Ramen
© Antoine Besse

Les meilleurs restaurants à Opéra

Qui l'eût cru ? Le quartier d'Opéra recèle aujourd'hui une vingtaine d'adresses très cools. Sélection pointue pour becs fins !

Antoine Besse
Publicité

Le quartier de l’Opéra n’est pas si vieux à l’échelle de Paris puisque ses larges avenues, ses augustes immeubles en pierre de taille et ses magasins chics datent le plus souvent des travaux d'Haussmann et donc de la seconde moitié du XIXe siècle. Mais cette (relative) jeunesse n’enlève rien au charme de ce bout de Paris à cheval sur le 2e et le 9e arrondissements, qui s’étend jusqu’à la rue Saint-Anne à l’est, la rue des Capucines et de Caumartin à l’ouest, le boulevard Haussmann au nord et la rue des Petits-Champs au sud. On y croise des passages couverts à l’ambiance balzacienne unique, les rues débordantes d’adresses japonaises du Little Tokyo et l’offre de street food pléthorique pour sustenter les légions de salariés et de touristes. Ici, on se sent plus parisien qu’un café au comptoir ou un taxi irascible ! Levons donc le rideau sur la réponse à la question : où bien manger à Opéra ?

Chez Time Out, tous les établissements sont testés anonymement par nos journalistes, en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client !

  • Britannique
  • Opéra
  • prix 3 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Un immense vaisseau sur trois niveaux décoré façon pub pop par notre Laura Gonzales nationale. Côté menu, ça ne rigole pas avec rien que des spécialités anglaises et notamment des pies ciselées par Calum Franklin, chef londonien poids lourd de la tourte. Une réussite plus anglaise qu'une citation de Churchill ! Si vous avez encore de la place, osez les desserts sucrés maison : pudding au caramel, sundae à toppings illimités…

Où ? 21 rue Daunou, Paris 2e.

  • Japonais
  • 1er arrondissement
  • prix 1 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Une façade large comme un homme et une carte qui tient sur un verso d’A4 mais une immense adresse pour les amateurs de ramens, où le chef Makoto Saegusa délivre un bouillon d’anthologie. Cette dinguerie épaisse presque crémeuse, sapide et réconfortante qu’on boit jusqu’à la dernière goutte s’accompagne de splendides nouilles fabriquées du matin. A noter que la version végétarienne se montre tout aussi excellente.

Où ? 41 rue Sainte-Anne, Paris 1er.

Publicité
  • Chinois
  • Chaussée-d'Antin
  • prix 2 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
Autour du Yangtse
Autour du Yangtse

Où manger à Paris des xiao long bao, ces délicieux raviolis farcis de porc ou de crabe et d’un bouillon parfumé ? Ne cherchez plus : ceux du chef Guoqiang Zou, maître de la cuisine de Huaiyang (région autour du fleuve Yangtsé, au sud-est de la Chine), sont juteux à souhait. Au menu également, des spécialités qu’on ne se met pas souvent entre les baguettes.

Où ? 12 rue du Helder, Paris 9e.

  • Japonais
  • 1er arrondissement
  • prix 3 sur 4
  • 5 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Ne vous fiez pas à ses lambris style Leroy-Merlin et à sa clim’ volumineuse à l’étage bas de plafond : cette cantine japonaise est le véritable coffre aux trésors de Little Tokyo ! Toyofumi Ôzuru y découpe d’opulentes bouchées délicieusement imparfaites au calamar, à la langoustine ou à l’oursin mais aussi sobas froides ou anguille au binchotan… Et bonne nouvelle : quand on va à Ryô, les prix ne montent pas là-haut !

Où ? 7 rue des Moulins, Paris 1er.

Publicité
  • Bistrot
  • Opéra
  • prix 3 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé
Bistro Volnay
Bistro Volnay

Depuis sa cuisine de cette vénérable adresse Art déco, le jeune chef Nathan Pascual déploie une belle énergie pour moderniser des classiques bistrotiers : poireaux vinaigrette Asie-mutés par un manteau en algue nori ; fondante araignée de cochon cuit à basse température, hollandaise aux épinards et asperges vertes. Voilà donc un fort beau spécimen de bistrot bourgeois idéal pour emmener ses parents afin de leur demander un service.

Où ? 8 rue Volney, Paris 2e

  • Français
  • 1er arrondissement
  • prix 1 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Chaque midi, une file d’attente longue comme un jour sans pain s’étire devant cette inoxydable ambassade du terroir, du néon et du Formica. La raison ? Les sandwichs plus français que La Marseillaise réalisés minute par la taulière. A glisser dans la crousti-baguette signée Julien, que du bon :  jambon à l’os (de Bretagne), fourme d’Ambert, friton d’Auvergne… Mention spéciale au « Patron », où le jambon s’acoquine avec une gelée au bourgogne aligoté. Comptez entre 5,50 et 8,50 balles le casse-dalle, qui met un tarif à n’importe quel hambourgeois.

Où ? 8 rue des Capucines, Paris 2e.

Publicité
  • Japonais
  • Opéra
  • prix 2 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Quand il n’est pas sur Insta à expliquer au commun des mortels comment servir le saké ou prendre ses baguettes, Go Sato, aidé par sa mère, propose dans son izakaya une bombe de poulet karaage, une escalope Label rouge craquante, juteuse et iodée par des algues nori. Une expérience avantageusement complétée par un verre de saké brassé par Ninki-ichi (14 €), plus frais et floral qu’un pique-nique sous un sakura.

Où ? 4 rue de Port-Mahon, Paris 2e.

  • Indien
  • Grands Boulevards
  • prix 3 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

A deux pas chassés de l’Opéra-Comique, le chef Manoj Sharma, né à Delhi, joue ses Indes régalantes dans ce coquet troquet parigot aux murs épicés d’ocre, pourpre et vert. Au fond s’ouvre une cuisine où luisent deux tandoors, ces fours à charbon traditionnels. Et de leurs tréfonds fumants sortent une aigre-douce côte de cochon ibérique vindaloo, cette marinade d’épices de Goa. En appoint, on pioche un riz basmati aux flaveurs de girofle et un riche daal (soupe de lentilles) pour finir de casser la nôtre (de dalle). 

Où ? 16 rue Favart, Paris 2e.

 

Publicité
  • Japonais
  • 2e arrondissement
  • prix 4 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Impassible derrière son comptoir béton de cette petite salle minimaliste, devant un public de huit convives baguettes aux aguets, Isao Horai, qui prend la relève du légendaire Masayoshi Hanada, compose une formidable symphonie nipponne aux notes toujours justes : sushis préparés minute (barbue, encornet-yuzu, trio de thon…) ; makis thon-caviar ; suaves encornets enlaçant un raisin blanc. A escorter de sakés dûment sélectionnés.

Où ? 5 rue Rameau, Paris 2e.

  • Japonais
  • 1er arrondissement
  • prix 4 sur 4
  • 4 sur 5 étoiles
  • Recommandé

Après Udon Bistro, Stand Tora et Onigiri Bar, Masafumi Nomoto continue son ascension de la rue Villedo à l’enseigne de ce Charbon hardi et ardent. Dans la salle, un savant mélange de bistrot 1900 (miroirs piqués, moulures et crédence faïencée) et d’izakaya moderne. Et dans l’assiette, les fulgurances de l’omakase du chef Masa qui casse la barbaque avec des yakitoris léchés par les flammes comme cette cuisse de poulet fermier juteuse abritant un cube de céleri-rave et truffe blanche ou ces boulettes de volaille, poudre de poivre vert et jaune d’œuf confit…

Où ? 5 rue Villedo, Paris 1er.

Et aussi...

  • Japonais
Les meilleurs sushis et makis de Paris
Les meilleurs sushis et makis de Paris

Nous vous proposons nos adresses les plus authentiques de la ville, où la fraîcheur et la qualité du poisson ou des fruits de mer ne font aucun doute, mais aussi où le riz est servi à la bonne température et où la découpe est d’une précision chirurgicale.

Publicité
Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité