Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Que faire à Paris ce week-end ?

Que faire à Paris ce week-end ?

Concerts, expos, films, théâtre, bars, restos : notre sélection des meilleures choses à faire à Paris !

© Aurelien Mole / Palais de Tokyo
Par La Rédaction |
Advertising

Ce qu’on aime à Paris, c’est que chaque semaine, il y’a du nouveau. Un bar où les cocktails coulent à flot, un petit bistro de quartier, une expo pour remplir sa caisse à culture ou un concert pour pogoter. Chez Time Out, on sait que vous n’avez pas toujours le temps de vous rencarder sur les bons plans parisiens. Ça tombe bien, nous, si. Voici, un petit paquet d’idées qui devraient donner du coffre à votre vie sociale pour cette semaine. Cadeau.

Les meilleurs plans du week-end

1
ERWIN WURM
Art, Photographie

Erwin Wurm, Photographs

Maison Européenne de la Photographie, Le Marais
4 sur 5 étoiles

Postulant à la section peinture des Beaux-Arts dans les années 80, Erwin Wurm ne sera retenu que pour la classe de sculpture. Coup dur pour le jeune artiste, qui décide cependant de tirer le meilleur de cette nouvelle discipline qui s’offre à lui. Pas question pour autant de se mettre à tailler dans le marbre, la sculpture d’Erwin Wurm sera vivante, absurde et conceptuelle. Cette approche unique de la discipline est mise à l’honneur dans cette expo donnée à la Maison européenne de la photographie, un lieu de résidence inhabituel pour un sculpteur.

2
© Qasti
Restaurants, Libanais

Qasti

Réaumur
4 sur 5 étoiles

Quand d’autres pondent une adresse tous les deux ans, Alan Geaam aura attendu 21 piges après son gastronomique éponyme (une étoile au Michelin 2020). Résultat ? Un spot lumineux longuement pensé, tout en longueur et grandes baies vitrées, fresque graphique bleu Matisse et comptoir en Cèdre du Liban… Qasti (« mon histoire », en arabe) voyage entre le Liban, son pays d’origine, et la France, où cette toque autodidacte qui dormait sur les bancs a trouvé refuge il y a plus de deux décennies. Dans l'assiette ? Cuisine d’auteur, influencée par le Liban. Brunch dominical avec buffet à volonté !

Advertising
3
© Aurelien Mole
Art, Art contemporain

Ulla von Brandenburg

Palais de Tokyo, Chaillot
5 sur 5 étoiles

On entre dans l’exposition d’Ulla von Brandenburg comme dans la focale d’un immense appareil coloré ; c’est le début d’une caressante traversée. Scénographe de formation et passionnée de théâtre, l’artiste allemande fait le pari d’assouplir l’architecture bétonnée du Palais de Tokyo pour y installer son monde de tentures et sa petite communauté de poupées. Pari réussi. Chaque samedi à partir de 14h, l’installation et les poupées qui l’habitent prend vie, animée par cinq performeurs. Pendant tout un après-midi, ils s’emparent des objets et instruments qui jonchent le parquet pour initier des moments de danse, de chant et de déambulation sous le regard fasciné du public.

4
© Culturespaces / Nuit de Chine
Art

Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée

Atelier des lumières, Paris

Atelier des lumières, saison 3. Après une rétrospective des œuvres de Van Gogh, l’établissement nous ressert du cultissime avec une nouvelle expo 2.0. Plusieurs monstres sacrés de l’art vont se retrouver sous le feu des (140) projecteurs (laser), pour une création à la fois sonore et visuelle. Leurs noms ? Monet, Renoir, Chagall, Picasso, Matisse, Signac, Derain, Vlaminck ou encore Dufy apparaîtront tour à tour sur les écrans, autour d’un thème commun : « les voyages en Méditerranée ». Immanquable.

Advertising
5
© Damien de Medeiros
Restaurants, Libanais

Afendi

Strasbourg-Saint-Denis
5 sur 5 étoiles

Lustre géant vieux rose 70’s, murs et parquet immaculés, carrelages floraux… Aly Bourgi et Fadel Farroukh, traiteurs de métier, ont eu la bonne idée de faire appel à l’architecte Hania Chirazi (Studio Shiraz) pour pimper ce libanais sorti sur la pointe des pieds à SSD. Résultat ? Une touche féminine bien vue, qui contraste sec avec la batterie de bonshommes à beubar alignés derrière la cuisine ouverte ! Mashrou'Leila en fond sonore, on savoure une cuisine de Téta (« mamie ») plein goût.

6
© Plantes pour tous
Actualités, Mode & shopping

Plantes pour tous ouvre sa première jardinerie à petits prix

Nouvelle branche dans la jungle des ventes de plantes. Organisatrice depuis juillet 2017 de foires végétales à petits prix dans toute la France, l'agence Plantes pour tous a ouvert le 6 mars sa première jardinerie à Paris, à deux pas du canal Saint-Martin, au 13 rue Jean-Poulmarch. L'agence, qui vendait déjà des mini-plantes dans son cornershop de Ground Control, a décidé de voir plus grand.

Advertising
7
© Carbon
Bars, Bars à cocktails

La Mina

Le Marais
4 sur 5 étoiles

Ce petit bar à cocktail underground creuse le filon d’une consommation locale et de qualité. Sept recettes tout en élégance et précision, à siroter au milieu de la pénombre complice, d’une électro de bon aloi et des miroirs piqués.

8
Restaurants, Italien

Caché (Restaurant)

Père-Lachaise
5 sur 5 étoiles

Y a pas à dire, il porte bien son nom çui-là. Planqué au fond d’une villa ouvrière paumée en plein Alexandre Dumas, un spot de rêve où quelques petits malins bien rencardés viennent bruncher et dîner sur résa (en ligne). Pour toucher le Graal, il faut passer la grille en fer forgé, longer les façades taguées et tourner à gauche au fond de l’impasse. Au bout ? Pas de guet-apens à la The Wire, mais un maxi-loft indus’ sous verrière, inondé de lumière qui vous coupe la chique : laiton et laque noire, bouquets de fleurs à gogo, marbre et bois patiné et duo de canapés encerclant une grande table basse…

Advertising
9
© Mi Kwabo
Restaurants, Afrique du Sud

Mi Kwabo

Pigalle
4 sur 5 étoiles

Alléluia ! Après avoir attendu désespérément plus de dix ans, voilà enfin un restaurant gastronomique africain capable d’aller taper dans l’étoile à Paris ! On le doit au jeune Elis Bond (28 piges au compteur), passé par l’excellent gastronomique brésilien Maloka, qui replace le maousse continent africain (54 pays) et un bout de l’outre-mer au centre de la nappe. Lancé en catimini en janvier 2020, Mi Kwabo – « bienvenue » en patois fon-gbe du Bénin – est un resto intimiste (14 couverts) qui annonce d'entrée la couleur, avec son total look latérite (la mythique roche rouge des pistes africaines) : chaises et vaisselle en teck naturel signées Joe Sayegh, suspensions lumineuses en osier, petits bouquets de fleurs séchés… Epuré et classe.

10
© Griffon
Bars, Bars à cocktails

Griffon

Le Marais
4 sur 5 étoiles

On va boire un coup chez ma tante ? Non, pas chez tata Claudie mais « chez ma tante », le nom populaire qu’on donnait au Mont-de-Piété (devenu Crédit municipal de Paris), où les gens dans le besoin vont placer des objets en gage contre du liquide. Aujourd’hui, avec Renaud Barillet (La BellevilloisePoinçon…) à la manœuvre, le Griffon nidifie – pour trois ans – dans une vaste galerie de cette adresse mythique (ouverte depuis 1797 tout de même). Pour rester dans l’esprit du lieu et le bizarre inventaire des objets déposés par les nécessiteux, la déco se la joue brocantesque, avec mobilier chiné dans tout le XXe siècle : fauteuils 70’s dépareillés, miroirs piqués, lustres soufflés et même tête de zèbre empaillée. On remarque que finalement, le but de l’endroit reste à peu près le même : fournir du liquide à des gens qui en demandent.

Advertising
11
© Le Bureau des Légendes / Jessica Forde
Actualités, Insolite

Un escape game vous plonge dans l'univers du “Bureau des légendes”

Depuis le 2 mars, un escape game estampillé Bureau des légendes s'apprête à vous immerger dans l'univers bourré d'espions imaginé par Eric Rochant. Un sacré bon tuyau pour célébrer comme il se doit la sortie imminente de la 5e saison de la série de Canal+. Un plan forcément sous couverture : si l'on sait que la mission se déroulera dans un spot de 300 mètres carrés au niveau du métro Odéon, l'emplacement précis reste confidentiel. 

12
Théâtre, Comédie

Doully - Admettons

Point Virgule, Le Marais
4 sur 5 étoiles

Associez les cheveux de Khaleesi, les pieds de Golum, la voix de votre ivrogne d’oncle et le dossier médical d’un crackhead de Stalingrad, et vous obtenez Doully. Si ses cheveux sont aussi blonds et soyeux que ses pieds sont cagneux, la comédienne est sobre depuis plusieurs années et ne touche plus à l’alcool ni à l’héroïne, son ancienne maîtresse adorée. Son rapport à l’addiction, et sa sobriété retrouvée, sont les sujets centraux d’un seule-en-scène très personnel joué tous les mardis dans la salle bondée du Point-Virgule.  

Advertising
13
© La Liquiderie Bar
Bars, Bars à bières

La Liquiderie Bar

Folie-Méricourt
4 sur 5 étoiles

Téma ces tireuses ! On ne voit qu’elles à peine arrivé à la Liquiderie, coolosse cave à manger qui a osé le dépouillement indus’ (béton ciré, néons blancs et mobilier ferreux) au milieu des bouis-bouis à bo bun et néons en mandarin (à Belleville, quoi). Vingt becs chromés qui débitent 15 bières artisanales mais aussi – surprise – cinq vins nature dûment sélectionnés par Julien Maillet, exigeant taulier de la Liquiderie Cave (maison mère à 11 minutes à patte). Comme on aime bien les catégories, on se dit « voilà un chouette bar à bière qui ose du vin ».

14
Théâtre

La Carpe et le Lapin

Théâtre de la Porte Saint-Martin, Arts et Métiers
4 sur 5 étoiles
La Carpe et le lapin, c’est un peu l’équivalent théâtral d’un restaurant qui proposerait à la fois des pizzas, des bo bun et de la blanquette de veau : on ne comprend pas trop la logique mais tout le monde y trouve son compte. Alors on préfère vous rassurer tout de suite : le spectacle est de bon goût et ne vous rendra pas malade. L’association de Vincent Dedienne et Catherine Frot ressemble à la rencontre fortuite de Walter Benjamin et Nicole Croisille sur un plateau de théâtre à l’état brut, où les mécanismes sont mis à nu. S’inspirant des expériences poétiques des surréalistes, les deux comédiens offrent un patchwork sans queue ni tête...
Advertising
15
© Arsouille
Restaurants, Bistrot

Arsouille

Saint-Georges
4 sur 5 étoiles

Comme quoi, la vie peut basculer à une lettre près. Gaffe au moment d’entrer la géoloc’ sur  Google : ne confondez pas Arsouille, cave à manger confidentielle du 9e, avec L’Arsouille, bar de Montmartre. Midi et soir, le caviste de Trinité pousse les murs et rentre 15 couverts dans sa lumineuse cahute – un chouette salon entouré à 360° de flacons, avec mobilier design dépareillé : chaises Formica, bois patiné, suspension macramé… Gloire soit rendue à saint Thomas (Libault), autodidacte passionné, qui, depuis juin 2018, régale les becs fins du tiéquar ! Bonne nouvelle si vous êtes en rade dans le coin de Saint-Lazare : la formule déj est à 15 €, le menu à 18 € (tout de saison, locavore, archi-frais) et avec ça, le verre de pif démarre à… 3 € ! 

16
© Guillaume Fandel
Art

Christian Louboutin : l'Exhibition[niste]

Palais de la Porte Dorée Aquarium Tropical, Bel-Air

Les cinéphiles ont leur grand blond et sa chaussure noire, les modeux Christian Louboutin et sa semelle rouge. Au cœur du palais de la Porte-Dorée, là où le créateur a découvert son obsession pour les talons, on découvrira une exposition retraçant les près de trente ans d'activité de Louboutin, au travers notamment de sa fascination pour les voyages. Aux côtés d'une tripotée d'escarpins iconiques, certains modèles seront dévoilés pour la première fois au public.

Advertising
17
Théâtre, Comédie

Bérengère Krief - Amour

Théâtre de la Gaîté Montparnasse, Montparnasse
4 sur 5 étoiles

C’est où, l’amour ? On dit que certains l’auraient trouvé entre deux rayons de livres à Notting Hill, d’autres entre deux paquets de quinoa chez Bio c’ Bon, et d’autres encore entre deux shots de vodka dans une boîte presque sympa. Bérengère Krief, elle, l’a cherché pendant longtemps : de tournages en voyages, de Tinder en folles soirées, guidée par le désir d’avoir une belle histoire à raconter.

18
Actualités, Art

“Yves Klein, l’infini bleu” : une nouvelle expo immersive à l’Atelier des Lumières !

Cerise sur le projo : en parallèle de l’expo, le studio de création Cutback présentera la création Yves Klein, l'infini bleu, conçue spécialement pour l’Atelier des Lumières. Une expo immersive d’une dizaine de minute qui permettra d’admirer une sélection de 90 œuvres et 60 images d’archives, mettant en lumière la pluralité de la carrière de l’artiste, loin de se limiter au mondialement célèbre IKB (International Klein Blue). C’est ainsi qu’on retrouvera ses Anthropométries, Cosmogonies et ses Reliefs Planétaires ou encore tout un tas de Monochromes.

Advertising
19
BEATRICE.MOLEY
Restaurants, Pizza

AVE Pizza Romana

Folie-Méricourt
4 sur 5 étoiles

Oubliez les pizzas joufflues comme à Napoli. Dans cette ancienne galerie d’art lookée par Mur.Mur Architectes (bar à parpaings blancs, murs raclés jusqu’à l’os et imposant plafond-miroir), un pizzaïolo chaussé de Rombaut balance depuis son méga-four à bois de maousses pizzas à la mode di Roma (pâte fines et croustillantes, 12-18 €). Lesquelles, disons-le d’entrée, comptent parmi les meilleures de la capitale !

20
© Paris, musée d’Orsay, donation de la petite-fille d’Auguste Pellerin, 1969
Art

Cézanne et les maîtres. Rêve d'Italie

Musée Marmottan-Monet, 16e arrondissement

« Je suis ton maître ». Non, la saga Star Wars ne s'apprête pas à jouer les prolongations au musée Marmottan. Mais il se dégage clairement de cette expo un petit parfum de transmission cher à George Lucas. A travers une soixantaine de toiles, c'est le rapport de Paul Cézanne à la peinture italienne à travers les siècles qui va être mis en lumière.

Advertising
21
La maison du Mochi
© La maison du Mochi
Actualités, Dans nos Assiettes

La Maison du mochi ouvre une seconde adresse rive droite

Et de deux ! Onze mois à peine après avoir inauguré la toute première boutique dédiée aux mochis à Paris, la bien nommée Maison du mochi s'apprête à doubler la mise à partir du vendredi 6 mars avec une nouvelle adresse, rive droite cette fois-ci. Comme dans sa boutique de la rue du Cherche-Midi, seront vendus ce qui ressemble aux meilleurs mochis de la capitale. 

22
Art

Faire corps – Adrien M & Claire B

La Gaîté Lyrique, Arts et Métiers

Alors qu'on a encore en tête les live audiovisuels 360° de la dernière Nuit Blanche, voilà que s'avance Faire corps, la nouvelle expo de l'institution. Imaginée par la compagnie d'arts visuels Adrien M & Claire B, elle se voudra immersive et interactive au possible à travers une tripotée d'installations à rendre jaloux un kaléidoscope. 

Advertising
23
© Puxan Photo
Restaurants, Café-restaurant

Back in Black Coffee

Roquette
5 sur 5 étoiles

Hourrah ! Après KB Coffee Roasters dans le 9e (2010), Nicolas Piégay, pionnier du café de spécialité à Paris, récidive avec ce vaste spot de 200 mètres carrés, boutique/atelier/coffee shop dépotant de 9h à 17h des assiettes ultra-goûtues. Baie vitrée sur rue, piliers grattouillés, plantes vertes, murs en béton brut… Amy Winehouse et son Back to Black en tête, on déboule dans une grande salle indus' avec, sur la droite, un long couloir sous verrière featuring comptoir de 8 mètres (!) et tabourets, où savourer son kawa en tête à tête avec une imposante La Marzocco Strada : expresso (2,50 €), cafés filtre exprimés sur V60 et Aeropress de compète (6 € chaque)… Mais aussi des spécialités glacées à la tireuse, dont une trop rare cascara – infusion de cerise de café – à 5 €… Le tout avec vue sur l’atelier de torréfaction et la cuisine ouverte au fond.

24
Théâtre

Smoke Rings

Théâtre Michel, La Madeleine
4 sur 5 étoiles

Imaginez une pièce où vous déambulez entre la scène, le bar, la billetterie et même les loges. Où vous interagissez – par moment – directement avec les comédiens. Où ces derniers changent de rôles comme de chemises dans une performance schizophrénique et impressionnante d’énergie. Étonnant ? C’est pourtant le spectacle immersif, ô combien bluffant, de Smoke Rings, la création de Léonore Confino, mise en scène habilement par Sébastien Bonnabel et jouée par une troupe de huit femmes et hommes.

Advertising
25
© Plaq
Shopping, Chocolateries et confiseries

Plaq

Sentier
5 sur 5 étoiles

Sandra Mielenhausen et son compagnon Nicolas Rozier-Chabert ont lâché leurs jobs dans la com et le marketing pour lancer en septembre 2019 Plaq. Une chocolaterie immaculée jouant la carte de l'épure et de la transparence, tant dans le design du spot que dans le packaging des tablettes, ultra-graphique. “C'est un vrai parti pris, explique Nicolas. Traditionnellement, la chocolaterie est un lieu inaccessible, mystérieux, caché. Et la fabrication du chocolat un secret jalousement gardé.” Eux ont eu envie de tout montrer, de démystifier, en donnant à voir à qui veut la chaîne du chocolat dans son ensemble. Au mur, une affiche stylisée reproduit les grandes étapes, tandis que sous nos yeux ébahis les petites mains coupent les cabosses ou enfournent les fèves dans le four.

26
Art, Photographie

Le monde selon Roger Ballen

Halle Saint Pierre, Montmartre
5 sur 5 étoiles

Expo parfaite dans une ambiance post-Halloween, on conseille cependant aux spectateurs d’avoir le cœur bien accroché. Car tout chez Roger Ballen évoque l’horreur, de ses peintures cauchemardesques à ses photos en noir et blanc glauques à souhait, en passant par son mobilier souillé par des animaux morts ou des corps ensevelis sous des cordes.

Advertising
27
© Carole Cheung
Bars, Bars à vins

Lolo

Faubourg Montmartre
3 sur 5 étoiles

Lolo sert du bon jaja, sans chichis, sans chimie ! Lolo ? Loïc Minel, ex-Hôtel Grand Amour, homme de la night désormais branché tire-bouchon, associé à Christophe Juville. Ouverte à 3 minutes à patte du métro Cadet, la (micro-)cave à manger/couloir des deux gusses, intégralement carrelée en chevron carmin, attire une faune de soiffards au coude à coude. Pas de chaises, comme chez Déviant, et une unique table centrale autour de laquelle gravitent les siffleurs de ballons naturels. Ce soir-là, c’est blindax, et l’extraction ne suffit pas à masquer les odeurs de graillon s’échappant de la cuisine ouverte.

28
©gogojungle
Actualités, Vivre en Ville

Une pluie de parapluies roses suspendus en plein 8e arrondissement !

Et le ciel de Paris se couvrit de parapluies roses. Derrière cette incantation à l'allure de délire acidifié se cache le monumental Umbrella Sky Project de l'artiste portugaise Patricia Cunha. Lancé en 2012 au Portugal, ce projet, qui propose de recouvrir les rues du monde entier (Tokyo, Séoul, Saint-Pétersbourg…) de centaines de parapluies arty, revient à Paris après nous avoir régalés d’un trip multicolore en 2019. Carton Instagram dans 3, 2, 1… Cette étape parisienne durera jusqu’au 3 mai 2020, de nouveau du côté du Village Royal, à deux pas de l'église de la Madeleine.

En vrac :

Advertising

GYG Paris Activities Widget

Advertising