Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
© Joachim BERTRAND
© Joachim BERTRAND

Que faire à Paris cette semaine du 19 février 2024 ?

Concerts, expos, films, théâtre, bars, restos : notre sélection des meilleures choses à faire cette semaine du 19 février 2024.

Écrit par
La Rédaction
Publicité

Ce qu’on aime à Paris, c’est que chaque semaine, il y’a du nouveau à faire. Un bar où les cocktails coulent à flot, un petit bistro de quartier ou une expo pour remplir sa caisse à culture. Chez Time Out, on sait que vous n’avez pas toujours le temps de vous rencarder sur les bons plans parisiens. Ça tombe bien, nous, si. Voici un petit paquet d’idées pour savoir où sortir cette semaine du 19 février 2024 à Paris et ainsi donner du coffre à votre vie sociale. Cadeau.

Que faire à Paris cette semaine du 19 février 2024 ?

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Opéra
  • prix 3 sur 4
  • Recommandé

Omasaké, c’est le bar à saké 2.0 de l’adresse 27/4. En déboulant dans ce long corridor octogonal inox, béton et laiton, on a comme l’impression de s’installer dans le salon d’une station orbitale. A la carte métallique, une tripotée de sakés sélectionnés par la sommelière Chloé Conan. L’offre de cocktails de six variations de classiques avec des spiritueux nippons étonne moins et les assiettes sont affûtées comme un sabre laser. Sacré saké !

  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Bistrot
  • Faubourg Montmartre
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Pristine, c'est ce bistrot très actuel (et très 11e) ouvert par Michelle Primc, venue autant du café que du Luxembourg, et Jérémy Grosdidier, chef passé par le groupe Ducasse. La formule déjeuner à prix gentil (25 €) délivre ainsi une étonnante tartelette de mousse de tonka et noisettes grillées, umamisée par des tranches de champignon de Paris puis une fondante courge rôtie, pickles d’oignon et graines torréfiées sur un édredon de fromage frais pour un beau mélange de texture. Le soir, l’ambiance se veut plus festive avec des assiettes ubiquistes à partager aux intitulés enjôleurs (baba ganoush de poireau, carottes moches brûlées, chou farci…). La carte des vins fait les yeux doux à la nature (Les Chemins d’Arkose, Olivier Pithon, Mas Magnan…) à tarifs populaires. Pristine ? On la garde.

Publicité
  • Musique
  • Bercy

Cette date-là, elle vaut des points ! Déjà bien haut dans les classements depuis un bout de temps, Josman, rappeur tout droit venu du Cher (le département), a vu sa cote exploser au cœur de l’automne avec la sortie surprise de sa mixtape J.000$. Pendant 13 titres, Josman semble en balade digestive du game, entre placements et rimes insolants, le tout sur des prods plus smooth qu’un dribble de Jamal Crawford. Ajoutez à ça des tubes comme Carlo et vous tenez assurément l’un des hommes du moment. Ultime info : Josman a annoncé une pause après la tournée, alors débrouillez-vous pour toper vos sésames sur les sites de revente officielle.

  • Art
  • Art

Invader a annoncé l’ouverture d’une expo taille Wembanyama dans un immeuble de 3 500 mètres carrés près de la place de la République. Dans cet ancien garage, longtemps fief du journal Libération, le mosaïste français dépliera dans une scéno cosmique des centaines de créations – dont certaines inédites – sur cinq étages entre le 5e et le 9e. Pendant trois mois, les visiteurs vont découvrir ses iconiques carreaux déclinés sous toutes leurs formes et médiums. On devrait voir des Space Invaders en photo, en vidéo, en sculpture, en installation et même en VR. Préparez les truelles (et les GSM). L’artiste reproduira notamment la fresque réalisée en 2011 sur le toit-terrasse aux couleurs de Libé – c’est rouge et noir pour les daltoniens –, qui célébrait son statut d’invité du jour du journal.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Libanais
  • Sentier
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Alan Geaam passe au vert ! Le chef libanais délaisse la rue Saint-Martin et les protéines animales pour le Sentier et un menu 100 % végétarienSuivant les conseils d’un service ultra prévenant, on mise dans le désordre sur un onctueux houmous au basilic et pistache ; un ramequin d’inflorescences de chou-fleur frites qui se boulottent en un clin d’œil (surtout trempées dans le premier !) ; et un quatuor de beignets aux épinards et pignons plus classiques.  La carte des vins pioche ses ceps en France (Fanny Sabre, Fabien Jouves) et au Liban (Château Héritage, domaine Ixsir) mais propose aussi des bons cocktails – notamment sans alcool. Et le dimanche, tout ça bascule en brunch levantin pour celles et ceux qui se lèvent tard.

  • Art
  • Art

Rendez-vous En Amour… à la Philharmonie. Un nouveau territoire IRL mais virtuel imaginé par le duo d’artistes numériques Adrien M & Claire B, installé dans l’espace d’exposition de la Cité de la Musique. Une expérience immersive et interactive de 40 minutes pensée comme une métaphore sensible du sentiment amoureux, bercée par la musique de Laurent Bardainne et la voix de la chanteuse November Ultra. Ici, et c’est ce qui fait toute la spécificité des créations de la compagnie, l’interactivité est reine. Non seulement vous êtes plongé dans les projections à 360°, mais celles-ci répondent à vos mouvements : les images se plient à vos gestes, établissant une véritable relation visiteur-exposition.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Restaurants
  • Crêperie
  • Belleville
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Thom et Tim, deux amoureux du blé noir, ont repris ce troquet des pentes de Belleville en 2019 pour y faire chauffer les billigs et envoyer les galettes les mieux scratchées du XXe. Une adresse aussi discrète que prisée des gens du coin, souvent bondée au déjeuner car les deux comparses font dans le bon et le pas cher : 8 € la complète (jambon-œuf-comté) à la farine du Perche et aux produits sourcés de près, servie très kraz (grillotée). Sinon, il y a aussi la Peudrière (lard, œuf, chèvre, champi, 11 €) ou la Belleville-sur-Mer (saumon, fondue de poireau, crème, citron, 12 €). Mais si vous ajoutez à cela une petite salade et une crêpe sucrée (la nôtre, chanmax, était au caramel au beurre salé maison), en formule midi, vous faites le braquage du siècle car c’est seulement 12 €. Rep à ça, Ronald McDonald ! A boire, tout ce que la pomme et la poire offrent de plus gouleyant, dont des cidres naturels de première bourre. Et en plus, ça ouvre en non-stop. Rond, c’est carré.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Odéon
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Sous les combles de la Brasserie des Prés, on découvre Grouvie et sa salle genre bonbonnière instagrammable tout en longueur, tons rouges et poutres centenaires, qui attire déjà une faune aussi bien coiffée qu’anglophone. À la carte ? Une douzaine de recettes pop aux saveurs savantes comme le Bowie, cocktail ample et addictif qui mélange rhum, liqueur de coing, jus de poire, sirop de châtaigne et tonka. Même la courte offre sans alcool assure. Est-ce qu’on ne tiendrait pas là une bonne raison de ressortir rive gauche ?

Publicité
  • Art
  • Art

Son monde est un théâtre dont les visiteurs deviennent les heureux acteurs. Il y a quatre ans, sa carte blanche au Palais de Tokyo nous avait enchantés. La scénographe et plasticienne Ulla von Brandenburg revient à point nommé à Paris pour une expo en duo avec la peintre belge Farah Atassi, une réflexion sur la scène et la théâtralité intitulée La Société des spectacles. Lever de rideau le 13 février prochain à la Fondation Pernod Ricard. Ensemble, les deux artistes prévoient de transformer l’espace muséal en une scène textile, dépliable à l’envi, où les toiles de l’une jouent à cache-cache avec les tentures de l’autre.

Au Palais Garnier, les hypnotiques tableaux d'Ohad Naharin
Sadeh21 © Gadi Dagon

10. Au Palais Garnier, les hypnotiques tableaux d'Ohad Naharin

On n’est pas gagas d’Ohad pour rien. Le chorégraphe israélien, DA de la Batsheva Dance Company, a durablement ébranlé les règles du jeu de la danse contemporaine. Sadeh21, créé il y a maintenant plus de dix ans, est l’un de ses ballets les plus envoûtants. Sur un plateau nu, 18 corps de danseurs s’abandonnent à leurs délires, à leurs désirs, formant d’hypnotiques tableaux empreints d’une lenteur cinématographique, jusqu’à exploser dans de soudaines envolées. Entrée au répertoire de l’Opéra de Paris en 2018, la pièce sera de retour en février à Garnier. Enivrant d’étrangeté. 

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Place d'Italie
  • prix 2 sur 4
  • Recommandé

Pas facile de trouver un lieu où s’abreuver en plein 13e, véritable no-go zone pour l’amateur de cocktails. Cette lacune est enfin comblée avec le Red Poppy, authentique invitation à la découverte de saveurs panasiatiques. Derrière la commode d’apothicaire faisant office de comptoir, Mei Ho (passée par les hôtels Lancaster et 123 Sébastopol) réalise des drinks élégants, composés d’ingrédients issus de l’herboristerie chinoise et inspirés de légendes ancestrales. On s’envoûte avec un Yin (whisky blend, bitter, vermouth italien, prune fumée), mélange puissant au sourcing rigoureux où l’amertume convole avec les notes fumées et doucement sucrées de la prune. Le voyage se veut aussi culinaire, avec une plantureuse carte de lèche-doigts. Véritable couteau sino-suisse du quartier, le Red Poppy offre une prog foisonnante : concerts organisés en fin de semaine au bar, mais aussi au sous-sol abritant le speakeasy Shanghai Surprise (ouvert à partir de 22h), où officie le duo swing Bart&Baker.

  • Art
  • Art

Les Parisiens sont invités à découvrir les dessous du quartier d’affaires, et plus précisément 5 000 mètres carrés de souterrains planqués sous la dalle, un espace surnommé la « Cathédrale engloutie » et normalement fermé au public. Pendant deux semaines, en collaboration avec Paris Face Cachée, Les Interstices, ce collectif artistique spécialisé dans les lieux sous le radar, va convier 18 artistes à occuper ces immenses espaces peu investis depuis leur construction en 1960. Toutes les œuvres – photos, peintures, œuvres cinétiques, installations lumineuses… – seront XXL et questionneront la relation entre l’artificialisation des sols, la nature et la consommation humaine débridée.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Théâtre
  • Comédie
  • Abbesses
  • Recommandé

Dans son premier spectacle, Beaucoup trop, Jeremy Nadeau nous fait atteindre des sommets d'hilarité. Et en dépit du titre, on en demande encore. Découvert sur YouTube, le comédien, actuellement à l’affiche de la série Cœurs noirs sur Prime Vidéo, brûle les planches au Grand Point Virgule. Sur le papier, du stand-up dans sa forme la plus pure. Sur scène… tant de choses impures qu’on aurait presque envie d’appeler l’exorciste pour sauver l’humoriste du sheitan qui semble l’habiter.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • 13e arrondissement
  • Recommandé

A la surmédiatisation de sa famille et au bling des soirées de la rue de Verneuil, Kate Barry préfère le calme du noir et blanc, la poésie des corps en mouvement captés sur le vif par son œil attentif. Bien sûr, les stars, elle les côtoie, comme en témoignent les portraits de Catherine Deneuve ou de Laetitia Casta magnifiquement mis en valeur sur la péniche du 13e arrondissement. Connue pour ses portraits, Kate Barry capture aussi magnifiquement les paysages calmes et déserts du littoral, où elle célèbre la nature avec la même douceur que les visages de ses proches. Mêlant verve et pudeur, chacun des 80 clichés exposés au Quai de la Photo traduit ce besoin de simplicité. Peu importe le sujet, Kate dit les choses sans détour et célèbre la beauté partout, mettant sur le même plan Samir et Hubert, poissonniers au marché de Rungis, et Vanessa Paradis.

GYG Paris Activities Widget

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité