Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Sherry Butt

4e arrondissement : les bars

Nos adresses préférées pour s'enivrer dans le Marais.

Écrit par
La Rédaction
Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 1 sur 4
Il fut un temps (que les moins de vingt ans...) où ça s'appelait le Thermik. Puis c'est devenu les Souffleurs. Un petit bar unique en son genre, tout en longueur, étroit sauf d'esprit. Un rade qui détonne dans le paysage parfois un peu compassé du gay Marais. Déjà parce qu'on s'y sent comme à la maison, grâce à l'équipe aux petits soins, qui vous enveloppe de chaleur et bienveillance. Et puis pour la qualité de sa progra musicale, tout sauf commerciale. Calme en journée, le lieu dévoile une toute autre facette le soir. Direction la moiteur érotique de la cave. Drag Shows, scènes ouvertes Drag Kings, DJ sets bien barrés, concerts, aftershows... Du jeudi au week-end, ça balance pas mal à Paris ! Evidemment, attendez-vous alors à une véritable marée humaine. Mieux vaut donc vous pointer assez tôt.  Ultime bon point ? La carte des conso, avec une sélection originale d’alcools et surtout deux spécialités : de délicieux ti-punch et des cocktails au Martini... Bien chargés, cuidado ! Etonnamment à taro syndical pendant l'happy hour, de 18h à 21h. La clientèle ? Plutôt gay, jeune et masculine, mais pas uniquement (les filles notamment y sont vraiment bienvenues). "Danser, c'est aimer au hasard" lisait-on sur un mur ce soir-là. Alors aux Souffleurs, laissez-vous porter sous le vent comme dirait Céline.
Le Piment Café
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Le Marais
  • prix 1 sur 4
Voici une adresse que l'on aimerait garder secrète. Ce micro-bar en plein Marais est devenu la deuxième maison des initiés qui le fréquentent. Ne pensez pas trouver des rhums arrangés au piment ou au tabasco, ici on vient pour commander des pichets de ti-punch de 50cl à 23 euros qui peuvent contenter un régiment, et pour profiter de sa généreuse happy hour. De 18h à 21h, la pinte de Melbrau est à 3,50 euros, la blanche à 4 euros et la Guinness à 4,50 euros. En plus, les serveuses sont sympas et souriantes. Le minuscule comptoir fait face à quelques ordinateurs à louer (1 euro les 30 minutes), pratique pour les touristes ou ceux qui n'ont toujours pas de smartphone et ont un besoin urgent de checker leurs mails. Le bar ne compte que deux petites salles logées entre d'épais murs en pierre apparente. Il est donc vite blindé dès l'apéro : arrivez tôt pour espérer avoir une table, elles sont rares. La clientèle est bien habillée mais pas d'ambiance m'a-tu-vu ici, le Piment Café reste un petit bar sans prétention et c'est pour ça qu'on l'aime.
Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Au cœur du Marais, rue Vieille du Temple, le Petit Fer à Cheval est un bistrot parisien rétro de caractère : le bar doit son nom à son superbe comptoir à l’ancienne… en forme de fer à cheval. L’œil est attiré par tous les détails du lieu : les banquettes en bois, le téléphone des années 1950, les tableaux aux murs, la rangée de belles bouteilles placées en toile de fond. Les toilettes tout droit sorties du futur sont délirantes, mais nous n’en dévoilerons pas plus, à vous de les découvrir ! La terrasse est pleine à toute heure, de touristes ou d’habitués. On peut y manger un sandwich, des assiettes de fromage et charcuterie ou des assiettes et des salades consistantes, même si les plats comme les vins ne sont pas donnés. Les serveurs sont très professionnels et le patron Xavier très sympa.
La Résistance
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Le comptoir ressemble à celui d'un apothicaire : flacons colorés et bocaux d'ingrédients exotiques côtoient la panoplie du petit chimiste dont la mixologue s'empare pour créer ses précieux breuvages. Cette fois-ci, c'est un Canadian Camp Fire qu'elle prépare... dans une fiole Erlenmeyer. Elle verse ensuite sur le verre de la sciure de bois et l'enflamme devant une assistance ébahie. La Résistance ne fait pas que titiller vos papilles. Ici, on vous en met aussi plein les yeux. La Résistance est une nouvelle adresse assez courue du Marais. On aurait donc pu s'attendre à une ambiance un peu guindée et des prix qui grimpent vite. Eh bien pas du tout. On entre dans une salle où règne une atmosphère joviale et simple. A 20h un vendredi, le bar est déjà plein. Le serveur très aimable nous indique alors la deuxième salle en sous-sol, plus lounge et jazzy. Une eau de concombre en main pour nous faire patienter, on jette un coup d’œil à la carte : 12 € le cocktail création. Plutôt raisonnable pour le quartier, surtout après la démonstration à laquelle on vient d'assister. Les recettes semblent originales et inventives. Difficile de reconnaitre tous les ingrédients utilisés pour les non-experts. A la dégustation, on découvre des cocktails de caractère aux saveurs franches et surprenantes. On note une belle attention portée aux détails, comme ces petites paillettes dorées à la surface de La Part des Anges, un cocktail à base de cognac et de vanille. Et si rien ne vous plaît sur la carte
Publicité
Le 1905
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Pour qui ? Les amis qui partent en goguette. Ceux qui veulent en mettre plein les mirettes à leur premier date.Boire quoi ? Un délicat Vol de Nuit (rhum, cassis, coriandre, citron, vanille). Team Saint Ex' !Ça swingue au premier étage ! On connaissait déjà Les Vins des Pyrénées, un vieux bistrot qui servait de repères aux canailles illustres : Charles Baudelaire, Jeanne Duval, Paul Cézanne, Jim Morrison… Sis pile en face de Homies et leur bar à vins Magnum. Mais depuis plusieurs mois c’est à l’étage qu’on vient s’enivrer avec un nouveau bar caché : le 1905. 1905, c’est bien l’année où le temps semble ici s’être arrêté. Moelleux canapés en cuir, petits fauteuils en velours, buffets en bois et abat-jours en tous genres. Une déco feutrée et chicos pour ce bar aux allures d’appartement de dandy.  Les cocktails ? Tous à 13 € ! Dans le salon, accoudé au bar, on commande un Homme pressé revigorant (Gin, Campari, thym, Limoncello, tonic) aux serveurs en bretelles ou costume trois pièces. On se dandine sur des airs de swing un exquis Casque d’or à la main (Champagne, liqueur de litchi, framboise, rose). On passe au petit salon pour fumer une cigarette, lové sur une méridienne, en sirotant un mystérieux Médicis (Gin, Velvet, thé matcha, budo sanso, citron, ginger beer). Pour la fin de soirée, on contemple le ciel étoilé avec un délicat Vol de Nuit (rhum, cassis, coriandre, citron, vanille) sur la terrasse chauffée à l'étage, petit oasis de verdure au milieu des toits parisiens. Le 190
Magnum
  • 5 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Quelle vibe ? Le seul caviste-bar à vins qui vaille dans le 4e arrondissement. Des petits domaines pas vus partout, pas trop chers, à glouglouter sur place ou à emporter Boire quoi ? Un verre de Mozaïk rouge 2015 de Pithon-Paillé (6 €) Serial entrepreneur à fort capital sympathie, le jeune Marco poursuit ni vu ni connu son entreprise inavouée : coloniser la rue Beautreillis. Après Homies (cevicheria & cocktails), Homies del Mar (l'annexe iodée), voici donc Magnum. Oui, comme le héros à bacchantes de la série TV 80's. Mais on s'égare ! Revenons au bar : accolé à Homies, flambant neuf, celui-ci coche les bonnes cases : petite terrasse, fauteuils rotins, suspensions-ruches illuminant la nuit jusqu'à 2h du mat'... La jeunesse ? Habitués du quartier, et quelques (rares) touristes de passage bien conseillés... Enfant du Marais, Nico le taulier (ex dirlo du Vin des Pyrénées, sis en face) n'a casté "que des petits domaines qui travaillent proprement". Entre deux gorgeons de valençay blanc 2017 du Clos Delorme (5 € le ballon), on gobe quelques grosses olives vertes de notre Sicile chérie (Noccelera de Belice pour les connaisseurs) à 4 €, ou ce terrifique bœuf séché au poivre vert, rabelaisien en diable (10 €). Le gros plus de l'adresse ? Des prix cavistes démarrant au ras du plancher -7 € le rosé Sola 2017 du Château Haut-Blanville (à emporter). Bref, désormais quand vous irez Chez Nicolas ce sera pour acheter du BON vin.
Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à vins
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Pour qui ? Ceux qui fuient les décibels pour bouquiner peinards... Et lèvent volontiers le coudeBoire quoi ? Un bourgogne blanc Mâcon SolutréSi vous cherchez un bar au calme pour fuir l’agitation du Marais, la Belle Hortense est un refuge rêvé. Dans ce petit bar à la devanture bleue, pas de musique assourdissante mais un fond sonore discret qui accompagne votre lecture (de bon goût) et un verre de vin (de bon cru). Un concept qui attire les épicuriens et intellos du quartier, des profs aux étudiants. La salle du fond assez intimiste est idéale pour se plonger dans un thriller palpitant ou pour écouter les lectures et rencontres littéraires organisées. Le joli zinc est taillé pour refaire le monde et philosopher avec ses voisins. Sur la grande librairie murale, une sélection de livres est mise en avant pour vous aider à faire votre choix parmi les nouveautés, plutôt des raretés, des éditions indépendantes de poésie et de philisophie ou des collections classiques comme la Nouvelle Revue Française de Gallimard.La carte des vins est vaste, assez onéreuse au verre, mais intéressante au pichet ou à la bouteille. On peut contenter son palais avec un bourgogne blanc Mâcon Solutré, on un rouge Morgon Flache Somay, mais aussi de grands crus classés (Saint-Emilion, Margaux…). Tous les terroirs sont représentés, et si vous hésitez une ardoise résume les suggestions du moment et les vins du mois. Sachez que le soir les verres sont majorés de 50 centimes après 22h. Vous serez étonnés par l
Le Sherry Butt
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4
Pour qui ? Les amateurs de whisky qui aiment les cocktails, mais aussi l’inverse Boire quoi ? Un Ronin, tranchante signature du lieu : whisky japonais, madère aux feuilles de pandan, sherry Oloroso, champagne, thé fumé, sel noir Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un ami collectionneur de whiskies qui organise des apéros dans son loft à Manhattan. Heureusement, une solution existe : le Sherry Butt (nom tiré des tonneaux de sherry où le whisky vieillit), cette élégante adresse ouverte par Amaury Guyot (également à la tête de Dersou) planquée dans une petite rue du Marais. Le côté appart de dingue est assuré en toute décontraction par un ensemble de pierres grattées, cuir capitonné et acier indus’, nimbé dans une lumière chiche du meilleur effet. Niveau whiskies, attendez-vous à du très lourd, avec pas moins de 80 étiquettes du monde entier (Japon, Ecosse, Taïwan…) chinées par le boss himself. Dégustation au verre, ou par quatre et par destination (comme cette sélection irlandaise à 24 €). Si vous préférez les élixirs moins charpentés, la carte de dix cocktails création (13 € chaque) vous attend sur le tableau derrière le comptoir. Les verres qui brassent les influences et mixent les latitudes ne font pas de la figuration, à l’instar de ce frais Beach Boy (vodka, bissap, jus d’ananas, verjus, citron) qui fleure bon les plages du Sénégal, ou ce Khalassi (pisco, lassi coco/cardamome, vanille, citron) qui tutoie les sommets. Pour ne rien gâcher, agréable sélection de grignotag
Publicité
Le Vieux Comptoir du Cap Horn
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Bars à cocktails
  • Le Marais
  • prix 2 sur 4
Ce petit bar chilien en plein Marais tranche avec les devantures guindées et le décor baroque du quartier. Caché dans une petite rue adjacente à la place des Vosges, on le repère grâce à son grand drapeau chilien et ses quelques tables en terrasse, très agréables en été. On le distingue aussi par son équipe de serveurs latinos, jeunes, décontractés et souriants et ses prix raisonnables pour le quartier (8 euros le cocktail, 5 euros pendant la longue happy hour de 16h à 20h). On retrouve la chaleur de l'Amérique du Sud dans la convivialité des conversations des Chiliens expatriés à Paris qui s'y retrouvent, dans le fond musical latino et une carte des cocktails exotique : pina colada, cuba libre, punch coco et bien sûr caipirinha et mojitos. Mais les stars du bar sont les cocktails préparés à base de pisco, une eau-de-vie de raisin fabriquée dans la vallée de l'Elqui au Chili à partir du moscatel, que l'on retrouve dans la piscola (pico, jus de citron, coca) ou le pisco sour (pisco, jus de citron, sucre). Pour ne pas trop se laisser griser par l'alcool, on peut grignoter quelques empanadas ou des calamars, rien d'exceptionnel mais de quoi caler son estomac pour 5 ou 8 euros. Le week-end, des petits groupes de musique sud-américaine viennent pousser la chansonnette dans la bonne humeur. Le 18 septembre, on y célèbre joyeusement la fête nationale chilienne.
La Mangerie du Marais
  • 4 sur 5 étoiles
  • Bars
  • Le Marais
  • prix 3 sur 4
A peine a-t-on posé le pied à l'intérieur de La Mangerie que l'on se sent comme chez de bons copains. Derrière le comptoir, le barman nous interpelle joyeusement et commence par nous demander notre prénom. Autant pour faire notre connaissance que pour vérifier qu'une table nous attend bien. Car oui, pour espérer avoir une place dans ce resto-bar très couru du Marais, mieux vaut avoir réservé. En deux temps trois mouvements, un serveur prépare notre table. Un autre nous offre un verre de rhum arrangé qui semble dire « bienvenue à la maison ». La décoration, contemporaine mais chaleureuse, ajoute à la convivialité de l'établissement. Tables et chaises en bois, plafonniers faussement vintage et surtout cagettes en guise d'étagères sur lesquelles reposent de jolies plantes et des bougies. On trouve même des paniers de (faux) légumes accrochés au mur et des branches d'oranger semblant sortir des fondations. Enfin, pour aller d'une salle à l'autre, on passe à travers... une armoire, tout droit sortie du grenier de mamie. Une fois installé, force est de constater que pour apprécier La Mangerie, mieux vaut ne pas avoir peur de la promiscuité et du bruit. Chaque centimètre carré est utilisé. Et pour cause : passé 19h, le bar est plein. Le serveur prend tout de même le temps de nous expliquer le fonctionnement de la carte. Un système amusant qui se présente comme un QCM, et où l'on coche ce que l'on veut boire et manger. On y découvre des plats alléchants. Et des prix plutôt élevés : 1
Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité