Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 20 femmes qui pèsent dans la gastronomie à Paris
Time Out
© Time Out

20 femmes qui pèsent dans la gastronomie à Paris

Médiatiques ou méconnues du grand public, ces femmes font bouger la gastronomie parisienne... Coup de projo !

Par Tina Meyer
Advertising

L'objet de ce dossier ? Donner au grand public une vision globale de l'excellence féminine en matière de gastronomie parisienne. Toutes ces femmes brillantes, déjà célèbres ou pas encore, ont en commun de bosser à Paris dans un resto, une boulange, une poissonnerie, une boucherie, un bar à cocktails ou une pâtisserie de pointe… Coup de projo sur celles qui nous redonnent foi (et faim) dans la profession. Aux grandes femmes, Time Out Paris reconnaissant !

20 femmes cheffes, mixologues, sommelières, baristas, qui pèsent dans la gastronomie à Paris

Tatiana Levha
Tatiana Levha
Tatiana Levha

Tatiana Levha, cheffe, femme et féministe (Servan et Double Dragon)

Bio express : Littéraire de formation (passée par Louis-Le-Grand siouplé), Tatiana s’ennuie ferme en hypokhâgne. Bim ! Cette tête bien faite férue de cuisine s’inscrit à l’école Ferrandi (où elle rencontrera d’ailleurs Bertrand Grébaut, compagnon et père de ses enfants) et apprend auprès des plus grands : Alain Passard (L’Arpège) et Pascal Barbot (L’Astrance). Avec sa sœur Katia, qui rentre juste de Londres à l’époque, elles rafraîchissent un vieux PMU qui deviendra Le Servan, né en 2014. Un bistronomique aux assiettes voyageuses, reflet de leurs origines métissées : père français d’origine juive polonaise, mère philippine. De son enfance, Tatiana a gardé ce goût des saveurs explosives, switchant de la sole meunière de sa grand-mère paternelle aux wonton frits. Elle a pas mal bourlingué entre Hong Kong et la Thaïlande, aussi. Hommage à cette cuisine sud-asiate, son deuxième opus, Double Dragon, voit le jour en 2018, à quelques numéros de là, dans la même rue.

Faits d’armes : Cette cheffe brillante qui n’avait que 29 ans lorsqu’elle a ouvert le Servan est aussi la maman épanouie de deux enfants. Autant dire que les discours passéistes, ça la gave ! Quand, en septembre 2019, lors d’une conférence aux 50 Best, son confrère Yannick Alléno balance OKLM : « Nous, les hommes, on a de la chance. L’ADN des femmes, c’est d’enfanter », Tatiana dégaine. La toque retoque le misogyne via le compte Insta du Servan, en postant une photo de son équipe (qui compte une bonne partie de femmes, avec leurs enfants). Et ce commentaire : « On peut être une femme, c’est possible d’avoir des enfants et de gérer des restaurants. Et il y a des hommes qui croient en l’égalité. »

DR
DR
DR

Moko Hirayama, reine des cookies (Mokonuts, Mokoloco)

Bio express : Ce n'est qu'à 35 piges passées que Moko s'est lancée dans la pâtisserie ! Née au Japon, cette reine des cookies étudie d'abord le droit avant de rejoindre ses parents à 18 ans à New York, où elle enfilera une toque… d'avocate ! Dans la Grosse Pomme, elle croise la route d'Omar Koreitem (son futur mari), d'origine libanaise et fonctionnaire à la mairie de New York. Coup de foudre et passion commune pour la gastronomie. Mutée à Londres, elle découvre la pâtisserie chez Ladurée, où elle travaille pendant un peu plus d’un an comme vendeuse, en parallèle de son job au cabinet. La suite ? Elle rend la robe, ils partent à Paris, et son père est furax, croyant qu'elle est en train de rater sa vie (pendant longtemps, il refusera même de lui parler). Sans réelle expérience, aucune maison ne veut l'embaucher. Ce sont les chefs Fabrice Le Bourdat (qui tient à l'époque Blé Sucré), puis Jérôme Banctel (au Senderens), qui donneront sa chance à Moko, ainsi qu'Adeline Grattard, la géniale cheffe de Yam’Tcha. En 2015, ça y est : Mokonuts, spot hybride, cofondé avec son mari, est né. Un vrai faux coffee shop qui mute en resto raffiné à l'heure du déjeuner. Il deviendra en 2018 le meilleur restaurant de Paris selon Time Out Paris.

Faits d'armes : A déjà inventé des cookies au miso et olives vertes. Avec son mari, ils ont lancé récemment Mokoloco, géniale sandwicherie alanguie rue de Charonne.

Advertising
The Social Food
The Social Food
© The Social Food

Adeline Grattard, cheffe étoilée (Yam'Tcha, Café Latcha, boutique Yamtcha)

Bio express : Licence d’allemand en poche, cette Bourguignonne intègre l'école Ferrandi puis travaille notamment à L'Astrance auprès de Pascal Barbot, où elle occupera tous les postes de 2003 à 2006. Ensuite, direction Hong Kong où, avec son mari Chi Wah Chan, sommelier en thés, elle s’éclate à découvrir d’autres techniques de cuisson et d’assaisonnement. De retour à Paname en 2009, cette cheffe discrète et ultra-talentueuse ouvre Yam'Tcha, gastronomique des Halles mitonnant une vraie cuisine d’auteure, sous influence chinoise et française. Carton plein. Suivront la Boutique Yam’Tcha, annexe maline dépotant du bao gastro pour quelques euros sur fond de tea pairing ; et Lai’Tcha, ovni à mi-chemin entre un bistrot chinois et un traiteur ultra-quali.

Faits d’armes : Un an seulement après l’ouverture de Yam'Tcha, Adeline décroche une étoile au guide du pneu. En 2016, elle est au centre d’un épisode de la série Chef's Table: France, dérivée de la série docu Netflix Chef's Table. 

Céline Pham
Céline Pham
Céline Pham

Céline Pham, cookstar volante

Bio express : Sista du trublion et food activiste Julien Pham, Céline a d’abord fait des études de médiation culturelle à Paris et un bout de carrière dans l’industrie du disque – chez Pias, maison de disques indépendante belge. Mais l’appel des fourneaux est plus fort que tout : elle suit les cours de l’école Ferrandi, puis enchaîne chez Ze Kitchen Galerie, Saturne, Septime…En 2014, elle choisit de travailler en tant que cheffe indépendante et monte sa société, Phamily. Sa patte ? Une cuisine d’auteure voyageuse et audacieuse, inspirée par ses origines vietnamiennes. On l'a vu (notamment) dans plusieurs résidences en France et à l’étranger – Carousel à Londres, Table Ronde à Paris, Rockwell & Sons à Melbourne, six mois chez Fulgurances en mars 2017 et au pop-up Tontine…

Faits d’armes : Grosse bosseuse, elle est capable d’envoyer 2 000 assiettes pour certains clients, notamment lors des défilés Comme des Garçons ou Chloé. Cette toque engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire a cofondé en 2016 « Restaurer ». En collaboration avec l’association Ernest, ce cool collectif distribue des repas mitonnés à partir d’invendus et de dons de restaurateurs.

Advertising
CheZaline
CheZaline
© CheZaline

Delphine Zampetti, mère nourricière du 11e, traiteur d'amour ! (CheZaline)

Bio express : Delphine grandit à Bordeaux, d'où elle sort diplômée des Beaux-arts, avant de monter à Paris. Elle enchaîne les petits jobs, réalise des décors pour le ciné, assiste l'artiste Dominique Gonzalez-Foerster… Puis fait ses premières armes en 2010 au Café caché (Centquatre) avant d'enchaîner l'année d'après au Verre volé. En 2012, celle qui s'avoue nostalgique des plats de sa mère (ses parents, âgés, ont disparu quand elle était ado), lance le désormais mythique CheZaline (11e) : un traiteur +++ dans son jus Formica, squattant une ancienne boucherie chevaline… Et dépotant du sandwich de compète et de bons p'tits plats cantiniers (céleri rémoulade, carottes râpées…) ! 

Faits d'armes : Pour voir grandir son fils (qu'elle a eu avec Iñaki Aizpitarte du Chateaubriand), Delphine Zampetti a inventé un style de resto, calé sur l'école, du lundi au vendredi de 11h à 17h (en ce moment, c'est même 11h30 à 15h30).

Combat
Combat
© Combat / © Christophe Meireis

Margot Lecarpentier et Elena Schmitt, mixologues et fondatrices d’un bar à cocktail (Combat)

Bio express : Normande d'origine, Margot a su s'imposer dans un univers jusqu'alors très masculin. Le nom de son bar perché à Belleville en dit long. Juriste culturelle de formation, Margot a rencontré Elena à New York. Chez Sony Music, où elle était chargée de faire respecter les contrats et droits d'artistes d'A$AP Rocky et The Strokes ! En 2014, son visa américain expire, elle rentre à Paris, mais c'est la crise : plus de taf dans la musique ! Pour payer son loyer, elle joue du shaker à l'Experimental Cocktail Club, un bar à cocktails du quartier Montorgueil, où elle se fait la main avant de lancer Combat, son propre bar avec Elena. Aujourd'hui, elles sont toutes deux reconnues et archi-respectées dans le petit milieu mixologique. Time Out n'hésitera pas d'ailleurs à élire Combat 2e meilleur bar à cocktail de la capitale.

Faits d'armes : En 2019, Margot monte sur scène en pleine forme avec un bidon sur le point d'exploser et empoche, à quelques semaines seulement d'accoucher, deux prix prestigieux au Cocktail Spirits Festival : "bartender la plus influente" et "bar le plus influent" pour Combat. 

Advertising
emmanuelle_petitelaura
emmanuelle_petitelaura
© emmanuelle_petitelaura

Emmanuelle Marie, pêcheuse de homards et poissonnière, militante des fonds marins !

Bio express :  “C'est pas l'homme qui prend la mer…”, chantait Renaud. Sauf que la mer, c'est une femme qu'elle a prise sous sa houle, et une Bretonne ! Laquelle est descendue telle la marée à la capitale, attirant dans ses filets les plus grands chefs parisiens. De Ducasse (Plaza Athénée) à Guillaume Sanchez (Neso), tous veulent leur rail d'iode ! Emmanuelle Marie vit, ou plutôt navigue, entre la Normandie (Granville, les îles Chausey) et Paris. On l’avait connue vendant ses huîtres pleine mer au cul du camion, devant chez Bilili. Petite-fille de mareyeur, fille de pêcheur et de poissonnière, la jeune femme au caractère bien trempé a lâché l'immobilier pour devenir sourceuse de poissons, coquillages et crustacés. La Manu vend les homards et araignées de son mari, patron de la Petite Laura, et la pêche de petits bateaux (9 mètres max) travaillant propre, dans le respect des ressources maritimes. Attention la came part vite. Très vite. Trop vite.

Faits d'armes :  Pousse régulièrement des coups de gueule sur son compte Instagram (@emmanuelle_petitelaura) pour défendre la saisonnalité et la pêche durable. En période de confinement, elle n'a pas hésité à prendre son fourgon pour livrer chaque week-end à domicile sur Paris et Levallois. Et s'apprête à lancer un resto-poissonnerie rue de Maubeuge (9e) très très prochainement… Aux manettes duquel le jeune et prometteur Clément de La Jonquière (ex-Bel Ordinaire rive gauche) débitera en live de la poiscaille fresh so fresh... Exciting !

Mamiche
Mamiche
Mamiche

Victoria Effantin et Cécile Khayat, duo de boulangères au sommet (Mamiche)

Bio express : Elles sont passées du marketing aux babkas et pains au chocolat. Cécile, pâtissière de métier, passée par les bancs d’une école de commerce, et Victoria se sont rencontrées en 2015, alors qu’elles bossaient dans la com pour des marques alimentaires bio (Løv Organic pour Cécile, au Café Marlette pour Victoria). Alchimie. Victoria passe un CAP boulangerie et hop, en 2017, ces deux entrepreneuses lancent Mamiche, boulange nouvelle génération au cœur du 9e. Plébiscitée par les foodies, l'adresse cartonne. Une seconde ouverture boutique a vu le jour en 2019 dans le 10e arrondissement.

Faits d'armes : Deux ans après l'ouverture de Mamiche, elles emploient 18 personnes et ont gagné leur légitimité dans le milieu. Et la nôtre : on est babas de leurs brownies.

Advertising
Raquel Carena
Raquel Carena
Raquel Carena

Raquel Carena, cheffe, maman de cœur de tous les chefs (Le Baratin)

Bio express : Cette Argentine déboule à Paris dans les années 70, fuyant son pays alors sous le joug de la junte militaire. Elle a 20 ans. Son compagnon, Olivier Camus (un des pionniers du jaja naturel), rachète un rade en ruines dans une ruelle de Belleville. Au début, Raquel, qui vient du monde de l’édition et n’a jamais touché aux fourneaux, ne sert que des planches de charcut'/fromages pour accompagner les quilles. De fil en aiguille, le midi, elle improvise, bricole dans sa cuisine de 4 mètres carrés, avec en main La Cuisine du marché, de Paul Bocuse. Grâce à une autre cuisinière de talent (Mercedes Guión, originaire, elle, de Galice), cette autodidacte perfectionne sa maîtrise des cuissons. Bingo ! Début 90, le lieu décolle et devient le rendez-vous des grands chefs et vignerons. C’est à ce moment qu’elle rencontre Philippe Pinoteau aka Pinuche – nouvel amour ! Lequel finit par rejoindre Le Baratin en 2001.

Faits d’armes : Aujourd’hui, la cheffe des chefs, c’est elle ! Trois décennies qu’elle les régale tous, d'Iñaki Aizpitarte (Le Chateaubriand) à Pierre Hermé.

Mikaela Liaroutsos
Mikaela Liaroutsos
Mikaela Liaroutsos

Mikaela Liaroutsos, cheffe et fondatrice du tout premier bistronomique grec à Paris (Etsi)

Bio express : Après des études dans l’audiovisuel, cette férue de cinéma découvre la cuisine par hasard, lors d’un trimestre à Berlin, où elle bosse pour payer ses études dans un resto. Révélation ! De retour à Paris, elle plaque tout, passe un CAP cuisine puis enchaîne avec un BTS à l’école Ferrandi, en hôtellerie-restauration. La Franco-Grecque fait ses classes chez Michel Rostang, puis intègre la brigade de Cyril Lignac dans son gastronomique de l’époque, Le Quinzième. Puis, tel Icare, la voilà qui décide de voler de ses propres ailes – sans se les brûler, ouf ! Avec Etsi (« comme ça » en grec) elle affirme sa lecture toute personnelle d’un héritage hellénique. Oubliez ouzo, sirtaki, feuilles de vignes farcies et assiettes éclatées au sol. Loin de tout folklore, cette trentenaire dresse le tentacule de poulpe (grillé à la purée de fève) comme personne !

Faits d’armes : Avoir été la première à dépoussiérer (gentiment) la cuisine grecque, elle a créé le premier vrai bistronomique hellène de la capitale.

Advertising
Anne Legrand et Clio Modaffari
Anne Legrand et Clio Modaffari
Anne Legrand et Clio Modaffari / DR

Anne Legrand et Clio Modaffari, cheffes, en duo au piano comme dans la vie (L’Innocence)

Bio express : Elles se sont rencontrées au Trianon Palace, alors qu’elles commençaient tout juste le métier. Anne tient sa passion de la cuisine de sa grand-mère. Clio est italienne de naissance. S’ensuivent, pour chacune, plusieurs très beaux établissements, avec option pluie d'étoiles. Pour Anne, Hélène Darroze et Le Clarence, aux côtés de Christophe Pelé. Et pour Clio, Ze Kitchen Galerie, Frenchie, ou encore Fulgurances. Un temps seule aux fourneaux de L’Innocence, micro-resto de 16 couverts dans le 9e, Anne ramène bien vite Clio. A quatre mains, ces deux-là brossent une gastronomie sensible, végétale, créative. Un 5 étoiles sur l'échelle de Time Out.

Faits d’armes : Elles ont raflé une étoile au guide du pneu en 2020 !

Alessandra Montagne
Alessandra Montagne
Alessandra Montagne

Alessandra Montagne, cheffe engagée dans le bien-manger pour tous (Tempero)

Bio express : Née au Brésil, sous la dictature militaire, elle a grandi dans un petit village sans électricité de l’État de Minas Gerais… Ça vous forge un caractère ! Ex-instit au Brésil, Alessandra débarque à la Sorbonne en 1997 pour apprendre le français, puis travaille sept ans comme assistante de direction dans la recherche médicale, alors que ses amis la poussent à passer un CAP de cuisine. La suite ? Un stage chez le grand William Ledeuil, au Ze Kitchen Galerie, puis quelques mois au génial Yam’Tcha d’Adeline Grattard lui confirment qu'elle a trouvé sa vocation. Elle enchaîne avec un CAP pâtisserie, puis œuvre aux côtés de Benoît Castel, brillante toque pâtissière passée chez l’étoilée Hélène Darroze. Tempero, son resto du 13e arrondissement, a fermé fin février 2020. Désormais, place à Nosso, toujours dans le 13e, au 22, promenade Claude-Lévi-Strauss.

Faits d'armes : Son respect absolu du produit et son engagement antigaspi ne datent pas d'hier : elle a été élevée chez ses grands-parents, qui avaient une ferme, n'achetaient rien mais produisaient tout : légumes, céréales, volaille, et même sucre et pain !

Advertising
Chambelland
Chambelland
© Chambelland

Gaëlle, Camilla et Margherita, trio de boulangères (gluten) free ! (Chambelland)

Bio express : La triplette gagnante de cette boulangerie-pâtisserie gluten free ? Ces copines bien dans leur époque et dans leurs baskets. Un six mains dans la farine, sur le tard, pour nos trois reconverties. Après des études de musique, de psycho et de biologie, elles se sont retrouvées au fournil de Chambelland. Leur devise ? Faire bon, bien et sain ! Et c'est réussi…

Faits d'armes : En plus de se passer de farines de blé, elles ont réussi à faire tout bio, avec du sucre non raffiné, et zéro additif, gélifiant ni colorant. Bravo !

Montezuma
Montezuma
© Montezuma

Julie Della Faille, cheffe autodidacte (Montezuma)

Bio express : Autodidacte, cette Parisienne a commencé par des études de stylisme. Comme ça lui coûtait un bras, elle se met à travailler comme serveuse plusieurs années de suite. Diplôme en poche, impossible de trouver sa place dans la mode. Une pote sommelière au restaurant Le Dauphin lui conseille de se lancer en cuisine. Soutenue par des chefs comme Matthieu Canet (Dauphin) ou Iñaki Aizpitarte (Chateaubriand, autre autodidacte !) elle repart en stage cuisine à l’âge de 27 ans. Et enchaîne avec Le Verre volé, avant d'atterrir au Montezuma, café-resto-bar audiophile.

Faits d'armes : Cette jeune femme pleine de ressources est aussi cheffe… d'entreprise ! Julia a fondé une sandwicherie ultra-quali à Paris, Interfabric.

Advertising
Anne Caron
Anne Caron
DP Café Caron

Anne Caron, meilleure torréfactrice de France (Maison Caron)

Bio express : Elle est impressionnante, capable en dégustation de reconnaître à l’aveugle 15 cafés verts. Faut dire que chez les Caron, le café est une histoire de famille. Ses parents, aujourd'hui disparus, ont fondé l’atelier de torréfaction en 1974. Avant de suivre brillamment leurs traces, Anne a mené des études de biologie végétale, bossé comme commerciale, et fait de la recherche et du conseil en entreprise. Aujourd’hui à la tête de la Maison Caron, cette quadra, parmi les très rares Parisiennes il y a quinze ans à toucher au café, source des arabicas éthiques, et n'hésite pas à filer un coup de main solidaire pour construire des écoles au Guatemala.

Faits d'arme : C'est la première femme à avoir été élue Meilleur torréfacteur de France 2017. Cette championne est aussi médaille d’or du prix Épicures 2014 avec son café Caron, a remporté le meilleur blend de France 2013 avec son mélange l’Éphémère n°1 et une médaille d’or aux Épicures 2016 pour l’Éphémère n°2.

Julia Sedefdjian
Julia Sedefdjian
Julia Sedefdjian

Julia Sedefdjian, plus jeune cheffe étoilée de France (Bô et Baieta)

Bio express : Comme beaucoup d'enfants, cette Niçoise voulait devenir vétérinaire (sa mère était radiologue). Mais la madre était aussi experte en ratatouille ! Révélation : Julia opte finalement pour la cuisine. Sur dérogation exceptionnelle, cette grande admiratrice d’Anne-Sophie Pic obtient le droit de commencer son apprentissage à l'âge de 14 ans. Elle bosse un temps à Nice dans un étoilé local (L'Aphrodite) puis monte à Paris. En 2012, elle n'a pas encore 18 ans mais trouve, grâce à Pôle Emploi, un boulot de commis aux Fables de la Fontaine, classe resto à poissons dans le chicos 7e, puis commence à remplacer le second l'année d'après. En 2015, son chef Anthony David rend son tablier. Le patron décide de faire confiance à cette gamine de 20 ans. Bien vu : elle conserve son macaron. Depuis ? Julia est partie voler de ses propres ailes et a ouvert Baieta, premier gastronomique sudiste à Paris, mais sans chichis, à l'image de sa "bouillabaieta", délicieuse bouillabaisse contemporaine.

Faits d'armes : V'la le palmarès ! Cette championne cumule un double CAP de cuisine et de pâtisserie, une médaille d'or régionale de meilleure apprentie… Et surtout un macaron raflé au Michelin alors qu’elle avait tout juste 21 ans, ce qui, techniquement, en fait la plus jeune cheffe étoilée de France. Respect.

Advertising
Maison Aleph
Maison Aleph
© Maison Aleph

Myriam Sabet, toque pâtissière voyageuse (Maison Aleph)

Bio express : Myriam a passé son enfance en Syrie, au milieu des citronniers et des roses, dans une débauche de parfums. Installée à Paris depuis 25 ans, la jeune femme croit d'abord avoir sa carrière toute tracée dans la finance. Un soir, lors d’un dîner entre amis, elle décide d’apporter en dessert des « pâtisseries du Levant », hommage à ses racines. Déception : c’est bien trop sucré, zéro subtilité, aucun rapport avec ses souvenirs de petite fille ! C’est à ce moment que l’idée commence à germer en elle : et si elle plaquait tout pour réinventer SA propre version de la pâtisserie levantine ? Un ovni, réunissant le meilleur des deux cultures en elle : les textures et saveurs de la tradition levantine, et la technique de la pâtisserie française ? Ni une ni deux, la voilà qui passe un CAP de pâtisserie en 2014 avant de s’envoler au Canada se former auprès d'un maître pâtissier syrien. Elle rentre à Paris et lance Maison Aleph, pâtisserie d'auteure, voyageuse, unique en son genre !

Faits d’armes : Myriam commercialise aussi une divine eau de fleur d’oranger et une eau de rose exceptionnelle de pureté, recette de sa grand-mère, transmise de femme en femme. A shopper dans sa boutique ou via son e-shop www.maisonaleph.com ! Ne ratez pas non plus ses détonnantes galettes des rois, parmi les meilleures de notre classement. Notre préférée ? Une beauté de feuilletage en pâte phyllo, avec plusieurs couches caramélisées, cuites dans un beurre clarifié de Normandie. A l’intérieur, une pure crème d’amande de Valence fondante en bouche, infusée à la fleur d’oranger de la maison (exceptionnelle), et enrichie de gros éclats d’amandes brutes torréfiées. Dinguerie.

Tess Evans-Mialet
Tess Evans-Mialet
Tess Evans-Mialet

Tess Evans-Mialet, pâtissière en cheffe du gastronomique Contraste, experte en desserts du turfu !

Bio express : Si jeune et déjà si douée ! Tess s’est fait un joli petit nom à 25 ans, lors de l’ouverture de Contraste, le gastronomique de Stéphane Manigold. La miss y dépote des desserts déjà reconnaissables entre mille : des produits de saison travaillés avec gourmandise, et un sens rare des associations de saveurs, parfois détonnantes, n’hésitant pas à introduire dans le sucré des ingrédients salés… A l’instar de son dessert signature chocolat fumé-algues-kasha (sarrasin grillé). Originaux et percutants, ses desserts vous font sortir de votre zone de confort : des associations tout sauf classiques, mais sans pour autant donner l’impression d’être le cobaye d’une expérience. Elle a commencé par une formation généraliste en cuisine, avant une révélation pâtissière grâce à un prof de Ferrandi. Premier poste chez Claire Damon (Des Gâteaux et du Pain), autre fée pâtissière dont elle se dit très admirative. Tess bosse ensuite un an comme commis pâtissière au Meurice, « tout en bas de l’échelle ». Puis, le hasard faisant bien les choses, par des amis communs, elle rencontre les deux chefs de Contraste. Lesquels adorent et adhèrent à sa vision et l’intègrent à leur brigade !

Faits d’armes : En octobre 2020, elle décroche le prix Lebey du meilleur dessert au chocolat.

Advertising
Des Gâteaux et du Pain
Des Gâteaux et du Pain
© Des Gâteaux et du Pain

Claire Damon, pâtissière haute couture (Des Gâteaux et du Pain)

Bio express : Claire Damon fait de la haute pâtisserie, l'équivalent de la de haute couture pour les gâteaux. Sophistication – mais « jamais la mascarade » –, émotion derrière l’extrême précision (rare), ses créations allient raffinement et gourmandise. Sa signature ? Une maîtrise parfaite des fruits, de saison et soigneusement castés auprès des meilleurs producteurs, qui prennent le temps de mûrir dans sa conserverie au fond de la boutique. Le juste sucre aussi, ni trop, ni trop peu, ne saturant jamais le palais. Cette Auvergnate a commencé par apprendre la cuisine, puis la pâtisserie. Elle monte à Paris, rencontre Hermé, travaille six ans chez Ladurée, Fauchon, puis dans les cuisines du Bristol et du Plaza Athénée – où elle est propulsée cheffe adjointe de Christophe Michalak. Sacré parcours ! Un premier Des Gâteaux et du Pain ouvre en 2006, boulevard Pasteur (15e), fondé avec le boulanger David Granger. S’ensuit une seconde adresse rue du Bac en 2013.  

Faits d’armes : Michalak dit d’elle qu’elle fait les meilleurs croissants au monde. Seule femme lauréate des prix d'excellence Relais Desserts 2018, Claire Damon a également été élue meilleure pâtissière boutique 2018.

Marion Goettlé
Marion Goettlé
Marion Goettlé

Marion Goettlé, pâtissière et cuisinière (Café Mirabelle)

Bio express : Originaire d’Alsace, Marion est issue d’une lignée de restaurateurs du cru, experts en spécialités alsaciennes. Ses quatre grands-parents et ses parents sont du sérail ! A 20 ans, après la fin de ses études au lycée hôtelier d’Illkirch, elle enchaîne les stages chez les étoilés : à L’Arnsbourg à Baerenthal (trois étoiles) et au Cheval Blanc à Lembach (deux étoiles), puis prend un poste de cheffe pâtissière au Sofitel de Strasbourg. Ensuite, cap sur Paris ! Après un passage au Grand Restaurant de Jean-François Piège (deux étoiles), elle est propulsée cheffe pâtissière chez feu Heimat (1er), puis arrive chez Sébastien Gaudard (9e) où elle apprend entre autres la viennoiserie. Lancé en 2018, son Café Mirabelle est un clin d’œil à la cuisine alsacienne, subtilement remise au goût du jour par petites touches.

Faits d'armes : Avoir réussi à rendre sexy la cuisine alsacienne !

Et aussi...

Paris arty : où sont les femmes ?

Art

Si la star de Paname est la Dame de fer, notre chère capitale ressemble pourtant à une ville de mecs, du moins au premier coup d’œil : 95 % de noms de rue masculins, une place des Grands Hommes et surtout, aucun musée dédié à la création féminine. Pourtant, capitale de la culture oblige, les meufs contribuent bel et bien au rayonnement “matrimonial” qui fait tant rêver nos amis outre-Atlantique. Voici un petit guide des œuvres les plus girl power de la capitale !

© Taku Sekine
© Taku Sekine

Nos recettes des meilleurs chefs Time Out

Restaurants Cuisine contemporaine

L'idée de la rubrique "Fond de placard" ? Mettre à l'honneur un(e) grand(e) chef(fe) parisien(ne) qu'on aime tout particulièrement. A chaque fois, la même exigence : uniquement des recettes de chefs à la tête d'établissements notés par nos journalistes 4 ou 5/5. 

Advertising
Combat
© Combat

Nos recettes cocktails des meilleurs mixologues Time Out

Bars Bars à cocktails

Nos mixologues parisiens préférés inventent exclusivement pour Time Out une recette spéciale débrouillardise. Que des as du shaker, à la tête de comptoirs classés parmi les 50 meilleurs bars à cocktails de la capitale. Traduire, notés 4 ou 5/5 par nos journalistes… 

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising