Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Le Perchoir
Le Perchoir

20e arrondissement : les bars

Une flopée de bars où se désaltérer dans le 20e

Écrit par
Céleste Lafarge
Publicité
Demain c'est loin
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à tapas
  • Belleville
  • prix 1 sur 4

Pour qui ? Ceux qui aiment bien boire et manger pour un prix raisonnable, dans une ambiance presque villageoise.On glougloute quoi ? Une pinte en terrasse  Ménilmontant reste l’un des meilleurs quartiers de Paris. Preuve une nouvelle fois avec le Demain c’est loin, un bar à tapas qui a ouvert récemment en face de l’église Notre-Dame de la Croix. Contrairement à certains restaurants qui n’hésitent pas à faire des tapas un produit de quasi luxe, le Demain c’est loin propose les siennes à un tarif bon marché, proche des véritables tapas espagnoles. Vous hésitez toujours au restaurant pendant des heures avant de choisir ? Pas de souci. De 3,50 à 6,50 euros, vous pourrez ainsi vous payer un véritable assortiment sans vous ruiner, goûtant à la fois les patatas bravas et les tartines au pain Poilâne jambon-mozzarella, l’houmous et les crevettes sautées, les mini-brochettes de poulet et la tortilla. Voilà pour le solide. Côté liquides, les rhums arrangés et les cocktails côtoient une sélection de bons vins abordables qui changent régulièrement, on ne s’en plaindra pas. Tout ça serait déjà suffisant pour y passer ses soirées, mais le Demain c’est loin vaut surtout pour son ambiance chaleureuse, ses conversations au coin du jukebox gratos (n’hésitez pas à lancer un "Chercher le garçon" de Taxi Girl, le magnifique "Buona Sera" de Louis Prima ou un bon vieux "Ruby Tuesday" des familles), son espace étroit qui incite à la franche camaraderie, tout ça sous l’œil bienveillant de l’adorable

Culture Rapide
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • Belleville

Pour qui ? Culture rapide pour TOUS.Le plat culte ? Une pinte pas chère avec les copains. Vu que contrairement au lundi, le mardi, c'est permis, on s'est dit qu'on irait bien se vider quelques bières à la fraîche du côté de Belleville. Comme d'hab, la terrasse du Folies est blindée et on n'est pas encore assez amoché pour se traîner jusqu'au Relais. C'est donc tout naturellement qu'on se dirige vers le rade le plus cool du quartier, le Culture Rapide. Avec sa terrasse XXL éloignée des gaz d'échappement, coincée entre de hautes façades couvertes de graf et d'un célèbre aphorisme de Ben, on se dit que finalement, il fait un peu trop frisquet pour se poser dehors. On opte donc pour l'intérieur coloré et foutraquement survitaminé du bar avec son sol en damiers tout juste bon à vous rendre taré. On commande des pintes (Stella 4,50 €) et une planche mixte (10 €) pas vraiment mémorable, mais qu'importe, puisque l'ambiance est cool, sans prétention, populaire comme ce quartier qu'on affectionne mais qui n'échappe pas à l'arrivée des bars à concept moisis. C'est aussi entre ces murs que se produisent slameurs et poètes, que s'abattent dans un joyeux bordel cartes de tarot et gentils poivrots... En bref, on devient rapidement accro de ce rade de potos. 

Publicité
Les Pères Populaires
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • Nation
  • prix 1 sur 4

Vous vous rappelez le foyer des jeunes de votre adolescence avec un baby-foot, des jeux de société et des vieux bouquins ? Ne cherchez plus, il a été recréé ici, aux Pères Populaires, pour combler tous les nostalgiques des années lycée. Ce bar, l’un des moins chers de la capitale, est une cantine de quartier avec des tables qui collent aux manches et une odeur de bière tenace, témoignage de soirées follement arrosées. La déco est un mélange incohérent de meubles de récup’, de mobilier de classe, de porte-manteaux et papier peint défraîchis. On s’assoit (mal) sur des chaises ou sur un vieux canapé déglingué, on commande des pichets de bière ou un rhum arrangé et une planche de charcuterie-fromage à prix microscopique (5 à 8 euros). La journée, l’endroit est calme, paisible et lumineux grâce à une grande baie vitrée, attirant les étudiants du coin avec son accès wifi gratuit. Le soir, le bar est souvent plein, surtout à l’heure des concerts les vendredis à 20h, de groupes locaux plutôt jazz ou chanson française. Une adresse franchouillarde très recommandable.

Lou Pascalou
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • Ménilmontant
  • prix 1 sur 4

Sur cette placette du « village Ménilmuche », Lou Pascalou est une institution du quartier, un café culturel qui déploie sa terrasse au calme, à l’écart des voitures (et au chaud en hiver). A l'intérieur, un joli zinc 1900 fait face à une salle de bistrot parisien typique avec un sol en mosaïque et de bonnes vieilles tables en formica. Rien de branché ici, plutôt une ambiance gentiment bobo, une clientèle jeune, un patron sympa qui organise plein d'animations culturelles et des prix raisonnables. La Jupiler syndicale est à 2,50 € mais les puristes choisiront leur demi parmi une poignée de bières pression (dont l'excellente rousse irlandaise Kilkenny), et une dizaine de bières en bouteille (dont des Chimay et Duvel). On peut casser la graine avec des planches mixtes arrosées de bons vins (entre 3 et 4 € le verre). Les amateurs d'alcools forts hésiteront entre gins exotiques, vodkas, tequilas, rhums blancs, bruns, un mezcal mexicain et surtout des whiskies, dont du Chivas, des scotchs (Talisker, whiskies japonais, Caol Ila), des bourbons... la liste est longue comme le bras. Le premier mercredi du mois, la projection de courts métrages "Les courts du Lou" attire les cinéphiles du quartier, tandis que le troisième mercredi, on peut s'essayer au théâtre grâce aux matchs d’impro organisés par la Ligue d'improvisation de Paris (LIP), ou rire des piètres acteurs sur scène (ce qui est aussi très distrayant). Tous les dimanches, on vient assister à des concerts de swing, jazz manouche

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Belleville
  • prix 1 sur 4

Le bistrot littéraire Les Cascades est une perle cachée sur les hauteurs de Belleville, sur la charmante petite place Henri Krasucki. Le dada des habitués ce sont les livres, et ici il y en a partout. On en trouve dans une bibliothèque à disposition des habitués, des lectures théâtrales de tous horizons y sont organisées, des ateliers d’écriture et de théâtre, des spectacles de poésie, soirées slam, projection de courts métrages et de documentaires... Les Cascades, c'est aussi un café citoyen avec des débats de société où chacun est libre de prendre la parole. L’ambiance est bon enfant, on profite de l’animation, on lève le nez pour contempler l’expo temporaire aux murs, on assiste à un petit concert de temps et temps, on boit un coup et on casse la croûte pour quelques euros. En été on se laisse tenter par des salades fraîches comme la délicieuse composition carottes râpées, pomme, crevettes, gingembre, coriandre à 8 euros. L’hiver on se réchauffe à l'intérieur avec une soupe égyptienne étonnante (lentilles roses, vermicelle, tomate, oignon, ail, coriandre) à 4 euros.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Belleville
  • prix 2 sur 4

Remplacé par le Moncoeur Belleville Ô Paris, c'est beau Paris ! Pourrait-on dire depuis la terrasse de ce bar (anciennement la Mer à Boire) qui domine toute la ville. D'un seul coup d'œil on embrasse la cité du regard, la tour Eiffel à l'horizon. Préservé du stress de la fourmilière humaine qui s’agite à ses pieds, ce bar étale sa terrasse sur une placette pavée et arborée. On profite du soleil et du calme sans le bruit des voitures. Au milieu des vieux qui feuillettent le journal, et des enfants du quartier qui courent autour, on s’y sent bien. Les journées froides d’hiver, on se réfugie à l’intérieur, assez vaste et chaleureux. Des livres et des BD sont là pour accompagner les dimanches après-midis pluvieux. Le café (2 euros) est ici servi avec du sucre roux à l’ancienne et du sirop de noix de macadamia, délicieux. Les habitués viennent volontiers casser la graine simplement avec des tartines chaudes, des planches de charcuterie/fromage, et des plats de cuisine française classique délicieux (tartare de saumon, magret de canard...). On regrette que les prix soient un peu plus élevés depuis la reprise de l'endroit, surtout pour les portions servies, mais on est tellement bien que la différence est acceptable.••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••Pour découvrir d'autres bars référencés par Time Out Paris cliquez ici.•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Cafés-concerts
  • Ménilmontant
  • prix 1 sur 4

Pour qui ? Les tatoués-percés avides de rockOn glougloute quoi ? Une pinte La Féline est un minuscule bar rock’n’roll près de Ménilmontant, avec sa faune, ses posters de groupes de rock des fifties et surtout sa musique rockabilly, que le label éponyme dans les locaux voisins produit. La Féline est fréquenté par des punks à chiens, des faces tatouées-percées, des hipsters et des rockers à l’ancienne. Les filles très glam rock accoudées au bar sont terriblement sexys : robe léopard, jupe en cuir, escarpins panthère, petit perfecto, rouge à lèvres très rouge, tout le monde est ultra looké et on se croirait dans un film. Mais l’ambiance ne pâtit pas de cette mise en scène personnelle, au contraire, les gens sont sympas, discutent debout en petits groupes en buvant leur bière. Le lieu est tellement connu que beaucoup de jeunes touristes viennent y faire un tour par curiosité. Tout ce petit monde fait des allers-retours entre ici et Chez Zack, un autre micro-bar pile en face, mais la Féline reste leur quartier général. Des petits concerts y sont organisés régulièrement, quelquefois des projections, mais arrivez tôt pour avoir une place assise.

Les Chaises
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • 20e arrondissement
  • prix 1 sur 4

Voici un bar qui est parvenu à asseoir rapidement sa réputation. Lancé en juin 2014, Les Chaises ont vu le jour grâce à un appel aux dons qui a provoqué un bouche-à-oreille immédiat. Pour 150 euros, chaque donateur a vu son nom gravé sur une plaque de métal ornant une chaise, pour 500 euros son nom sur un tabouret, 1000 euros sur la porte des gogues. Même les petits porte-monnaie ont été récompensés, avec une bouteille de champagne pour 60 €, une bouteille de vin pour 30 €, et ainsi de suite. Résultat, 12 000 euros récoltés, de quoi compléter l’emprunt et acquérir un four à pizza pour nourrir une clientèle déjà rassasiée de bons moments. Il faut dire que le second concept des Chaises, après son financement original, c’est le jeu, l’amusement, le divertissement ludo-créatif. A l’image de son quartier, le bar attire des trentenaires qui ne viennent pas ici pour se mettre d’équerre en parlant trop fort, mais plutôt pour passer un moment convivial sur fond de Rolling Stones, Jimi Hendrix, Public Image Ltd ou Stranglers. Envie d’une belote, d’un Kem’s ou d’un poker ? Des jeux de cartes en libre service vous combleront d’aise. Mieux encore, sur les belles ardoises ornant chaque table, les dessins réalisés par d’autres clients vous donneront une irrésistible envie de vous lancer dans un « Dessinez, c’est gagné » des familles. Vous n’avez plus 32 ans, vous en avez désormais 5 et vous ne comprenez pas pourquoi personne n’a deviné que vous aviez dessiné un loup-garou. Autre bon point,

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Belleville
  • prix 2 sur 4

Quand on dit « Triplettes de Belleville », on pense au film d’animation de Sylvain Chomet qui met en scène une grand-mère à la recherche de son petit-fils kidnappé, aidée par trois chanteuses de cabaret. Mais depuis l’été 2014, les Parisiens ont plutôt en tête ce troquet branché, collé à la Cantine. Voilà maintenant plusieurs mois que la marmaille du 20e arrondissement s’engouffre tous les jours de la semaine dans ce lieu vivant et plein de charme. Qui justifie désormais son nom par trois atouts. D'abord son cadre agréable, dans l’air du temps : miroirs aux murs, briques rouges, mobilier chiné, grosses ampoules au plafond, babyfoot en libre accès et grande terrasse chauffée. Ensuite, sa carte. Au programme, boissons aux tarifs largement abordables (coupe de champagne et cocktail à 5 euros, pinte à 4,50 euros de 17 à 21h, verre de vin entre 3,50 et 5 euros), et cuisine fine et créative avec une ardoise qui change tous les jours (ce soir-là on teste le ceviche de bar aux mûres, à tomber). Plus accessible, le menu permanent propose un fish & chips et un burger à 12 euros, et des tacos à 9 euros. Niveau bande-son, ça varie entre hip-hop, soul ou funk, et ça vire vers la house quand les températures montent. Aux commandes ? Les serveurs et barmen, qui sont d’ailleurs la troisième source du succès de l’établissement : beaux, agréables, et pas contre un échange de numéros. Banco !

Le Chiquito
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Belleville
  • prix 2 sur 4

Vous voilà planté sur le boulevard de Belleville devant le KFC. Vous avez soif. Deux solutions s'offrent à vous : passer dans le quartier des Trois 8, de la Féline et du Lou Pascalou, ou remonter la rue pentue de Ménilmontant. Courageux et sportif comme vous l'êtes, vous optez pour le second choix. Mais après quinze minutes de grimpette, des courbatures vous obligent à vous arrêter pour souffler. Et c'est là que le Chiquito attire votre attention. Son joli comptoir cuivré, ses banquettes bordeaux et son espace ouvert au charme suranné vous invitent à une pause bien méritée. Le lieu, repris par une équipe sympa et dynamique, propose des expositions, des DJ sets, et sous peu des concerts qui, à n'en pas douter, feront de ce lieu une adresse incontournable. Si en plus on vous dit que les prix sont aussi gentils à l'happy que pendant le reste de la journée ou de la nuit (Ricard à 2,50 €, vins de 3 à 4,50 €, pintes de Stella, Chouffe et Demory de 4,50 à 7 €, cocktails entre 6 et 10 €), et qu'en plus le bar ouvre en continu de 2h à 5h les week-ends pour accueillir toutes vos folies, on est sûr que vous n'allez pas tarder à en faire votre nouveau Q.G.

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité