Paris Cocktail Week 2018

Du 20 au 27 janvier 2018 : une semaine pour mixer et shaker sans relâche

© Philippe Lévy

Vous aimez shaker, mixer ou simplement siroter des breuvages (d)étonnants ? Du 20 au 27 janvier 2018 la Paris Cocktail Week revient pour une 4e édition. L'idée ? Du bar de palace au spot underground, démocratiser et ouvrir grand les portes de la culture cocktail. Avec au programme 75 bars qui célèbrent le cocktail pendant une semaine et tout un tas d'événements alcoolisés. 

Cette année, focus sur une tendance de fond : la naturalité. Exit le bar gros conso d'énergie et fabriquant de déchets ! Aujourd'hui, les mixologues recyclent bouteilles et pailles et privilégient les produits de saison. Sur le modèle des grands chefs, certains n'hésitent pas à pratiquer l'urban foraging. Avec toujours un pass à télécharger gratis sur le site de la Paris Cocktail Week, pour profiter dans les bars partenaires de cocktails à prix tout doux (avec et sans alcool) ! Et cinquante événements insolites à découvrir : masterclass, collab avec la Distillerie de Paris autour du café et "Bottled cocktails" prêtes-à-boire (à retrouver chez Monoprix et dans les boutiques Julhès...)

Le cocktail pour tous !

[Concours] Gagnez vos places pour les événements de la Paris Cocktail Week.

Nos 21 meilleurs bars pour la Paris Cocktail Week

Combat

5 sur 5 étoiles
Recommandé

Pour qui ? Pour celles et ceux qui aiment picoler féministe !
Glouglou ? Un Rhydypandy, frais et anisé (tequila Ocho, pommeau Drouin, jus de fenouil frais, sirop d’érable et citron jaune). 

Murs en pierre blanchie, crédence jaune, alcôve verdoyante à privatiser et coin papote devant les toilettes : top. Elena Schmitt, Margot Lecarpentier et la barmaid Elise Drouet (toutes deux ex-Experimental Cocktail Club) ne frappent qu’à coups de cocktails droits et bien balancés. Comme ce soir-là avec un Bérégovoy suave et politiquement correct (apéritif à base de calvados 30&40, cognac Ferrand, madère Verdelho, dry curaçao Ferrand et orange bitters Scrappy’s). 

En savoir plus
19e arrondissement

La Commune

4 sur 5 étoiles
Recommandé

Pour qui ? Un(e) branché(e) Made in France, fan de hip hop et d'alcools franchouillards
Glouglou ? Un Mate mon Métisse (poivre de Jamaïque,  armagnac et coriandre fraîche).

A l'origine du lieu, la désormais célèbre team du Syndicat qui redéploie ici sa street patte : une devanture qui ne paye pas de mine et de l'alcool 100 % français sur fond de hip-hop. Pour environ 11 € par tête, on vous apporte des saladiers argentés emplis d'excellentes mixtures punchées : on représente le « tierquar » avec un Belle Ville sur Eau, Marie Galante, thé rouge d'Inde, rhum martiniquais, citrons, liqueur de sureau, champagne, marc de Bourgogne, calvados... Rien à redire, c'est savoureux, équilibré, on s'en ressert plusieurs louchées. 

En savoir plus
Belleville
Advertising

Bisou

4 sur 5 étoiles

Pour qui ? Celles et ceux qui ont envie de se faire câliner par des cocktails à prix doudou
Glouglou ? Un cocktail bichonné sur-mesure selon votre envie du moment ! (pas de carte)

A quelques foulées de la bouillonnante rue Oberkampf, sur le moribond boulevard du Temple, le Bisou attire l’œil. A l’intérieur, pas de carte. Mais derrière le sublime bar en marbre, Nicolas, le bartender, s’occupe de tout. Un seul mot et il vous shake un élixir sur mesure en fonction de vos envies et de ses inspirations (12 € tarif unique). Ce soir-là : mezcal et amertume. Attentes comblées avec une création au mezcal, dolin blanc vermouth, suze, sherry, bitter chocolat et huile de sésame. Tout bonnement exquis !

En savoir plus
3e arrondissement

La Résistance

5 sur 5 étoiles

Pour qui ? Un(e) adepte du food pairing (bons tapas sucrés-salés du chef Pâtissier David Varnier)
Glouglou ? Un malin « Lavender Negroni » (Gin infusé à la lavande, Vermouth La Quintinye Royale sec ou blanc, Gin) 

Le comptoir ressemble à celui d'un apothicaire : flacons colorés et bocaux d'ingrédients exotiques côtoient la panoplie du petit chimiste. A 12 € le cocktail création c'est plutôt raisonnable pour le quartier, surtout après la démonstration à laquelle on vient d'assister. Les recettes semblent originales et inventives. Des cocktails de caractère aux saveurs franches et surprenantes. Avec une belle attention portée aux détails, comme ces petites paillettes dorées à la surface de La Part des Anges, un cocktail à base de cognac et de vanille.

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Bonhomie

4 sur 5 étoiles

Pour qui ? Un bobo bonhomme à bonnet
Glouglou ?
Pimenté et bien balancé
The Last Ballet (poire comice, grappa, Manzanilla, piment et bitter au pissenlit.) 

Après quelques marches, on débarque dans une gigantesque salle de 200 m2, à mi-chemin entre le club anglais et le lobby d’un grand hôtel américain, ouvert en continu de 8h30 à 2h du mat'. On s’enfile un Bonhomie Pamplemousse avec Suze et sel noir (7 €), léger, gouleyant avec une amertume subtile. 

En savoir plus
Poissonnière

Balagan

3 sur 5 étoiles

Pour qui ? Un(e) modeuse de la Fashion Week
Glouglou ?
Un
 herbacé Persifleur (gin, concombre, citron, cumin et piment d’Espelette, sirop de fleur de sureau).

Squattant le rez-de-chaussée de l’hôtel Renaissance Paris-Vendôme, à deux pas de feu Colette, le dernier blockbuster de l’Experimental Group rejoue ses gimmicks : déco chic signée Dorothée Meilichzon (Loustic, Café Pinson), cocktails précis et jolies filles. A siroter ? Un malin Pondicherry mule (vodka, cardamone, citron et ginger beer, 15 €). 

En savoir plus
Place Vendôme
Advertising

SUNSET

5 sur 5 étoiles

Pour qui ? Votre prochaine date Tinder
Glouglou ? Un Red Sunset (vodka, champagne extra brut, bitter pêche et pamplemousse, fruits rouges, crème de pêche, citron vert, menthe fraîche) : shoot parfumé et fruité sans être trop sucré.

Une grande terrasse chauffée pour déguster son apéro, un immense bar où s’accouder pour observer le barman au look 70’s préparer ses cocktails et une salle ultra cosy au fond pour amener son premier rencard : le SUNSET est vite devenu notre nouveau Q. G. Il faut dire que tout est bon dans ce grand bar branché, avec ses serveurs ultra sympathiques, tout près de la mairie du 18e. Les cocktails élaborés par Amine sont délicieux !

En savoir plus
Mairie du 18e

Le Mary Céleste

4 sur 5 étoiles

Pour qui ? Un marin barbu à casquette, une sirène new-yorkaise
Glouglou ? L'ancien et cultissime El Curado, à demander au barmaid : mezcal, citron vert, piment vert frais, sel fumé et ananas

Dans un coin, une platine vinyle s'occupe de l'ambiance sonore. Ici, on mise sur des cocktails maison mais aussi sur un concept nouveau : le bar à huîtres. On a adoré le Rain Dog (bourbon Four Roses, amaro Diesus, sirop de capillaire, menthe et citron jaune) et le Masala Cow (rhum plantation Jamaïque, lait, chai masala).

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Gravity Bar

4 sur 5 étoiles

Pour qui ? Les cosmonautes de la nuit, qui partent vite en apesanteur
Glouglou ? Un détonnant « Fruit du Passé »  (liqueur Strega, Genepi Dolin, sirop de céleri maison, Perrier, jus de citron jaune, poudre de réglisse et graines de fenouil)

Élu meilleur nouveau bar à cocktails lors des Bar Awards 2016, ce bar à cocktails à la déco scandinave est l'un des spots les plus courus de la capitale. La composition, le prix et la contenance sont clairement indiqués (12 € pour 12 ou 20 cl), mais pas d'explication sur le type de cocktail (plutôt sucré, amer, etc.). On se laisse alors guider par les catégories des breuvages : « désorientation », « apesanteur », « sueurs froides » et « exaltation ». Tout un programme ! 

En savoir plus
Canal Saint-Martin

Danico

4 sur 5 étoiles

Pour qui ? Un(e) enfant terrible de la mode fan de JPG (et de pizze) 
Glouglou ? Un cocktail qui déboîtte, à base de mezcal, graines de céleri et sherry sec, fumé comme un barbeuc’

Plus ricain que rital, le bar à tendance brooklynoise (encore un !) a plutôt belle gueule avec son plafond haut, ses fauteuils en velours verts, son comptoir en marbre zébré de noir et blanc et ses rythmes entêtants de musiques so 80’s. Pour la glotte, la bande de mixologue en marinière (hommage à Gaultier oblige), bien menée par Nico de Soto (ex-Experimental Club passé par Mace à New York), pousse à fond le curseur de l'originalité. Ils ont imaginé une carte de cocktails (à partir de 13 €) franchement délirants, à base de matcha, de marshmallow ou encore de bacon qui laisse forcément perplexe.  Détonnante mixture à base de cognac, beurre noisette, foin, camomille et champagne, acidulée à souhait... 

En savoir plus
2e arrondissement
Advertising

Le Syndicat

4 sur 5 étoiles
Recommandé

Cognacs, armagnacs, eaux de vie… L’occasion de (re)découvrir la prune de pépé, dans un style bien plus recherché. Du vrai « made in France » décalé que l’on sirote sur fond de hip-hop, histoire de remettre les pendules à l’heure et de se réapproprier les codes de réussites des rappeurs américains. Car, il faut bien se rappeler que pendant que nous autres, petits Français, étanchons notre soif à grands coups de whisky-coca, Busta Rhymes, P. Diddy et autres Pharrell Williams, eux, ne jurent que par notre Cognac national. Quitte à en devenir les fiers représentants outre-Atlantique (voir le clip "Pass the Courvoisier" et cet article du magazine Slate).

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis

La Méduse

4 sur 5 étoiles

Un bar vitré à la déco branchée, de mise à Paris (murs bruts et luminaires nus), mixée à une taverne grecque. On s’installe au bar sur un bon son d’Alpha Blondy « Sweet sweet Fanta Diallo, hou hou, Fanta Diallo ». Et c’est au tour d’Hamza, le barman, ancien du Mary Céleste, de nous charmer grâce à ses cocktails qui claquent, comme la Soupe Aztèque (mezcal, jus d’ananas, sirop d’agave infusé au thym, citron vert) : c'est fumé, parfumé, entêtant...

Réserver maintenant En savoir plus
Canal Saint-Martin
Advertising

Le CopperBay

4 sur 5 étoiles
Recommandé

Le CopperBay : Mermaids & Magic Potions est un joli bar au design un peu froid, habillé de bois et tendu de cordages, une invitation à prendre la route du rhum mais aussi celles de la vodka, du gin ou du bourbon grâce aux savants mélanges secrets et étranges concoctés par Elfi, Julien et Aurélie (des maîtres en mixologie, tous déjà réputés et primés pour leurs compétences). Falouka, De La Bretagne, Coco Lima... Des noms de cocktails en guise de guides de voyage qui fleurent bon l'ailleurs avec des notes de dattes ou de rose par-ci, d'hydromel et de sel par-là, ou encore de coco et de cacao blanc... Des petits ravissements qui séduisent sans difficulté nos yeux et nos papilles.

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis

Le Cinquième Sens

4 sur 5 étoiles

Terré à quelques encâblures à peine de la cathédrale Notre-Dame de Paris, un bar dans l’air du temps mais qui ne fait pas dans le too much : mur végétal, ornement floral, bar classieux et meubles de bric-à-brac joliment foutraque. Simplicité, également, dans l’accueil ultra-chaleureux de Thibaut, la tête pensante, et d’Olivier, ex-George V, au sourire barré sur le visage et à la tchatche chevillée au corps. Le nôtre, de sourire, apparaît devant la myriade de cocktails (14 €) bien chiadés qu’on découvre progressivement. Démarrage cacao avec un surprenant Trinidad Old Fashioned (Angostura 1919, réduction de sirop d’Angostura, bitter maison chocolat) qui sonne le tocsin. Accélération avec un Vieux Carré à l’Angostura. Décélération riche et onctueuse avec un Pénicilline (scotch, Laphroaig, abricot brandy, citron, gingembre, blanc d’œuf, bitter maison lavande) qui ne lésine pas sur les saveurs. A noter : la salle au sous-sol pour danser.

Réserver maintenant En savoir plus
Quartier latin
Advertising

Café Moderne

4 sur 5 étoiles

Un grand bar dans l’entrée, des murs en briques rouges, des banquettes confortables des comics aux murs, une grande et magnifique verrière dans la salle du fond, des cocktails et des meatballs (boulettes de viande)… Ce qui vaut vraiment le détour ici ce sont les cocktails : une quinzaine de recettes originales au choix, comme le Baci Da Parigi (Bombay, martini, rubino), un hommage à l’Italie hyper frais avec une bonne dose d’amertume. 

Réserver maintenant En savoir plus
Roquette

Marrow

5 sur 5 étoiles

À la tête de la maison : Hugo Blanchet aux fourneaux, gagnant de L’École des Chefs en 2007 - qui a depuis fait ses preuves dans différents établissements de Joël Robuchon - , et Arthur Combe à la mixologie, ancien de l’Expérimental. Allez hop, on fonce sur la petite terrasse pour s’attaquer à la carte. Au bar, une poignée de cocktails frais et étonnants, comme le Pink as Lime (cachaça, falernum, citron jaune & venezzio bitter), tout à fait exotique, à accompagner de croquettes de chèvre au wasabi, et surtout de la brioche grillée, œuf de caille et huile de truffe blanche (6 euros).

En savoir plus
Canal Saint-Martin
Advertising

Solera

4 sur 5 étoiles
Recommandé

En pleine rive gauche, à quelques encâblures à peine du jardin du Luxembourg, une déco qui flirte avec le chic et le classieux avec une touche d’exotisme sur les murs. Vive le pairing ! Concept popularisé par Dersou et qui consiste à accorder mets gastro et breuvages en tout genre. Pour la soif, quelques cocktails signature (11 €) plein de pep’s comme ce Prince de la Ville (« pour les jeunes et ambitieux ») qui mêle G'Vine floraison, Campari, jus d’orange sanguine, jus de citron vert pressé, sirop de sucre de canne et tonic bitter truth ; ou ce Belize (rhum blackwell, purée de fraises, jus de citron vert pressé, feuilles de menthe, Cordial Elderflower, jus d’ananas et ginger beer), frais et savoureux.

En savoir plus
5e arrondissement

La Mezcaleria

4 sur 5 étoiles

La Mezcaleria, c'est le « bar clandestino » du 1K auquel on accède par les cuisines de son restaurant péruvien. Dans ce speakeasy un peu particulier, pas d’ambiance tamisée mais au contraire un grand toit transparent ouvert sur le ciel (escamotable l’été), ce qui rend l'espace très lumineux. Au mur : un totem des morts, avec ses personnages en papier mâché colorés, une grande Santa Muerte, colorée, habillée de sa tenue de fête. Au plafond : une immense croix kitsch avec ses ampoules. Le sol lui est en bois brut et les fauteuils, confortables, recouverts de tissu aztèque. Pas de chichis dans les verres mais des ingrédients frais joliment travaillés qui mettent en avant cet alcool si complexe. Comme le Hot Mexican : mezcal infusé à l’estragon, suze infusée au piment, fleur de sureau, Spanish Bitter et citron : épicé et racé. Ou ce Negroni dans lequel le mezcal vient remplacer le gin : parfait équilibre entre amertume et goût fumé.

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Le Renard Bar

4 sur 5 étoiles

Après nous avoir régalé en cheapy cocktails sur la rue de Paradis, Enguerrand et Victor – les deux amis malins qui ont accouché de l’Ours Bar – remettent le couvert avec un petit frère tout aussi branché. Tutoiement au bar sur fond de musique hip-hop-électro. Et surtout, les cocktails sont à se lécher les babines. Si on retrouve toujours ceux de l’Ours – dont l’excellent et « concombré » Jardin anglais (gin, jus de concombre, sirop de concombre, citron vert) –, notre gros coup de cœur va aux nouvelles signatures, comme ce rafraîchissant Zorro (mezcal, sirop de poire, citron vert, bitter vanille) à faire péter les mélioratifs. Bonne nouvelle au moment de payer : le prix du cocktail est unique et n’a pas été gangrené par l’inflation du secteur (6 € en happy hour de 18h à 21h puis 8 €). De quoi voir double en sortant de ce Renard Bar qui a plus de chien que jamais.

En savoir plus
10e arrondissement

Castor Club

4 sur 5 étoiles

Passé la discrète porte à l’entrée de la mystérieuse façade, on a l’impression d’atterrir dans un refuge des montagnes du Montana. Sur les murs et au plafond, des planches de bois en veux-tu en voilà qu'une lumière tamisée par de très beaux abat-jour rétro met en valeur. La plus grande réussite de ce bar ? Les cocktails (élu bar à cocktails de l'année lors des Bar Awards 2016). Pour nous, ça sera le surprenant Turkish Delight (13 €), à base de pisco quebranta, gomme arabique, liqueur, crème à la pistache, citron et cardamome. C’est frais, crémeux, avec un côté acidulé et sucré. On dirait presque un milk-shake alcoolisé. En bas, l’ambiance est complètement différente. La playlist du proprio laisse place à un DJ set bien plus funky et R'n'B. L’espace est plus propice à la danse.

En savoir plus
Saint-Michel
Advertising

Mabel

4 sur 5 étoiles

Si l’on en croit la carte des cocktails, assez bien achalandée, la spécialité du lieu est le rhum. Embargo blanc, Botran 15 Reserva, Bristol Caribbean, Barbancourt trois étoiles, Chairman’s Reserve… Il se décline sous divers âges, couleurs et saveurs. A chaque cocktail, sa recette, toujours inspirante avec un ou deux ingrédients mystérieux qui pimentent la situation : « émulsion de géranium », « togarashi » (mélange de sept épices japonais), « mélasse de raisins bio », « Sherry East India Solera infusé aux feuilles de Pandan » (une variation du vin de Xerès). Au-dessus de ces formules magiques sibyllines pour le commun des mortels, trois adjectifs viennent donner une idée plus précise du cocktail. Les cocktails sont présentés avec une grande sobriété, ce qui est plus appréciable qu’un petit parasol dans un mauvais mojito. Autre originalité, cette paille-cuillère en aluminium pour boire, qui offre une sensation nouvelle quand on sirote.

En savoir plus
Réaumur

Ils participent aussi à la Paris Cocktail Week...

Artisan

4 sur 5 étoiles
Recommandé

Autour d'un comptoir central en forme du "U" très convivial,  quelques tables hautes pour s'accouder, un olivier, un bouquet de tournesol et une rangée de miroirs anciens.

En savoir plus
Pigalle

Le Sherry Butt

5 sur 5 étoiles
Recommandé

Ici, les divines liqueurs ne viennent pas seulement du Japon, mais aussi des Etats-Unis, d’Irlande et d’Ecosse. Bourbons, whiskies vieillis et millésimés, cuvées rares, les experts ont quelques bouteilles derrière le comptoir qui épateront les connaisseurs. Au total, cinquante-six références sont proposées. La carte des cocktails est réduite à onze créations, mais les alcools de qualité sont mixés avec des ingrédients faits maison

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Le Baranaan

3 sur 5 étoiles

Un bar à cocktails indien qui sert aussi quelques spécialités culinaires : des naans et des brochettes. Côté décor, tout a été conçu pour qu'on ait l'impression de siroter nos verres dans le wagon-bar d'un train vintage. Dans une salle tout en longueur, on s'assoit sur des banquettes en cuir et l'essentiel de la lumière vient des « fenêtres » : des écrans posés au mur tout au long de la pièce sur lesquels défilent des paysages comme si on les voyait depuis le véhicule. Et comble du trompe-l'œil, au fond du bar est diffusé en continu une vidéo de rails qui s'éloignent à l'infini.

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis

Candelaria

5 sur 5 étoiles
Recommandé

L'un des speakeasys les plus courus de Paris, mais on ne vous jettera pas de pierres si vous l'ignorez encore ! Lumières tamisées et ambiance dorée plutôt cosy. Et hop, une Guêpe Verte pour la demoiselle : tequila, concombre, coriandre, agave, citron vert et piment (12 €). Ayaya ! C'est tout le Mexique qui s'invite sur nos papilles. Un délice. On enchaîne avec un Gimlet frais et acidulé sur une base de gin citron-gingembre (13 €). On le sirote goulûment, et on le termine bien trop rapidement. Y a pas à dire, la Candelaria ne l'a pas volé, son Timeout Award 2016 !

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Gentlemen 1919

4 sur 5 étoiles

Au fond du barbier, poussez une porte et débarquez dans un lieu tout boisé avec son grand fumoir au fond. Le bar mise sur les classiques, comme le Negroni qui a été inventé en 1919 (le compte est bon) en Italie et que nous avons trouvé d'une belle amertume. Seule « folie », le cocktail signature Gentlemen 1919 qui se compose de whisky, liqueur Mozart et liqueur de Chambord, le tout légèrement fumé, un rappel de l'amour du lieu pour l'alcool, les cigares et une forme d'aristocratie chaleureuse. Ca, c'est palace.

En savoir plus
8e arrondissement

Lipstick

4 sur 5 étoiles

Autrefois bar à hôtesses, le lieu – qui a largement gagné en sophistication – fait toujours honneur au quartier rouge de la capitale : banquette léopard, pole dance et papier-peint érotique. Une ambiance de boudoir décontracté imaginée en 2014 par Samuel et Volkan, deux frangins ambitieux. Surveillé du coin de l’œil par un Eros en plastique à taille humaine, on déguste de très fins nectars à base de rhum Sailor Jerry, d’agrumes fraîchement pressés, et de larmes de génépi… Comptez entre 8 et 12 euros le cocktail et 6,50 euros la pinte de St Omer. Bonne nouvelle, ici les heures heureuses durent jusqu’à 22h dans une ambiance hip-hop électro. Et à 4 euros le breuvage, on aurait tort de se priver, d’autant qu’ils sont vraiment bons et que l’Amourette est même servie avec une jolie sucette en forme de cœur.

En savoir plus
Saint-Georges
Advertising

Le Sherry Butt

5 sur 5 étoiles
Recommandé

Un ancien bar à hôtesses transformé en tiki bar. Un délire psychédélico-tropical coloré, avec des murs peints du sol au plafond représentant un soleil-couchant-sur-des-cocotiers, dont un est centré sur une pin-up hollywoodienne en mini-short sur la plage. Manque plus que le sable et on y est ! Après quelques cocktails bien dosés, on a envie de porter une couronne de fleur et crier « Aloha ! » à tous ses voisins. D'ailleurs l'ambiance est ultra festive, les serveurs sont en chemises à fleurs. Une vingtaine de cocktails à prix décents (entre 7 et 14 €), d'inspiration exotique et très fruités, mais pas forcément polynésiens (un peu de Mexique, de Brésil, de Floride...), avec pour chacun un petit couplet en anglais assez fun. On peut par exemple jeter son dévolu sur le Cannibal's Dilemna. Plus fou encore, les barmaids servent des punchs et des cocktails géants dans un grand coquillage ou dans un volcan enflammé !

En savoir plus
Le Marais

Little Red Door

3 sur 5 étoiles
Recommandé

La population, à 90% britannique, sirote du scotch ou du bourbon en claquant des doigts alors qu’un groupe de swing New Orleans s’occupe de réchauffer une ambiance tamisée et confinée. Côté musique : très bonne surprise. Ce soir là, Damien Etchegorry, trompettiste évadé du Duke Orchestra de Laurent Mignard, emmène un quartet parcourant le répertoire des années 1920 et 1930 avec brio. La chose s’annonce alors plutôt bien.

En savoir plus
3e arrondissement
Advertising

Le Baton Rouge

4 sur 5 étoiles

Planqué derrière ses persiennes, ce joli petit lieu raffiné aux douces lumières tamisées vous enveloppe dès l’entrée de son atmosphère mystérieuse. Vous tournez la tête et… Ah ! Des crânes ! Sur un mur, bien alignés sur leur présentoir, des cannes surmontées de têtes réduites peinturlurées et sanguinolentes semblent vous contempler de leur air menaçant. Voilà qui vous rappelle que la Louisiane, ce ne sont pas que des marais, des crocos et des vampires accros au true blood qui susurrent “Sookie”.

En savoir plus
Saint-Georges

Experimental Cocktail Club

5 sur 5 étoiles

Si vous êtes novice, ruez-vous d’urgence dans ce discret bar du quartier de Montorgueil pour réveiller votre palais. Une fois les lourds rideaux pourpres poussés, on s’installe dans une salle aux pierres et poutres apparentes et à la déco baroco-design étudiée (lustres Stark, canapés capitonnés). Le spectacle est assuré par les bar tenders qui s’agitent avec leurs shakers. La semaine l’ambiance est feutrée, le week-end le bar est investi par des DJs et une foule de noctambules qui viennent y trouver refuge après 2h. Il devient alors impossible de trouver une place assise. Pas d'happy-hour.

En savoir plus
Réaumur
Advertising
Afficher plus

Et aussi....

Les cocktails à Paris

Sirops maison, vieux alcools français rares, bitters qui envoient : à Paris comme à New York ou Londres, les cocktails sont des véritables œuvres d'art. Vous vous dites qu'on exagère (ou qu'on a un peu abusé du mezcal) ? Jetez plutôt un coup d'œil sur cette page.

En savoir plus
Par Zazie Tavitian

Mais qui sont les bartenders parisiens ?

Vous êtes consommateur de cocktails. Ca fait longtemps que vous ne commandez plus de vulgaires Sexe on the Beach ou de fades mojitos. Vous êtes passé du côté obscur des cocktails élaborés à la fleur d’hibiscus et au rhum de dix ans d’âge. Vous traînez dans les rades branchés où officient des mixologues, barmans, bartenders : les mecs qui créent des cocktails quoi. Mais savez-vous qui sont ces personnes qui vous servent ces incroyables breuvages ?

En savoir plus
Par Zazie Tavitian
Advertising
Advertising

Commentaires

1 comments
Charlotte R tastemaker

YOUHOUH la meilleure semaine de l'année (bon ok il y a aussi la summer cocktail week) est de retour !! La bonne excuse pour tous les tester et y aller au bar tous les soirs (mais attention d'abord la qualité). Les cours de mixologie pour maitriser vos classiques sont des incontournables de la semaine.