0 J'aime
Epingler

50 bons restaurants à Paris : Liste complète

Haute volée

Akrame

Depuis son ouverture en 2011, le restaurant Akrame fait vibrer le cœur et les papilles des gourmets parisiens. Et, fait rare dans le petit monde de la gastronomie, son chef Akrame Benallal s’est vu décerner une étoile par le guide Michelin lors de sa première année d’exercice. Une récompense éclair, des références brillantes (Ferran Adrià, Pierre Gagnaire), une cuisine audacieuse et créative couverte d'éloges… Face à tous ces lauriers (et la relative difficulté d’obtenir une réservation), nos attentes étaient donc immenses.Et Akrame nous réservait bien des surprises. A quelques pas... Lire la suite

En savoir plus
Chaillot

Le Sergent Recruteur

C’est presque une romance gastronomique. L’histoire d’une vieille taverne à touristes qui languissait, oubliée de tous, au beau milieu d’une île. Destinée à périr d’ennui sûrement, entre mauvaises bières, poussière et fausse gauloiserie. Jusqu’au jour où deux petits princes arrivèrent pour la sauver de ce triste destin. Le premier, Jaime Hayon – designer espagnol – allait lui refaire une beauté, quand le second, Antonin Bonnet – chef formé chez Michel Bras et fraîchement revenu de Londres –, s’apprêtait à lui mitonner des assiettes aussi belles que percutantes.Résultat : la dulcinée peut parader. Habillée... Lire la suite

En savoir plus
Ile Saint-Louis

Yam'Tcha

Bon, inutile de tourner autour du pot : Yam’Tcha est une de nos planques préférées à Paris. Il y a là, depuis l’ouverture, et plus encore depuis la récente rénovation des lieux leur donnant plus de clarté, tout ce qui nous plaît dans un restaurant. Une salle intime, décorée avec goût dans ses accents asiatiques paisibles, une atmosphère feutrée laissant les gueulants au parloir, une gentillesse dans l’accueil qui vous assoit d’un sourire et surtout un chef dans sa cuisine. Il faut dire qu’Adeline Grattard est ici chez elle. Elle partage avec son mari (Chiwah, le sage des thés) les commandes de sa petite affaire... Lire la suite

En savoir plus
Les Halles
Advertising

La Table d'Eugène

A la table de l’écrivain, la grande cuisine mijote à prix doux. Comment Eugène Sue, amoureux du beau monde comme des bas-fonds, aurait-il pu renier ce bistrot qui flirte magistralement avec la haute gastronomie ? Certes le décor est discret, sans puissance, sans véritable charme, mais les deux hommes qui se cachent derrière les fourneaux – Geoffroy Maillard et François Vaudeschamps – ne manquent ni de savoir-faire, ni de suite dans les idées.Ici, on fricote des produits impeccables et des saveurs simples, que l’on manie avec adresse et que l’on assortit avec génie. Mais voyez plutôt... Lire la suite

En savoir plus
18e arrondissement

La Tour d'Argent

Adresse huppée de Paris et véritable institution : la Tour d’Argent et son panorama sur la Seine allument encore des étoiles dans les yeux des gourmands.Si cette diva de la gastronomie française n’est plus épinglée que d’un macaron, elle peut se flatter de posséder un service aussi souple qu’une chorégraphie de Découflé. Des mets aussi délicats que parfumés et des vins d’exception à déguster dans des timbales en argent. La scénographie entière du lieu force le respect. Sa spécialité ? Le canard au sang, numéroté depuis 1890 et préparé par Laurent Delarbre sous quatre formes (à l’orange... Lire la suite

En savoir plus
Jussieu

Pierre Sang Boyer

Le long de la rue Oberkampf, on a plutôt tendance à manger pour éponger ses excès d’alcool que pour faire les fines gueules. Sauf peut-être au numéro 55 où dès 19h30, gourmands et autres mordus de bonne bouffe viennent s’installer face à une étroite cuisine ouverte pour goûter aux subtils petits plats de Pierre Sang Boyer. Si cet ancien finaliste de "Top Chef" peut s’enorgueillir de son succès et de sa célébrité – il s’interrompt de temps à autre pour prendre la pose avec ses visiteurs –, il semblerait qu’il n’ait pas pour autant pris le melon. Durant notre repas, nous l’avons d’ailleurs observé... Lire la suite 

En savoir plus
Folie-Méricourt
Advertising

Bistrots

Le Pantruche

Un jeune chef talentueux bien en place dans un bistrot impeccable. Que du bonheur.C’est au cœur de la frénétique Pigalle que se tient cette enseigne discrète, dont l’étrange nom désigne le Parisien en vieil argot. La canaille, le titi. Pourtant, il n'y a de vieux au Pantruche que l'intitulé. Une fois les portes poussées, le charme du lieu fait immédiatement effet. On est bel et bien dans un bistrot. Proximité des tables, volume sonore en hausse et miroirs à tout va. Parfaite toile de fond, orchestrée par le ballet d’une équipe toujours souriante. Depuis sa cuisine, le jeune chef Franck Baranger, qui a fait ses... Lire la suite

En savoir plus
Saint-Georges

L'Office

Derrière ce petit « néo-bistrot » à l'humble devanture se cache un véritable temple du (bon) goût. Des pierres apparentes, des murs grattés et un magnifique bar plantent un décor brut et joliment dépouillé. Sur la carte, affichée en arrière-plan, le choix est modeste, mais étudié. Trois entrées, trois plats et trois desserts, une sainte trinité qui affole son monde, et se métamorphose toutes les deux semaines sous les impulsions créatives du chef japonais Yosuke Yamaji, bourreau des papilles formé chez les plus grands (Bocuse et Robuchon, rien que ça).Alors, pour commencer, ce soir-là, ce sera un... Lire la suite

En savoir plus
Faubourg Montmartre

La Cantine du Troquet

C’est le Sud-Ouest en plein cœur du 14e arrondissement. La cantine de Christian Etchebest est chaleureuse, abordable, gourmande et délicieuse.Christian Etchebest avait déjà ouvert il y a quelques années le Troquet, un bistrot basque couru de la rive gauche de Paris, voici maintenant sa « cantine ». C’est-à-dire une annexe plus modeste sans doute, mais aussi plus chaleureuse, comme une oasis de bonhomie dans un quartier froid et désert, celui de Pernety. Pas de réservation, on n’oubliera pas de montrer le bout de son nez assez tôt si on vient en groupe, pas de carte fixe non plus. Il faut... Lire la suite

En savoir plus
Plaisance
Advertising

Bones

Une lumière tamisée qui met parfaitement en valeur une salle toujours pleine, installée entre quatre murs joliment décharnés… Depuis la rue, on perçoit déjà l’atmosphère chaleureuse qui paraît imprégner ce néo-bistrot.A l’intérieur, une cuisine ouverte règne sur les lieux. Elle a beau être minuscule, il ne semble pas en falloir beaucoup plus au chef australien James Henry (qui a fait un passage remarqué au… Passage) pour concocter chaque soir une cuisine juste et fine, où produits, saveurs et textures s’expriment harmonieusement. Bouillon de cochon de lait, anguille et légumes de printemps... Lire la suite

En savoir plus
Roquette

La Pulperia

Un zinc dans la Pampa.Des allures de vieux troquet dépoussiéré. Une cuisine recouverte de céramique blanche, ouverte sur une petite salle, bruyante et chaleureuse. Une popote de bistrot, carnassière et enflammée par le talent d’un chef argentin – Fernando Di Tomaso – et de sa brigade sud-américaine. Voilà en quelques mots à quoi ressemble la Pulpéria. A la carte, qui change selon le goût du jour, quelques jolies spécialités latines (ceviche, empanadas) et de la Viande. Avec un grand V, s’il-vous-plaît.Ce soir-là, les réjouissances commencent avec un ris de veau... Lire la suite

En savoir plus
Roquette

Jadis

Il ne manque pas de bons restaurants dans ces rues un peu perdues du 15e arrondissement, et Jadis confirme cette tendance. Dans une salle sobre avec des vieilles affiches aux murs, des tables en bois et des serviettes rayées basques, le jeune chef Guillaume Delage revisite les plats classiques avec une touche légère et contemporaine. Formé chez Michel Bras, Frédéric Anton et Pierre Gagnaire, il a le goût des bons produits et (parfois) des associations inattendues, comme le tartare de bœuf, maquereau et hareng, crème de courgettes. Le menu-carte à 34 euros propose cinq entrées, cinq plats et cinq... Lire la suite

Réserver maintenant En savoir plus
15 arrondissement
Advertising

Square Gardette

Square Gardette, c’est le nom du petit jardin qui égaye ce quartier si calme et résidentiel, pourtant situé non loin du tumulte de la rue Oberkampf. C’est là qu’on pénètre, rarement par hasard, dans le restaurant du même nom, un cadre spacieux qui combine une certaine idée du chic et un esprit chaleureux. La déco est un peu excentrique dans la salle du fond, où des animaux empaillés vous regardent manger, et les toilettes sont plus grandes que certains studios parisiens, avec un petit côté « cabinet de curiosités » amusant. Pas de service guindé, au contraire, le personnel serviable et souriant se... Lire la suite

En savoir plus
Saint-Ambroise

Ribouldingue

Aux commandes de cette adresse en face de l’église Saint-Julien-le-Pauvre, Nadège Varigny, qui après dix ans de métier aux côtés d’Yves Camdeborde a ouvert son propre restaurant, proposant une cuisine inspirée par son enfance grenobloise. C’est toujours plein et tout le monde – critiques et chefs compris – vient ici pour les plats de bistrot simples et honnêtes : daube de boeuf, filet de thon saisi et aubergines fondantes ou encore, pour ceux qui aiment les abats, des cervelles sautées à feu doux et pommes de terre nouvelles ou des rognons de veau grillés et un gratin dauphinois à tomber. En guise... Lire la suite

En savoir plus
Quartier latin

Pirouette

Perchée dans la poche d’une ruelle presque secrète, au beau milieu de la forêt des Halles, une grande salle, toute vêtue de bois et de bouteilles, parade derrière son immense verrière. La virevolte a du chien, jusqu’au bout des couverts. Le menu fait des bonds. Pirouette, salto piqué. Pour 36 euros, en entier. Œuf parfait (parfait), châtaignes et champignons en velouté. Alouette sans tête, clin d'oeil à la paupiette (pigeon et foie gras, bardés de lardo di Colonnata). Mulet, salsifis et jus de viande (mitonné au poil jusqu’à l’arrête). Pigeon royal, couché à côté de sa rôtie dans une sauce au foie gras... Lire la suite

En savoir plus
Les Halles
Advertising

Le Galopin

Le Galopin est un petit restaurant niché sur la jolie place Sainte-Marthe qui propose tous les soirs un menu gastronomique unique, changeant selon les légumes de saison et l’humeur extravagante du chef Romain Tischenko, vainqueur de "Top Chef 2010". Sa particularité est de mettre à l’honneur des légumes d’antan qui ont disparu de nos assiettes, en version cuisine fusion 2.0. Ici on détricote le savoir-faire ancestral de mamie pour marier les saveurs du panais, topinambours, potimarron, céleri pomme avec du cacao, des coquilles Saint-Jacques ou du caramel. Détonnant, non ? L’aventure a... Lire la suite

En savoir plus
10e arrondissement
Afficher plus

Poissons & fruits de mer

Isami

C’est au beau milieu du cœur historique de la capitale que se cache l’un de ses meilleurs restaurants de sushis. Comme si les poissons crus proposés ne voulaient pas s’éloigner trop du cours d’un fleuve vivant. C’est donc sur les rives de la Seine, île Saint-Louis, qu’Isami a depuis belle lurette dressé son comptoir.Pousser la porte de cette adresse réputée, c’est découvrir une toute petite salle sans grand charme si ce n’est le bric à brac de plats et de faïences japonaises dressé derrière le bar comme une vaste bibliothèque. Derrière, un itamae (maître sushi) s’active, l’air peu commode... Lire la suite

En savoir plus
Ile Saint-Louis

Atao

Ca ressemble à une cabane de pêcheur habitée par une rêveuse. Un bleu marin pour vous accueillir à l’extérieur, puis du bois, du blanc, quelques fleurs qui dispersent des touches de couleur, un vieux portrait en marinière, une ancre suspendue et un Gwenn ha Du, délicates traces de provenance. Et quand la nuit tombe, des bougies pour adoucir encore le rendu. Cette jolie cale, tenue par une fille d’ostréiculteur morbihannais, régale ses invités à coups de belles plates (fines et au goût de noisette) et de grandes creuses (vives et charnues), toutes certifiées Gravinis, le terroir de famille – entre 15 et 30... Lire la suite

Réserver maintenant En savoir plus
Epinettes

L'Ilot

Voilà une jolie bicoque à bulots où l’on vient casser du tourteau, gober des fines de claire ou déshabiller des crevettes roses, sans pour autant se coincer les bras dans une addition aussi salée que du beurre à tartiner.Vous êtes bien à Paris, oui, oui. Mais à l’Ilot, pas besoin de passer par la case plateau (et les 70 euros, au bas mot, qui vont avec) pour déguster, tout frais pêchés, coquillages et crustacés. L’allure du lieu, grand comme un comptoir de poche, est simple, mais les grandes ardoises, les faïences et le parquet blancs, la baie vitrée, les quelques photos, la terrasse qui patiente pour les... Lire la suite

En savoir plus
Le Marais
Advertising

Asia Tee Kenji

Avant d'entrer dans ce petit restaurant japonais niché près du Panthéon, attendez-vous à vivre une belle expérience gustative. Une petite salle, quelques tables et au fond Kenji, le chef japonais, qui s'affaire d'une main de maître dans sa cuisine ouverte, assisté par sa très accueillante famille et un petit chien dans son panier qui fait partie du décor. Il propose des recettes purement japonaises, changeantes au fil des saisons, mais revisitées avec le raffinement de la gastronomie occidentale dont il a appris les codes à l'Hôtel Impérial de Tokyo, et chez plusieurs chefs français étoilés au guide Michelin, dont Michel... Lire la suite

En savoir plus
Quartier latin

L'Ecailler du Bistrot

Le rafiot a la force tranquille des vieux beaux, le charme usé mais implacable, passé de mode et pourtant indémodable. Il y a des voiliers dans tous les coins, des homards, des coquillages, des plages encadrées, des enfants à pompons sur papier glacé. Ca ressemble un peu au calme après la tempête. Sur la table, le pain est frais et craquant, le beurre qui l’accompagne, salé et parfumé aux algues, est délicieux. Alors, rien ne presse vraiment. Chez les voisins : un incroyable plateau de fruits de mer que l’on épie sans même tenter d’être subtil. Un peu plus loin, le menu homard (55 euros) inscrit... Lire la suite

En savoir plus
Charonne

Edgar

La « petite Egypte », ce morceau de Paris délimité par la rue d’Alexandrie, le passage du Caire et la rue du Nil, vient de se trouver un nouveau centre de gravité : l’hôtel Edgar, son resto et sa grande terrasse plantée sur une jolie place, presque à l’abri du monde.A l’extérieur, on prend sereinement le soleil donc, en sirotant des Spritz, des verres de rosé ou des cocktails rondement menés. Et à l’intérieur, tour de passe-passe. Guillaume Rouget a fait de cet ancien atelier de confection textile un refuge hédoniste et bien léché. D’un côté une série de chambres, façon safari, rock ou cabane de gosses... Lire la suite 

En savoir plus
Sentier
Advertising

Belles cantines

Restaurant-boucherie Les Provinces

C’est à l’intérieur du marché d’Aligre, l’un des marchés favoris des gourmets parisiens, que le jeune artisan boucher Christophe Dru a commencé à se faire un nom. D’abord, en accueillant au sein de son atelier certains événements du festival annuel du Fooding. La convivialité et le succès de ces dégustations lui ont alors donné la brillante idée d’aller plus loin et de transformer sa boucherie en restaurant. C’est ainsi que Les Provinces a vu le jour. Et moins d’un an après l’ouverture, cette cantine hybride et improvisée peut... Lire la suite

En savoir plus
12e arrondissement

The Broken Arm

On ne va pas vous le cacher, on aime beaucoup The Broken Arm. D’abord parce que la boutique, imaginée par trois membres du collectif Des Jeunes Gens Modernes, est remplie de fringues, de bouquins, de musique, de meubles et de chaussures triés sur le volet, sélectionnés avec goût et arrangés avec soin. Certes, les prix affichés sur les étiquettes risquent de vous faire tourner un peu la tête (voire de vous donner envie de vous enfuir en courant pour vous réfugier dans le Guerrisol le plus proche). Mais dites-vous que ça ne coûte rien de regarder, de rêver un peu, de s’imprégner de la douce... Lire la suite

En savoir plus
Le Marais

L'Epicerie Musicale

De la Botte dans l’assiette, et de la musique dans l’air. Idéalement installée au bord d’un canal Saint-Martin qui prend doucement les couleurs de l’automne, l’Epicerie Musicale détonne. C’est un rayon de soleil méditerranéen qui vient réconforter l’arrière-saison, un endroit hybride comme on les aime (et comme on aimerait en voir pousser partout dans Paris). Rétro dans le choix du mobilier, avec des allures de vieille cantine sicilienne. Et ce qu'il faut de fraîcheur : des tableaux street art vissés aux murs et des centaines de disques vinyles déposés au milieu d'un beau choix de charcuterie et de... Lire la suite

En savoir plus
Canal Saint-Martin
Advertising

La Pointe du Groin

Mardi soir, il pleuvait. Sale journée d’avril. Le ciel tirait la gueule, trempait nos godasses, abîmait nos belles humeurs. Un vrai temps breton, mais sans la mer pour le rendre beau. Alors, pour jouer l’illusion et réchauffer un peu nos ardeurs, nous embarquions pour La Pointe du Grouin. Pas la farouche et rocailleuse qui s’étire au nord de la côte d’Emeraude, mais la nouvelle tanière de Thierry Breton, nichée pile poil entre Chez Michel et Chez Casimir, ses deux autres repaires de la rue de Belzunce.Une taverne, belle et bien vivante, capable de se la jouer tantôt bohème (le piano à queue installé sous... Lire la suite

En savoir plus
Gare du Nord

Aux Deux Amis

On vous aura prévenus : on ne se pointe pas en bande aux Deux Amis un vendredi soir à 20h30 en espérant s'asseoir. On fait comme tous ceux qui n'ont pas réservé, c'est à dire à peu près tout le monde, on commence par voler quelques centimètres carrés sur le comptoir, on discute avec les voisins, on se bouscule gentiment, avec le sourire, un verre de blanc par-ci, une pression par-là... et on dévore. La tortilla de Janine, fondante, le bellota et ses amandes grillées, royal, la mozza cecina, éclatante, et selon l'humeur, tous merveilleux, les sardines fraîches, la morcilla purée, la salade de chou, les betteraves... Lire la suite

En savoir plus
Folie-Méricourt

Soul Kitchen

Un coffee-shop tout doux, pour boire un excellent café, manger une pâtisserie ou déguster un bon petit plat maison.C’est une petite cantine accrochée aux escaliers de la butte, une buvette couleur café, habitée par trois drôles de dames, inspirées, coquettes et gourmandes. Le genre d’endroit que l’on aimerait avoir en bas de chez soi. Pour venir boire un latte crémeux le matin avec les petits vieux du quartier, et lire les premières nouvelles de la journée par-dessus leurs épaules fatiguées. Pour manger le midi en douce compagnie, se régaler des délicieuses recettes maison, réinventées chaque jour... Lire la suite

En savoir plus
Montmartre
Advertising

La Chambre aux Oiseaux

Véritable secret de Polichinelle, la Chambre aux Oiseaux est devenu en à peine quelques mois le resto repère du canal Saint-Martin. A tel point qu’il faut réserver une semaine en avance pour pouvoir goûter à leur brunch. Alors quoi, la petite cantine d’Hervé Labarre et Léna Balacco vaut-elle vraiment l’engouement suscité ?Assurément. D’abord parce que l’on s’y sent comme dans le salon de notre grand-mère, vaisselle en porcelaine, papier peint à fleurs rose, et gros fauteuils. Puis parce que les mets proposés y sont à la fois parfumés et onctueux. Pour preuve ce tiramisu... Lire la suite

En savoir plus
Canal Saint-Martin

Tuck Shop

Il y a une vieille bicyclette négligemment garée devant, une plante qui grimpe et une ardoise pleine de douceurs. La façade est sobre, presque trop discrète. On passerait à côté sans se retourner. Et pourtant. En poussant la porte, on découvre un espace charmant, fait d’un peu de bric et de broc, de meubles récupérés, rhabillés et dépareillés, de forêts qui tiennent dans des bulles en verre, de livres, de posters. Une pagaille douce et bien étudiée. Il faut dire que les trois Australiennes qui ont posé ici leur belle machine à café sont sûrement un peu magiciennes. En tous cas, elles ont trouvé la bonne formule... Lire la suite

En savoir plus
Canal Saint-Martin

Little Hanoï

Vous avez le nem au bout du rouleau, le bo bun qui fatigue ? Hmmm, c’est mauvais signe. Posologie indiquée : le Little Hanoï (ou son grand frère, le Paris-Hanoï du 74 rue de Charonne). Rien de mieux pour se refaire un bel appétit, aux couleurs du Vietnam.Le décor tranche avec ce que l’on a l’habitude de voir dans cette catégorie. Rouge, moderne et sans chichi, agrémenté d’une cuisine ouverte qui siège au fond de la pièce. C’est simple, joli, pimpant. Côté assiette, même lumière. Les plats arrivent encore fumants sur votre table, cuisinés à la minute, tout frais, incroyablement parfumés et... Lire la suite

En savoir plus
Roquette
Advertising

Au comptoir de Brice

Il est des chefs qui n’ont pas besoin de se payer un décor d’hôtel particulier pour attirer la clientèle. Leur seul talent (et un petit coup de pouce audiovisuel en ce qui concerne notre homme) suffisent à faire venir le chaland. Installé au cœur du marché couvert Saint-Martin, au milieu des stands de fruits et autres gargotes colorées, le comptoir de Brice ne paye pas de mine, et pourtant... Tout sur le menu éveille l’appétit, à commencer par les entrées un brin onéreuses mais tout à fait ensorcelantes : risotto aux truffes (13 €) ou œufs pochés et crème de truffe noire (12 €). Ne succombez pas à la tentation de la salle... Lire la suite

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis
Afficher plus

Street food

CheZaline

Faute de temps et d'argent, les midis passent et se ressemblent tous, qu'ils aient le goût de plats réchauffés au micro-onde, de la boulangerie du coin ou du kebab d’en face. Il existe pourtant un intermédiaire entre la longue pause resto et le repas express devant l’ordi : le sandwich de luxe. Mais pas n’importe où, rue de la Roquette, métro Voltaire, au resto CheZaline.Si vous pensez vous être trompé d’adresse en arrivant, tout est normal. Sa patronne a effectivement fait le pari de ne presque rien changer à cette ancienne boucherie chevaline (d’où le nom), ce qui a le mérite de donner un certain... Lire la suite

En savoir plus
Roquette

Abri

On vient aussi dans cette cantine de poche, installée à côté du métro Poissonnière, pour goûter à ses sandwichs polystrates (multicouches, pluri-étages, mille-feuillesques, superposés, bref vous avez compris l’idée), composés par Katsuaki Okiyama. Du pain grillé, une mystérieuse sauce, une omelette aux légumes, du porc pané croustillant (tonkatsu), une compotée de chou sucrée-salée et du fromage fondant. Un régal, servi le lundi et le samedi, de 10h à 17h. Le reste de la semaine, on se réfugie à l’Abri pour apprécier les autres talents du jeune chef japonais, dont le CV (Robuchon... Lire la suite

En savoir plus
Poissonnière

Frenchie To Go

Au royaume des sandwichs, il y a maintenant un nouveau roi. Un monarque au pastrami, au cheddar et au coleslaw, qui ne se déplace qu’avec ses french fries, les fleurs de la frite, fines et croustillantes.Vous connaissiez Frenchie, l’inréservable restaurant de Grégory Marchand et sa petite sœur en forme de cave à vin ? Eh bien, la famille vient d’accueillir un petit dernier. Celui-là fait dans le take-away, ambiance delis new-yorkais.On se pointe à l’heure du déjeuner (un peu tôt pour éviter la foule) et on commande face au large comptoir sur lequel se pavanent scones, cakes, cookies et muffins... Lire la suite

En savoir plus
Sentier
Advertising

Le Petit Vendôme

Bistrot authentique au milieu d'un quartier guindé, le Petit Vendôme sert un des meilleurs sandwichs de Paris.Au regard de l’adresse (à deux pas de la rue de la Paix), on s’imaginait déjà atterrir dans une ambiance guindée. Imaginez donc notre surprise quand rue des Capucines nous croisâmes la vitrine colorée de ce troquet aux faux airs de PMU. Lumière néon, menu manuscrit sur des ardoises perchées au-dessus du zinc et jambonneaux suspendus : bienvenue au Petit Vendôme.  Devant la porte, une dense file d’attente empêche les curieux d’entrer. Agglutinés devant le « rapide croûte... Lire la suite

En savoir plus
1er arrondissement

Urfa Dürüm

Des galettes kurdes à la viande et aux légumes. Simple, bon et frais. On faisait la roue devant des camions, en attendant sagement des burgers. On goûtait des hot-dogs, on s’enfilait des tacos. Et sur ce chemin de Compostelle, censé nous mener tout droit vers le grand Dieu de la street-food, nous avions failli passer à côté de cette échoppe. Grand mal nous aurait pris. Urfa Dürüm, discrète enseigne cachée en plein cœur du quartier Strasbourg-Saint-Denis, distribue ses précieux sandwichs comme on vend des petits pains. Le lieu est minuscule, couvert de bois. A l’entrée, le maître des lieux, farine et... Lire la suite

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis

Ma Kitchen

Derrière le comptoir de cette toute petite cantine franco-coréenne, une farandole de couleurs, de plats, de saveurs. Et trois jeunes filles qui attrapent des boîtes en carton pour les remplir avec minutie et sérénité malgré la file qui semble ne jamais diminuer. De l'autre côté, tout le quartier qui patiente en rang d'oignon à l'heure du déjeuner pour mettre la main sur le fameux butin. Au menu, un brin monomaniaque : des bibimbap. Ce mets coréen – qui mélange traditionnellement différents riz et légumes, de la viande et un œuf – a été légèrement réinventé. Plus d'œuf mais cinq plats au choix... Lire la suite

En savoir plus
Poissonnière
Advertising

L'Epicerie du Verre Volé

'Mozarella di Buffalla, pesto Genovese et artichauts grillés', 'Rillette de bonite maison, câpres, artichauts et radis', 'Museau vinaigrette, oignons doux et cornichons polonais', 'Tartare de cheval au couteau, mayonnaise aux herbes et piment thaï', 'Harengs fumés de Hollande, crème de radis, oignons doux, citrons confitset cornichons', 'Pâté de tête, sauce gribiche et cresson'…Non, et même si ça y ressemble, vous n’êtes pas en train d’énumérer la carte des entrées et des plats d’un bistrot de qualité. Ce que vous avez face à vous, ce sont les sandwichs que vous risquez de croiser (et de déguster)... Lire la suite

En savoir plus
Saint-Ambroise

Le Camion qui fume

Vous avez demandé l’un des meilleurs burgers de Paris ? Lancé depuis décembre dernier, le Camion qui fume a déjà fait beaucoup parler de lui. La faute au concept sûrement – un véritable food truck à l’américaine – et à la qualité des burgers, assurément. Aux commandes de l’engin : une Californienne, Kristin Frederick. Des côtes du Pacifique, donc, jusqu’à l’Ecole Ferrandi à Paris, la jeune chef a eu le temps de faire mijoter son idée. Un camion itinérant qui ronronne à différents endroits de Paris, selon le jour de la semaine (toutes les infos sont ici), des produits de très grande qualité – authentique... Lire la suite

En savoir plus
Canal Saint-Martin

Daily Syrien

Ouverte depuis février 2012, cette enseigne nichée en plein cœur de la rue branchée du Faubourg Saint-Denis sort du lot. La devanture est trompeuse, avec ses magazines en vitrine. On vérifie que l’on ne s'est pas trompé de numéro… mais non, l’adresse est correcte. Et une fois la porte poussée, on découvre avec délice ce petit resto/kiosque à journaux, au sol bleu recouvert de faïence. Au menu, cuisine syrienne : houmous, salade, pickles, kebbé (boulettes de bœuf aux pignons), falafels, labneh (fromage blanc salé à l’huile d’olive), mtabbal (caviar d’aubergine), taboulé… Des mets mitonnés... Lire la suite

En savoir plus
Strasbourg-Saint-Denis
Advertising

Cantine California

Paris s’est piqué d’une nouvelle lubie. Il aura suffi qu’une Californienne prenne les commandes d’un Camion fumant, et voilà qu’une autre cantine volante arpente désormais les rues de la capitale hexagonale. L’Amérique sur quatre roues, version fine bouche. Et quand on voit la file indienne qui patiente sagement devant le food truck organic de Jordan Feilders, on se dit que la tendance a décidément le vent en poupe. Faut-il être fou pour attendre 40 minutes, debout, à l’heure pressée du déjeuner, prêt à tout pour déguster un burger à 11 euros ? Oui, un peu. Mais le street, c’est tellement chic. Au menu... Lire la suite

En savoir plus
1er arrondissement
Afficher plus

Retrouvez le dossier complet :

Plus de restos :

Advertising

Commentaires

0 comments