0 J'aime
Epingler

Musique : Interviews et portraits

Paroles sonores

King Gizzard & The Lizard Wizard
Le blog

King Gizzard & The Lizard Wizard

JB Wizz et Elzo Durt
Le blog

JB Wizz et Elzo Durt

Bester Langs et Thomas E. Florin
Le blog

Bester Langs et Thomas E. Florin

Etienne Blanchot
Le blog

Etienne Blanchot

Flavien Berger
Musique

Flavien Berger

Rendez-Vous
Le blog

Rendez-Vous

Rødhåd
Musique

Rødhåd

Surprize
Musique

Surprize

Oxmo Puccino
Musique

Oxmo Puccino

Espace B
Le blog

Espace B

Oui, mais non. Alors que nous séchions à peine nos larmes depuis cette poignante interview parue voilà un mois chez nos confrères des Inrocks, coup de théâtre dans le milieu alternatif : L'Espace B ne fermera pas ! Pas besoin de faire le deuil d'un endroit comme on n'en fait plus à Paris, plus de longues tirades désespérées sur la disparition progressive des lieux culturels dans la capitale : nous pourrons à nouveau croiser le fer de nos pintes peu chères tout en se délectant d'un délicieux couscous et en profitant d'un concert. Le lieu change bel et bien de mains, passant de la rugueuse poigne de Nicolas Jublot à celle, tout aussi ferme, de Nicolas Chiacchierini (producteur de concerts) et à celle, sans doute plus douce mais qui ne manque certainement pas d'énergie, de Pauline Richaud (chargée de communication). Dès lors, les habituelles questions reviennent se bousculer au portillon de notre curiosité parisienne : quid de l'endroit ? Va-t-il changer du tout au tout ? La programmation reprendra-t-elle les codes de l'ancienne ? Pas de panique : nous sommes allés demander tout ça à ces deux nouvelles têtes. Le 4 novembre dernier, on apprenait par une interview donnée par les anciens programmateurs aux Inrocks la fermeture de L'Espace B. Un mois plus tard, le lieu est repris. Que s'est-il passé pendant cette période ? Pauline Richaud : Ca faisait plusieurs mois que L’Espace B devait fermer, depuis le printemps dernier en vérité. D’une part, le propriétaire ne souhaitait pas r

Sonotown
Clubbing

Sonotown

Dans le genre hyperproductif, Sonotown n'est franchement pas trop mal. Depuis 2008, le collectif a évolué à vitesse grand V, ce qui lui a permis de développer de multiples projets. De la production d'événements - on pense aux 75021, mais aussi à leurs soirées techno à la Machine - à la création d'un club (Le Monseigneur, c'était eux), de la rédaction d'un webzine de musiques électroniques émergentes à l'éphémère Virgo, les gars de SNTWN sont partout et ils font les choses bien. Rien d'étonnant donc que la Gaîté Lyrique leur ait proposé une carte blanche en janvier prochain, pour mettre en lumière leur travail au sein de l'exposition interactive Paris Musique Club. On a donc rencontré à cette occasion son fondateur Julien Boisseau, qui nous éclaire un peu plus sur cette association ultra prolifique.   Time Out Paris : comment est né le projet Sonotown ? Sonotown : Sonotown existe depuis bientôt sept ans. D'ailleurs nous fêtons notre anniversaire en décembre entre la Machine et le Virgo, nos deux maisons. C'était un projet de fac à l'époque, un webzine qui traitait aussi bien de musique que d'images, de mise en espace, de scénographie, une plateforme culturelle en quelque sorte. Pour le premier anniversaire du webzine, nous avons voulu fêter ça aux Studios de l'Olivier à Malakoff.  Et tout est parti de là.   En fondant Rooms et OOO Communication, quelles étaient vos intentions ?  Rooms c'est notre boîte de production, OOO notre agence de communication. Leur création, il

La Mamie's
Clubbing

La Mamie's

On ne vous a jamais caché notre affection pour la Mamie's, cette joyeuse bande d’hyperproductifs capable de régaler les oreilles autant que de mettre les clubs et autres lieux alternatifs de notre chère Ville Lumière sens dessus dessous. Depuis 2007, l’équipe de pré-trentenaires agite la vie nocturne parisienne en organisant des fêtes follement récréatives, où le sérieux n’a de place que dans la programmation musicale. On peut leur accorder le mérite d’avoir su nous faire aimer la fête de la musique (RIP Place Dalida), de proposer des soirées ultra pointues (on pense surtout à leurs High_life qui ont ramené des artistes comme Tama Sumo, Dan Shake ou Paranoid London sur la scène française), d’enregistrer des podcasts régulièrement pour Le Mellotron, de créer un excellent festival – le Macki, en collaboration avec Cracki Records –, de passer des galettes à droite à gauche, notamment au monstrueux Weather Festival, et de lancer une maison de production de concerts hip-hop (Verveine Production). Mais leur fil conducteur depuis trois ans, c’est surtout leurs événements à La Ferme du Bonheur. Faut croire qu’au milieu des cochons, ces gars se sentent chez eux. Groupes live et DJ sets endiablés rythment les étés de leur public - une faune composée de leurs potes et d’une jeunesse débridée, pour une ambiance maximale. On a rencontré Fantin et Vito, deux des six membres du crew, à l’occasion de la grande première de 2015 qui se tiendra ce samedi, de 14h à 22h.  Time Out Paris : Quelle

Only Real
Musique

Only Real

Avant son concert le 21 avril dernier au Badaboum, nous sommes allés à la rencontre de Niall Galvin aka Only Real pour en savoir plus sur ce jeune artiste londonien. Avec son talent, un bon producteur et une identité visuelle forte, Only Real parvient aujourd'hui à toucher un public large, sans jamais perdre de sa personnalité. Il nous présente son dernier album 'Jerk at the End of the Line', recueil de morceaux acidulés portés par un rap nonchalant, sorti le 30 mars dernier sur le label titanesque EMI.    Time Out Paris : Pour commencer, comment te sens-tu ? Es-tu excité à l’idée de jouer ce soir à Paris ?Only Real : Je me sens hyper bien, je suis vraiment excité. Le concert est complet et ça fait vraiment plaisir. On sait que ce sera plein et ça rassure énormément ! Le week-end du 17-18 avril, tu as joué à Nantes pour le Festival l’Ere de Rien. Le public t’aurait souhaité ton anniversaire, raconte-nous un peu ce moment.C’était complètement fou, parce qu’on est arrivés vers 20h et j’avais complètement oublié que c’était mon anniversaire le lendemain. Après 20 minutes de concert, passé minuit, les gens ont commencé à chanter « Joyeux anniversaire ! » et j'ai halluciné qu'ils connaissent ma date de naissance. Honnêtement, je ne sais pas trop d’où c’est sorti mais c’était vraiment un moment spécial, très touchant ! Que penses-tu du public français ?Génial, cette tournée a vraiment été incroyable. On a été très étonnés par les gens qui connaissaient nos morceaux. Ca fait enco

Chassol
Musique

Chassol

Rone
Musique

Rone

OTTO10 Events

OTTO10 Events

Programmateur du Badaboum
Clubbing

Programmateur du Badaboum

4 questions à Mac DeMarco

4 questions à Mac DeMarco

3 questions à Agent Side Grinder

3 questions à Agent Side Grinder

Rencontre avec le DA du festival MO'FO
Musique

Rencontre avec le DA du festival MO'FO

Retour sur l'édition 2013 Intimement lié à son lieu d'accueil et à sa dynamique, le festival MO'FO propose cette année encore une programmation sur trois jours et deux scènes (MO' et FO') dans les murs de Mains d'Œuvres. A l'affiche, principalement des découvertes indé (rock, folk, pop, etc.), pour le plus grand plaisir des curieux ; aux commandes, Jiess, directeur artistique sur le festival et programmateur à l'année sur de nombreux événements à Paris et en Province. Nous l'avons rencontré pour évoquer le MO'FO bien sûr, mais aussi son métier et le regard qu'il porte sur l'industrie musicale aujourd'hui. Time Out Paris : Peux-tu nous présenter le festival pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore ? Jiess (alias Jean-Sébastien Nicolet) : Le MO’FO est le premier événement de diffusion monté à Mains d’Œuvres, en 2002, par Benoît Rousseau (à l’époque responsable de la programmation) et Herman Dune. A l’origine ça s’appelait l’Antifolk festival et c’était centré sur l’esthétique folk américaine. Et puis le projet s’est un peu essoufflé artistiquement, ils retrouvaient un peu toujours les mêmes noms et la scène antifolk est devenue grosse – ça devenait dur de faire venir Smog ou Bonny Prince Billy pour 300 balles… Le projet a ralenti pendant un temps, et puis je suis arrivé à la programmation, et là c’est ma troisième édition, la douzième du festival. Je suis un peu sorti de l’esthétique antifolk, tout en restant sur l’intention de départ qui veut que le MO’FO soit u

Entretien avec Jef Barbara
Musique

Entretien avec Jef Barbara

Rencontre • Pan European Recording

Rencontre • Pan European Recording

Interview • Christophe
Musique

Interview • Christophe

Interview • FIDLAR
Musique

Interview • FIDLAR

Hommage •  Nino Ferrer

Hommage • Nino Ferrer

Rencontre • Jay-Jay Johanson
Musique

Rencontre • Jay-Jay Johanson

Rencontre • Croque Macadam

Rencontre • Croque Macadam

Interview • Eugene McGuinness

Interview • Eugene McGuinness

Portrait • Jamie Cullum

Portrait • Jamie Cullum

Interview • Aline
Musique

Interview • Aline

Interview • School Is Cool

Interview • School Is Cool

Interview • Agent Side Grinder

Interview • Agent Side Grinder

Interview • Matmonjazz

Interview • Matmonjazz

Interview • Rachel Zeffira
Musique

Interview • Rachel Zeffira

Balade • Nicolas Ker
Musique

Balade • Nicolas Ker

Portrait • Buika la diva

Portrait • Buika la diva

Commentaires

0 comments