0 J'aime
Epingler

17e arrondissement : les lieux culturels

Quelques adresses pour prendre l'art dans le 17e arrondissement

Musée national Jean-Jacques Henner

Au moment où les impressionnistes révolutionnaient la peinture, Jean-Jacques Henner (1829-1905), lui, se forgeait avec une assurance toute académique sa réputation de portraitiste mondain. Et de paysagiste d’exception. Rouvert en 2009 après quatre ans de travaux de rénovation, le musée retrace la vie de l’artiste depuis ses humbles débuts alsaciens jusqu’à la consécration parisienne. Bien qu’il n’y ait jamais vécu, les lieux abritaient autrefois les appartements et l’atelier de son contemporain, Guillaume Dubufe, et ont été largement aménagés afin de recréer l’atmosphère de l’époque. La cheminée de style chinois et le moucharabieh égyptien de l'atelier aux murs rouges témoignent notamment des goûts éclectiques de cette fin de XIXe siècle. Les toiles ont elles aussi bénéficié du grand débroussaillage du musée, bien que la prédilection d’Henner pour des matériaux inhabituels (comme le couvercle d’une boîte de cigares) n’ait pas fait de la restauration des tableaux une mince affaire. Astiquées et revigorées tant bien que mal, les œuvres sont désormais déployées sur les trois étages du musée. Au premier, une flopée de paysages alsaciens et de portraits de famille dénotent l’attachement éternel de l’artiste à sa terre d’origine. L’annexion à l’Allemagne en 1871 inspira d’ailleurs l’un des tableaux les plus célèbres d’Henner, 'L’Alsace. Elle attend', présenté dans la salle avoisinante. Symbole des affres et des souffrances de sa région natale, la toile dépeint une jeune femme en

En savoir plus
17e arrondissement

Le Cinéma des cinéastes

Recommandé

Ancien music-hall, le cinéma des Cinéastes a été créé à la fin des années 1990 par l’ARP, une société fondée dix ans plus tôt par le regretté Claude Berri et regroupant auteurs, réalisateurs et producteurs. Fervent défenseur de l’indépendance du cinéma, l’ARP a imaginé cette salle non pas comme une vitrine mais comme un lieu de rencontres et de débats où les réalisateurs viendraient raconter après la projection les aventures de leur film aux spectateurs. Se succèdent alors entre ses murs de pierres apparentes et ses structures métalliques (érigées par Eiffel lui-même) des documentaires, festivals, courts métrages, avant-premières et rétrospectives. Enfin, sachez que chaque premier dimanche du mois à 11h, le cinéma des Cinéastes propose une séance exceptionnelle d’un film réalisé par un membre de l’ARP.

En savoir plus
17e arrondissement

Parc Monceau

Entouré de grand hôtels particuliers et d’élégants appartements haussmanniens, le parc Monceau est une destination prisée des enfants BCBG du coin et de leurs nounous. Il a été aménagé au XVIIIe siècle pour le duc de Chartres en jardin à la française avec toutes sortes d’édifices loufoques. De la pyramide égyptienne au pont vénitien en passant par un château gothique et un moulin hollandais. Des rivières furent creusées, ainsi que la célèbre Naumachie, un bassin entouré de colonnes corinthiennes, pour laquelle Carmontelle se serait inspiré des tombeaux des Valois de la basilique Saint-Denis. Il est repris par Thomas Blaikie en 1793 pour le transformer en jardin à l’anglaise. Ce dernier y ajoute une serre chaude, un jardin d’hiver et de nouvelles allées. En 1860, Alphand reprend le flambeau sous les ordres du baron Haussmann. Depuis, le parc n’a guère changé. Il est célèbre pour le calme qui y règne grâce à la ceinture végétale qui l’entoure. C'est aussi l'espace vert de l'arrondissement qui recèle la plus grande diversité d'oiseaux. Ils sont attirés par la hauteur des arbres et par la fraîcheur du bassin, sillonné par de grosses carpes et de petits poissons rouges.

En savoir plus
Champs-Élysées & l'Ouest de Paris
Advertising

Cimetière des Batignolles

Ouvert depuis 1833, c’est le troisième plus vaste cimetière intra-muros de la capitale, ex aequo avec le cimetière de Montmartre. Mais de part sa localisation, enjambé par le périphérique, et sa topographie plate, c’est le mal-aimé des cimetières parisiens. Pourtant, parmi les 15 000 sépultures qui y reposent, beaucoup sont remarquables pour la notoriété de leur occupant, ou par leur intérêt esthétique. Le poète Paul Verlaine, le surréaliste André Breton, et le confectionneur des costumes du ballet Russe, Léon Bakst, y reposent. Même si vous n’avez jamais entendu parler de l’occupant, certaines sépultures valent le détour. La stèle de l’ésotériste Joséphin Peladan est recouverte d’une mosaïque colorée, une belle pleureuse en bronze est allongée sur la tombe de Pauline Gin, tandis qu’un petit avion est incrusté dans la structure en fer forgé qui surplombe la dernière demeure de l’aviateur Raymond Villechanoux.

En savoir plus
Montmartre

Commentaires

0 comments