3 J'aime
Epingler

Nos 100 boutiques préférées à Paris

On entend d'ici votre carte bleue pleurer

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le shopping n'est pas une question futile. C'est un art de vivre, une philosophie de la ville, un sens aigu du rapport qualité/prix. Mais face à lui, nous ne sommes pas tous égaux. Il y a ceux qui ne savent jamais où aller, ceux qui attendent les soldes comme le père Noël, ceux qui refusent catégoriquement de sortir au métro Chaussée-d'Antin, ceux qui vouent un culte au lèche-vitrine et enfin ceux qui ne veulent pas l'admettre mais qui adorent rentrer les bras chargés de sacs.

Bref le shopping est une question hautement métaphysique. Une problématique universelle à laquelle Time Out Paris apporte sa contribution (en toute subjectivité) en vous offrant ses 100 adresses préférées. Des boutiques vertes, cachées et évidemment étonnantes. Cent boutiques à Paris classées selon onze catégories (créateurs, vintage, enfants, livres...) pour pouvoir s'y retrouver. Ce serait bien le diable si vous n'y dénichiez pas un point de chute pour votre prochain samedi.

 

Les boutiques de déco

1

Carouche

Recommandé

Depuis la devanture, les choses sont relativement claires. Carouche n’est pas une boutique de meubles ordinaires, mais une brocante singulière. Ici, on ne vend pas seulement, on interprète les objets. On les chine, on les retape, et si besoin on les métamorphose. Voilà dix ans que Caroline Giraud ressuscite à coup de patine et de polissage, les trouvailles qu’elle repère à travers le monde et notamment aux Etats-Unis. Mobilier de métier, d'usine, de cabinets d'architecte, de campagne, tout ce qui a un peu de cachet trouve grâce à ses yeux. 

En savoir plus
11e arrondissement
2

Fleux'

Recommandé

La morosité de votre commode Hemmes vous déprime ? Le minimalisme strict de votre armoire ELGÅ vous glace ? Pas de panique, il y a une vie après la Suède. Dépliée sur près de 350 m2, la boutique Fleux' offre aux désespérés de la déco une profusion d’objets décalés et colorés pour réveiller leur intérieur. Ouverte en 2005, la boutique de Luc Moulin et Gaétan Aucher concentre en son sein deux avatars contemporains : le superflu et le luxe (d’où le mot-valise Fleux'). Il n’est donc pas étonnant d’y trouver, jonchés ici ou là, des hiboux en céramique, des têtes de cerf vertes et des lampions en papier… 

En savoir plus
4e arrondissement
3

Blou

Julien et Nicolas sont passionnés de design, et ça se voit. En entrant dans le showroom rue Legendre, on a le sentiment d’être dans l’appartement d’un ami qui a du goût. Nous aussi, on aimerait que notre salon ressemble à une exposition d’art contemporain, mais on ne sait pas dénicher les créateurs qui font mouche ; Blou, si. Il y a deux ans, ils créent un concept store qui allie vêtements et décoration, comme il y en a encore peu à Paris. Ils écument les salons du design et font une veille permanente sur les nouveaux créateurs indépendants. Les voilà aujourd’hui avec une gamme cohérente et originale, minimale et joyeuse : un répertoire qui surprend et ravit.

En savoir plus
17e arrondissement
4

L'Atelier de Pablo

« Avant, dans le quartier, il n’y avait pas tous ces restos et ces boutiques. D’ailleurs à l’époque, tout le monde me disait que j’étais folle de vouloir ouvrir un commerce... » Voilà neuf ans que Bénédicte Chevallier a quitté le monde de la pub pour devenir l’heureuse propriétaire de l’Atelier de Pablo. « Je ne voyais pas assez mes enfants. Le jour où l’un de mes fils m’a demandé un rendez-vous pour me voir, j’ai craqué. » Installée à mi-chemin entre l’école et la maison, la boutique de Bénédicte se déplie sur trois niveaux, un sous-sol qui fait office de cave, un rez-de chaussée dans lequel on trouve le corner enfants, des sacs et plein de babioles chinées et l’étage plus axé déco scandinave.

En savoir plus
10e arrondissement
5

Tsé & Tsé associées

Tsé & Tsé associées ont récemment ouvert une nouvelle boutique rue de Sévigné dans le Marais, et elles aiment à penser que la Marquise du même nom aurait flâné de bon gré dans leur antre créatif. Idéalement située à deux pas de la Place des Vosges, la façade de l’enseigne joliment éclairée attire le regard même en période de Noël où les illuminations fleurissent. Les habitués de la boutique rue Saint-Roch retrouvent la patte des créatrices, Catherine Lévy et Sigolène Prébois, ainsi que leur univers décalé et onirique. Ceux qui ne la connaissaient pas entrent sans frapper, curieux de découvrir ce que cache ce panel de couleurs. 

En savoir plus
Le Marais
6

Borgo delle Tovaglie

Recommandé

Caché dans une petite rue du quartier d’Oberkampf, Borgo Delle Tovaglie est le genre d’adresse qu’on aurait aimé connaître plus tôt. Qui d’ailleurs n’a jamais rêvé d’un bout d’Italie dans la capitale ? Eh bien c’est chose faite avec cette enseigne hors norme originaire de Bologne. Une boutique au carrefour du concept-store, de la boutique de déco et du resto italien installée dans une ancienne usine de caoutchouc. Pas moins de 700 m2 pour découvrir le meilleur de l’artisanat et de la cuisine italienne.  

En savoir plus
Oberkampf
7

La Trésorerie

Avec un nom pareil, on ne pouvait que s’attendre à trouver de belles choses. Pari réussi donc pour la Trésorerie, une bien jolie boutique nichée depuis avril dans le vivifiant quartier République, à l’exact emplacement d’une ancienne trésorerie publique. Un large espace baigné de lumière dans lequel on peut trouver toute une armada d’articles de maison : de la cuillère en bois aux luminaires, de l’assiette en grès à la table basse. Un bazar exclusivement habillé de beaux objets respectueux des traditions (on y croise de la vaisselle de Limoges) et de l’environnement (matériaux rapidement renouvelables comme le lin, ou facilement recyclables).

En savoir plus
10e arrondissement
8

BobidaVintage

A une centaine de mètres du métro Robespierre trône BobidaVintage, temple du mobilier scandinave et comme son nom l’indique, de décoration vintage. Superbement aménagée, la boutique impressionne et on ose à peine y entrer tant tout à l’air précieux et relativement cher. Fort heureusement, on s'aperçoit qu'il n’en est rien une fois les portes de la boutique passées. D’abord émerveillés par la qualité des différents éléments (canapés, commodes, lampes, miroirs, chaises…), les amateurs de design seront ensuite charmés par les prix modiques. 

En savoir plus
Montreuil
9

NordBØ

Qui a dit que tout ce qui venait du Nord était froid ? Sûrement quelqu’un qui n’a jamais mis les pieds dans cette charmante boutique, établie non loin de la place de la République. Un concept-store de 20 m2 où l’inspiration scandinave et les tons neigeux n’en rendent pas moins le lieu extrêmement chaleureux. Tout comme les sourires d’Alice et Stéphanie. Ces deux sœurs d’origine allemande, fans de décoration d’intérieur, n’ont pourtant jamais fait d’études de commerce. Graphiste à Paris pour l’une, agent d’acteurs à Berlin pour l’autre, elles ont décidé de s’associer dans leur passion il y a deux ans, en ouvrant ce temple de la « nordic touch » rue des Archives. 

En savoir plus
3e arrondissement
10

Allt

Recommandé

Si vous voulez savoir de quel bois la Scandinavie chauffe son intérieur depuis les années 1950, alors ne manquez pas Allt, bien que tout le monde n’ait pas l’idée d’aller chiner son mobilier dans le 17e. Et pourtant, dans deux espaces séparés mais pas si éloignés qui permettent à l’enseigne d’avoir pignon sur deux rues, des chaises, des tables, plaids, luminaires ou étagères uniques cohabitent le temps d’être enlevés par des amoureux de teck, pieds compas, tapis colorés et bougeoirs démesurés. Charlotte Tassin, basée en Suède, déniche ces trésors suédois ou danois sur place et les expédie à son associé Didier Maréchal, qui les met en scène sans trop en faire.

En savoir plus
17e arrondissement

Les concept-stores

1

French Touche

Recommandé

Après une dizaine d’années rue Jacquemont, c’est désormais dans la très chouette rue Legendre que l’on retrouve la boutique French Touche. Cette « galerie d’objets touchants » nichée au cœur des Batignolles n’en finit plus de nous faire de l’œil. Encore plus grande, encore plus belle, la nouvelle adresse a conservé intacte son identité poétique et originale. On y vient, comme avant, dénicher une broche brodée pour faire sensation (Macon & Lesquoy), s’offrir un joli foulard en soie Douka (130 €) ou se fendre d’un patch thermocollant X-Files signé Jennis Prints (10 €).

En savoir plus
17e arrondissement
2

pa design

Une boule à thé en forme de sous-marin jaune, un tube de peinture pour caler sa porte d’entrée, un dessous de plat Scrabble… Voilà dix-sept ans (dix-sept ans !!!) que la boutique pa design pimente les objets du quotidien et met de la couleur sur nos étagères. Mais avant d’offrir aux Parisiens toute une batterie de bidules pratiques et joliment imaginés, pa design a d’abord été une maison d’édition d’objets, fondée il y a vingt ans (en 1996, donc) par Assia Quétin. Comme un « pied de nez » au mouvement qui faisait à l’époque design de tout, la jeune designer décide de baptiser sa maison d’édition « pa design ».

En savoir plus
9e arrondissement
3

Babel Concept Store

Donnant sur le canal Saint Martin, ce concept store dépôt-vente pour créateurs tendance surprend le chaland par son accueil chaleureux. Babel semble à première vue un repaire mi-bobo mi-hipster (cf. les roues de vélo dans la vitrine…). Pourtant, malgré son positionnement assez haut de gamme, la boutique a clairement quelque chose du cabinet de curiosités. Un supplément d’âme bien appréciable dans un Paris shopping de plus en plus aseptisé. Tee-shirts sérigraphiés passés sous la main de graphistes farfelus entre 35 et 60 €, savons de Marseille, vaisselle déco, tot bags, bijoux neufs et anciens (des années trente aux années soixante-dix), petit Jésus sur la croix, casquettes fleuries… 

En savoir plus
10e arrondissement
4

Place A

Recommandé

En toute rigueur, Place A devrait s'appeler Place à (avec l'accent grave). Le principe de ce concept-store est en effet de laisser place à un créateur, à un accessoire ou encore à un événement (comme une séance de dédicace). Adrien, son jeune et sympathique propriétaire, vous expliquera très bien tout cela. Oui, tout. Aussi bien l'histoire de cette adresse de SoPi (South Pigalle) ouverte en 2013 – et de son e-shop – que celle de cette vidéo Youtube qui l'a « fait connaître au grand public ». Mais ce qu'il vous racontera le mieux, c'est l'histoire de tous les objets qui peuplent son magasin... 

En savoir plus
Pigalle
5

Bibi Idea Shop

Implanté dans la très dynamique rue de Bretagne, la boutique Bibi Idea Shop fait la part belle aux objets concept classiques, gadgets, babioles, mais aussi aux créations déco et habits pour bébés et petits enfants. L’antre parfait pour trouver des idées de cadeaux sympathiques et bon marché (Made in China, me voilà…).  Petits ensembles de vaisselle girly, carnets aux messages emblématiques, sets de table à colorier pour pallier l’éternel « tu attends pour sortir de table », téléphones rétro (neufs) et qui marchent, à 72 €, guirlandes pompom à 30 €… 

En savoir plus
3e arrondissement
6

Bazartherapy

Recommandé

Pascal est architecte d’intérieur. Emanuel féru de mode. Ensemble, ils ont ouvert début septembre 2014 Bazartherapy, une boutique inspirée dans la très vivante rue Beaurepaire. Une sorte de bazar organisé, un royaume du cadeau pour petits et grands, destiné aux gadgetophiles autant qu’aux amateurs de beaux objets. Vous trouverez donc ici de tout : des petites mignonneries japonisantes, du parfum italien, des clés USB en forme de lapin à 10 €, de la craie pour dessiner sur le sol (5,50 €), une bonbonnière en cristal faite en Lorraine, et même des couverts en bambou à 8 €. Le duo compte sur ces étals pas moins de 12 000 références, c’est dire si l’offre est pléthorique.

En savoir plus
10e arrondissement
7

Superflu

Avec son nom, la boutique Superflu affiche clairement ce qu'elle vend : des babioles, des bibelots, des breloques, appelez cela comme vous voudrez. Les deux associées qui tiennent ce magasin ont leur petite astuce pour vous déculpabiliser de dépenser votre argent en futilités. Une citation de Voltaire au mur, imprimée noir sur blanc : « Le superflu, cette chose si nécessaire. » Si c'est un homme des Lumières qui le dit !  En bons philosophes, nous voilà donc sans complexes à l'affût du cadeau le moins utile que l'on puisse trouver à offrir : attrape-toast pour grille-pain (9 €), baguette magique permettant de saupoudrer nos gâteaux de « poussière de fée » (14 €) ...

En savoir plus
17e arrondissement
8

Pop Market

On y vient sans savoir ce que l’on est venu chercher, mais on en ressort toujours avec tout un tas de bric-à-brac. Des petites figurines d’animaux pour son neveu, de la jolie papeterie pour se faire plaisir, des badges à épingler sur un veston ou encore une guirlande lumineuse pour le salon. Un concept-store comme Paris en compte des dizaines, à la différence près que le lieu est suffisamment spacieux pour que l’on puisse y passer une bonne demi-heure sans se cogner à quelqu’un. On y retrouve malgré tout les mêmes créateurs qu’ailleurs : les bijoux à l’or fin de Titlee, les manchettes sophistiquées de Clémence Cabanes, ou encore les rustines drolatiques signées Macon et Lesquoy. 

En savoir plus
10e arrondissement
9

Luka Luna

Technique de séduction ? Luka Luna garde sa part de mystère. On a pourtant mené l'enquête. S'agit-il d'un concept-store ? « Je n'aime pas ce mot, puisqu'il n'y a pas de concept », a répondu sa propriétaire. Que signifie « Luka Luna » ? « Rien », a-t-elle encore soutenu. Ah... « Oui, tous les autres noms étaient déjà pris. » Bon. De surréaliste, cette adresse située à la lisière du quartier des Halles et du Marais n'a pas que le blason. Parmi les centaines de cadeaux et objets de décoration qui peuplent cet endroit, on trouve vraiment d'incroyables bibelots, et à prix très variés. De quoi plaire à tout le monde... Ou à personne. Safari. 

En savoir plus
4e arrondissement
10

Madeleine et Gustave

Des pots de jonquilles sur le perron affriolent notre rétine alors que nous n’avons même pas passé la porte de Madeleine et Gustave et descendu les escaliers qui mènent à un loft où on se verrait bien vivre. Ce concept-store d’objets design épate par la variété des articles et un décor épuré qui s’étend sur trois niveaux et 400 m2. Madeleine et Gustave est initialement un pop-up store ambulant, mais parallèlement à ses boutiques éphémères, la marque a pris ses aises en décembre dernier rue Yves Toudic, près de la place de la République. Les plantes grasses, les cactus et les pétales roses de fleurs vivaces réveillant les sobres vases de designers donnent le ton. De la vaisselle au jardinage, de la déco au mobilier, on a peut-être trouvé en ce lieu une alternative au sempiternel Habitat où l’on se rue toujours pour les cadeaux de dernière minute. Chez Madeleine et Gustave, on n’a d’ailleurs pas spécialement envie de se presser. Aux côtés des soliflores, d’étranges chapelets géants, des bougies et des plateaux surdimensionnés, on fond pour le retour des sabliers colorés, dispersés sur les étals thématisés par couleurs. On peut les embarquer chez soi pour moins de 20 € et certains, massifs, laissent leur sable s’écouler pendant une heure. Pascale Gibert, cofondatrice de Madeleine et Gustave, précise : « Le sablier n’est pas là que pour cuire un œuf, ça peut être aussi un temps défini pour lire une histoire, ou pour faire sa séance de gym. » Avant l’aventure de Madeleine et Gust

En savoir plus
10e arrondissement

Les boutiques pour enfants

1

Poule mouillette

Un magasin de jouets, un salon de thé et des ateliers pour éveiller les sens des bébés, Poule mouillette c'est tout ça : un cadre rassurant où les mamans peuvent passer du temps avec leur(s) bout(s) de chou(x). La boutique est particulièrement intéressante : des mini-instruments de musique côtoient des hochets en coton de création française, des produits d'épicerie fine se disputent l'espace avec des lampes de déco... A l’origine du projet, deux congés maternité simultanés qui ont donné des idées à Isabelle et Amélie. Le concept des deux mamans : créer lieu qui rompe avec l’isolement des parents, nounous et grands-parents qui cherchent des activités à faire avec les enfants. 

En savoir plus
10e arrondissement
2

Balouga

Recommandé

Un éléphant Eames trône dans l’entrée, accompagné de poupées culbuto, d’un daim miniature et d’un nain de jardin qui lève le doigt... Pas de doute, nous voici chez Balouga. Adresse incontournable pour qui aime le design et pas seulement taille adulte. Voilà sept ans que Véronique Cota propose dans sa petite boutique (dépliée sur deux niveaux) une sélection colorée de mobilier, jouets et livres junior (jusqu’à 12 ans). Balouga ? « L’association des premières syllabes de chacun des prénoms de mes trois garçons » raconte la maîtresse des lieux. Ce qui en fait le charme : un savant mélange de contemporain et de vintage. 

En savoir plus
3e arrondissement
3

Millimètres

Concept store pour minipouces, Millimètres navigue entre l'univers du jouet et celui de la décoration d’intérieur adaptée aux enfants. Une boutique très parisienne qui regorge d’idées de cadeaux de naissance ou d’anniversaire, comme les jouets en bois polonais Wooden Story respectueux de l’environnement et de la santé du petit qui met tout à la bouche. Entre autres trouvailles, les tapis de bain Brita tissés en Suède avec du plastique recyclé, ou des vêtements aux motifs animaliers et moustachus. Les emblématiques marques de créateurs jeunesse se volent la vedette sur les étagères, avec notamment April Showers, Donna Wilson, Kiddimoto ou les Enfantillages québécois. 

En savoir plus
4

Bleu comme gris

Bien habiller son enfant peut parfois relever du parcours du combattant. Heureusement de nombreuses boutiques existent pour satisfaire les plus petits comme les plus grands.  Chez Bleu comme gris, on trouve des vêtements pour filles et garçons âgés de 0 à 12 ans. Que ce soit pour la célébration d’un événement (mariage, anniversaire, communion...) ou pour le quotidien, les parents trouveront leur bonheur dans cette enseigne au chic indéniable où coupes travaillées et matières nobles sont à l’honneur.  Vous allez jalouser vos bouts de chou car les collections sont très similaires à celles que l’on peut trouver pour les adultes. Le style n’est pas une affaire d’âge, qu’on se le dise. 

En savoir plus
7e arrondissement
5

Loulou Addict

Recommandé

Si vous avez comme une envie de gâter un bambin, d’impressionner sa maman et de dépenser votre argent de poche en un seul et même mouvement, vous risquez fort de trouver votre bonheur dans les rayons de Loulou Addict. Ici, tout est joli, doux, mignon et un peu cher : c’est le prix à payer pour que l’enfance de l’heureux élu sente le tricot, le bois et la candeur du bon vieux temps. Sans arrière-goût de plastoc, sauce Pokémon. Les motifs rétro, les fleurettes anglaises, les ornements japonisants et les couleurs acidulées molletonnent les rayons de cette boutique spécialisée en déco, linge de maison, art de la table et accessoires à destination des enfants (surtout les filles) et de leurs manmans. 

En savoir plus
Bastille
6

Le Petit Dressing

A la frontière entre le dépôt-vente et concept store, le Petit Dressing pour bébés et enfants décline de nouvelles collections à chaque saison. Depuis quelques années la gérante Morgan s’évertue à sélectionner avant tout ce qui se vend, c’est à dire ce qui plaît ! Et l’on peut dire qu’il y a du monde qui se presse dans la petite boutique… Entre les poussettes, Morgan fait gaiment ses allers-retours pour trouver la perle à la bonne taille (« S’il vous plaît, c’est du quel âge ? Du 12 ans. Oh mer… !!! ») Les amoureux de la mixité et de la parité dans l’usage des coloris pourront crier hourra ! Exit l’éternelle division bleu et rose, les mini-vêtements sont uniquement classés par tailles.

En savoir plus
17e arrondissement
7

Durififi

Pont de Neuilly. En ce début février, on voit de loin le soleil éclairer la cime de l'arche de la Défense. A l'Ouest, presque au bout de la ligne 1, la boutique de Sophie Bousquet joliment nommée Durififi colore un quartier peuplé de bureaux et d'appartements beaucoup trop chers. Une adresse imaginée il y a quatre ans et qui déborde de jouets, de chaussons miniatures, de puzzles et autres choses mignonnes. Un royaume où les moins de 8 ans sont rois. Il faut dire que côté fringues, Sophie a mis la barre haut : pull Blune (50 €), chaussons Le Collégien, bonnet les Lutins (60 €) et chemises Carrément beau (50 €) : des prix un brin élevés mais des trésors originaux, de qualité et souvent signés par des créateurs français. 

En savoir plus
8

La Prunelle de mes Yeux

Rangez votre carnet de chèques, la Prunelle de mes Yeux n'a rien à voir avec un cabinet d'ophtalmo. A deux pas de la déjà très charmante boutique de jouets et de livres pour enfants Les Cousins d'Alice, cette non moins jolie vitrine pour jeunes bambins attire l’œil avec sa devanture pleine de tutus et de paillettes. Installée depuis mars 2015 dans la pétulante rue Daguerre, la boutique d’Emilia Ayral surfe sur la tendance « happy mama ». Ici, vous trouverez tout ce qu’il faut pour « vos prunelles », comprenez vos bébés ou ceux de vos copines. Au menu de cette boutique toute douce, langes et bavoirs signés Les Lutins, boîtes à musique Barnabé aime le café, miroirs April Eleven (49 €) et Sonny Angels à collectionner (9,50 €). 

En savoir plus
14e arrondissement
9

Gloss and Milk

Gloss and Milk s'offre à nous comme une boutique de déco et jouets pour enfants tendrement acidulée. Avec son goût clairement affiché pour la délicate naïveté du monde des tout petits et un sens esthétique très pastel, la boutique s’adresse avant tout aux mamans. Objets utilitaires et éléments décoratifs plutôt féminins se côtoient dans une large gamme de prix. Coloriages géants, stickers montgolfière, étoiles autocollantes, papier peint croissants de lune ou Liberty parisien, vous trouverez certainement de quoi créer un nid douillet à votre petit poussin. 

En savoir plus
17e arrondissement
10

Botou

Situé en plein cœur du 9e, le magasin de chaussures pour enfants Botou chausse les tout petits pieds avec des marques de qualité. Exit le made in China, puisque presque tous les modèles sont fabriqués en Europe. On retrouve les souliers d’antan aux côtés de formes plus modernes : mocassins, ballerines, bottines, bottes Aigle, Bensimon et baskets Hummel super cools (c’est quand même trop chou un skateur de 2 ans !). Un vaste choix de marques est proposé avec notamment Brilla, Ocra, Tip Toey Joey ou encore Pom d’Api. Forcément, les produits de qualité venus du Portugal, du Danemark ou d’Italie ont un coût : les chaussures d’hiver coûtent entre 70 et 130 €, et les paires d’été entre 50 et 90 €.

En savoir plus
9e arrondissement

Les boutiques de bijoux

1

Clémence Cabanes

Des bracelets dorés à l’or fin, des broches en pétale de cuir, des pochettes couleur pastel et des serre-tête plumes… Depuis huit ans, Clémence Cabanes signe des bijoux intemporels pleins de poésie et d’élégance.  Après des études dans une école de stylisme et une courte incartade dans la mode textile, Clémence lance sa marque éponyme. « L’idée, c’était de créer des choses dont j’avais envie mais que je ne trouvais pas. Mais aussi de gérer de A à Z, sans avoir à dépendre des fournisseurs, des couturiers et d’une logistique compliquée. »

En savoir plus
12e arrondissement
2

Hazar and co

Recommandé

Des murs immaculés au milieu desquels trois pétillantes trentenaires proposent toute l’étendue de leur fantaisie. Bienvenue chez Hazar and Co ! Cette boutique, c’est d’abord l’idée d’Anne-Cécile. La créatrice avait envie de partager son univers ethnique et poétique. Son créneau : bijoux et accessoires. Bagues, colliers, bracelets, serre-tête – et bien plus encore – qu’elle mélange savamment au cuir, au textile ou au papier. Tout cela côtoie les matières nobles et les coupes confortables de la griffe Ekicé, derrière laquelle se cache Cécile. Un style résolument tourné vers le Japon. C’est d’ailleurs là-bas qu’elle déniche la plupart de ses tissus. 

En savoir plus
14e arrondissement
3

Dante & Maria

Recommandé

Décidément, les bonnes adresses sont légion au bord du canal Saint-Martin. La preuve encore avec 'Dante & Maria', boutique insolite pleine de caractère dans la très sympathique rue de la grange aux belles. Aux commandes de ce cabinet de curiosité/galerie à ses heures, la talentueuse Agnès Sinelle, diplômée du Studio Bercot, autrefois chez Givenchy et Karine Arabian. « Je suis passionnée par les artisans à Paris, et j’avais envie de commerce de proximité, de m’installer dans un quartier », explique la créatrice. 

En savoir plus
10e arrondissement
4

L'Atelier Haut Perché

Direction le paradis qui monte chez les « hispters à tendance artistique » : j'ai nommé les Batignolles. Déco minimaliste, parquet brut, éclairage blanc... On se croirait bel et bien dans un minuscule atelier d'artiste. Une boutique pleine de couleurs dans laquelle on passe un temps fou à tout observer et à tout essayer (bagues, pin's, broches, tours de tête...) tout en discutant du quartier ou de la pluie et du beau temps avec la créatrice. Les bijoux et accessoires d'Aliénor vont du relativement classique au plus original, comme les boutons de manchette à l'effigie de Sherlock Holmes (avis aux amateurs du 221B Baker Street). 

En savoir plus
17e arrondissement
5

Mimilamour

Recommandé

La chose est assez rare pour être soulignée : ce n’est pas tous les jours que l’on croise une marque de bijoux créée par un homme ! Derrière Mimilamour se cache ainsi Gérard Gourdon, créateur poétique, autrefois directeur de création à ELLE Asie. Un homme charmant qui s’inspire de ses voyages et du quotidien pour proposer des collections de bagues, colliers et joncs faits à Paris et qui respirent l’amour et la joie de vivre. Dans ce showroom décoré de miroirs géants et de rideaux brillants, les bijoux jouent sur tous les tableaux : à la fois très simples comme le jonc en laiton plaqué or à 99 € frappé d’un mot en hashtag (#saimer, #sépanouir)... 

En savoir plus
Canal Saint-Martin
6

Thanks

Recommandé

Trouver un cadeau pour les autres ou pour soi sans engraisser une marque qui n’a pas tant que ça besoin de nos derniers sous, c’est vite plié chez Thanks, boutique à la curation méticuleuse, ouverte dans le So-Pi en février 2015. Ce concept-store où l'on s’attarde avec plaisir flatte les budgets serrés tout en valorisant le travail d’une trentaine de créateurs de décoration et bijoux, particulièrement français et belges. Le jeune fondateur de la boutique en est un lui-même : Arnaud Soulignac dessine depuis neuf ans des bijoux en origami d’animaux, des cygnes aux lapins, avec son associée Claire Naa, dont le dernier projet de joaillerie en braille est exposé dans la boutique. 

En savoir plus
9e arrondissement
7

Les Saintes Chéries

Petite boutique de décoration d’intérieur et de jouets pour enfants, les Saintes Chéries est installée depuis 2010 dans un petit bout de quartier qui n'en finit plus de prendre du galon. A deux pas de la mairie du 10e, la gérante peut surveiller de sa chaise le bal des écoliers, des musiciens du conservatoire et des caddies qui s’activent devant le marché couvert Saint-Martin. Univers pastel féminin et enfantin, gentiment fleuri et légèrement décalé. Les marques classiques côtoient de petits créateurs : sacs Nat&Nin, décorations danoises Bloomingville, et autres créations Anne Thomas, Invasions Ephémères, Mon Petit Art, ou encore Pip Studio. 

En savoir plus
10e arrondissement
8

SoWeAre

Des concept-stores à Paris, il y en a à la pelle. Des boutiques girly qui sentent bon la bougie parfumée, et qui proposent indifféremment bijoux romantiques, foulards chatoyants et objets de déco originaux. Dans ce domaine, la boutique de Magali et Hélène, SoWeAre, ne fait pas dans le révolutionnaire. Ici, un peu comme ailleurs, on trouve de beaux sautoirs, des mugs mignons, une jolie sélection de maroquinerie et bien sûr de quoi s’habiller. Si tous les concept-stores se ressemblent, alors pourquoi faire un détour rue de Charonne ? Parce que même si de loin, tout vous semble familier, SoWeAre n’est pas tout à fait celui que l’on croit. 

En savoir plus
11e arrondissement
9

Nils Avril

Chez Nils Avril, marque déposée par la créatrice Emmanuelle Labonne, la simplicité des bijoux et la finesse des chaînes nourrissent un univers tendre et élégant. Inspirées de la nature, du monde des elfes et des fées, les pièces proposées semblent en avoir extrait les formes les plus pures et rappellent sous certains aspects les estampes japonaises. Des collections très féminines, discrètes mais savamment rehaussées par des rouges et des verts profonds. Ces bijoux fantaisie contrastent avec l’idée de mauvais goût qu’on leur associe si souvent... Eh oui, Nils Avril c’est bien le contraire du clinquant ! 

En savoir plus
11e arrondissement
10

Médecine douce

A deux pas de Chez Prune, en plein milieu de la rue de Marseille, coincée entre Maje, A.P.C. et Claudie Pierlot, Médecine douce ne fait pas tache. Cette boutique de bijoux présente en effet les mêmes enseigne et vitrine épurées que ses voisines, comme pour ne pas perturber l'équilibre fraîchement branchouille du quartier. A l'intérieur, les murs blancs et gris et l'absence totale de décoration donnent au lieu un charme aseptisé et parviennent à rendre compte, déjà, de la fragilité et de la préciosité des bijoux exposés. Car toutes ces créations sont bien issues de la même femme, Marie Montaud. Si elle lance sa marque en 2000, son magasin n'ouvre qu'en 2007, avec l'avantage de s'être déjà bien fait connaître auparavant. 

En savoir plus
10e arrondissement

Les boutiques de mode masculine

1

La Garçonnière

Ne vous fiez pas à l’arrogance de son nom, La Garçonnière n’a pas grand-chose à voir avec ce lieu de perdition où autrefois les hommes mariés perdaient la raison. Ici, il est d’ailleurs plutôt question d’habiller que de déshabiller... Marché de créateurs éphémère, La Garçonnière a finalement décidé de prolonger la période de Noël avec une adresse en dur dans le quartier du Sentier. Même ADN que lorsque la boutique était provisoire : du prêt-à-porter et des accessoires de créateurs, quelques objets lifestyle et un coin épicerie gourmet dans un écrin minimaliste et raffiné. 

En savoir plus
2e arrondissement
2

Sauver le monde des hommes

Recommandé

Force est de constater que la mode masculine est à la mode en général ce que Donald est à Picsou : un parent pauvre. Peu de boutiques, peu de choix, peu d’audace. Alors quand bien même Sauver le monde des hommes ne révolutionne pas le genre, on ne peut que saluer sa récente naissance. Ici, on trouvera surtout des classiques de l’élégance XY, symbolisés par les intemporels Stan Smith (95 euros) ou la marinière Saint James (69 €), par exemple. Grâce à ces « basiques », comme on dit dans le milieu, les néophytes peu habitués au shopping peuvent se refaire une garde-robe sans y passer des heures. 

En savoir plus
10e arrondissement
3

Edwin

Si la marque de prêt-à-porter ne s’est installée à Paris qu’en octobre 2013, Edwin existe au Japon depuis plus de soixante ans. Passionné de denim américain, son créateur M. Tsunemi a d’abord commencé par importer des jeans des Etats-Unis, avant de se lancer dans la fabrication en 1961. Devenu une référence ultime en la matière, Edwin cartonne dans son pays natal, laissant l’international Lee Cooper bien derrière. Encore peu connue en Europe, la marque nippone est présente dans un nombre limité d’adresses et mise sur sa réputation bien établie pour se faire connaître. Après Londres, c’est donc à Paris, rue de Charonne, que la griffe tokyoïte a élu domicile. 

En savoir plus
11e arrondissement
4

WAIT

Recommandé

WAIT est une bouffée d’air frais en plein cœur de la capitale. Ici, ça sent bon la Californie, le sable chaud et les vagues salées de l’été. Spécialisée dans le surf, cette boutique est tenue par les deux créateurs de la marque de lunettes 100 % bois Waiting For The Sun, Julien Tual et Antoine Mocquard. Mais implanter un surf shop à Paris, là où le béton règne en maître, n’est-ce pas un peu paradoxal ? « Finalement, on s'aperçoit au fil du temps que Paris est plein de surfeurs en herbe, analyse Julien. Des surfeurs qui dégainent leur planche dès que la houle tape Cherbourg, ou qui profitent de l'été landais. » 

En savoir plus
3e arrondissement
5

Ami Paris

Si le Normcore devait avoir une marque emblématique, elle s’appellerait sans aucun doute AMI, d'Alexandre Mattiussi, un créateur de talent au bonnet parfois rouge (emblème de l’enseigne) qui remet la mode masculine au goût du jour, grâce à des collections simples et efficaces.  Les mannequins issus de ses défilés ou de ses campagnes de pub reflètent la société, moderne et actuelle. Pas de fioritures ni de superficialité, juste de l’honnêteté. Chose rare dans le monde du prêt-à-porter, mais qui existe bien, comme nous le prouve l’enseigne avec un vestiaire à la fois urbain, chic et minimaliste pour les hommes (et parfois les femmes) qui aiment ce qui se porte facilement.

En savoir plus
3e arrondissement
6

Beaubien

Recommandé

Depuis la devanture, le pull Babar x Soulland exposé en vitrine intrigue le passant. A la fois incongru et looké, il impose sa patte et annonce sans ambiguïté l’esprit de la boutique. Un vestiaire restreint, sélectionné avec soin par le propriétaire des lieux Julien Bouzereau, autrefois chez Carven et Maison Kitsuné. « Beaubien, c’est un clin d’œil à mon temps passé à Montréal. C’est le nom d’une station de métro là-bas. J’ai toujours été fasciné par la ville dans son ensemble et par les marques japonaises qui mixaient des mots français entre eux pour baptiser leurs griffes. » Ligne épurée, sportswear sophistiqué, matériaux nobles : la garde-robe Beaubien se veut à la fois élégante, subtile et robuste. 

En savoir plus
3e arrondissement
7

The Nines

Boutons de manchettes, nœuds papillon, chaussettes, foulards... Messieurs, tout l’attirail du parfait petit dandy se trouve actuellement au 162 rue du Faubourg Saint-Honoré, chez The Nines. « Tout a commencé en Suède il y a cinq ans, explique Erwan un des deux fondateurs, avec l'ouverture de la boutique en ligne de La Maison du Bouton de Manchette, le premier site français spécialisé en boutons de manchette. » Alors qu’Erwan et son associé Renaud travaillent à Stockholm, ils découvrent des modèles complètement fous de boutons de manchette, des modèles qui sont à des années-lumière de l'image classique et poussiéreuse que nous en avions. 

En savoir plus
8e arrondissement
8

The Superette

Attention, The Superette est un nom trompeur : vous ne verrez pas dans ce magasin le moindre kilo de tomates. En revanche, vous pourrez y faire un petit ravitaillement de streetwear masculin. A vos caddies messieurs, vous trouverez ici le b.a.-ba du look hipster-skater-urbain : casquettes et bobs, sneakers, sacs à dos, sweat-shirts, tee-shirts et quelques accessoires comme des porte-clefs ou des coques rigolotes pour iPhone. Quant à vous mesdemoiselles, vous n'aurez donc qu'à vous habiller « boyfriend »... Ou bien faire vos emplettes dans les nombreuses autres adresses du quartier : l'étroite rue Vauvilliers où cette enseigne a vu le jour fin 2011 relie les Halles à la très commerçante rue Saint-Honoré. 

En savoir plus
Les Halles
9

La Comédie Humaine

Décidément, les hommes sont de mieux en mieux lotis en matière de mode dans la capitale. La Comédie Humaine, au cœur de République, leur rend hommage à travers une ligne de vêtements très chic soulignée par une pointe de modernisme. Le nom fait référence à l’œuvre majeure d'Honoré de Balzac, amoureux émérite de l’habit et de l’esthétisme. Un nom sur mesure donc qui fait référence à l’univers de l’écrivain mondialement connu, et qui rime avec élégance et savoir-faire à la française. La boutique s’appréhende un peu comme un musée où l’on (re)découvre une décoration digne d’un roman du XIXe siècle.

En savoir plus
République
10

El Ganso

Coupes british élégantes, cocktail de teintes espagnoles, nous voilà bien chez El Ganso ! Imaginez les tissus à carreaux et les cardigans du Prince de Galles, ajoutez des coloris « feria » ici et là et le tour est joué. Le style de la marque se reconnaît de loin et s’appuie sur des valeurs sûres. Si les boutiques d’Etienne Marcel et de Passy sont également pour les femmes, celle du Marais s'adresse exclusivement aux hommes. Baskets, tenues sportswear de qualité, costumes bien coupés, cols relevés, effets fausse ceinture de couleur et protège-coudes… faites votre choix. Cette marque espagnole a été créée par deux jeunes, inspirés par le style vestimentaire de leur oncle émigré en Angleterre. 

En savoir plus
4e arrondissement

Les épiceries et autres gourmandises

1
J'aime

Balibert

Des rillettes des Landes, de la terrine de canard à la truffe, du Château Le Bernat 2009... Derrière une jolie devanture vitrée, le cœur du terroir bat fort. Imaginée par Bertrand et Alice (Balibert, donc) en mai 2013, la minuscule épicerie de 13 m2 a poussé les murs et inauguré en septembre dernier son nouvel espace, au même endroit mais trois fois plus grand. Résultat, plus de confitures, plus de vins, plus de gourmandises... Des trouvailles gustatives que les deux anciens étudiants en économie, originaires de Toulouse, dénichent aux quatre coins de la France. 

En savoir plus
10e arrondissement
2
J'aime

Kilikio

Certaines personnes peuvent passer des heures à fouiner dans des magasins de fringues, tandis que d’autres assouvissent leur passion pour le shopping en caressant des avocats de Crête, en sniffant des agrumes de Laconia ou en reluquant de la fêta maturée dans un fût en hêtre. Pour cette seconde catégorie, Kilikio, petite épicerie grecque à la devanture d’un si joli bleu qu’on y plongerait, pourrait bien devenir une nouvelle drogue dure. Avec ses oliviers à l’entrée, ses murs recouverts de mosaïques bleu-vert en tissu – déclinaison des couleurs de la mer Egée...

En savoir plus
3e arrondissement
3
J'aime

La Grande Epicerie de Paris

Recommandé

Le temple du bon goût se situe au rez-de-chaussée du magasin multimarques Le Bon Marché, rive gauche de Paris. Boulangerie, pâtisserie, charcuterie, boucherie et fromagerie vous feront succomber à la tentation gourmande ! Attention : les prix dépendent toujours de l'âge et de l'origine du produit, donc de sa qualité. Vous pouvez donc très bien acheter un délicieux macaron pistache pour deux euros et des poussières, tout comme vous pouvez dépenser une somme astronomique pour une bouteille d'huile d'olive. L'atout principal de la Grande Epicerie : l'incroyable diversité et exclusivité de ses produits. 

En savoir plus
7e arrondissement
4
J'aime

La chocolaterie Cyril Lignac

Ce coin un peu excentré du 11e arrondissement commence à être sérieusement estampillé « Cyril Lignac ». Après son bistrot Le Chardenoux rue Jean Vallès et sa pâtisserie éponyme rue Paul Bert, c'est aujourd'hui la chocolaterie Cyril Lignac qui voit le jour rue Chanzy. Un grand et bel établissement que l'on repère de loin grâce à sa devanture bleu marine. A l'intérieur, on navigue entre tradition et modernité : carrelage d'époque et grandes tables bistrots côtoient les enseignes en néon et cartes imprimées directement sur le mur. Plus qu'une boutique, la chocolaterie fait aussi salon de thé. 

En savoir plus
11e arrondissement
5
J'aime

Fromages et ramage

Fromages et ramage, une fromagerie typique à la gérance atypique dans laquelle les grands classiques (à des prix raisonnables) côtoient des chèvres et des brebis fumés – ou saupoudrés d’herbes et d'épices – ainsi que des buchettes de Provence, de la tome aux fleurs sauvages, des crottins de chavignol, du gouda aux truffes ou encore de la burrata bien fraîche. Votre regard pourra également s’arrêter sur quelques lignes de Thoreau ou Genet car ici il y a des livres posés près du comptoir ! Et au mur, Bashung et Charlie Hebdo surveillent la qualité des frometons du coin de l’œil. 

En savoir plus
18e arrondissement
6
J'aime

Dada

Des babas cool au teint pâle et maladif arpentent lentement de petites allées de fruits et légumes déprimantes, tandis qu’un caissier neurasthénique discute avec une vieille dame sur la fin du monde qui approche. C’est l’image que vous avez d’un magasin bio ? Vous datez sérieusement (et vous avez de ces idées, franchement, un caissier neurasthénique !). Il suffit de passer devant la majestueuse façade de Dada, boutique Biocoop qui a ouvert fin septembre 2015 rue de Paradis dans le 10e arrondissement, pour s’apercevoir que les choses ont bien changé en la matière. 

En savoir plus
Par Emmanuel Chirache
7
J'aime

Causses

Haut lieu de la mode et du design, ce coin du 9e surnommé depuis peu SoPi (pour « South Pigalle ») a vu en quelques années ses rues se peupler de boutiques vintage et de restos conceptuels. Un quartier en vogue qui résiste tant bien que mal à la horde de touristes venus photographier le Sacré-Cœur. Pas étonnant donc d'y trouver Causses. Magasin branché s’il en est, cette boutique d’alimentation générale imaginée par Alexis Roux de Bézieux, n’a pourtant rien de commun avec l’épicerie du coin. Sel fumé au goût de Lapsang Souchong, crème de Salidou ou encore thon d’Ortiz, vous ne croiserez ici aucun additif alimentaire synthétique mais des aliments sains et des producteurs locaux. 

En savoir plus
9e arrondissement
8
J'aime

El Tast

Oubliez la Leffe et les olives vertes pour l'apéro. Tirez un trait sur les cacahuètes huileuses et les gâteaux apéro mollassons. Visez plus haut, pensez lomo, cecina et jamon Trévelez, et imaginez le tout accompagné d'une Pale Ale brassée dans votre quartier. Bonne nouvelle pour les amateurs de chorizo bellota, le plateau de charcuterie vit actuellement une nouvelle jeunesse du côté de Jules Joffrin. C'est là, à quelques pas de la mairie du 18e, que quatre jeunes hommes dans le vent (deux Espagnols, un Mexicain et un Français) ont ouvert leur charcuterie et cave à bières El Tast. 

En savoir plus
18e arrondissement
9
J'aime

Popelini

Recommandé

Ne nous voilons pas la face, le choix de cette boutique répond sans aucun doute à un effet de mode. Cette même tendance qui tend à rendre tout ce qui est sucré et rose bonbon tendance. Après les cookies, les macarons, les cupcakes, voilà donc que la fashion se pique de choux à la crème. Et plus précisément de ceux de Lauren Koumetz. L’élève de Christophe Michalak, excusez du peu, a ouvert en 2011 sa pâtisserie monomaniaque en plein haut Marais : Popelini, en hommage au créateur italien de la pâte à choux. De petites douceurs garnies à la griotte, coiffées au citron, au caramel, à la pistache et à la texture crémeuse. 

En savoir plus
3e arrondissement
10
J'aime

Le Boulanger de Monge

L'histoire de cette boulangerie est inexorablement liée à celle de son quartier. En 1999, le Boulanger de Monge reprend en effet le flambeau de Monsieur Louis, artisan qui fournissait depuis des décennies baguettes et croissants chauds aux habitants des Gobelins et de la rue Mouffetard. La tradition, la proximité et le savoir-faire artisanal sont restés les trois ingrédients secrets de cette boulangerie. Aujourd'hui, c'est Marc Barbonnat, ancien bras droit de Michel Moisan, issu de la prestigieuse école Ferrandi, qui a pris les commandes de la boulangerie et Pierre Marandon, ancien propriétaire de la légendaire Bonbonnière de Buci, qui s'occupe de la pâtisserie. 

En savoir plus
Jardin des Plantes

Les librairies et papeteries

1

Violette and Co

Recommandé

Voici une librairie pas tout à fait comme les autres. Installée sur plus de 80 m2, Violette and Co ne vend pas des livres pour le seul plaisir de la lecture, mais dans un but militant. Sur ses étalages, point de romans à l’eau de rose ni d’essais distraitement misogynes, mais des textes qui mettent en valeur les femmes et l’homosexualité. Féministe, donc ? Absolument, mais surtout sociétale. On y trouve dès lors des essais sur le viol (‘Viol(s) comme arme de guerre’ de Vanessa Fargnoli), sur l’homophobie (‘Lettre à une amie hétéro : propos sur l'homophobie ordinaire’ de Paula Dumont) sur l’adoption, la religion, les relations homme/femme ou encore la déportation. 

En savoir plus
2

Delfonics

Recommandé

C’est en 1987 que le Japonais Tatsuro Sato fonde sa papeterie de luxe Delfonics. Un espace pour les irréductibles amoureux du duo papier/crayon et les fervents détracteurs du tout numérique. Cahiers blancs, classeurs bien rangés et stylos à la pointe fine en tête de gondole, la marque met un point d’honneur à proposer des objets au design minimaliste et aux matières résistantes (lin, rayonne, canvas, cuir et résine). Un style qui mélange créations nippones et inspirations européennes, ici les carnets à spirale se surnomment Rollbahn et les agendas à carreaux Emile.  

En savoir plus
1er arrondissement
3

Le Monte-en-l'air

Recommandé

En face de l'église Notre-Dame-de-la-Croix, le Monte-en-l'air trône sur une petite place cernée d’arbres et de bancs. Les rayons délicieusement chaotiques de cette librairie éclectique débordent de livres en tous genres. Les arts graphiques sont particulièrement bien représentés, tout comme les ouvrages alternatifs, politiques, étranges et inhabituels. Le fonds consacré à la bande dessinée indépendante, à la jeunesse et à la micro-édition (fanzines, imports, sérigraphies...) est devenu au fil des années l'un des plus impressionnants de la capitale. 

En savoir plus
20e arrondissement
4

Shakespeare & Company

Recommandé

Bienvenue dans le lieu de prédilection des passionnés d'écriture et d’écrivains en tous genres. Depuis 1951, Shakespeare & Company est un lieu de rencontres et d'échanges incontournable pour les amoureux de littérature. Quand George Whitman, propriétaire des lieux, collectionnait les livres en langue anglaise qu'il prêtait de temps en temps à ses amis, il ne se doutait pas que sa passion ferait de Shakespeare & Company la meilleure librairie parisienne pour lecteurs anglophones. La styliste Olympia Le-Tan y trouve également de l'inspiration pour ses minaudières, des boîtes en forme de livres faites main. 

En savoir plus
5e arrondissement
5

Chantelivre

Recommandé

Chantelivre, c’est tout simplement la première et la plus grande librairie jeunesse à Paris. L’histoire commence en 1974, lorsque l’Ecole des Loisirs — à l’époque presque seule sur le marché de l'édition jeunesse — inaugure Chantelivre, dans le quartier de Saint-Germain- des-Prés, afin d’offrir pignon sur rue à ses ouvrages, déjà fort plébiscités par les professionnels de la petite et de la grande enfance. Depuis, le magasin s’est ouvert aux nouveaux éditeurs, et possède un catalogue presque exhaustif de la littérature jeunesse (75 % sur un total de 50 000 titres en magasin). 

En savoir plus
Saint-Germain-des-Prés
6

Librairie Parallèles

Recommandé

Comme son nom ne l’indique pas, la librairie Parallèles est peut-être plus connue pour ses bacs gorgés de CDs et vinyles en fond de magasin que pour ses rayonnages de livres, au demeurant forts intéressants (n’hésitez pas à feuilleter les beaux-livres sur la musique ou les nombreux fanzines au passage). Tandis que la plupart d’entre nous vont à la Fnac pour trouver les dernières nouveautés à des prix exorbitants, certains préfèrent passer chez Parallèles. Et pour cause : on y trouve souvent des albums neufs et emballés à moins de la moitié du prix. A dominante rock, le stock bouge régulièrement...

En savoir plus
1er arrondissement
7

Atelier Nota

En poussant la porte de l’Atelier Nota, un air familier nous vient en tête : « Laiiisseez paaarler les p'tits papiers, à l’occasion papier chiffon. Puissent-ils un soir papier buvard… » Vous en avez pour la journée ! Vous l’ignoriez peut-être mais la papeterie est une passion dangereuse. Si l’on connaît mal le profil des « papierpathes », on sait que la seule vue d’un carnet customisé déclenche chez eux la même charge d'adrénaline qu’un verre de Coca chez un Américain. Les signes qui ne trompent pas : un œil luisant au simple toucher d’un papier calque, une oreille qui frétille aux sons des mots « correspondance », « sérigraphie » ou plus irrésistible encore, « étiquettes autocollantes ». 

En savoir plus
18e arrondissement
8

L'Eau et les rêves

Recommandé

Que donne l’association d’un marin et d’une éditrice ? Une péniche-librairie, bien sûr. Tirant son nom d’un essai de Gaston Bachelard publié en 1942, L’Eau et les rêves a retrouvé en septembre 2014 son port d’attache du quai de l’Oise, après une première ouverture en avril et quelques mois de navigation forcée (la demande croissante d’emplacements le long du canal n’aidant pas). La curieuse échoppe bénéficie depuis d’une situation plus stable et d’horaires fixes, qui devraient lui permettre d’enfin se faire un nom – et peut-être même quelques vagues. 

En savoir plus
19e arrondissement
9

Gibert Joseph

Recommandé

Tous les étudiants parisiens connaissent cette enseigne, située au numéro 30 du boulevard Saint-Michel dans le Quartier latin. Pendant des heures entre deux cours, ils ont tous flâné au moins une fois dans ses rayons d’environ 6 500 m2 (en ajoutant la papeterie), que ce soit à la recherche d’un livre d’occasion, d’une bande dessinée ou juste de bonnes idées de lecture. Il faut dire que le magasin est bien achalandé sur six étages, notamment en sciences humaines, en livres scolaires et en littérature, même si on y trouve de tout. Depuis sa création en 1915 par Joseph Gibert, cette librairie s’est spécialisée dans l’occasion, une tradition qui perdure aujourd’hui et qui lui a permis d’attirer la clientèle désargentée des universités. 

En savoir plus
La Sorbonne
10

BHV Marais

Vous pensiez tout connaître du centre historique de Paris ? Détrompez-vous : vous pouvez désormais ajouter le BHV Marais à votre shortlist. Cette caverne d’Ali Baba de 45 000 m2, à quelques pas de l’Hôtel de Ville, a été entièrement restaurée à l’été 2014 et semble bien partie pour devenir le grand magasin préféré des Parisiens. Vous y trouverez facilement tout ce dont vous aurez besoin, à moins que vous ne cherchiez une combinaison spatiale ou une paire de skis. 

En savoir plus
4e arrondissement

Les boutiques de créateurs

1

L'Appartement Sézane

Fièrement installée depuis octobre 2015 à l'angle des rues Saint-Fiacre et des Jeûneurs, la toute première adresse Sézane propose aux Parisiennes d'un jour ou de toujours de venir essayer les trésors confectionnés par Morgane Sézalory, en vrai. Escarpins Django aux pieds, sac Clark à l'épaule et pochette en cuir sous le bras. Si l'écran vous empêchait parfois de céder à la tentation et de faire griller votre carte bleue des deux côtés, dans le somptueux loft niché dans le 2e arrondissement, l'affaire semble légèrement plus compliquée. Tout a d'ailleurs été pensé pour que vous vous sentiez bien, à l'aise, comme chez vous. 

En savoir plus
2e arrondissement
2

Klin d'œil

Après nous avoir fait fondre la rétine lors de sublimes marchés de créateurs, au Trabendo, au Pitchfork ou encore au Carreau du Temple, Klin d’œil pose ses valises remplies de jolis objets rue Deguerry. On retrouve avec plaisir les sœurs Capman, Emilie et Virginie, dans leur nouveau cocon ouvert en un battement de cils le 15 janvier dernier. Une boutique-galerie conçue par les jeunes architectes Heju (Hélène Pinaud et Julien Schwartzmann) et dans laquelle on retrouve leur univers décalé et poétique. 

En savoir plus
11e arrondissement
3

Ambrym

Le 6 août 2014, la jolie boutique de créateurs Ambrym s’installait rue des Vinaigriers dans le 10e. Un quartier taillé pour cette griffe douce et eco-friendly imaginée par deux copines qui se sont rencontrées sur les bancs de l'ESMOD. Si elles gèrent ensemble leur boutique parisienne, « Ambrym, c’est d’abord Gabrielle », raconte Marion. Car c’est du côté d'Ambrym, une île de l’archipel du Vanuatu qu’elle a grandi. Après une année passée dans le 12e, rue Crozatier, Gabrielle et Marion ont finalement trouvé le quartier idéal pour promouvoir leur ligne de vêtements et de bijoux. 

En savoir plus
10e arrondissement
4

Bouclard

On ne vient pas par hasard au Bouclard. On sait bien avant de frapper à la porte de ce lieu unique ce que l'on est venu y chercher. Du prêt-à-porter haut de gamme quasi introuvable ailleurs (ou dans quelques concept-stores parisiens triés sur le volet).Cinq marques qui ont, pour certaines, déjà fait parler d'elles ; mais qui veulent un écrin de choix pour faire vivre leurs créations. Car chez Bouclard, on ne fait pas que distribuer de belles pièces, on accompagne les créateurs, on fabrique les produits...

En savoir plus
5

French Trotters

Recommandé

Avec son nouveau flagship store ouvert le 25 août 2012, French Trotters assume ses ambitions et prend de l’ampleur. Pas moins de 200 mètres carrés d’espace chic et soigné, qui remplacent l’ancienne boutique située quelques mètres plus loin au 116 rue Vieille du Temple, et regroupent toutes les facettes de ce concept-store créé par Carole et Clarent Dehlouz en 2005. On y trouve donc à la fois des produits cosmétiques, toujours très tendance : des bougies au savon en passant par le gel douche ; du linge de maison et du mobilier : housses, taies, coussins, nappes, tabourets, tables basses ; enfin des revues et des magazines dédiés à la photo, à la décoration, la mode ou bien les plantes. 

En savoir plus
6

Paulie and me

Avant tout, Paulie and me, c'est une histoire. Celle de Lilia et Paul. Elle est parisienne, passionnée de mode, lui expatrié venu de New York. Ensemble, ils décident de monter leur « incubation store », une boutique-tremplin pour les jeunes créateurs. Paulie and me (surnom de Paul, donc) était née, une très belle surface où retrouver designers, joailliers et autres stylistes. En vitrine, différentes collections de bijoux, de maroquinerie, de chaussures et vêtements s’exposent ainsi pour une durée de trois à six mois.

En savoir plus
1er arrondissement
7

Les Voltigeuses

Recommandé

Camille et Eugénie, créatrices et cousines, avaient une envie commune : une petite boutique de mode feutrée et épurée, au cœur d’un quartier « boboïsé ». C’est chose faite avec les Voltigeuses, un endroit plein de goût et de jolies trouvailles. Dans de petites cages à oiseaux en bois : des bijoux bleus pour les cheveux, des boucles d’oreilles en forme d’ailes et des bracelets de tissu violet. Au-dessus des rangements de bois vieilli, des portants colorés, dans des tons pastel, avec des touches de doré. 

En savoir plus
10e arrondissement
8

Atelier Couronnes

A l’origine de l’Atelier Couronnes, concept-store et atelier dont les quartiers se situent rue du Château d’Eau, deux amies créatrices des marques de bijoux et de maroquinerie Louise Damas et Fauvette Paris. Après avoir participé à des salons et boutiques éphémères, elles décident d’ouvrir leur propre boutique et dégottent un local tombé en désuétude, auparavant lieu de stockage pour un grossiste. Au bout d’un mois et demi de travaux, les deux femmes découvrent une merveille sous les murs camouflés de placo et trois couches de lino : un espace ouvert sur une charmante cour, des moulures, un beau parquet…

En savoir plus
10e arrondissement
9

Carmen Ragosta

Voilà maintenant plus de dix ans que la pétillante Carmen Ragosta tient la boutique-restaurant éponyme rue de la Grange aux Belles, à deux pas du canal Saint-Martin. Anciennement appelé Napoliparis, ce petit coin d’esthétique et de plaisir ne sacrifie aucun talent de la maîtresse de maison. La boutique immerge le chaland dans l’univers du stylisme, de la gastronomie (vegan notamment) et de la communication à l'italienne ! Un espace boutique resto, une cuisine en arrière-salle et un atelier en pierres au sous-sol, voilà un bien joli microcosme hétéroclite. 

En savoir plus
10e arrondissement
10

Lili Cabas

Depuis la vitrine violette, on aperçoit de jolies pochettes en cuir, des bijoux qui brillent et des chaussures à talon. Pas de doute, cette chouette adresse de la rue des Petites Ecuries s’adresse aux femmes, de celles plutôt coquettes qui n’ont ni peur des paillettes ni du doré. A l’intérieur de cette boutique à la fois showroom et atelier, une collection de maroquinerie à l’esprit très graphique signée par la maîtresse des lieux Gaëlle Giard : sac en bandoulière, pochettes et portefeuilles, tout ce qu’il faut pour ranger son bazar avec classe. 

En savoir plus
10e arrondissement

Les friperies et boutiques vintage

1

Omaya vintage

Voilà le genre d’adresse que l’on aimerait garder jalousement pour soi. Le genre de boutique dont on ne divulgue les coordonnées qu’aux amis, et encore. Omaya vintage n’est pourtant pas un secret, ouverte depuis deux ans par deux frangins, elle draine son lot de passionnés : des parisiennes les bras remplis de bottes en cuir aux punks venus se fendre d’une paire de Doc Martens à 40 euros. Il faut dire qu’il est bien difficile de se raisonner quand les chemises de bûcheron – en parfait état - ne coûtent que 10 euros et les escarpins (années 80), seulement 5. Vestes militaires ou en jean, pulls en laine, tee-shirt de cycliste… 

En savoir plus
11e arrondissement
2

Episode

Recommandé

Le quartier Etienne Marcel n’est pas connu pour ses boutiques bon marché, loin de là. Créateurs branchés et adresses pointues y sont légion, au grand dam des modeux fauchés. Ce coin de Paris reste pourtant la destination idéale pour faire du lèche-vitrine et fuir la maigre imagination des grandes enseignes. L’ouverture de l’indécente friperie Kiliwatch avait, il y a quelques années, enfoncer le clou en vendant du seconde main à prix d’or. C’est pourtant cette même rue Tiquetonne que la chaîne néerlandaise Episode a choisi pour installer sa succursale parisienne en 2009. Comme dans toute friperie digne de ce nom, on y trouve robes des années 80, sacs en cuir, bottes, jupes, jeans, etc. 

En savoir plus
2e arrondissement
3

Chine Machine

Recommandé

Bienvenue dans le très psyché dépôt-vente/fripe Chine Machine. Orchestrée par Martine, new-yorkaise d’origine, la boutique se permet niveau déco toutes sortes d’excentricités : des vieux mannequins maquillés de rouge à lèvres bleu, des téléviseurs grésillant, des photos encadrées de vedettes des années yéyé, le tout arrosé de new wave en fond sonore. Mais si les murs arborent des tuniques entièrement faites en horloges ou des cuissardes à franges dorées (immettables si vous ne vous appelez pas RuPaul), les portants, eux, proposent des articles dignes de toute garde-robe. Du beau vintage comme on l’aime, à savoir une sélection de robes à 3 euros, de vestes à 15 ou de sacs en cuir à 7. 

En savoir plus
18e arrondissement
4

GoldyMama

Bienvenue dans la caverne aux trésors vintage ! Si votre garde-robe a envie de se payer un voyage dans le temps ou si vous cherchez un cadeau des plus originaux, c'est par ici qu'il faudra fureter. GoldyMama, boutique en ligne bien connue des modeuses averties, s'est installée dans un recoin du 20e arrondissement. Trouver des fripes en bon état qui ne sentent pas comme votre vieille tante Marthe, des pièces remarquables, lavées, raccommodées, repassées et rangées avec précision, c'est possible ici. Jupe à corolle des années 1950, tailleurs crayon, robes empire ou imprimés fleuris ambiance 70's, le choix est vaste et les vendeuses aux petits soins. 

En savoir plus
20e arrondissement
5

L'Appartement du 104

Recommandé

La petite boutique Emmaüs du 104 propose un échantillon bien choisi de vêtements seconde main, vintage à l’honneur comme il se doit. Emmaüs trouve si bien sa place dans l’immense halle réhabilitée qu’on regrette simplement que l’espace qui lui est dédié ne s'étale pas sur quelques mètres carrés de plus. Tapisserie à l’anglaise, petits fauteuils en velours et organisation cosy, on y prendrait bien le thé si l’Appartement n’était pas victime de son succès… Pour ceux qui n’ont pas peur du coude à coude version les Halles un samedi après-midi, la boutique solidaire propose des chemises à 4 €, des jupes et vestes en jean à 5 €, et pourquoi pas une bonne vieille salopette à 15 €. 

En savoir plus
19e arrondissement
6

Kiloshop

Chez Kiloshop, acheter c’est peser : cette fripe très fréquentée et désormais internationale propose un concept de fringues au kilo. Des chemises, jupes, écharpes, vestes, jeans, chaussures, sacs à main, accessoires divers pour hommes et femmes sont triés par genre dans cette grande boutique sur plusieurs niveaux dans le Marais.

En savoir plus
4e arrondissement
7

Le Chat et la Souris

Depuis un moment déjà, certaines artères de Paris ressemblent à de vastes galeries marchandes où le client est appâté par des enseignes XXL et de la musique bruyante à l’entrée. Pourtant, quelques boutiques cachées, presque invisibles, témoignent d’un charme encore bien gardé. Et c’est tant mieux. En errant dans la rue Henry Monnier, en plein quartier de Pigalle, on a brisé le secret de l’une d’entre elles et on ne le regrette pas. L’absence de nom sur la devanture titille notre curiosité. « Le Chat et la Souris », nous répond le commerçant. A l’intérieur, cette échoppe se révèle parfaite pour dénicher des objets vintage, installés en pagaille. 

En savoir plus
9e arrondissement
8

La Petite Fripe

Amoureux du vintage, sachez que le 118 de la rue Oberkampf est en passe de devenir une adresse incontournable en matière de sapes. Il faut dire qu’avec sa devanture rouge cerise et ses petites chaises en fer posées sur le bitume, elle attire l’œil autant que la paresse. Une fois entré, prenez garde, il y en a partout : évidemment sur les cintres, mais aussi sur le sol dans des cagettes, aux murs et même suspendus au plafond entre les boules à facettes et les masques à l’effigie de Barack Obama et Elizabeth II. L’antre de Hassan croule littéralement sous les vieux téléphones à cadran, les mocassins démodés, les lunettes de soleil sixties et les chemises hawaïennes. 

En savoir plus
11e arrondissement
9

Madame de

C’est l’histoire d’une paire de boucles d’oreille en diamant qui passe de mains en mains, récoltant à chaque changement de propriétaire de nouveaux secrets… Nous sommes en 1951 et ‘Madame de’ consacre la plume de Louise de Vilmorin. Un film de Max Ophüls plus tard, et Armelle Frantz s’empare à son tour de l’histoire de la comtesse Louise de pour créer son dépôt-vente. Une charmante boutique où tout est trié sur le volet. « Je mets un point d’honneur à ne sélectionner que des pièces en état neuf » assure Armelle. Et pas de doute là-dessus, les sacs sont brillants et les pulls intacts. 

En savoir plus
14e arrondissement
10

Guerrisol

Recommandé

Guerrisol, ou le Leader Price de la fripe. C’est un peu l’idée de ces magasins de vêtements d’occasion cueillis aux quatre coins de l’Europe, qui proposent toutes sortes de fringues, chaussures et linge de maison. A l'inverse des Hippie Market et autres Kiliwatch, Guerrisol ne trie pas, et vend tout ce qu’il achète en gros. Un peu comme s’ils avaient besoin de se débarrasser de kilos en trop, et que nous, gloutons de fringues, les débarrassions. Pas question donc de pratiquer des prix exorbitants, bien au contraire. Et si certains le voient comme une boutique solidaire, d’autres y trouvent un intérêt tout autre : celui de dénicher des habits uniques qui changent des vêtements H&M...

En savoir plus
17e arrondissement

Nos adresses bien-être

1

Oh My Cream !

Difficile de ne pas tomber sous le charme de l’élégante boutique Oh My Cream ! Un écrin immaculé où l’on trouve un échantillon enthousiasmant des meilleures marques mondiales de cosmétiques. Des produits culte parfois difficiles à dénicher ailleurs que sur le Net. Imaginée en 2012 par la jeune Juliette Levy (25 ans seulement !), cette adresse nichée derrière le Sénat séduit par son concept de produits exclusifs mis à la portée de tous (ou presque). Au total, une trentaine de griffes internationales se partagent la vedette, des cosmétiques qui ont fait leur preuve soit parce qu’ils sont entièrement conçus à partir de produits naturels, ou biologiques...

En savoir plus
6e arrondissement
2

Nicolaï

Recommandé

Pionnière de la création de niche avec l’Artisan Parfumeur, Patricia de Nicolaï compose sa propre gamme depuis 1989, avec un goût très sûr fondé sur une maîtrise des classiques comme sur une quête inlassable du geste artistique. Elle le dit sans fards : certaines de ses créations sont uniques. On vous laisse faire un tour dans ses jolies boutiques sobres et claires pour découvrir lesquelles… Attardez-vous sur le profond Cuir Cuba, une étonnante composition à la réglisse, et sur Kiss Me Intense, un songe de fleur d’oranger sur fond d’amande amère.

En savoir plus
Paris
3

Ifortie

Une atmosphère simple et reposante imprégnée d’une douce odeur d’huiles essentielles en guise de bonjour : pas de doute vous avez passé la porte d’Ifortie. Soins du visage ou soins du corps 100 % naturels, vous pouvez choisir entre plusieurs formules à partir de 65 €. Table de massage chauffante, gommage à la noix de coco, mousses à la chlorophylle, massage aux effluves exotiques, etc. Le service chez Ifortie est à la fois convivial et personnalisé, et se décline pour une clientèle exclusivement féminine. 

En savoir plus
15e arrondissement
4

Yuzuka

Si vous n’aviez pas pour habitude de fréquenter le 7e arrondissement, voilà un salon de massage qui pourrait bien bousculer votre routine. Depuis son ouverture à la rentrée 2013, Yuzuka apporte un peu d’esprit zen dans un quartier plutôt réputé pour son musée de l’Armée et ses avenues un brin inhospitalières. Une fois à l’intérieur de la boutique, tout devient agréable, léger et beau, à l’image de la superbe déco pensée par Amandine Buisson : papier peint aux motifs pastel, parquet clair et table basse design – on en ferait bien une résidence secondaire. 

En savoir plus
École Militaire
5

Huygens

Parquet en point de Hongrie, carrelage façon Nissim de Camondo, logo art déco et frise art nouveau : la boutique de cosmétiques naturels Huygens cultive son accent parisien. Ancrée dans le Marais depuis juin 2013, l’antre de Daan (le Néerlandais) et Sébastien (le Français) propose à une clientèle mixte et internationale une sélection de produits de beauté à personnaliser. Des gels douche, laits pour le corps et crèmes auxquels on peut ajouter près d’une vingtaine d’huiles essentielles. « Avec Sebastien (qui s’occupe de la partie commerciale de la marque, ndlr), on voulait ramener un peu de nature à Paris, et faire bénéficier nos rituels du quotidien des bienfaits de l’aromathérapie », raconte Daan. 

En savoir plus
4e arrondissement

Les fleuristes

1

Green Factory

On le sait : vivre à Paris tout en cultivant son bout de jardin n’est pas chose aisée. D’autant plus quand on n'a ni la main verte, ni de temps à consacrer à l’entretien des plantes. Pourtant, un compromis existe pour végétaliser son environnement. Et il se trouve à Green Factory. Dans cette boutique, on confectionne des paysages miniatures dans des bocaux, sans entretien ou presque. A peine un ou deux arrosages par an, en petite quantité, auxquels s’ajoute l’indispensable lumière du jour. « Grace à la photosynthèse et au cycle de l’eau, la plante subvient à ses propres besoins », garantit Noam Lévy, le fondateur de l’enseigne. 

En savoir plus
10e arrondissement
2

Ikebanart

Ikebanart, l’agence de décoration florale et végétale spécialisée dans l’art floral japonais ikebana et dans les jardins suspendus kokedamas, a installé sa boutique-atelier le long du canal Saint-Martin. Après trois années passées à créer des univers floraux pour l’événementiel et les mariages, Gwenaël et Eugénie ont su imaginer un microcosme bien à eux. Par leur travail, ils nous invitent à découvrir et aimer l’esthétique et les règles de vie de nos amies les plantes. Car oui, la vie est plus belle avec Marguerite la tulipe et Citrus le ficus. Loin de l’image un peu désuète des fleuristes classiques, devenus trop souvent de simples lieux de consommation sans créativité... 

En savoir plus
10e arrondissement
3

Debeaulieu

Boutique élégante et épurée, Debeaulieu jongle entre le pastel des fleurs des champs et les couleurs vives de plantes plus classiques. C’est en novembre 2013 que Pierre, trentenaire fraîchement sorti de l’école des fleuristes de Paris, lance son affaire. Cet ancien chasseur de têtes issu de l’industrie pharmaceutique aura choisi les plantes pour exprimer son goût pour la décoration d’intérieur, le design, la mode et plus généralement le monde de l’art. L’homme croit au retour de la couleur, à la beauté rassurante des lignes et à l’ancrage de la plante dans un contexte très urbain. 

En savoir plus
9e arrondissement
4

Compagnie

A mi-chemin entre la boutique et l'entrepôt chic, Compagnie ouvre ses portes aux chalands le samedi après-midi pour mettre en valeur un mobilier d'intérieur prêt à accueillir nos amis les végétaux. On y trouve des consoles à plantes, des kits d'étagères avec ou sans pots, des tables-pots ou encore des bouts de canapé-pots (entre 190 et 250 euros), et des séparations salon-cuisine (170 euros), idéales pour les plantes aromatiques. Créée par l'architecte Jean-François Bellemère, adepte de la construction de maquettes et des « petits » projets, Compagnie se donne pour but de rendre agréables et fonctionnels nos espaces urbains miniatures et d'y intégrer, sans nous étouffer, des coins de verdure aux supports design. 

En savoir plus
Oberkampf
5

Les Mauvaises Graines

Recommandé

C’est à quelques pas de la bouillonnante station de métro Château Rouge, et derrière la non moins affairée butte Montmartre, que les Mauvaises Graines ont planté le décor de leur jardinerie concept. Dans une mise en scène mi-rock mi-baroque, les végétaux côtoient insectes, animaux empaillés, poissons rouges et chats mignons. Un cabinet de curiosités dont l’esthétique dépaysante et magique a été pensée par son créateur, David Jeannerot, ancien styliste. Sa patte « mode » se ressent dans l’espace et s’exhibe sur certaines plantes monogrammées façon objets de luxe. 

En savoir plus
18e arrondissement

Commentaires

2 comments
oc2o o
oc2o o

Un nouveau site des petites annonces locales gratuites sans inscription oc2o (consommateurs en ligne à hors ligne) pour qui veulent acheter, vendre et offrir quoi que ce soit à proximité sans inscription. Notre service sur https://oc2o.com/en/fr/free-ads/paris/2988507 est 100% gratuit pour tous. Nous sommes plus qu'un marché simple, nous sommes un oc2o libre (petites annonces en ligne à hors ligne) marché pour B2C, B2B et C2C qui se concentrent uniquement sur les acheteurs et les vendeurs locaux, nous aidons les gens à découvrir des produits ou des services locaux.


Catherine P
Catherine P

Désormais la Rive Gauche a aussi son concept-store pour enfant, il est au 11 rue Jeanne Chauvin dans le 13ème et on y trouve tout ce qu'il y a de plus joli dans la création pour enfant en mode, déco et jouets. Et tout est français !