, sortes de croque-monsieur anglais au cheddar, bière, moutarde anglaise et sauce Worcestershire (19 €), auxquels on ajoute des frites (6 €). Oh dear! 

Hero
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Coréen
  • Sentier
  • prix 2 sur 4

La bande de Quixotic Projects poursuit son tour du monde. Après avoir arpenté le Mexique (Candelaria) et les fonds marins (Mary Celeste), elle nous fait bourlinguer (depuis 2015) dans cette version strasbourg-dionysienne de la Corée du Sud ! Derrière sa discrète façade sous néon rose, préparez-vous à vivre une folle épopée ! Sur fond de rap très années 2000 (50 Cent époque Get Rich or Die Tryin’, Busta Rhymes…), on commande un ultra-rafraîchissant 2NE1 (du nom d’un girls band de K-pop) : mezcal, Suze, aloe vera et concombre, dont les notes fumées d’agave s’acoquinent gentiment avec la star des lieux : le poulet yangnyeom (poulet frit), nippé d’une sauce gochujang à base de piment (existe aussi en version soft). Côté bémol ? Un service en slow motion qui a perdu de son efficacité au cours des années. Et un dîner qui, parfois, peut rester sur l’estomac…

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité